En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 9 heures 10 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 10 heures 9 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 14 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 16 heures 18 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 19 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 19 heures 54 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 20 heures 25 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 21 heures 1 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 9 heures 22 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 13 heures 25 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 16 heures 39 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 18 heures 37 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 19 heures 1 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 19 heures 33 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 20 heures 4 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 21 heures 11 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Chaises musicales

Le remaniement : une équation impossible ?

Publié le 24 juin 2020
William Thay et Pierre Fontaine évoquent la question du remaniement gouvernemental et les perspectives pour la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.
William Thay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Thay, est Président du Millénaire, think tank spécialisé en politiques publiques, travaillant à la refondation idéologique de la droite. 
Voir la bio
Pierre Fontaine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Fontaine est directeur du pôle politique du Millénaire, think-tank spécialisé en politiques publiques travaillant à la refondation de la droite.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Thay et Pierre Fontaine évoquent la question du remaniement gouvernemental et les perspectives pour la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.

La crise du coronavirus fait entrer le président de la République dans l’acte III de son quinquennat. Après une première rupture avec la crise des gilets jaunes, le confinement signe l’entrée dans une nouvelle ère, celle de la crise économique et de la route vers l’élection présidentielle de 2022. Menacé par la gronde sociale d’une part, par une majorité fragilisée, et enfin par des oppositions qui vont proposer une alternative lors des prochaines élections jusqu’à la présidentielle, Emmanuel Macron a besoin d’un acte fort pour reprendre la main.

Le remaniement est sa seule option viable

Une dissolution de l’Assemblée nationale semble risquée : si provoquer une alternance peut être une stratégie dans l’optique d’un second mandat (aucun Président n’a été réélu avec une majorité parlementaire depuis le Général de Gaulle en 1965), cela demeure un coup de poker (sans doute trop) audacieux. Une démission suivie d’une candidature apparaîtrait comme un coup d’état déguisé, tant la campagne serait impossible pour ses opposants. Tous les regards se tournent donc vers un remaniement ministériel. Tentons d’en dessiner les contours et d’en interroger les enjeux.

La première interrogation, est celle du maintien ou non d’Édouard Philippe au sein du gouvernement. À cet égard, le président de la République se trouve dans la même situation que Nicolas Sarkozy, 10 ans plus tôt, soit il préfère la stabilité en conservant son Premier ministre soit il tente d’instaurer une nouvelle dynamique en en choisissant un nouveau. En changeant de chef de gouvernement, Macron se mettrait des bâtons dans les roues en vue de la présidentielle à la fois en raison de la popularité grandissante d’Édouard Philippe mais également en raison de sa capacité à capter et parler à l’électorat de droite séduit par François Fillon en 2017 comme le démontre les différents scores de la République en Marche depuis sa nomination. De plus, la popularité importante et la gestion de la crise d’Édouard Philippe, saluée par l’opinion publique, en font un candidat crédible pour faire de l’ombre à Emmanuel Macron. Le Premier ministre actuel pourrait capter des voix chez l’électorat des Républicains, au sein duquel il jouit d’une popularité importante (61% d’opinion favorable, Elabe Juin 2020).

Enfin, il faut ajouter qu’il n’existe plus beaucoup d’options pour remplacer Edouard Philippe et conserver l’attrait des électeurs de droite, le poste est ainsi moins attractif qu’au début de quinquennat et les candidats crédibles de plus en plus rares. L’option Bruno Le Maire ne bouleverserait pas l’équation et n’offre pas d’avantage par rapport à l’actuel locataire, et les autres options seraient plutôt de choisir un fidèle du président (Alexis Kohler) ou quelqu’un de plus discret (Michel Barnier, Thierry Breton) pour mettre le chef de l’État en première ligne dans le dernier acte. Quant au maintien du Premier ministre, il ne serait pas non plus sans poser de difficultés. Il constitue la colonne vertébrale d’un gouvernement marquant son orientation plutôt à droite, conserver Édouard Philippe réduirait la marge de manœuvre d’Emmanuel Macron, d’étendre sa base électorale à gauche. Cependant, dans ce choix d’orientation, le président de la République se retrouverait dans une grande difficulté, quel Premier ministre pour parler à l’électorat de gauche qui a fui la République en Marche aux dernières élections européennes ?  

Quelle orientation pour le remaniement ?

La question de la stratégie de ce remaniement constitue la deuxième grande interrogation. Le président de la République dispose de 3 grandes catégories d’options : soit il continue à viser l’électorat de droite, soit il tente un virage vers les écologistes soit, enfin, il tente de renouer avec la recette qui a fait son succès, c’est-à-dire le « en-même temps », en parlant à la fois à l’électorat de centre-gauche et de centre-droit. Ces 3 options comportent des inconvénients, la première libérerait un espace politique à gauche, tandis que la seconde un espace à droite, et enfin la troisième pourrait rapidement transformer le « en-même temps » en « ni-ni », c’est-à-dire perdre des deux côtés du fameux cercle de la raison. Cette dernière contrainte se manifeste de plus en plus, avec une dissension claire qui s’institue entre la majorité parlementaire et le Gouvernement symbolisée par les orientations proposées par Gilles Le Gendre pour le remaniement.

En effet, le maintien du « en même temps », une forme de facilité intellectuelle, conduit le président de la République à voir émerger de chacun des côtés de sa majorité parlementaire des nouveaux groupes parlementaires pour influencer la politique du Gouvernement. Si cette stratégie est viable au début de quinquennat, l’apparition d’offre politique viable à gauche et à droite conduira inévitablement une partie des électeurs et des cadres à revenir dans leur famille politique d’origine, surtout avec l’enchainement politique des élections (mauvais résultat aux élections intermédiaires : municipales, départementales et régionales), pouvant mettre fin à l’expérience Macron. On a vu ainsi vu plusieurs tendances s’exprimer pendant la crise sanitaire, la tendance socialiste et écologiste d’abord prônant des solutions keynésiennes illustrées par les propositions de la convention climat et optant plutôt pour un modèle multiculturel anglo-saxon symbolisé par les positions de Christophe Castaner prêt à mettre un genou à terre, et celle d’une droite plus classique ensuite, souhaitant poursuivre la réforme des retraites, et tenant des positions plus républicaines que celles de l’aile gauche du parti. Alors que pendant plusieurs années, LREM était caractérisé comme un parti « godillot » avec un seul et unique penseur, le président de la République, les différentes crises et la peur d’un échec cuisant conduit à des initiatives des cadres, fragilisant l’unité et la cohérence idéologique du parti présidentiel, chacun jouant sa petite musique. Quoi qu’il en soit Emmanuel Macron va devoir faire un choix, il ne pourrait pas composer avec toutes ses aspirations au sein d’un même gouvernement.

Le troisième grand enjeu est celui des compétences des individus. À ce titre, le président de la République fait face à un dilemme entre rappeler des anciens ténors de la vie politique ou conserver l’ADN de son mouvement et « prendre son risque » en faisant émerger de nouvelles personnalités. Choisir la première option permettrait d’éviter les trop nombreuses erreurs politiques commises par certains de ses ministres (Sibeth N’Diaye, Christophe Castener, etc.), tout en offrant une meilleure crédibilité en termes de gestion, mais pourrait être vu comme une rupture avec sa promesse originelle du nouveau monde. Choisir la seconde option offre l’aspect positif de permettre à minima une rupture sur la forme avec de nouveaux visages, mais dans le même temps, cela pourrait inquiéter les Français sur leurs capacités à saisir l’enjeu de la crise. En effet, les échecs successifs de Nathalie Loiseau, Benjamin Griveaux, Agnès Buzyn, Christophe Castaner, Sibeth N’Diaye ne permettent pas de donner un gage de sérieux aux ressources humaines restantes de la République en Marche. Pour affronter le dernier acte de son quinquennat, Emmanuel Macron pourrait cependant opter pour un gouvernement de fidèles, au service de la Présidence. Cette équipe devrait ainsi intégrer des profils appartenant aussi bien de la première option que de la seconde, avec un mélange subtil entre les deux.

Plutôt que d’une arme permettant de relancer son quinquennat, le remaniement se trouve être une équation complexe pour le président de la République puisqu’il l’oblige à trancher dans un sens. L’actuel locataire se retrouve ainsi dans la même situation que Nicolas Sarkozy, il y a 10 ans, qui avait choisi la stabilité en conservant François Fillon. Le résultat de l’élection présidentielle 2012 étant connu, il n’est pas étonnant que l’ancien Président conseille à son successeur de choisir la disruption avec un changement complet, mais cette option ne lui offre pas non plus davantage de certitudes quant à une issue différente en 2022. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 24/06/2020 - 21:12
Philippe populaire ?
Sa gestion catastrophique du confinement , son obligation de devoir " gérer son risque judiciaire", selon les propos de Macron lui-même ( cité par Philippe de Villiers) le rendent populaire ? Vraiment ? Disons plutôt que l'effondrement de Macron lui profite: au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.