En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 6 heures 49 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 8 heures 40 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 10 heures 9 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 11 heures 27 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 12 heures 6 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 6 heures 35 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 7 heures 23 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 8 heures 7 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 10 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 11 heures 45 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 12 heures 51 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 13 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

Publié le 29 mai 2020
L'IPTV (Internet Protocol Television), légal, permet de regarder la télévision ou d’accéder à des contenus à la demande sur le Web, grâce à un boîtier Android. Des pirates parviennent à accéder à des centaines de chaînes payantes sans souscrire d'abonnement au préalable.
Margaux Duquesne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Margaux Duquesne, Ancienne journaliste spécialiste des nouvelles technologies, Margaux Duquesne a travaillé en 2010 à l’émission TV Intelligence Économique de France 24 avant d’intégrer le groupe PC Presse. De 2014 à 2016, elle produit une chronique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'IPTV (Internet Protocol Television), légal, permet de regarder la télévision ou d’accéder à des contenus à la demande sur le Web, grâce à un boîtier Android. Des pirates parviennent à accéder à des centaines de chaînes payantes sans souscrire d'abonnement au préalable.

Au grand désarroi d’Europol, l’IPTV pirate a gagné en choix et en qualité afin de s’adapter au confinement mondial. Une nouvelle démonstration de la part de ses instigateurs, des mafias européennes ayant déjà réussi le tour de force de s’assurer illégalement un revenu régulier, le tout sans risque inconsidéré, et qui profitent même de la complicité d’acteurs comme Google, AliExpress, ou encore eBay et de la mauvaise volonté des fournisseurs d’accès Internet. 

L’IPTV (Internet Protocol Television), légal, permet de regarder la télévision ou d’accéder à des contenus à la demande sur le Web, grâce à un boîtier Android — très facile à trouver — devant simplement être connecté à une télé. Détournée, cette technologie permet aux utilisateurs pirates d’accéder à des centaines de chaînes payantes — RMC Sport, Sky, beIN, Canal Plus, etc. — sans avoir souscrit d’abonnement au préalable.

Mais l’habileté des fournisseurs de flux contrefaits ne réside pas dans le piratage à proprement parler, mais bien dans les offres d’abonnements annuels, qui oscillent entre 15 et 30 euros, que les utilisateurs doivent souscrire pour recevoir ces flux piratés. Soyons pragmatiques : tout le monde s’y retrouve. Les utilisateurs déboursent, en moyenne, 20 euros par an pour accéder à une multitude de chaînes payantes, ce qui leur coûterait, légalement, plusieurs centaines d’euros, et les fournisseurs de flux s’assurent un revenu annuel plutôt confortable.

« On estime qu’entre 2,5 et 3 millions de Français ont recours à cette pratique illégale, cela représente environ 5 % des internautes, mais c’est le type de piratage qui progresse le plus », a récemment confié la secrétaire générale de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (HADOPI), Pauline Blassel.

Mainmise de la mafia

Mais qui se cache derrière ces flux pirates ayant parcouru plusieurs milliers de kilomètres avant d’arriver sur nos écrans ? L’image du gentil geek piratant les contenus de richissimes multinationales depuis sa chambre dans le but de permettre à ses concitoyens de se faire plaisir tout en économisant quelques deniers relève, de plus en plus, du mythe.

Ce sont en réalité de véritables réseaux mafieux qui sont à la manœuvre derrière cette nouvelle pratique. De la Russie à l’Italie en passant par l’Europe de l’Est, ces criminels numériques ont mis en place un vaste système mondial de piratage de contenus audiovisuels. Jouant sur les vides juridiques et la quasi-impossibilité de leurs cibles de faire valoir leurs droits à l’international, ils sont presque intouchables.

Fin octobre dernier, la Gazzetta dello Sport relayait ainsi les résultats d’une enquête de longue haleine menée par le parquet de Naples depuis 2015 et selon laquelle des soldats de la Camorra, l’organisation mafieuse la plus puissante de Naples, étaient impliqués dans l’IPTV illégal.

« Le crime organisé a pris le virage du numérique plus vite — et bien mieux — que bon nombre d’entreprises classiques », confirmait ainsi Wieland Alge, vice-président et directeur général EMEA de Barracuda Networks, une société experte en sécurité réseau. Parmi les nombreuses pratiques numériques employées par les mafias européennes, on trouve notamment le ransomware, le phishing, et bien d’autres. 

Leurs points communs : elles participent à leur financement et leur offrent un certain degré de protection. Ainsi, l’utilisateur français qui prend un abonnement IPTV pour regarder, depuis son canapé, un quart de final de Ligue des Champions avec des amis, participe, bien souvent sans le savoir, au financement de réseaux mafieux situés à des milliers de kilomètres et dont les activités vont de la prostitution au trafic de drogue en passant par le racket.

Google, AliExpress et eBay impliqués

« Certaines personnes pensent que, s’ils paient, ça rend la chose plus légale, ce qui est complètement faux », déplore Pauline Blassel. Une illusion de légalité renforcée par la qualité des plateformes sur lesquelles s’effectue ce paiement numérique. Ces dernières ont en effet pignon sur rue : AliExpress, eBay, etc.  On trouve quantité d’annonces pour des abonnements IPTV illégaux, sur ces sites, et chacune de ces annonces est par ailleurs référencée sur Google Shopping.

De quoi déculpabiliser l’internaute lors de son achat illégal. Comment imaginer que l’on puisse, via Google Shopping puis eBay, participer au financement de réseaux de prostitution en Europe de l’Est ? C’est bien là toute l’habilité des pirates : donner l’illusion de la légalité à des pratiques illicites.

Une lutte difficile

Si les différences de législation entre pays compliquent la tâche des ayants droit floués, le Royaume-Uni s’érige en exemple en matière de lutte contre le piratage en ligne, quand la France est à la traîne. La raison est simple : le championnat de football britannique, la Premier League, qui détient les droits de diffusion de chaque match est parvenue à s’attacher les services des fournisseurs d’accès Internet (FAI). Un travail de titan, tant certains d’entre eux étaient au départ réticents.

Une procédure de blocage a dès lors pu voir le jour au Royaume-Uni, en grande partie financée par La Premier League, qui permet de couper le flux plutôt que le site. Une technique efficace. « En France, la non-coopération des FAI est l’un des problèmes principaux, parce que ça empêche les détenteurs de droits et les organisations sportives de savoir quels sont les sites et les serveurs les plus populaires, puisqu’ils n’ont pas d’informations sur le trafic. Deuxièmement, cela ne permet même pas d’envisager un blocage, car les FAI traînent des pieds ou demandent des compensations financières exorbitantes », déplore un expert de la lutte contre le piratage en ligne interrogé par Rude Baguette.

Les FAI chercheraient ainsi à monnayer leurs services. Business is business. Justifiant par ailleurs leur position au prétexte de la « neutralité du Web », qu’ils n’hésitent pourtant pas à contourner quand il s’agit de contenus plus polémiques. Sans forcément savoir, là encore, qu’ils participent de facto à l’enrichissement de réseaux criminels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires