En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 6 heures 17 sec
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 7 heures 51 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 9 heures 19 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 10 heures 38 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 11 heures 16 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 5 heures 46 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 6 heures 33 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 7 heures 18 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 10 heures 21 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 10 heures 56 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 12 heures 2 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 12 heures 53 min
© NICOLAS ASFOURI / AFP
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

Publié le 31 mai 2020
A la différence de l’époque de la guerre froide avec l’URSS, les sociétés civiles occidentales ont beaucoup perdu en cohésion. Et en sens commun.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la différence de l’époque de la guerre froide avec l’URSS, les sociétés civiles occidentales ont beaucoup perdu en cohésion. Et en sens commun.

Que nous le voulions ou non, une nouvelle Guerre froide, avec la Chine cette fois, a commencé. Récemment, l’ambassade de Chine a publié sur son compte twitter une image représentant la mort vêtue du drapeau des USA et semant le désordre à Hong Kong. D’une manière générale, les ambassades de Chine dans le monde se livrent depuis quelques semaines à une propagande systématique pour exonérer leur pays de toute responsabilité dans la pandémie du COVID 19, affirmer qu’en fait ce sont les Etats-Unis qui ont provoqué une catastrophe planétaire et critiquer systématiquement le système occidental. Jean-Yves Le Drian a même été obligé de convoquer l’ambassadeur de Chine à Paris après que l’ambassade avait publié des messages insultants pour la France, accusant par exemple les personnels de nos maisons de retraites d’avoir fui leurs responsabilités et laissé mourir des personnes âgées atteintes par le virus. 

La nouvelle Guerre froide n’est pas qu’une question de propagande.  A Hong Kong, la répression policière des forces pro-démocratiques devient de plus en plus féroce, tandis que l’Occident  - sauf Donald Trump - détourne les yeux. Il y a quelques jours, les députés des partis opposés à « l’ordre de la Chine continentale » se sont vu interdire l’hémicycle de la Ville, le temps d’une série de votes destinés à renforcer la répression et absorber un peu plus Hong Kong dans la République Populaire - au mépris des accords internationaux signés par Pékin. On peut sans se tromper affirmer qu’une fois Hong Kong soumise, la Chine continentale accentuera la pression qu’elle exerce sur Taïwan, au risque de faire monter la tension avec les USA, défenseurs de facto de ‘l'indépendance de l’île. Enfin, dernière caractéristique d’une Guerre froide, les relations économiques entre la Chine, l’Europe et les Etats-Unis vont se distendre. De nombreux investissements ou des implantations d’usines en Chine vont être remis en cause. Cela conduira le régime communiste chinois, en interne, à durcir encore le contrôle qu’il exerce sur la société; ce qui entraînera plus de critiques de la part de l’Occident. 

Nous entrons dans cette Guerre froide à rebours de la précédente

A vrai dire, nous allons assister à un autre phénomène typique de la Guerre froide, mais cette fois-ci du point de vue occidental. La dénégation, la tentation de nier la réalité des choses et de trouver de bonnes raisons au pouvoir chinois. Le phénomène sera même plus marqué qu’à l’époque du bras de fer permanent avec l’URSS parce que le progressisme, petit cousin chétif du marxisme, domine une partie de nos élites et de nos médias, bien plus que cela fut le cas durant la Guerre froide. La propagande du Parti Communiste Chinois va trouver suffisamment de relais culturels et journalistiques pour affaiblir l’effort de lucidité. Il est évident que la Chine a menti sur son nombre réel de victimes de la pandémie; des informations sur un nécessaire décompte en centaines de milliers commencent à circuler; mais il sera farouchement nié par une partie de nos médias. De même, il y aura de grandes difficultés à rendre réelles les relocalisations de nos usines en Europe ou aux Etats-Unis tant il est vrai que les Chinois ont eux-mêmes beaucoup investi dans nos pays et menaceront de représailles les pays qui désinvestissent de chez eux.  

En fait, nous entrons dans une nouvelle Guerre Froide à rebours de la précédente. Nos dirigeants étaient convaincus jusqu’à récemment, de la convergence entre les deux systèmes, Occident mondialisé et Chine. C’est quelque chose qui est allé même bien au-delà de la théorie (à la différence des années 1970 où il n’y avait pas de réelle convergence, au-delà des mots, entre la social-démocratie européenne et les régimes de type soviétique). En effet, la Chine a réellement fasciné, ces trois dernières décennies, un Occident dont les élites cherchaient à se libérer de la notion de souveraineté nationale. Nos dirigeants ont eu tendance, en voulant échapper au cadre national sans lequel il n’y a pas de démocratie, à multiplier les occasions d’organiser des consultations populaires dont ils n’avaient pas l’intention de tenir compte en fait (pensons au sort des référendums sur l’appartenance à l’UE). Est-ce si éloigné de la notion chinoise de « bolchevisme consultatif » - les consultations ne sont que des simulacres, alors que tout est décidé par le Parti ?  Un Occident qui avait vite oublié les répressions de juin 1989 place Tian An Men, à Pékin, et dans 400 autres villes chinoises, a été finalement heureux de travailler avec le pouvoir chinois au sein des grandes instances de construction du mondialisme que sont devenues les organisations internationales. Et pendant des années nous n’avons pas voulu voir que la Chine, au sein de l’OMC, de l’OMS ou d’autres instances, ne respectait pas plus l’esprit d’une coopération internationale équilibrée que ne le faisait en son temps l’Union Soviétique. 

Un Occident qui ne croirait plus à la démocratie ne pourrait pas gagner une nouvelle « Guerre froide » ? 

Ce qui nous fragilise le plus, c’est notre tendance à la « post-démocratie ». En même temps que nos dirigeants sont devenus « postnationaux », ils ont eu tendance à vider la démocratie de sa substance. Dans les années 1950, c’est un Occident profondément démocratique qui s’est organisé pour contenir l’Union Soviétique et ses satellites. aujourd’hui, nos démocraties sont mal en point. Elles ne sont pas seulement rongées par les inégalités sociales; il y a rupture du pacte de confiance entre dirigeants et dirigés. Les élites traitent de populistes des mouvements qui veulent réinstaller la démocratie dans le cadre national. Nos dirigeants le font avec une arrogance qui rappelle la façon dont les régimes inspirés par le marxisme se moquent de la démocratie formelle ou de l’esprit petit-bourgeois. Nous aurons du mal à mobiliser pour un effort de « Guerre froide » nos sociétés - par comparaison avec les années 1950 ou 1980 - non seulement parce que leur dynamisme démographique est déclinant mais parce que la croyance dans la démocratie, chez nos dirigeants, est très affaiblie. Au fond, tous les soixante-huitards initialement maoïstes ou trotzkistes qui ont ensuite fait carrière en se recyclant dans le néo-libéralisme clintonien ou le néo-conservatisme à la sauce Bush, s'accommodaient fort bien de l’idée d’une gouvernance mondiale partagée avec Pékin dans une pratique commune du « despotisme éclairé ». 

C'est tout cela qui va devoir changer, sous la pression des circonstances dans les mois et les années qui viennent. Non pas qu’il s’agisse d’autre chose qu’une « Guerre froide ».  Il s’agit de défendre nos intérêts ; il sera nécessaire de revenir avec Pékin à une politique de stricts équilibres (ce qu’avait commencé Donald Trump avant la crise du COVID 19). Il s’agira de constituer une alliance solide permettant d’endiguer d’éventuelles poussées agressives de la Chine. Cela commence nécessairement par une réconciliation avec la Russie - bête noire de tous les progressistes. Et il sera nécessaire, enfin, de brandir haut le drapeau de la démocratie - sans tomber dans le piège de l’ingérence. En un mot, il faut renouer avec le subtil composé qui a caractérisé la stratégie gagnante du « monde libre » face à l’URSS. Intraitable sur nos intérêts de puissances mais sans agressivité ; prêchant les droits de l’homme et la démocratie mais sans commettre l’erreur de l’ingérence dans les affaires chinoises. Offrant au monde un élément d’alternative au contrôle total de la société par les data que pratiquent désormais les Chinois. Soucieux de faire repartir l’économie de nos pays pour être moins dépendants de Pékin. 

La tâche est immense. Le démarrage sera douloureux. Mais retrouver la lucidité sur la Chine, réapprendre le combat des démocraties nationales efficaces, pugnaces et fières de leurs valeurs que nous étions encore dans les années 1980, voilà une cause mobilisatrice dans les années à venir. Et qui aidera à revigorer nos sociétés.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 01/06/2020 - 15:18
Je partage l'analyse de E. Husson.
La Chine est montée en puissance depuis les années 80 avec l'aide de l'occident qui lui a facilité la tâche en transférant nombre de technologies, en délocalisant massivement , en acceptant que les droits de douanes soient faibles pour la Chine en Europe , mais élevés pour les Occidentaux en Chine. En laissant la Chine faire ses achats en Europe, sans problème , mais en acceptant que les entreprises occidentales fassent un joint- venture obligatoire (51% pour le chinois, 49% pour l'étranger. En clair, nos dirigeants ont accepté de se faire entuber avec joie. L'Europe a été l'idiote du village mondialisé. Les couches moyennes se sont effondrées , alors que la Chine a vu ses couches moyennes passer de zéro à 450 millions d'habitants, en 30 ans. Nous avons été trahi par nos classes dirigeantes. Le seul qui refuse que cela continue est D. Trump. E. Macron progressiste, mondialiste déteste la nation Française, les petits blancs, il porte un regard bienveillant sur cette Chine totalitaire. Je ne crois pas à un affrontement Europe Chine. Quant à la France,De Gaulle disait à la fin des années 60 . "la France est avachie, elle est faite pour se coucher,elle n'est pas faite pour se battre"
legall
- 01/06/2020 - 12:14
@padam
Bonne remise en place de M. Husson qui est dans le déni de réalité.
padam
- 31/05/2020 - 19:07
La guerre froide n'aura pas lieu!
Le "mondialisme" n'est qu'un concept creux et commode dont se gargarisent certaines "élites" en Occident pour camoufler la réalité du monde actuel qui se divise tout simplement en deux grands groupes: les puissants et les impuissants.
Les premiers sont grands, très peuplés, optimistes envers un avenir qui leur appartient, avec une économie en pleine expansion innovante et conquérante, comme c'est le cas exemplaire de la Chine. Les seconds, qui comprennent notamment les pays de l'Europe occidentale, dont la France qui en est devenue la caricature, sont en pleine déliquescence et se sont engagés au nom d'une idéologie progressiste suicidaire sur la voie d'un déclin hélas sans retour.
Avec qui donc pourrait-il y avoir dans ce contexte mondial aussi déséquilibré un remake de la guerre froide? Le seul adversaire digne de ce nom reste bien sûr les Etats-Unis: Mais au-delà des postures, en ont-ils la volonté et les moyens, et surtout est-ce bien leur intérêt?...