En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 3 heures 38 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 40 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 7 heures 31 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 13 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 14 heures 9 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 43 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 4 heures 3 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 7 heures 6 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 10 heures 34 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 12 heures 32 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 13 heures 9 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 14 heures 5 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 15 heures 1 min
© WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Bilan globalement positif ?

Etats-Unis : les démocrates sauraient-ils ne pas jeter la part positive du bilan de Donald Trump avec l’eau du bain républicain ?

Publié le 06 juin 2020
Donald Trump semble en recul par rapport à Joe Biden dans les sondages. Le personnage est largement controversé et son image encore plus écornée par les évènements des derniers jours. Mais plusieurs experts dressent un bilan positif de son administration à la veille des élection.
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump semble en recul par rapport à Joe Biden dans les sondages. Le personnage est largement controversé et son image encore plus écornée par les évènements des derniers jours. Mais plusieurs experts dressent un bilan positif de son administration à la veille des élection.

Atlantico : Quels sont éléments du mandat de Donald Trump à porter à son crédit ? Dans quelle mesure la crise du Covid-19 les remet-elle en question ?

Barthélémy Courmont : Il faut d'abord rappeler que le retard de Donald Trump dans les sondages face à Joe Biden était prévisible, même avant la crise du Covid-19, tant le locataire de la Maison-Blanche paye son attitude clivante pendant les quatre dernières années. La crise sanitaire n'a fait qu'amplifier un phénomène qui était déjà perceptible il y a plusieurs mois. Rappelons par ailleurs que la popularité de Donald Trump n'a jamais passé la barre des 50% pendant son mandat, fait rarissime et significatif du peu d'écho qu'il reçoit en dehors de sa base électorale. C'est surtout quand on regarde de plus près les tendances politiques dans certains Etats, qui seront décisifs - rappelons ici que le scrutin à échelle nationale n'a qu'une valeur indicative aux Etats-Unis, ou le vainqueur dans un Etat remporte l'intégralité des grands électeurs, même si son écart avec son rival est de quelques voix. Parmi ces Etats, on compte la Floride, la Pennsylvanie, l'Ohio, le Michigan, le Winsconsin, la Caroline du Nord et l'Arizona. Tous ces Etats ont voté pour Trump en 2016, et le président sortant est en grande difficulté dans tous à l'heure actuelle. S'y ajoute le Texas, bastion républicain depuis des décennies qui montre un resserrement très net dans les sondages. Si chacun des deux candidat confirment dans tous les autres Etats les résultats de 2016 (ce qui est quasi certain, surtout pour Biden), le candidat démocrate n'aura besoin que de deux Etats dans la liste précédente, voire un seul si c'est le Texas. Mathématiquement, une victoire de Donald Trump est plus que compromise, et la crise du Covid-19 ne vient pas l'aider à reprendre un avantage qu'il a perdu depuis longtemps.

