En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

03.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

06.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 20 sec
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 4 heures 45 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 5 heures 30 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 8 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 19 heures 8 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 22 heures 27 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 50 min 32 sec
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 4 heures 25 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 5 heures 53 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 8 heures 24 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 22 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 1 jour 34 min
© Philippe LOPEZ / POOL / AFP
© Philippe LOPEZ / POOL / AFP
Elections municipales

LR peut-il profiter de la nouvelle campagne qui s’ouvre pour discrètement améliorer son score décevant du 1er tour ?

Publié le 29 mai 2020
Alors que Florence Berthout vient de rallier à nouveau LR et Rachida Dati pour le second tour des municipales à Paris, à quelles nouvelles alliances faut-il s'attendre pour Les Républicains pour les prochaines élections municipales ?
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que Florence Berthout vient de rallier à nouveau LR et Rachida Dati pour le second tour des municipales à Paris, à quelles nouvelles alliances faut-il s'attendre pour Les Républicains pour les prochaines élections municipales ?

Atlantico.fr : Alors que Florence Berthout rallie de nouveau LR et Rachida Dati pour le second tour des municipales à Paris, à quelles nouvelles alliances devrions-nous nous attendre pour les LR pour les prochaines élections ? 

Jean Petaux : On sait, en particulier depuis ce le documentaire d’Yves Jeuland « Paris à tous prix » (2001) devenu culte, combien la situation politique parisienne ne manque ni d’ingrédients ni de rebondissements. Une des vraies caractéristiques des élections municipales (on tend à observer la même chose avec les régionales, mode de scrutin oblige) réside dans la possibilité d’alliances entre les listes entre le premier et le second tour. Dans les communes de plus de 1000 habitants, une liste qui obtient entre 5 et 10% des suffrages exprimés peut fusionner avec une liste autorisée à se maintenir au second tour, autrement dit qui aura recueilli plus de 10% des suffrages exprimés. Ce que l’on sait moins par exemple c’est que c’est la tête de liste qui décide de la stratégie à adopter pour le second tour et a reçu, pour cela, mandat de ses colistiers qui lui abandonnent, en quelque sorte leur « destin ».  A Jarnac (16) par exemple, ces derniers jours, un jeune candidat tête de liste (celle arrivée en tête au soir du premier tour) a ainsi refusé de faire alliance avec une autre liste au prétexte que les prétentions de cette dernière étaient bien trop élevées. Il a claqué la porte de la négociation, préférant faire que sa liste ne passe pas d’alliances, à la grande surprise de sa première colistière qui n’a pu, dans la presse locale, que faire état de sa très grande surprise, commentant ainsi cette séquence : « C’est de la responsabilité du tête de liste, je le regrette mais je ne peux que m’incliner ».

Le scrutin municipal de 2020 a vu l’explosion des « listes divers quelque chose » ou encore « sans étiquette ». Pour la première fois dans l’histoire des élections municipales cette pratique du « désétiquetage » a été partagée par la droite et la gauche, voire l’extrême-gauche. Il n’y a guère que le RN qui a souhaité afficher ses couleurs. Mais le RN a été confronté à d’autres soucis : le manque de candidats au plan local, au point que, c’est une « première » à mon sens pour le premier parti politique de France, le RN n’a présenté aucune liste dans le département des Landes. Même les « Verts » ont eu tendance à mettre leur drapeau dans leur poche, essentiellement parce qu’ils étaient en coalition avec d’autres formations politiques et des candidats non-encartés dans un parti. On peut pourtant imaginer que l’heure étant au « Green » (en particulier chez les plus jeunes) il n’était pas forcément contre-intuitif de mettre en avant son « fanion » « Ecolo ». Depuis les Municipales de 1971, les forces de gauche que le Programme Commun d’Union de la Gauche (PS, PCF et MRG) allait « coaliser » de 1972 à septembre 1977 puis la « Gauche plurielle «  (PS, PCF, MRG, MDC et « Verts ») entre 1995 et 2002 avaient coutume, au plan local, d’afficher clairement leur tropisme politique, renvoyant les « sans étiquettes » à droite. Cette posture était tellement admise que les analystes eux-mêmes classaient « divers droite » les listes non-labellisées par un parti politique précis. En 2020, (conséquence de la départisanisation ou réplique du grand choc de 2017 avec l’explosion du PS et de LR ?), la floraison des « listes citoyennes » (appellation « cache sexe » de listes souvent pilotées par LFI) , « listes participatives » (mélange de Gilets Jaunes et de militants associatifs locaux) ou de « listes d’intérêt local » (plutôt marquées à droite celles-là) a amené la multiplication, au sein du Bureau des Elections du Ministère de l’Intérieur des fameuses « catégories » : LDIVG ; LDIVD ; jusqu’à l’étiquette improbable « LDIVC » (Liste divers centre) qui a été retoquée par le juge administratif, tellement elle procédait de la « granulologie électorale » et de l’étiquetage artificiel, à moins qu’elle ne cachait alors une « stratégie du coucou » assez grossière, consistant non pas à pondre ses œufs dans le nid des autres, mais à faire main-basse sur eux.

