En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 8 heures 22 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 10 heures 12 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 11 heures 41 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 13 heures 15 sec
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 8 heures 7 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 8 heures 55 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 9 heures 40 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 10 heures 2 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 12 heures 43 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 13 heures 18 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 14 heures 24 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 15 heures 15 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

Publié le 30 mai 2020
Plus de 23.000 articles scientifiques ont été écrits sur Covid-19, mais nous ne savons toujours pas comment il peut se propager dans l'air, quel est le rôle des enfants dans la transmission, la durée de l'immunité, ou combien de personnes ont été infectées.
Christopher Payan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christopher Payan est virologue au CHU de Brest et professeur à la faculté de médecine de l'université de Bretagne Occidentale (Brest).Il est l'un des auteurs de Mini manuel de microbiologie (Editions Dunod)
Voir la bio
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plus de 23.000 articles scientifiques ont été écrits sur Covid-19, mais nous ne savons toujours pas comment il peut se propager dans l'air, quel est le rôle des enfants dans la transmission, la durée de l'immunité, ou combien de personnes ont été infectées.

Atlantico : Alors qu'Édouard Philippe a annoncé hier la deuxième étape du déconfinement, de nombreuses zones d'ombre demeurent autour du coronavirus. Qu'ignorons-nous toujours à ce stade sur ce virus ?

Christopher Payan : Quel est son origine ? Un passage de chauve-souris à un réservoir intermédiaire animal qui serait le Pangolin en Chine avant de passer chez l’homme ? Quels sont les facteurs de virulence permettant son installation chez l’homme et sa diffusion indépendamment du réservoir animal initial ? Sera-t-il pérenne dans l’espèce humaine et si oui gardera t’il sa virulence initiale avec des décès sur détresse respiratoire ? Les sujets infectés et guéris seront-ils immunisés et protégés ? Quelles séquelles garderont les cas graves hospitalisés en réanimation et guéris ? Il faudra suivre l’épidémiologie de ce virus et ses conséquences chez les sujets infectés dans les prochains années, qui pourraient être modifiés avec la venue d’un vaccin. A quelle échéance ? Obtiendra t’on une protection complète ou partielle comme avec la grippe actuellement ?

Stéphane Gayet : Quand l’épidémie a commencé dans la ville de Wuhan, les biologistes chinois ont été fiers de montrer au Monde entier qu’ils étaient capables d’identifier rapidement le virus en cause. C’est en effet avec une grande célérité que les virologues de Wuhan ont réussi à le classer dans la famille des Coronavirus. En réalité, cette apparente prouesse doit être tempérée par le fait qu’il y existe un laboratoire de recherche en virologie. C’est avec la même promptitude que ces biologistes sont parvenus à préciser la composition précise du génome de ce virus (séquençage de l’ARN viral) : on a ainsi su rapidement qu’il s’agissait d’un bêta coronavirus (groupe 2), proche du SARS-CoV-1 en cause dans l’épidémie chinoise de syndrome respiratoire aigu sévère, ou SARS en anglais (région de Canton, au Sud), en 2002-2003.

Ces apparentes réactivité et efficacité biologiques chinoises ont rassuré l’opinion publique, tout comme les scientifiques du monde entier : on était persuadé que les Chinois avaient la maîtrise de la situation ; cela a contribué à minimiser le risque aux yeux des autres pays. La vérité est que les virologues locaux connaissaient bien les coronavirus depuis l’épidémie de SARS en 2002-2003 et qu’ils les étudiaient en permanence : ils n’avaient donc pas un grand mérite à être efficaces dans ce domaine auquel ils étaient rompus. On peut dire que l’on a été un peu bluffé sur ce point.

Mais cette apparente réactivité efficace n’a pas tenu ses promesses. Certes, les biologistes, étant parvenus à cultiver ce virus sur des tapis cellulaires, ont tout aussi rapidement testé sa sensibilité à différentes molécules pharmaceutiques déjà commercialisées ; c’est ainsi qu’ils ont bientôt repéré une sensibilité à la chloroquine (NIVAQUINE) et à l’hydroxy chloroquine (PLAQUENIL), l’annonçant triomphalement. Le Pr Didier Raoult, microbiologiste et clinicien, a saisi la balle au bond et a fait une déclaration enthousiaste, conforté par sa propre expérience. Il s’en est suivi la confusion que l’on connaît. Et puis on a l’impression que l’on en est resté là sur le plan des études virologiques. Car très vite, les travaux de recherche appliquée se sont tournés vers ce qui pouvait rapporter gros : les antiviraux modernes et les vaccins. Avec pour résultat : un virus qui n’est toujours pas bien connu, tout comme son pouvoir pathogène.

Ce que nous ignorons toujours à ce stade sur ce SARS-CoV-2, ce bêta coronavirus :

Sa résistance physique et le risque qui en découle de se contaminer à partir de l’environnement.

