En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

02.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 8 min 18 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 15 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 8 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 2 heures 52 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 4 heures 43 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 4 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 21 heures 43 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 10 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 26 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 1 heure 46 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 27 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 33 sec
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 20 heures 44 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 21 heures 58 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Remaniement

Edouard Philippe caracole loin devant Emmanuel Macron dans les sondages : raison de plus pour le garder. Ou pour le renvoyer... ?

Publié le 23 juin 2020
Emmanuel Macron a-t-il intérêt à remplacer son Premier ministre ou doit-il le maintenir à la tête du gouvernement au regard de sa popularité dans l'opinion ? Comment Emmanuel Macron peut-il regagner la confiance des Français ?
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron a-t-il intérêt à remplacer son Premier ministre ou doit-il le maintenir à la tête du gouvernement au regard de sa popularité dans l'opinion ? Comment Emmanuel Macron peut-il regagner la confiance des Français ?

Atlantico.fr : Alors qu'Edouard Philippe caracole en tête des sondages face à Emmanuel Macron, le président a-t-il davantage intérêt à remplacer son Premier ministre qu'à le garder à la tête du gouvernement ?

Bruno Cautrès : Les deux options présentent des avantages et des inconvénients.  Remplacer Edouard Philippe, alors que son personnage est maintenant bien connu des français qui ont apprécié sa gestion de la crise sanitaire, présente un part de risque importante néanmoins. Par ailleurs, l’électorat de centre-droit apprécie que l’un des leurs soit à la tête du gouvernement. Ne pas le remplacer, c’est en revanche prendre le risque de ne pas « imprimer » dans l’opinion publique qu’un changement de cap est pris par Emmanuel Macron. Quoi qu’il en soit, je crois que pour l’exécutif le problème n’est pas vraiment dans le ratio coûts / avantages de ces deux options. Si Emmanuel Macron décide qu’il est temps de changer de Premier ministre, son problème sera de livrer aux Français une explication crédible et convaincante des raisons qui ont conduit à cette décision : qu’est-ce que le ou la nouvelle chef du gouvernement sait faire, sait incarner, qu’Edouard Philippe ne pouvait faire ou incarner. Répondre à cette question est importante puisque les Français apprécient davantage (et même bien davantage) Edouard Philippe qu’Emmanuel Macron. Enfin, s’il faut incarner un changement de cap par un changement de chef du gouvernement, quelle explication donnera Emmanuel Macron sur le bilan des trois ans de gouvernement d’Edouard Philippe ? Changer le Premier ministre pour reprendre les réformes en cours serait un peu contradictoire.

Emmanuel Macron a-t-il raison de s'inquiéter de la popularité de son Premier ministre ?

Non, s’il s’en inquiète c’est une erreur de jugement. Edouard Philippe n’a pas un profil de « Brutus » et ne se situe pas dans le cadre d’une candidature à l’Elysée, du moins pour 2022. De toute façon, il lui serait politiquement impossible d’expliquer aux Français qu’il veut être candidat en 2022 contre Emmanuel Macron alors qu’il aurait été son premier ministre pendant 3 ans. Ce qui doit inquiéter Emmanuel Macron, en revanche, ce sont les raisons pour lesquelles, malgré une implication considérable dans la gestion de la crise, malgré les multiples tentatives pour se « réinventer », son image reste inchangée dans l’opinion. Il en avait été de même après le Grand débat national ; où l’implication du chef de l’Etat avait été également considérable. En ce qui concerne les inquiétudes qu’il pourrait avoir à propos de la popularité d’Edouard Philippe, il ne doit pas oublier que l’actuel Premier ministre dispose d’une assez bonne image parmi les sympathisants LR. Or, cette frange de l’électorat va jouer un rôle décisif en 2022.  Si Emmanuel Macron remplaçait Edouard Philippe par une personnalité venue du centre gauche, cette frange de l’électorat aurait en ligne de mire des questions importantes pour des électeurs de centre-droit (les impôts, les taxes, les déficits, le nombre de fonctionnaires) et surveillerait attentivement les décisions prises par l’exécutif pour mettre en œuvre le nouveau cap d’Emmanuel Macron.

Quelles solutions Emmanuel Macron a-t-il à sa portée afin de retrouver une popularité dans l'opinion ?

C’est très complexe. L’image d’Emmanuel Macron est aujourd’hui assez figée dans l’électorat. D’un côté une minorité de Français voit en lui un réformateur courageux et « qui fait les réformes que personne n’a fait avant lui ». C’est son socle de 2017 au premier tour. Un majorité de Français un une mauvaise image de lui : le « président des riches », trop « arrogant » et qui est incapable de comprendre les problèmes des Français. Durant toute une première partie de son quinquennat, une partie de l’opinion était hésitante et disait : « il faut lui laisser sa chance », il est jeune et il apprend de ses erreurs. Mais cette part s’est réduite : Emmanuel Macron a effectué près des 2/3 de son mandat et mécaniquement cette partie de l’électorat, en attente bienveillante vis-à-vis du chef de l’Etat, s’est forcément rangée dans l’un ou l’autre des deux camps, les « pro » et les « anti » Macron. Il ne faut pas oublier que le regard que portent les Français sur Emmanuel Macron est en partie relatif : ils ne voient toujours pas d’alternative. Ce qui est surprenant, dans notre vie politique aujourd’hui, c’est non seulement à quel point l’image du chef de l’Etat est figée mais à quel point les partis politiques traditionnels n’arrivent pas à catapulter dans l’espace public une personnalité qui incarnerait pour leurs électeurs une alternative. Comment expliquer qu’en trois ans aucun élu local PS ou LR, jeune, talentueux, ambitieux, n’ait pu sortir des rangs, casser les codes et s’affirmer ? Et qu’attendent ces formations politiques pour nous faire connaître les concepts, les mots-clefs, les thèmes qu’ils veulent incarner en 2022 ? On ne saura où l’opinion publique en est vis-à-vis d’Emmanuel Macron pour 2022 que lorsque des personnalités issues des formations politiques qui ont exercé le pouvoir se seront clairement mises sur les rangs et donneront de l'ampleur à leurs propositions. Côté Rassemblement national, tout le monde sait où l’on en est à cet égard : Marine Le Pen sera candidate en 2022 et Jordan Bardella occupera sans doute une place de choix dans sa campagne. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires