En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 7 heures 19 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 9 heures 10 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 10 heures 39 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 11 heures 57 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 12 heures 36 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 7 heures 5 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 7 heures 53 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 8 heures 37 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 12 heures 15 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 13 heures 26 sec
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 13 heures 21 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 14 heures 12 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
En même temps

Besoin d'apaisement : l'allocution d'Emmanuel Macron attendue tant par les policiers que par les victimes de violences

Publié le 14 juin 2020
L'allocution d'Emmanuel Macron, ce dimanche, intervient dans un contexte de grogne autour des violences policières.
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'allocution d'Emmanuel Macron, ce dimanche, intervient dans un contexte de grogne autour des violences policières.

Atlantico : Comment, dans son allocution de ce dimanche, Emmanuel Macron doit il se positionner politiquement face à la gronde populaire autour des violences policières ?

Chloé Morin : La grande difficulté de la crise actuelle est qu’elle intervient sur un terrain miné. Nous évoluons en effet dans un contexte où :
- les priorités sanitaires et économiques occupent déjà les esprits, et créent une atmosphère de tensions, voire de souffrance psychologique, qui fait que les gens sont pour certains déjà à fleur de peau
- les sujets des violences policières, comme du ras le bol policier face à des conditions d’exercice de leur métier ressenties comme de plus en plus difficiles, sont des sujets qui remontent à loin et n’ont pas été traités assez tôt. Dès lors, il s’agit de les traiter de la pire des manières, c’est à dire à chaud, dans l’urgence et dans l’émotion.

Dans ce contexte, Emmanuel Macron est attendu tant par les Policiers, qui attendent une reconnaissance des sacrifices consentis depuis plusieurs années, que par les victimes de violences policières ou de racisme, qui là aussi attendent que l’on reconnaissent leurs souffrances. Le pire serait de mettre le doigt dans la mécanique mortifère de la concurrence victimaire. Le Président doit également contourner un écueil fréquent : celui de mettre en concurrence la demande de justice (ici, sur les violences et le racisme) et la demande d’ordre engendrée dans l'opinion par les manifestations des derniers jours. Si la période n’était pas si dramatique, on pourrait faire un clin d’oeil à Ségolène Royal en empruntant son expression d’ordre juste, car il s’agit bien de l’enjeu ici.

Quelles sont les attentes de l'opinion sur cette question ?

En quittant son ministère, Gérard Collomb - celui qui a dit au Monde, il y a quelques jours, que comme il était parti, le Président risquait de ne pas être réélu …- évoquait sa crainte que deux France ne finissent « face à face », et que les tensions ne dégénèrent en affrontements. Il faisait là référence à une peur très largement partagée. Souvenons nous que la guerre de religions, la guerre civile, fait partie de notre imaginaire pour des raisons historiques. Plus de 80% des français disent avec constance, depuis 15 ans, craindre un embrasement prochain des banlieues. Il y a donc des craintes très largement partagées et c’est sans doute la demande d’ordre qui l’emportera sur la demande de justice, si les deux exigences venaient à être mises en concurrence - ce que je crains.

Il faut bien saisir le mécanisme qui est à l’oeuvre ici, un cercle vicieux par lequel deux extrêmes, deux dérives anti-républicaines s’affrontent et se nourrissent l’une-l’autre. D’un côté, se trouveront toujours quelques groupes au républicanisme douteux qui plaqueront sur les humiliations leur logiciel différentialiste. Qui diront aux victimes de racisme ou de discriminations: si c’est “en tant que” -noirs, arabes, musulmans, que sais-je…- que l’on vous maltraite, alors retournez le stigmate, revendiquez cette identité à laquelle on vous réduit. L’universalisme, la République, ne font rien pour vous, seule la communauté saura vous rendre justice et vous protéger.