Il s’agit d’un virus respiratoire fragile ; il faut rappeler que les virus ne se multiplient pas et ne s’accrochent pas aux surfaces : ce ne sont que des particules biologiques inertes. En principe, le risque de se contaminer à partir de notre environnement (tout ce qui nous entoure) avec ce type de virus fragile est très faible, compte tenu en plus de sa grande dispersion. Des études de peu d’intérêt scientifique ni même pratique ont été réalisées dans le but de prouver que l’on pouvait retrouver de l’ARN viral sur des surfaces, des heures après leur contamination artificielle. Ce type d’étude est sans rapport avec les circonstances réelles de la vie et ne permet pas de conclure que l’on peut vraiment se contaminer à partir de ces surfaces. Dans le doute, on a fait comme s’il existait un risque environnemental significatif, d’où ces désinfections très probablement inutiles des surfaces (magasins, transports en commun, écoles…).

Sa présence sous forme contagieuse dans les matières fécales.

On a dit que ce virus pouvait être retrouvé dans les matières fécales, mais aucune étude n’a été conduite récemment sur ce sujet. Dans le doute, on a encore exagéré le rôle de l’environnement dans la contamination des êtres humains, sachant que les personnes se lavant mal (ou pas du tout) les mains après avoir été déféquer, conservent des matières fécales sur leurs doigts.

Les modalités exactes de la transmission interhumaine par les aérosols humides (microgouttelettes).

La question n’est toujours pas vraiment tranchée depuis l’épidémie de SARS (2002-2003) et celle de MERS (2012). Car les virus respiratoires peuvent être émis par les personnes contagieuses, au sein d’aérosols humides (microgouttelettes d’un diamètre de 5 à 150 microns : portée maximale de 1,5 mètre et sédimentation rapide) et au sein d’aérosols secs (noyaux de condensation d’un diamètre inférieur à 5 microns : portée maximale de plusieurs mètres et persistance en suspension dans l’air). Or, les aérosols secs sont très dangereux ; jusqu’à avant le SARS, on admettait que seuls, les virus de la rougeole et de la varicelle (deux maladies virales très contagieuses) et les bacilles tuberculeux, pouvaient être transmis à la fois par des microgouttelettes et des noyaux de condensation, et que tous les autres agents infectieux respiratoires ne pouvaient l’être que par des microgouttelettes. Mais aucune étude n’a été réalisée récemment. Dans le doute, on a pris en compte le risque d’aérosols secs, d’où la grande confusion à propos des différents types de masques à préconiser.

Dans le même ordre d’idées, la portée exacte des microgouttelettes reste inconnue : il est troublant de constater qu’en France, la distance de sécurité est d’un mètre, alors qu’elle est d’un mètre cinquante dans de nombreux pays, voire d’un mètre quatre-vingt (six pieds) et même parfois deux mètres (six pieds et demi). En pratique, en France, la distance d’un mètre a une fâcheuse tendance à se rétrécir au quotidien : la sécurité microbienne n’est alors plus du tout assurée.

La réceptivité des animaux au pouvoir pathogène du SARS-CoV-2.

On a de bonnes raisons de penser que le réservoir principal en est la chauve-souris, qui en est porteuse saine, et que le pangolin en est un réservoir intermédiaire permettant le franchissement de la barrière d’espèce vers l’Homme. Mais l’on ignore si le pangolin en est malade ou pas, et si les animaux domestiques qui nous entourent sont ou pas réceptifs à ce virus. Il faut préciser que les chats sont très sensibles à un coronavirus félin (alpha coronavirus, groupe 1) qui leur cause une péritonite aiguë sévère et pouvant être mortelle.

La confirmation ou l’infirmation de l’existence d’une immunité croisée, entre les coronavirus humains des rhumes, des rhinopharyngites et de certaines gastroentérites aiguës, et le SARS-CoV-2.

Ces alpha coronavirus humains sont connus de longue date, mais pratiquement pas étudiés, car considérés comme non dangereux et sans intérêt. Ce n’est que très récemment que l’on a mis en évidence qu’il pouvait peut-être exister une immunité croisée chez les personnes ayant été atteintes de rhume, de rhinopharyngite ou de gastroentérite aiguë à alpha coronavirus. Cette immunité croisée signifierait que ces personnes seraient moins sensibles au SARS-CoV-2 et feraient donc une CoVid-19 très atténuée.

Les mécanismes exacts du pouvoir pathogène du SARS-CoV-2.

