En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 min 39 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 37 min 42 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 44 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 37 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 21 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 13 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 34 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 7 min 7 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 40 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 1 heure 55 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 15 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 2 heures 57 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 29 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 21 heures 13 min
© NICHOLAS KAMM / AFP
© NICHOLAS KAMM / AFP
America First

OMS, OMC, CPI et cie : ces institutions que veut dynamiter Donald Trump sont-elles capables de corriger leurs (énormes) défauts ?

Publié le 14 juin 2020
Donald Trump a fait des institutions internationales multilatérales un bouc émissaire lui permettant d'apparaître comme le défenseur d'une Amérique menacée par un ennemi extérieur.
Pierre Conesa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a fait des institutions internationales multilatérales un bouc émissaire lui permettant d'apparaître comme le défenseur d'une Amérique menacée par un ennemi extérieur.

Atlantico : Donald Trump semble avoir entrepris de dynamiter les institutions internationales multilatérales. OMC, OMS et surtout ces derniers jours, la CPI ont été au coeur de plusieurs polémiques et, de facto, paralysées dans leurs actions. Elles ont ainsi vu leur crédibilité être entamée.  En refusant de coopérer avec ces institutions, dont les défaillances ont été importantes ces dernières années, Trump va-t-il dans la bonne direction ?

Pierre Conesa : Je ne crois pas qu’il faille partir des défaillances de ces institutions mais plutôt de la façon dont les Etats parties les utilisent ou pas. La Cour pénale internationale (CPI) a été créée après l’effroyable guerre civile de Yougoslavie, puis la création de cours spécialisées sur des crimes majeurs et génocides de la décennie 90 (Rwanda, Sierra Leone…). C’est une formidable avancée pour juger des criminels de guerre et ainsi briser le cycle de l’amnistie aveugle et éviter les mécanismes répétitifs de vengeance. Rappelons que la création de la CPI est née d’une proposition du Président Clinton qu’ensuite le Congrès américain a refusé de valider. De même le GATT qui a précédé l’OMC est né de volontés américaines de libéraliser le commerce international et abaisser les droits de douane.

Trump dirige sa diplomatie en fabriquant des ennemis pour matérialiser son thème de campagne « America first » et ainsi se faire réélire par un électorat très peu informé de la vie internationale. Il peut ainsi décider de créer des crises qui plaisent : L’Iran en dépit de l’accord 5+1 ; la Russie de Poutine qui nous a causé moins de tort que l’Arabie saoudite dans la diffusion planétaire du salafisme ; l’Organisation mondiale de la Santé qu’il accuse d’être manipulée par la Chine alors qu’il avait lui-même nié l’existence et la gravité du Covid 19. Le terrain de dénonciation de la CPI choisi par l’équipe de la Maison Blanche est très intéressant : il est hors de question qu’une institution pénale internationale juge un soldat américain quels que soient ses actes. Quel autre pays pourrait adopter la même position sans être accusé de violer le droit international ou d’être un régime autoritaire ?

Quels défauts peut-on pointer dans ces institutions et quelles méthodes peuvent-elles envisager pour les corriger ?  

Ces institutions sont des créations essentielles à la vie internationale et comme tous ce type d’organisation souffre de la multilatéralité qui rend les décisions et les réformes difficiles. Mais s’il faut saluer une organisation dénigrée par Trump, c’est bien l’OMS qui a alerté dès que possible sur une pandémie totalement inconnue. Prenons la question à l’envers : qu’auraient été les effets planétaires de la pandémie du Covid 19 si l’OMS n’avait pas existé ?

