En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 37 min 42 sec
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 1 heure 25 min
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 4 heures 17 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 4 heures 17 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 21 heures 38 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 55 min 27 sec
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 1 heure 51 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 4 heures 1 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 4 heures 15 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 4 heures 17 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 21 heures 20 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 22 heures 15 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Chaises musicales

Le remaniement : une équation impossible ?

Publié le 24 juin 2020
William Thay et Pierre Fontaine évoquent la question du remaniement gouvernemental et les perspectives pour la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.
William Thay
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Thay, est Président du Millénaire, think tank spécialisé en politiques publiques, travaillant à la refondation idéologique de la droite. 
Voir la bio
Pierre Fontaine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Fontaine est directeur du pôle politique du Millénaire, think-tank spécialisé en politiques publiques travaillant à la refondation de la droite.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Thay et Pierre Fontaine évoquent la question du remaniement gouvernemental et les perspectives pour la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron.

La crise du coronavirus fait entrer le président de la République dans l’acte III de son quinquennat. Après une première rupture avec la crise des gilets jaunes, le confinement signe l’entrée dans une nouvelle ère, celle de la crise économique et de la route vers l’élection présidentielle de 2022. Menacé par la gronde sociale d’une part, par une majorité fragilisée, et enfin par des oppositions qui vont proposer une alternative lors des prochaines élections jusqu’à la présidentielle, Emmanuel Macron a besoin d’un acte fort pour reprendre la main.

Le remaniement est sa seule option viable

Une dissolution de l’Assemblée nationale semble risquée : si provoquer une alternance peut être une stratégie dans l’optique d’un second mandat (aucun Président n’a été réélu avec une majorité parlementaire depuis le Général de Gaulle en 1965), cela demeure un coup de poker (sans doute trop) audacieux. Une démission suivie d’une candidature apparaîtrait comme un coup d’état déguisé, tant la campagne serait impossible pour ses opposants. Tous les regards se tournent donc vers un remaniement ministériel. Tentons d’en dessiner les contours et d’en interroger les enjeux.

La première interrogation, est celle du maintien ou non d’Édouard Philippe au sein du gouvernement. À cet égard, le président de la République se trouve dans la même situation que Nicolas Sarkozy, 10 ans plus tôt, soit il préfère la stabilité en conservant son Premier ministre soit il tente d’instaurer une nouvelle dynamique en en choisissant un nouveau. En changeant de chef de gouvernement, Macron se mettrait des bâtons dans les roues en vue de la présidentielle à la fois en raison de la popularité grandissante d’Édouard Philippe mais également en raison de sa capacité à capter et parler à l’électorat de droite séduit par François Fillon en 2017 comme le démontre les différents scores de la République en Marche depuis sa nomination. De plus, la popularité importante et la gestion de la crise d’Édouard Philippe, saluée par l’opinion publique, en font un candidat crédible pour faire de l’ombre à Emmanuel Macron. Le Premier ministre actuel pourrait capter des voix chez l’électorat des Républicains, au sein duquel il jouit d’une popularité importante (61% d’opinion favorable, Elabe Juin 2020).

Enfin, il faut ajouter qu’il n’existe plus beaucoup d’options pour remplacer Edouard Philippe et conserver l’attrait des électeurs de droite, le poste est ainsi moins attractif qu’au début de quinquennat et les candidats crédibles de plus en plus rares. L’option Bruno Le Maire ne bouleverserait pas l’équation et n’offre pas d’avantage par rapport à l’actuel locataire, et les autres options seraient plutôt de choisir un fidèle du président (Alexis Kohler) ou quelqu’un de plus discret (Michel Barnier, Thierry Breton) pour mettre le chef de l’État en première ligne dans le dernier acte. Quant au maintien du Premier ministre, il ne serait pas non plus sans poser de difficultés. Il constitue la colonne vertébrale d’un gouvernement marquant son orientation plutôt à droite, conserver Édouard Philippe réduirait la marge de manœuvre d’Emmanuel Macron, d’étendre sa base électorale à gauche. Cependant, dans ce choix d’orientation, le président de la République se retrouverait dans une grande difficulté, quel Premier ministre pour parler à l’électorat de gauche qui a fui la République en Marche aux dernières élections européennes ?  

Quelle orientation pour le remaniement ?