Pourquoi le tabagisme actif protège-t-il de l’infection, alors que les lésions provoquées par le tabagisme favorisent les formes graves ? Pourquoi certaines personnes développent-elles une hyper réaction à l’infection virale, avec les phénomènes hyper inflammatoires qui en découlent, à l’origine des graves complications pulmonaires souvent mortelles ? Quel est donc le terrain particulier de ces personnes qui sont parfois assez jeunes ? Pourquoi certaines personnes souvent jeunes, développent-elles des thromboses artérielles et veineuses graves et parfois mortelles ? Quel est le mécanisme précis de l’anosmie (perte de l’odorat) et celui de l’agueusie (perte du goût) ?

On est aujourd’hui certain que la CoVid-19 est immunisante. Mais quelle est la durée de l’immunité ? (on a évoqué six mois, un an, un an et demi, deux ans, plus…)

On se rend compte finalement que l’on ignore encore beaucoup de ce virus. Nous sommes pourtant presque en juin 2020, l’épidémie a commencé en Chine en décembre 2019 et probablement plus tôt : pourquoi ce retard ?

En comparaison de la progression de la recherche face aux précédentes épidémies, avons-nous pris du retard face à la CoVid 19 ? Quelles avancées ont été faites sur ce virus ?

Christopher Payan : Retard, non je ne pense pas, le virus a été identifié très tôt, des tests étaient au point dès janvier, on connaissait les modalités de transmission et donc les axes de prévention à mettre en place ; on n’a pas de traitement spécifique ni de vaccin mais cela prends d’habitude plusieurs années de développement.

Stéphane Gayet : Comme nous l’avons vu en première partie, trop peu de recherches virologiques ont été effectuées sur le SARS-CoV-2 depuis le début de l’année 2020. Il est toutefois difficile d’affirmer que nous avons effectivement pris du retard en comparaison à de précédentes épidémies ; mais eu égard à la gravité de celle-ci qui est devenue pandémique, on ne peut que déplorer l’insuffisance des travaux virologiques.

On ne peut même pas dire que l’on ait fait de réelles avancées concernant la connaissance de ce virus. Depuis janvier 2020, il existe une compétition mondiale pour la mise au point de traitements curatifs de celle de vaccins. Car ce sont là les médicaments qui rapportent, c’est cela qui peut faire espérer de gros profits. Alors que les études virologiques visant à mieux caractériser le virus, à mieux connaître sa résistance physique et ses modalités de transmission interhumaine, ces études-là ne rapportent rien : elles ne déboucheraient sur la mise au point d’aucun dispositif médical ni d’aucun médicament préventif ou curatif (du moins, dans l’état actuel de nos connaissances).

Tout se passe donc comme si le profit financier était l’unique moteur de la recherche appliquée. Dans l’esprit des grands décideurs financiers, comme le directeur général de la banque d’affaires Goldman Sachs, ce qui compte, ce n’est pas du tout de sauver des vies humaines, ni même de soigner des individus malades, mais c’est de générer le plus possible de profits ; or, guérir une personne malade ne rapporte rien ; l’idéal est de la soigner modérément, de façon à la maintenir en vie, mais encore malade, car ainsi elle continuera à consommer des médicaments. C’est certes profondément cynique, mais c’est le mode de pensée déshumanisée des investisseurs financiers.

De ce fait, on a largement privilégié la recherche appliquée en direction des médicaments antiviraux modernes et très coûteux et en direction des vaccins. L’hydroxy chloroquine ne présente aucun intérêt pour les trusts pharmaceutiques, car elle ne rapporte rien ; il est donc préférable que l’on ignore qu’elle est efficace dans certaines circonstances (ce qui laisse la porte ouverte aux médicaments lucratifs).

À plusieurs reprises, nous avons cru à une progression de la recherche sur un traitement pour combattre le virus, qui se sont révélées être de fausses pistes. Comment l'expliquer ?

Christopher Payan : A ce jour que je sache, nous ne disposons pas d’antiviraux ayant fait leur preuve chez les coronavirus, qui ciblent ce virus spécifiquement, il n’y a donc rien d’étonnant que des médicaments ayant des effets potentiels contre la maladie (mais pas directement sur le virus) ne donnent pas entière satisfaction, il a fallu des années pour obtenir des traitements efficaces contre le VIH avec la combinaison de plusieurs molécules, il en est de même pour la grippe avec de nouvelles molécules qui arrivent.

Stéphane Gayet : Les laboratoires pharmaceutiques se sont évertués à essayer de prouver que des antiviraux modernes et très coûteux, déjà commercialisés pour traiter des maladies virales graves (hépatites chroniques agressives, infection à VIH…), étaient efficaces sur le SARS-CoV-2, mais en vain. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir investi dans des essais thérapeutiques…

Sans entrer dans le fond de la polémique à propos de l’hydroxy chloroquine, il est évident que l’efficacité de cette molécule dans les formes peu évoluées et encore sans gravité de CoVid-19 ne peut que déranger les laboratoires pharmaceutiques. Car c’est un médicament qui ne génère pas de profits significatifs.