Le style de Donald Trump est au cœur de cette campagne, et divise une Amérique rurale et dans des zones désindustrialisées (la rust belt) plutôt républicaine à une Amérique urbaine, à majorité démocrate. Ce style est également l'objet d'un rejet très fort de l'establishment, démocrate bien sûr, mais aussi républicain, si on regarde par exemple le clan Bush, George W. pouvant désormais être présenté comme un anti-Trump déclaré, ou encore le regretté John McCain, mais aussi Mitt Romney - et donc les trois derniers candidats républicains à une élection présidentielle, excusez du peu! Les récents propos de James Mattis montrent que même dans les anciens membres de l'administration Trump, on trouve désormais des voix qui critiquent ouvertement le style du président. A titre personnel, je n'ai pas souvenir d'un ancien ministre trouvant des mots aussi durs pour attaquer le président auprès duquel il a travaillé, de surcroît cinq mois avant une élection à haut risque. On passe aussi sur le rejet dont Trump fait l'objet à l'extérieur des Etats-Unis, en Europe en particulier. Ces sentiments très forts, peut-être parfois exagérés, ont effectivement pour conséquence de masquer le travail de l'administration Trump. C'est un peu le contraire de Barack Obama, président très apprécié en dehors des Etats-Unis et respecté pour son intelligence, ce qui masqua un bilan somme toute assez modeste. Il y a un effet Trump qui est aveuglant en ce qu'il dissipe tout jugement objectif sur son action. Certes, sa politique étrangère n'est pas une réussite, à l'exception peut-être de l'opportunité, qui reste à confirmer, de la main tendue avec la Corée du Nord. Après tout, Trump restera le premier président américain en exercice à avoir posé le pied en Corée du Nord, et il faut lui reconnaître un pragmatisme qui a rendu possible une poignée de mains historique avec Kim Jong-un. C'est cependant sur les questions de politique intérieure que cette administration a concentré ses efforts, avec d'importantes créations d'emplois - même si on peut disputer la "solidité" de ces emplois et une réindustrialisation qui produit de la croissance à court terme, et avec une politique de protectionnisme commercial visant à réduire la dépendance à l'égard de la Chine. Là aussi, et Trump fut d'ailleurs le premier à le reconnaitre, la guerre commerciale avec Pékin a commencé bien avant son arrivée à la Maison Blanche, mais elle a atteint des sommets, et il faut reconnaître à Trump un courage dans la façon d'aborder ce sujet difficile que n'ont pas eu ses prédécesseurs.

Le bilan de l'administration Trump n'est donc pas si mauvais que cela, ou plus exactement il n'était pas si mauvais il y a encore quelques semaines, et le président-candidat souhaitait d'ailleurs faire campagne sur son bilan, avec comme slogan "Keep America Great". Mais la réalité est souvent cruelle, et le Covid-19 a balayé tous les efforts en faveur de l'emploi notamment, et quand Trump se présentera devant les électeurs en novembre, il y a de fortes probabilités que le taux de chômage américain sera le plus élevé de l'histoire de ce pays. Une crise sanitaire gérée avec un amateurisme qui tutoie les sommets, une crise économique historique, une crise identitaire désormais avec l'affaire George Floyd… La question n'est plus désormais de savoir quelles sont les chances de Trump, mais s'il restera quelque chose du trumpisme.

Il n'en demeure pas moins que les recettes de Trump ont porté leur fruits. Les Démocrates sont-ils en mesure de s'en inspirer pour vaincre lors du prochain suffrage ?

Avec le Covid-19, on ne peut plus dire que les recettes de Trump ont porté leurs fruits, car il se trouvera toujours des voix pour rétorquer que c'est précisément cette gestion de l'Amérique pendant quatre ans qui a été à l'origine de l'abîme de la Maison Blanche dans la réponse à cette crise, là où d'autres pays se montrent infiniment plus performants, y-compris en Europe (que Trump qualifiait, dans ce qui semble appartenir à une autre époque, de "nouvelle Chine" quand le vieux continent voyait le nombre de malades augmenter à grande vitesse). On ne peut pas juger le résultat de politiques économiques sur deux ou trois ans, d'autant que la conjoncture était favorable. On peut modérer les critiques et distinguer le personnage Trump et la politique qu'il mena, mais on ne peut pas non plus s'appuyer sur quelques indicateurs, qui sont par ailleurs discutables et discutés, pour parler de recettes qui ont porté leurs fruits.

Par ailleurs, et même sans le Covid-19, cette élection n'a rien à voir avec l'économie. Son slogan pourrait même être, pour inverser la formule de Bill Clinton en 1992, "it's not only the Economy, stupid!". Trump a voulu tout ramener à sa personne, l'élection de novembre est donc un référendum pour ou contre lui. Et si sa base électorale reste motivée et mobilisée - on verra cependant au Texas, où l'industrie pétrolière est proche de la banqueroute - il n'est jamais parvenu à rallier autour de lui d'autres électeurs. En d'autres termes, les Démocrates ont juste besoin de mobiliser leurs troupes - ce qui fut rarement aussi facile - et de s'assurer qu'ils n'abandonneront pas par arrogance certains Etats comme le Michigan ou le Wisconsin, où Madame Clinton n'avait même pas fait campagne il y a quatre ans. C'est dans ces deux Etats, démocrates depuis des décennies mais où la faible mobilisation démocrate a profité à Trump, que l'élection de 2016 s'est jouée, ne l'oublions pas. Dès lors, pas besoin de reprendre des éléments de langage de Trump, l'objectif étant au contraire de concentrer toutes les attaques sur sa personne et ce qu'il incarne, pas sur sa politique.