La question de la stratégie de ce remaniement constitue la deuxième grande interrogation. Le président de la République dispose de 3 grandes catégories d’options : soit il continue à viser l’électorat de droite, soit il tente un virage vers les écologistes soit, enfin, il tente de renouer avec la recette qui a fait son succès, c’est-à-dire le « en-même temps », en parlant à la fois à l’électorat de centre-gauche et de centre-droit. Ces 3 options comportent des inconvénients, la première libérerait un espace politique à gauche, tandis que la seconde un espace à droite, et enfin la troisième pourrait rapidement transformer le « en-même temps » en « ni-ni », c’est-à-dire perdre des deux côtés du fameux cercle de la raison. Cette dernière contrainte se manifeste de plus en plus, avec une dissension claire qui s’institue entre la majorité parlementaire et le Gouvernement symbolisée par les orientations proposées par Gilles Le Gendre pour le remaniement.

En effet, le maintien du « en même temps », une forme de facilité intellectuelle, conduit le président de la République à voir émerger de chacun des côtés de sa majorité parlementaire des nouveaux groupes parlementaires pour influencer la politique du Gouvernement. Si cette stratégie est viable au début de quinquennat, l’apparition d’offre politique viable à gauche et à droite conduira inévitablement une partie des électeurs et des cadres à revenir dans leur famille politique d’origine, surtout avec l’enchainement politique des élections (mauvais résultat aux élections intermédiaires : municipales, départementales et régionales), pouvant mettre fin à l’expérience Macron. On a vu ainsi vu plusieurs tendances s’exprimer pendant la crise sanitaire, la tendance socialiste et écologiste d’abord prônant des solutions keynésiennes illustrées par les propositions de la convention climat et optant plutôt pour un modèle multiculturel anglo-saxon symbolisé par les positions de Christophe Castaner prêt à mettre un genou à terre, et celle d’une droite plus classique ensuite, souhaitant poursuivre la réforme des retraites, et tenant des positions plus républicaines que celles de l’aile gauche du parti. Alors que pendant plusieurs années, LREM était caractérisé comme un parti « godillot » avec un seul et unique penseur, le président de la République, les différentes crises et la peur d’un échec cuisant conduit à des initiatives des cadres, fragilisant l’unité et la cohérence idéologique du parti présidentiel, chacun jouant sa petite musique. Quoi qu’il en soit Emmanuel Macron va devoir faire un choix, il ne pourrait pas composer avec toutes ses aspirations au sein d’un même gouvernement.

Le troisième grand enjeu est celui des compétences des individus. À ce titre, le président de la République fait face à un dilemme entre rappeler des anciens ténors de la vie politique ou conserver l’ADN de son mouvement et « prendre son risque » en faisant émerger de nouvelles personnalités. Choisir la première option permettrait d’éviter les trop nombreuses erreurs politiques commises par certains de ses ministres (Sibeth N’Diaye, Christophe Castener, etc.), tout en offrant une meilleure crédibilité en termes de gestion, mais pourrait être vu comme une rupture avec sa promesse originelle du nouveau monde. Choisir la seconde option offre l’aspect positif de permettre à minima une rupture sur la forme avec de nouveaux visages, mais dans le même temps, cela pourrait inquiéter les Français sur leurs capacités à saisir l’enjeu de la crise. En effet, les échecs successifs de Nathalie Loiseau, Benjamin Griveaux, Agnès Buzyn, Christophe Castaner, Sibeth N’Diaye ne permettent pas de donner un gage de sérieux aux ressources humaines restantes de la République en Marche. Pour affronter le dernier acte de son quinquennat, Emmanuel Macron pourrait cependant opter pour un gouvernement de fidèles, au service de la Présidence. Cette équipe devrait ainsi intégrer des profils appartenant aussi bien de la première option que de la seconde, avec un mélange subtil entre les deux.

Plutôt que d’une arme permettant de relancer son quinquennat, le remaniement se trouve être une équation complexe pour le président de la République puisqu’il l’oblige à trancher dans un sens. L’actuel locataire se retrouve ainsi dans la même situation que Nicolas Sarkozy, il y a 10 ans, qui avait choisi la stabilité en conservant François Fillon. Le résultat de l’élection présidentielle 2012 étant connu, il n’est pas étonnant que l’ancien Président conseille à son successeur de choisir la disruption avec un changement complet, mais cette option ne lui offre pas non plus davantage de certitudes quant à une issue différente en 2022. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 24/06/2020 - 21:12
Philippe populaire ?
Sa gestion catastrophique du confinement , son obligation de devoir " gérer son risque judiciaire", selon les propos de Macron lui-même ( cité par Philippe de Villiers) le rendent populaire ? Vraiment ? Disons plutôt que l'effondrement de Macron lui profite: au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.