En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 8 heures 40 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 11 heures 42 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 12 heures 33 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 heures 50 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 18 heures 22 sec
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 18 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 19 heures 11 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 19 heures 45 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 9 heures 5 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 12 heures 7 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 15 heures 35 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 17 heures 34 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 18 heures 10 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 19 heures 7 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 20 heures 3 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Propagation

Covid-19 : la carte qui prouve la saisonnalité du virus

Publié le 14 juin 2020
Des chercheurs sont parvenus à créer une carte dynamique prouvant le caractère saisonnier du coronavirus. Ils seraient donc capables d'aider à anticiper sa propagation.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs sont parvenus à créer une carte dynamique prouvant le caractère saisonnier du coronavirus. Ils seraient donc capables d'aider à anticiper sa propagation.

Atlantico : Des chercheurs sont parvenus à créer une carte dynamique prouvant le caractère saisonnier du virus. Par voie de conséquence, ils seraient donc capables d'aider à anticiper la propagation du virus. Quels éléments d'observation et outils analytiques ont-ils été employés pour constituer cette carte ?

Stéphane Gayet : Ce travail de recherche a été mené par des spécialistes en santé publique de l’université du Maryland à Baltimore. Le Maryland est un petit État de la côte est des États-Unis d’Amérique, proche de Washington. Une possible saisonnalité de la CoVid-19 a maintes fois été supposée, depuis le début de la pandémie. Le professeur Marc Lipsitch de l’université Harvard à Boston (État du Massachusetts, sur la côte est, au nord de New York), spécialiste en épidémiologie des maladies infectieuses, l’avait même supposé très tôt, avançant l’idée selon laquelle le SARS-CoV-2 deviendrait dans quelque temps – une fois la pandémie dissipée – une infection respiratoire virale saisonnière, au même titre que la grippe et les infections respiratoires virales bénignes des voies aériennes supérieures (rhumes et rhinopharyngites de la saison froide et d’origine virale). Mark Lipsitch ne savait probablement pas encore, en mars, qu’une grande partie de la population était en réalité prémunie contre la CoVid-19, du fait d’une immunité croisée avec plusieurs coronavirus respiratoires bénins, agents de rhumes et de rhinopharyngites (alpha coronavirus, et bêta coronavirus comme les SARS-CoV-1, SARS-CoV-2 et MERS-CoV).

Si l’on observe la courbe des hospitalisations pour CoVid-19 en France, c’est édifiant. C’est l’une des courbes les plus pertinentes et intéressantes, car il s’agit des personnes hospitalisées et confirmées biologiquement. Elle commence lors de la première quinzaine de mars, connaît un pic vers le 15 avril, puis s’infléchit lentement. Elle est générée en temps réel par Santé publique France et disponible (en cherchant bien) sur leur site : cliquer sur « synthèse » pour faire apparaître la courbe. On peut s’étonner que personne ne parle de cette courbe qui est pourtant l’indicateur clef de l’épidémie en France. Le 12 juin y figure (avant-hier). On voit parfaitement que le début du déconfinement le 11 mai n’a strictement rien modifié à l’allure de cette courbe. Manifestement, la situation est contrôlée et la (première) vague va s’achever tout doucement.

L’allure de cette courbe française peut faire penser à une saisonnalité de la CoVid-19. Cette évolution n’est bien sûr pas propre à la France ; elle a pu être observée dans les pays à climat tempéré qui ont pris des mesures préventives du même type que nous.

On peut faire le même constat avec une courbe proche, mais en dents de scie : il s’agit de la courbe des nouvelles hospitalisations qui présente l’intérêt de ne pas être influencée par la durée des hospitalisations.

Cette deuxième courbe provient bien sûr du même site ; elle est accessible à cette adresse URL (cliquer sur « synthèse » pour faire apparaître la courbe).

Les chercheurs de Baltimore ont examiné les données climatiques de 50 villes du monde entier avec ou sans propagation importante de la CoVid-19. C’est ainsi que huit grandes villes avec une forte densité de population et une propagation importante de la CoVid-19 (d’Ouest en Est : Seattle, États-Unis ; Madrid, Espagne ; Paris, France ; Milan, Italie ; Qom, Iran ; Wuhan, Chine ; Daegu, Corée du Sud ; Tokyo, Japon) ont été comparées à 42 villes qui n'ont pas ou que peu été touchées par la pandémie. Les données ont été recueillies de début janvier au 10 mars 2020.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces chercheurs américains ont utilisé une base de données européenne. En effet, un an après l'Accord de Paris, le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) a lancé ERA-5, l'outil de surveillance du changement climatique à l'échelle mondiale le plus puissant à ce jour. Ils ont donc utilisé les données ERA-5, en les réanalysant.

Résultats de l’étude

Les huit villes énumérées ci-dessus sont situées sur une bande étroite de latitudes, à peu près entre le 30e degré de latitude nord et le 50e degré de latitude nord.

Ces huit grandes villes présentent des conditions climatiques toujours similaires, avec des températures moyennes au 10 mars 2020 comprises entre 5 et 11 °C, combinées à une faible humidité spécifique (3 à 6 g/kg) et une faible humidité absolue (4 à 7 g/m3).
L’humidité spécifique est la vraie teneur intrinsèque en eau de l'air ; elle est indépendante de la température et de la pression de l’air. L’humidité absolue est la concentration en eau de l’air ; elle varie avec la température et la pression, car ces deux grandeurs ont une influence sur la densité de l’air. En fait, l’expression d’humidité absolue se distingue surtout de celle d’humidité relative qui, elle, s’exprime en taux (pourcentage).