Dans un tel contexte Les Républicains (mais cela vaut aussi pour les Socialistes et, plus généralement pour les maires sortants) disposent de plus de latitude pour s’allier avec tel ou tel, au gré des situations locales, en « faisant », pourrait-on dire, « leur marché électoral » et en choisissant de se coaliser avec des listes (quantitativement plus nombreuses qu’en 2008 ou 2014, la scène locale étant très éclatée en 2020) « sur étagères » en somme. A condition qu’elles aient dépassé le seuil fatidique des 5% des SE. Pour s’allier avec une liste ayant franchi la barre des 10% la situation est plus complexe car elle autorise la liste « donneuse » à faire monter les enchères en terme de sièges à partager de la part de la liste « receveuse ». La première liste (celle qui devrait rejoindre) a ainsi toujours la ressource de se maintenir au risque de faire perdre celle (qui devrait accueillir) qui n’a pas voulu « ouvrir » sinon ses bras, du moins ses rangs (cas possible pour la situation de Jarnac citée plus haut).

Le « cas lyonnais » qui vient de connaître une sérieuse accélération ces dernières heures est-il, selon vous, significatif des stratégies d’alliance que peuvent passer LR ?

Vous avez raison d’évoquer la situation à Lyon car elle constitue un bon exemple de ce « maelström électoral ». Le « cas lyonnais » montre qu’il y a une pluralité de configurations possibles pour LR au niveau des coalitions. Chacune est spécifique en fonction des contextes locaux. Quand vous n’avez plus de ligne politique forte vous êtes « open » pour toutes les combinaisons et autres martingales.

On savait, depuis le célèbre aphorisme d’Edouard Herriot, indétrônable maire de Lyon pendant plus de 46 ans, que la « politique pour être réussie devait, comme l’andouillette, sentir la m… mais pas trop », Herriot s’y connaissait d’autant plus en andouillette qu’il était né à … Troyes. On a, ces dernières 24 heures, une drôle d’illustration de la citation d’Herriot grâce à Gérard Collomb, « boss » incontesté de la vie politique lyonnaise depuis 20 ans. On connait son parcours : PS puis premier soutien politique « de poids » d’Emmanuel Macron, reconnu comme tel en étant son premier ministre de l’Intérieur jusqu’à l’automne 2018. Cacique du PS pendant toute sa carrière politique mais suffisamment pragmatique pour, à travers ses réseaux transversaux et humanistes, avoir travaillé en bonne intelligence avec Raymond Barre à Lyon dont il fut un « opposant constructif », Gérard Collomb a sorti l’artillerie lourde pour empêcher fin juin une victoire des « Verts » arrivés en tête, en voix, sur la totalité de la ville de Lyon (28,46% des SE). Seulement troisième du premier tour, la liste Cucherat, dans laquelle figure Gérard Collomb), soutenu officiellement par LREM n’a obtenu que 14,92% des voix, soir 2,09% de moins que la liste LR. Si LREM n’avait pas été divisée avec la candidature dissidente de Georges Képénékian (11,98% des SE), Collomb aurait largement devancé LR. Les deux listes « LREM » (« l’officielle » et la « dissidente ») auraient même talonné avec près de 27% des voix, la liste écologiste. Il faut rappeler néanmoins que Lyon, l’une des trois métropoles au statut « PLM » avec Paris et Marseille dispose d’un mode de représentation des élus par arrondissement très complexe où le score obtenu en voix sur l’ensemble de la ville ne suffit pas à garantir une majorité en sièges au conseil municipal. La particularité de l’accord lyonnais tel qu’il semble se dessiner réside dans le fait que la liste LR arrivée en deuxième position se désiste en faveur de la liste LREM qui la suit. On pourrait se dire que les électeurs Les Républicains ne vont pas comprendre la manœuvre, hormis qu’il s’agit-là d’un « donnant-donnant » : « à vous (LR) la présidence de la Métropole du Grand Lyon, à nous (LREM) la conservation de la ville », ce sont les termes du « deal » passé. Pas certains néanmoins que les électeurs lyonnais n’avalent cette « quenelle ». Déjà, sur l’ensemble de la ville, le 15 mars dernier, l’abstention a dépassé les 60% des inscrits (61,05% précisément). Dans le 8è arrondissement elle a dépassé les 67% et dans le 9è les 66% au point que, dans ce secteur, la liste conduite par Gérard Collomb lui-même, arrivée deuxième, a à peine dépassé 7% des inscrits (7,29%). Si on ajoute les petits arrangements entre « amis » aux effets abstentionnistes du Covid-19, il y aura à coup sûr une sérieuse attaque virale contre la démocratie locale en terre lyonnaise. Le « Baron Gérard » pourrait bien faire les frais de cette opération de sauvetage. Une « fin de partie » politique assez peu glorieuse à titre personnel et carrément désastreuse pour ses alliés. Pour revenir à LR c’est le principal risque qu’ils encourent. Mais, eux aussi, ont-ils d’autres choix ?