Le problème vient plutôt de la volonté déjà ancienne des néoconservateurs américains, très influents dans le parti républicain de se défaire de quelque forme de contrainte internationale dans leurs actions diplomatiques. Le livre témoignage de Richard Clarke (Contre tous les ennemis ; Albin Michel 2004) fourmille de preuves que les équipes de la Maison Blanche non seulement n’ont pas cru à la menace Al Qaïda, mais qu’en plus celles qui arrivent avec G. W. Bush (Rumsfeld, Wolfowitz…) sont décidées à frapper l’Irak quelle qu’en soit les preuves, même au prix d’un mensonge. On avait déjà constaté cette pratique américaine du mensonge avec G. W. Bush désignant l’Iran, l’Irak et la Corée du Nord après le 11 septembre, en oubliant l’Arabie saoudite, pays dont étaient originaires 15 des 19 terroristes. L’amnistie accordée à Mohamed Ben Salman, dans le charcutage de Kashoggi est un nouvel exemple de déni de la réalité par les équipes républicaines de la Maison Blanche…

Sans correction de ces défauts ne sont-elles pas menacées de se marginaliser totalement voire de disparaître ?

Oui ces institutions sont menacées de disparition, comme sont menacées de sanctions tous pays qui s’opposerait à la volonté des Etats-Unis. Ainsi de l’Europe dont les entreprises sont menacées par la justice américaine, en cas de violation d’un embargo décidé par les Etats-Unis même s’il n’est pas reconnu par l’UE. La justice américaine s’est accordé un privilège d’exterritorialité qui lui permet de sanctionner tout accord ou contrat international s’il a été libellé en dollar, ou si une partie de la négociation s’est déroulée sur le sol américain.

Donc quand on additionne le cas de l’OMC, de l’OMS, de la CPI – liste à laquelle Il faudrait ajouter l’ONU dont les Etats-Unis se passent quand ils décident de violer le droit international- il vaudrait mieux parler d’un cas Trump et des néo-conservateurs américains que d’une crise des institutions internationales.

Trump pratique la Taqiya (mensonge autorisé par la religion) mieux que certains de ses prédécesseurs surtout qu’il a l’appui de certains téléprédicateurs néo-évangéliques. En mars 2018, Robert Jeffress, pasteur évangélique de Dallas, et chroniqueur sur Fox News, celui qui avait parlé d’Antichrist à propos d’Obama, explique à propos de l’affaire de la prostituée Stormy Daniels, qui racontait ses frasques avec Trump (déjà deux fois divorcé) : « Même si c’est vrai, cela importe peu dans les affaires politiques…Trump est moins fautif que David et ses dix concubines et Salomon et ses milles femmes. » Si on se réfère au dernier relevé du Washington Posti du lundi 1er avril 2020 : depuis son investiture il a prononcé 9.451 mensonges, ceci à un rythme accéléré : autant de mensonges ces 6 derniers mois que sur la première année et demi de mandat. Il a maintenant atteint un rythme de 22 mensonges par jour alors que la première année, c’était moins de 6.  Mais pour être honnête, certains sont des doublons, d’autres le résultat de l’ignorance.

Il faut que l’Europe se ressaisisse et pèse de son poids pour la survie de ces organisations internationales en compensant le recul financier américain. Elle sera lors en mesure de réformer ce qui doit l’être, mais pas d’acter leur disparition.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Donald Trump, Etats-Unis, OMS, OMC, ONU
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 15/06/2020 - 07:35
deconnecte de la realite ?
ou admirateur des institutions internationales aujourd'hui totalement devoyees non pas a cause de la multilaterallite mais par l'influence nefaste et grandissante des ennemis de l'Occident.
De plus voir encore une fois le Trump Bashing et saoulant. Quant a l'Iran c'est un pays nuisible a cause des ayatollahs qu'il faudrait envoyer ailluers qu'au gouvrenement et l'OMS, la CPI sont des institutions qui ne servent rigoureusement a rien
Liberte5
- 14/06/2020 - 22:03
On l'a bien compris P. Conesa instruit à charge contre D. Trump
Il n'y a aucune critique des institutions internationales qui sont largement dévoyées et qui bien souvent ne sont pas d'une rigueur exemplaire. Bien souvent l'occident en général est montré du doigt alors d'autres sont épargnés. Payer et se faire taper dessus l'Europe adore, D. Trump dit non. Quant au Washington Post qui appartient à Jeff Bezos , c'est un journal d'extrême gauche qui depuis longtemps ne cherche les mensonges que d'un seul côté.