Par exemple, alors que Wuhan, en Chine (30,8 degrés de latitude nord) a enregistré 3136 décès et 80 757 cas, Moscou, en Russie (56,0 degrés de latitude nord), a enregistré 0 décès et 10 cas, tandis que Hanoi, au Vietnam (21,2 degrés de latitude nord), a enregistré 0 décès et 31 cas.

Voici donc la carte que ces chercheurs ont produite. La bande de latitudes isothermes (5 à 11 °C) se situe entre les deux lignes rouges ; elle est colorée en vert ; on voit que la latitude de cette bande est fluctuante, en raison des facteurs climatiques propres à chaque région du Monde ; mais elle reste assez bien définie.

Les huit grandes villes en question sont indiquées par un cercle blanc (d’Ouest en Est : Seattle, Madrid, Paris, Milan, Qom, Wuhan, Daegu, Tokyo).

Quel comportement du virus en déduit-on ?

Étant donné que d’autres maladies infectieuses virales respiratoires sont déjà connues pour être saisonnières (grippe, infections para grippales, rhumes et rhinopharyngites), on a eu le temps de se pencher sur les raisons de cette saisonnalité.

En voici les trois explications que l’on avance actuellement.

1. Plus il fait froid et plus l’air est sec, c’est-à-dire pauvre en vapeur d’eau (la vapeur d’eau est invisible, c’est un gaz ; à la différence des microgouttelettes qui sont liquides). Or, l’air sec – mais pas trop – favorise la circulation des microgouttelettes et des particules aéroportées dans l’air ; alors que l’air humide la contrarie au contraire.

2. Quand il fait froid, nos muqueuses respiratoires sont agressées par le froid et desséchées (c’est en hiver qu’il y a le plus de saignements de nez ou épistaxis), ce qui favorise l’infection virale.

3. Pendant la saison froide, on se rassemble et l’on se concentre beaucoup plus dans des locaux peu ventilés (transports en commun, bars, salles de spectacle, salles de sport…), que pendant les autres saisons, ce qui favorise la contamination interhumaine.

La courbe ci-après, provenant de la même étude, confirme que ce sont des conditions particulières de température et d’humidité qui favorisent la contamination interhumaine et l’infection par le virus SARS-CoV-2, en un mot l’épidémie. Les huit villes déjà citées sont représentées en couleur orange. Ce graphique est lui aussi démonstratif.

 

Cette carte va-t-elle réellement permettre d'anticiper la propagation du virus ?

Si cette caractéristique de l’infection CoVid-19 se confirmait, cela voudrait dire que l’on pourrait en effet anticiper les vagues épidémiques d’infection à SARS-CoV-2.

Ce sera particulièrement important quand on disposera tant d’un vaccin que d’un traitement curatif reconnu comme efficace et sûr.

Cela permettra aux autorités de santé de préparer la vague épidémique sur tous les plans, notamment celui de la communication (qui n’a pas été exemplaire). On pourra ainsi constituer des réserves de masques et les commerçants pourront s’équiper de tout le matériel nécessaire (marquage au sol, cloisons de plexiglas …).

Quant à la population, elle sera plus sereine et moins prise au dépourvu, moins bousculée et déstabilisée. Elle aura le temps de s’organiser en amont de la vague épidémique.

Mais cette saisonnalité devra tout de même être étudiée davantage. Il n’en reste pas moins vrai qu’il s’agit ici d’une publication pleine d’intérêt à tous points de vue.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Atlantico
- 14/06/2020 - 20:01
Pas convaincu
Pas convaincu. New-York, pourtant très touchée, n'est pas dans la bande indiquée. Alors que le Japon, pourtant très peu touché, semble y être...
JG
- 14/06/2020 - 19:28
@J'accuse
Exactement !
Ce virus n'est dangereux (à quelques exceptions près mais c'est vrai aussi pour le virus de la grippe saisonnière et personne n'y a jamais fait attention. Il suffit donc de protéger (par vaccin ou confinement) les personnes à risques pendant l'épidémie et on n'a pas besoin d'arrêter l'économie pendant ce qui tuera certainement plus que l'épidémie elle--même. Déjà 4000 morts de plus en Ile de France des conséquences d'un infarctus pour les deux mois de confinement. Ajoutez les morts du reste de la France pour la même raison, ceux qui le seront bientôt car leur cancer s'est révélé ou aggravé sans traitement, etc... et vous tomberez très vite sur un chiffre équivalent à celui des morts du Covid....
J'accuse
- 14/06/2020 - 16:56
Pas besoin de vaccin
Il faudrait encourager la diffusion du virus le plus largement et rapidement possible, tout en protégeant les personnes vulnérables -qui sont connues- plutôt que chercher à mettre tout le monde à l'abri d'une infection avec un confinement.
Je suis prêt à être contaminé et à propager "mon" virus à tous les volontaires, par serrement de mains non lavées ou bisous mouillés. Je tiendrai aussi une conférence dans une salle entièrement close, en parlant fort pour envoyer mes postillons le plus loin possible.
Évidemment, ça nécessite des masques efficaces et des hôpitaux bien équipés pour la petite minorité à risque, et c'est ça qui gêne nos gouvernants: ils ne savent pas faire et préfèrent enfermer tout le monde en tuant l'économie: plus facile et plus protecteur pour eux. Même si au final, ça ne protège personne du virus et ça tue plein de gens à cause des conséquences sociales. Mais ça, ils s'en foutent: il suffit d'études bidon pour prouver qu'ils ont bien fait, et hop ! le tour est joué.