Bien entendu, il s'agit là de manœuvres électorales. Et dans le cas d'une victoire de Joe Biden en novembre prochain, il va de soi que certaines "formules" de Trump seront reprises par les Démocrates. Je pense en particulier au rapport de force avec Pékin, qui fait consensus dans la classe politique américaine plus qu'il ne divise, et sur lequel les Démocrates ont prouvé, à l'époque d'Obama, qu'ils pouvaient aussi se montrer entreprenants (pensons au partenariat trans-Pacifique, qui n'était rien d'autre qu'une déclaration de guerre commerciale à Pékin). Les styles sont très différents, et les manœuvres parfois aux antipodes, mais les objectifs restent les mêmes, et compte-tenu de l'état de l'économie américaine, le prochain président aura intérêt à resserrer les rangs et initier des politiques bipartisanes plutôt qu'à se lancer dans une guerre culturelle sans lendemain. Tout dépendra aussi du résultat des élections législatives, puisque la Chambre des représentants sera renouvelée (les Démocrates y sont majoritaires depuis deux ans) de même qu'un tiers du Sénat (où les Républicains ont la majorité). Sans faire de mauvais pronostic, disons que les Démocrates partent avec un léger avantage, mais tout dépendra de l'attitude des élus du parti républicain, dont il est probable qu'un nombre important prenne ses distances avec Trump pour tenter de sauver une élection locale.

Pour quelle raison ces éléments n'apparaissent-ils pas dans la Campagne de Joe Biden ?

Joe Biden n'aura pas besoin de programme pour remporter l'élection de novembre prochain. C'est même en l'absence de programme qu'il a le plus de chance de devenir président des Etats-Unis, focalisant la campagne sur le bilan de l'administration Trump et, plus encore, sur le profil du président sortant. Il n'est ainsi pas dans son intérêt de chercher à proposer un programme qui sera, de toute façon, insuffisant pour répondre à la crise dans laquelle se trouvent les Etats-Unis. Cela lui va finalement très bien, quand on sait les gaffes qu'il accumule, et c'est une pratique assez courante finalement. On constate par exemple que le moment qui a fait basculer la campagne en 2016 en faveur de Trump correspond aux petits problèmes de santé qu'a rencontrés Hillary Clinton. Pendant plusieurs jours, les médias se sont focalisés sur elle, et Trump avait même disparu des radars. Parfois le silence et la mise en retrait peuvent s'avérer de redoutables stratégies électorales, là où trop parler vous expose. Trump est actuellement seul en campagne, sans adversaire, et avec tant d'opposants à la fois.

Il ne faut pas non plus oublier le rôle très important de Barack Obama dans la campagne démocrate, l'ancien président étant même actuellement plus visible que son ancien vice-président. La stratégie des Démocrates est très simple: voter pour Biden, c'est voter pour Obama.

Enfin, un exercice de communication politique élémentaire: peut-on imaginer un candidat faire campagne en expliquant qu'il va poursuivre, même partiellement, le travail du candidat qu'il prétend déloger? Biden est un gaffeur, mais ce n'est pas un imbécile, et sa très longue expérience de la vie politique lui permet d'éviter de tels écueils. Si Biden veut devenir en janvier prochain le plus vieux président de l'histoire des Etats-Unis lors de son investiture, il a tout intérêt à diabolise Trump et à jouer la carte du Covid-19 pour montrer que le bilan de son adversaire est très négatif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 06/06/2020 - 18:47
Le débat télévisé Trump / Biden !
Il va falloir que je loue un téléviseur !
TPV
- 06/06/2020 - 13:22
Si Trump gagne quand même
Ce sera l'insurrection digne de Fort Sumter en 1861. Novembre c'est encore loin.