Après la crise du Covid 19 qui a mis à mal la majorité présidentielle, les élus LR peuvent-ils espérer faire un meilleur score au second qu'au premier tour des municipales ? 

Je ne dirais pas que les LR ont fait un mauvais score au premier tour. Tout dépend de ce que l’on compare. En 2014 les Municipales ont été plutôt très favorables à l’UMP de l’époque, devenue LR en 2015. Organisées deux ans après l’élection présidentielle de François Hollande, elles correspondaient pleinement à la définition des « élections intermédiaires » qu’a pu donner Jean-Luc Parodi, s’inspirant de la catégorie nord-américaine des « mid-terms elections ».  Il est donc évident qu’en 2020, les LR remettaient en jeu davantage de mairies gagnées en 2014 que leurs concurrents. Ne parlons même pas de LREM qui partait de zéro aux Municipales de 2020, ne dirigeant (et pour cause…) aucune cité en 2014. Il y a eu néanmoins des maires sortants étiquetés LREM aux Municipales de 2020, ceux qui s’étaient ralliés à Emmanuel Macron depuis 2016 et surtout après la séquence « présidentielle – législatives » de 2017. Cette étiquette ne les a guère aidés au premier tour, fonctionnant plus comme un « boulet » que comme un « booster ».

Pour revenir aux LR, ceux-ci prenant plus de risques que les Socialistes (moins nombreux parmi les sortants) ils ont forcément été plus « chahutés » au premier tour le 15 mars dernier que le PS et ses alliés. Mais il n’en demeure pas moins que la traditionnelle prime au sortant, bien que moins forte du fait du « crash » de la participation qui a surtout touché une population de plus de 65 ans, généralement très « civique » et surtout plutôt légitimiste au sens de largement favorable au maire sortant et à ses colistiers (qui visitent les EHPAD ou sont très présents dans les fêtes de personnes âgées et les « clubs Seniors »), la prime au sortant donc a, encore une fois, bien fonctionné. Une des hypothèses que l’on peut formuler pour le potentiel second tour prévu le 28 juin, c’est que cette prime s’appliquera encore plus compte tenu du fait que les élus en place et sortants n’ont pas chômé depuis le 17 mars, premier jour du confinement. Ils trouveront peut-être dans la mobilisation de leurs électeurs traditionnels, toutes étiquettes politiques confondues, entre LR, MODEM, PS et PCF, un renfort électoral qui les fera passer du statut de « sortants » à celui de « réélus ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 29/05/2020 - 23:57
Pourriture.
Ganesha: en tout cas les performances de MLP à Paris et dans la plupart des banlieues riches ou pauvres de Paris sont particulièrement minables. Mais votre idole n'y est pour rien, ce dont les électeurs qui sont pourris, si on suit votre logique à vous.
Le gorille
- 29/05/2020 - 20:18
Analyse de la présentation
Ma foi, M. l'éléphant, vous avez parfaitement raison dans votre analyse de la présentation. Y a comme qui dirait un sacré décalage. Mais bon.
L'article me semble fustiger l'affadissement politique des un et des autres. Ce doit être le message.
Alors les Lyonnais seront contents qu'on parle d'eux, mais ils remarqueront que cet article est en avance sur une réaction ... de cuisine politique. On y est en plein.
Je ne peux que saluer au passage la réaction du "jeune" tête de liste de Jarnac... Il doit connaître à fond la signification de ce nom.
patafanari
- 29/05/2020 - 18:48
Équation personnelle.
Gérard Collomb est un vieux monsieur très gentil et madame Dati a bien du mérite. Il ne faudrait pas qu'ils soient victimes de gerontophopie et de frisophobie, de sorte que l'on puisse faire barrage au front rouge vert brun qui ne sont pas les couleurs de la France, n'en déplaise à certains.