Le temps étant trop court, il n’y a pas eu de recherches dans le sens de la mise au point de nouvelles molécules antivirales (cela ne pouvant se faire en pratique que pour des maladies chroniques, étant donné que les études sont très longues).

Quant à la mise au point de vaccins, la durée minimale des travaux est de 18 mois, cette durée étant incompressible.

Finalement, on peut dire qu’il y a, d’un côté, des médecins et des soignants paramédicaux qui se battent pour essayer de guérir les malades ; de l’autre côté, des laboratoires pharmaceutiques et tous ceux qui ont des liens d’intérêt avec eux, qui se battent pour inventer, mettre en œuvre et protéger des stratégies de recherche et de commercialisation les plus lucratives possible.

À ce stade de l'épidémie, quelles leçons pouvons-nous tirer de ce virus ? Quelles prédictions pouvons-nous faire sur l'évolution de la maladie ?

Christopher Payan : Difficile à dire, a-t-on été suffisamment rapide pour limiter la diffusion, sans doute que non puisque les premiers cas se seraient manifestés dès novembre 2019, qu’il faudra attendre fin décembre pour une première alerte de l’OMS et que des décisions de confinement sur Wuhan à l’origine de la pandémie qu’à partir de mi-janvier 2020. Autre problème, le contact récurrent avec les animaux sauvages vivants sans doute à l’origine de cette pandémie comme l’avait été le SRAS en 2003, avec les civettes retrouvées sur les marchés dans le centre de la Chine potentiellement porteuses du virus à l’époque, il ne semble pas que cette pratique a fait l’objet de changement depuis, donc à même cause, même effet. Maintenant que le virus diffuse dans la population humaine, sur tous les continents, il est fort probable qu’il y reste avec des allers-retours possible chez les animaux, notamment la mise en évidence chez les animaux domestiques en contact avec les humains infectés, augmentant ainsi l’immunité de population. Il est prévu d’après les modèles une baisse pendant la période estivale, qui voit chaque année une quasi disparition des infections respiratoires virales, avec une recrudescence à l’automne, on peut s’attendre ensuite à installation saisonnière chaque année comme pour la grippe, en espérant avec l’immunité de population voir diminuer la virulence, on n’est pas sorti de l’auberge !

Stéphane Gayet : Ce virus nous a beaucoup surpris. On l’a manifestement sous-estimé de prime abord. Son pouvoir pathogène est singulier et présente des aspects nouveaux, que nous ne connaissions pas (hyper réaction inflammatoire, thromboses, anosmie, agueusie, etc.). Ce virus nous a vraiment étonnés et nous en apprenons presque tous les jours sur lui.

Cette pandémie avec son virus insolite devrait nous rendre plus humbles et beaucoup plus prudents et méfiants à l’avenir face à de nouveaux risques infectieux.

Le mode de propagation de la pandémie (personnes infectées paucisymptomatiques, c’est-à-dire presque pas malades, mais néanmoins contagieuses) avec tout ce qu’il comporte encore d’inconnu, ainsi que son pouvoir pathogène, nous ouvrent des perspectives de travaux pleins d’intérêt scientifique et médical.

Maintenant, concernant l’évolution à venir de la maladie, il y a plus d’arguments à ce jour en défaveur d’une deuxième vague épidémique, que d’arguments en sa faveur. Mais on ne peut rien affirmer. Nous sommes honnêtement dans l’incertitude et notre vanité comme notre sérénité en souffrent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 01/06/2020 - 04:40
Accusation des plus graves
Ainsi on aurait de simples pantins au ministère... Et des pantins de mauvais aloi...
Cet article a un bénéfice : il remet les choses à plat, et les "-quine" reprennent du poil de la bête. Merci aussi aux médecins d'outre-mer, en face de qui notre ministre ne vaut pas tripette.
Moralité ? Si du moins on peut en faire une : la vérité était trop aveuglante et il fallait la faire taire... problème hélas connu, puisque dire la vérité ... tue !
Cet article ne rassure guère par ailleurs. Mais je crois qu'un tel article ne devrait peut-être pas être grand public : seuls le corps médical peut le digérer. Sinon, on se trouver avec des exagérations sans nombre... Je n'ai compris qu'une seule chose : c'est trop compliqué pour ma petite tête.
Dorine
- 30/05/2020 - 19:06
laboratoires
Le Dr Gayet confirme ce que je soupçonne depuis un moment. Les laboratoires travaillent "l'élite" politique pour placer ses médicaments non généricables et continuer à faire des profits pour ses actionnaires. J'ai commencé à m'en douter lorsque les protocoles et recommandations se mettent à changer tous les 6 mois. Et lorsque le PREVISCAN a été interdit sous prétexte de grosses allergies que nous sommes très peu à avoir constaté, j'ai compris qu'il fallait permettre aux AOD (20 fois plus chers) de prendre la place....CQFD