De l’autre, ceux qui – les policiers, mais aussi ceux que Marion Maréchal Le Pen a désignés cette semaine, dans une courte vidéo, de “blancs” qui n’auraient pas à s’excuser - las de s’excuser de crimes et de fautes dont ils ne se sentent nullement responsables, ont le sentiment que les demandes d’égalité viennent réduire un peu plus leurs propres droits. C’est un groupe composé de tous ceux qui, souvent, ne revendiquent rien alors qu’il y aurait tant à dire –sur l’accès aux soins, le pouvoir d’achat…- et ne supportent pas que d’autres osent encore demander à une promesse républicaine qui a trahi tout le monde d’être à la hauteur. 

L’enjeu, pour le Président, est d’éviter que les deux groupes - le second pesant bien plus que le premier - ne s’exaspèrent et ne s’affrontent. Donc de les réconcilier autour de principes républicains, car au fond, chaque groupe dérive en raison d’aspirations républicaines déçues. Pour le premier groupe, la dominante sera la justice et l’égalité, pour le second, ce sera l’ordre - mais l’ordre entendu au sens de respect des droits et des devoirs de chacun, sans qu’aucun citoyen ne soit « au dessus » ni en dessous des autres, sans que l’on n’accorde davantage de droits à certains en raison d’un statut de victime.

Peut-il jouer la carte de l’apaisement comme lors de la crise des gilets jaunes ?

L’apaisement est attendu, il est même urgent. Mais l’apaisement n’est pas le « en même temps ». C’est d’ailleurs une des difficultés d’Emmanuel Macron depuis le début, que de chercher des compromis « pragmatiques » là où lorsque les principes Républicains sont en jeu, ils ne peuvent être ni négociés, ni découpés en tranches. 

Le Président est le garant des institutions et des principes fondamentaux de la Nation. Notre culture étant profondément différente de celle des Etats Unis - démocrate avant tout, alors que nous sommes républicains plus que démocrates -, il n’est pas question de reconnaitre des communautés ou des clans, mais de rendre justice à des individus, des citoyens. 
La réponse Présidentielle ne peut être « quelque chose pour les policiers, quelque chose pour les manifestants », un point équidistant des deux pôles qui semblent ici s’affronter. 
Il me semble qu’il faudra articuler la demande d’égalité, de justice, et d’ordre, mais un discours ne suffira pas. Cela fait bien longtemps que les Français ont le sentiment que les valeurs républicaines ont perdu de leur sens, car elles ne s’appliquent plus dans leur quotidien. Manuel Valls avait tenté de leur redonner du contenu, après les attentats de 2015, à travers une série de « Comités interministériels ». Mais les progrès accomplis s’étaient révélés très en deçà des attentes. Il me semble donc que l’enjeu principal pour le Président n’est pas simplement de faire un discours républicain, mais de se donner les moyens de sa déclinaison concrète et rapide - et ce, dans un contexte où l’on vient de se rendre compte, avec la COVID-19, que nos procédures administratives étaient des freins à la bonne application des décisions politiques...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 15/06/2020 - 07:55
Macron : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil
Blabla, blabla, blabla !...

En même temps ...
faux cul et menteur
alors,
quand est-ce qu'on le vire ???

Souvenir, souvenir ==> https://www.youtube.com/watch?v=yjdQZlCxtcc
J'accuse
- 14/06/2020 - 19:17
Je sais déjà ce qu'il va dire
Macron ne cherche pas l'apaisement mais à traverser les crises sans trop de dommages pour être réélu dans 2 ans. Apaiser nécessite aussi d'être fort et courageux, et Macron est faible et lâche.
Il va donc esquiver ses responsabilités en les renvoyant à d'autres, et caresser tous les énervés dans le sens du poil. Il dira qu'il va charger son Premier ministre de faire ce qu'il faut.
Double intérêt pour Macron: il met Philippe en difficulté, et se place au-dessus de la mêlée pour ne pas prendre de coups.
Est-ce que ça va marcher ? Bien sûr que non.
jurgio
- 14/06/2020 - 17:35
Journal intime d'un citoyen imposable
Dimanche 20h40 : rien à signaler