En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 1 heure 57 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 7 heures 45 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 11 heures 17 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 11 heures 59 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 12 heures 34 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 22 heures 46 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 2 heures 23 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 4 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 6 heures 32 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 12 heures 25 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 4 heures
© EVARISTO SA / AFP
© EVARISTO SA / AFP
Impact de l'épidémie

COVID-19 : la pandémie est à la porte des grands pays pauvres, Brésil ou Inde, tandis que la finance regarde les États-Unis

Publié le 29 juin 2020
Jean-Paul Betbeze évoque l'impact du coronavirus au Brésil, en Inde et aux Etats-Unis et décrypte les répercussions sur les principales valeurs financières.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze évoque l'impact du coronavirus au Brésil, en Inde et aux Etats-Unis et décrypte les répercussions sur les principales valeurs financières.

Bientôt 10 millions de cas et 500 000 morts. La pandémie avance toujours et se déploie sur deux fronts :

  • celui des grands pays pauvres, le Brésil avec 1,3 millions de cas (pour 212 millions d’habitants) et l’Inde avec 510 000 (1 379 millions d’habitants), en attendant le Mexique (210 000 cas, 130 millions d’habitants) et le Pakistan (199 000 cas, 221 millions d’habitants),
  • celui des pays touchés en premier, les pays industrialisés, avec 2,5 millions de cas aux États-Unis, sur 330 millions d’habitants. Les pays industrialisés, États-Unis et zone euro surtout, pensent avoir stabilisé la première vague de la pandémie, la vague directe. Ils pensent, par leurs politiques monétaires et budgétaires, en atténuer les effets et préparer le rebond, tout en surveillant ou fermant leurs frontières. L’Europe le fait pour les États-Unis, mais les ouvrant à la Chine !

Le risque est donc double : humain toujours, économique et financier de plus en plus, les deux se renforçant. Il vient avec la question suivante : en cas de propagation continue et, pire, de deuxième vague dans les pays industrialisés, comment résister à une crise mondiale plus importante encore ? Le FMI est clair dans son rapport de juin : « selon les projections, le PIB mondial devrait se contracter de 4,9% en 2020, c’est-à-dire de 1,9 points de pourcentage de plus que ce qui était prévu dans les Perspectives de l’économie mondiale (PEM) d’avril 2020 » et toutes les grandes régions du monde sont, ensemble, en récession. C’est ce qui inquiète un autre rapport du FMI de juin, sur la stabilité financière. Certes, «les prix des actifs à risque ont rebondi après leur chute précipitée de ce début d’année, tandis que les taux d’intérêt de référence ont baissé… grâce aux mesures rapides et audacieuses que les banques centrales ont prises… (mais) un décalage apparaît entre les marchés financiers et l’évolution de l'économie réelle ».

1 – Regarder les deux types de vagues : pays pauvres et pays industrialisés

L’Amérique Latine paraît la plus atteinte, si on prend en compte les nombres de cas, annonciateurs de décès plus importants encore, ce qui ne pourra avoir que des effets négatifs sur la croissance, l’emploi et la stabilité financière de ces pays. Plus menaçant est le cas de l’Inde, pays pauvre immensément peuplé, où les chiffres montrent toujours une accélération de la maladie, avec plus de 18 000 cas (officiels) par jour.

A côté viennent les pays industrialisés qui développent le plus de moyens possible, pour arrêter la chute (c’est fait) et plus encore alimenter la reprise chez eux. Les budgets et les banques centrales y sont, ensemble, à la manœuvre, avec des creusements des déficits d’un côté et, de l’autre, une remontée sans grande limite des achats de bons du trésor, plus des obligations d’entreprises de plus en plus risquées, en attendant les actions ! Le modèle japonais est-il ce qui nous attend ?


2 – Le Nasdaq, gagnant boursier d’une économie post COVID-19

Les « gagnants » et les « perdants » de la bourse demeurent. Les gagnants sont les GAFAM, au NASDAQ. Les perdants sont les entreprises plus classiques, dans la distribution, les industries, les banques et le pétrole, qu’on retrouvera au Cac 40. La refonte du capitalisme mondial se voit ainsi en vraie grandeur, sachant que le Nikkei et l’indice de Shanghai bénéficient des aides, soutiens, appuis, voire achats de leurs propres banques centrales, pour des raisons économiques et politiques (Chine).

3 – Les Banques Centrales, encore et toujours dans les pays industrialisés, le FMI pour les autres

Evidemment les Banques Centrales sont toujours là, surtout pour les pays industrialisés. Merci BCE doit dire l’économie française, avec un taux d’emprunt réel moyen négatif, alors qu’elle emprunte de plus en plus. Et ce n’est pas fini, puisque la FED (la Banque Centrale Américaine), même si elle achète de plus en plus de bons du trésor, faisant ainsi baisser les rendements nominaux, est à sa limite, compte-tenu de son déficit. En fait, le plus vraisemblable, est qu’elle cherche à obtenir un tel résultat : un quantitive easing important certes, mais pas au point de faire passer en territoire négatif la rémunération réelle de ses achats de bons du trésor. Ceci enverrait un signal par trop noir. Evidemment aussi, dans le cas italien, la BCE fait tout ce qu’elle peut, avec l’aide à venir de l’Union Européenne et du programme qu’elle amène. Mais l’Italie a une croissance négative et un rendement réel de sa dette de 1,5%, ce qui ne peut que détériorer encore sa situation.

Bref, la pandémie pèse sur la croissance et l’inflation dans les pays industrialisés. Les Banques Centrales et les budgets évitent des chutes profondes d’activité, mais ne permettent pas de miracle. La faiblesse italienne est manifeste, la crainte d’une rechute est partout, surtout aux Etats-Unis où elle semble avoir commencé.

4 – L’or, encore

Pas de surprise donc si l’or seul avance, valeur refuge en cas de nouvelle vague de la pandémie, tandis que les prix des matières premières sont tous à la baisse. Outre le signe déflationniste qu’ils envoient, c’est celui accrue de la crise des pays émergents. Ils sont largement tributaires des exportations de matières premières, plus de la chute des réceptions d’épargne des travailleurs expatriés dans les pays avancés.

5 – Le dollar toujours, mais l’inquiétude est là, avec le franc suisse (comme avec l’or)

Le dollar est toujours fort. Le franc suisse est toujours l’abri préféré, même si la Banque Centrale Suisse essaie toujours de freiner sa progression par rapport au dollar. La livre sterling souffre de la chute de l’activité, addition de la pandémie qui la frappe et du Brexit qui pourrait très mal finir. Le récent message inquiétant d’Angela Merkel en ce sens, disant que tout repose désormais sur le Royaume-Uni, n’est pas innocent. Dans les pays émergents, la double peine devient triple : récession plus pandémie font chuter les changes. C’est le cas pour le real brésilien qui a perdu presque le tiers de sa valeur depuis janvier et désormais pour la roupie indienne (-6,7%). C’est elle qu’il faudra suivre.

La pandémie s’étend et s’aggrave au plan sanitaire. Elle touche les grands pays pauvres, tandis que la situation américaine est loin de s’améliorer. Le FMI avertit, plus nettement que de coutume.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires