En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 8 min 37 sec
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 16 heures 57 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 17 heures 44 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 19 heures 12 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 21 heures 43 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 23 heures 21 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 23 heures 57 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 1 heure 47 sec
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 17 heures 10 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 18 heures 12 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 20 heures 2 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 22 heures 19 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 23 heures 37 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 1 jour 18 min
© KENA BETANCUR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© KENA BETANCUR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

Publié le 25 mai 2020
Les technologies prennent une place de plus en plus importante dans nos sociétés en cette période de crise sanitaire du Covid-19. Uber vient de licencier 3.500 personnes via l’application Zoom et Singapour a condamné un trafiquant de drogue à mort lors d’un jugement en ligne. La "virtualisation" de notre société sera-t-elle remise cause ?
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Gilles Babinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Babinet est Digital Champion. Il a co-fondé l'entreprise Captain Dash,entreprise chargée de développer son expertise sur l'analyse de "Big Data", et y est en charge de la stratégie, du marketing et de la communication. Il est l’auteur de ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les technologies prennent une place de plus en plus importante dans nos sociétés en cette période de crise sanitaire du Covid-19. Uber vient de licencier 3.500 personnes via l’application Zoom et Singapour a condamné un trafiquant de drogue à mort lors d’un jugement en ligne. La "virtualisation" de notre société sera-t-elle remise cause ?

Atlantico.fr : Uber vient de procéder au licenciement de 3500 personnes via l’application Zoom et Singapour condamne un trafiquant de drogue à mort à l’aide d’un tribunal en ligne. Comment sommes-nous arrivés à mettre en place de tels dispositifs ? 

Bertrand Vergely : Ce phénomène s’explique par trois raisons. La première est idéologique, la seconde est psychologique et la troisième est culturelle. 

Idéologiquement, d’une façon générale, nous sommes dans un monde guidé par la foi dans le progrès. Améliorer toujours et encore de façon à être de plus en plus performant est le dogme numéro un du système  mental qui nous gouverne. 

Lors du confinement mondial qui vient d’avoir lieu en raison du Covid 19, le procédé de visio-conférences mis au point par Zoom a connu un succès retentissant. Il a permis notamment aux élites politiques, économiques, financières et culturelles de la planète de pouvoir continuer à organiser des réunions et des conférences  sans déroger à la règle de distanciation sociale édictée par le souci de lutter contre l’épidémie. Le succès de ces réunions et conférences a été tel que bon nombre de voix ont prophétisé que cette façon de se réunir allait persister une fois l’épidémie passée. Ce qui se passe leur donne raison. On se demande comment va être le monde de « l’après épidémie » ». On a la réponse. Ce monde va être un monde selon Zoom. Il va en être ainsi et il en est déjà ainsi parce que, inséparable du progrès, il y a la logique fatale du progrès. 

Ainsi, psychologiquement, quand une nouveauté comme Zoom apparaît naît immédiatement l’idée  de s’en servir pour toutes sortes de choses. Quand cette idée jaillit, il est impossible d’aller contre.  Qui va contre est immédiatement rembarré. Comme on ne veut pas être rembarré, on n’ose plus s’opposer à l’innovation proposée qui, du coup, prend forme. 

Dans un monde de progrès, il faut être en phase avec le progrès. Il faut de ce fait montrer que l’on est en phase avec lui. Qui fait progresser ou montre qu’il est en phase avec le progrès reçoit un certificat de bonne conduite qui le fait admettre dans la société mondiale. Qui s’en écarte ou tarde à rejoindre le courant dominant (main stream) est mis sur la touche.  Le pouvoir économique et le pouvoir politique l’ont compris. 

Zoom apparaît et connaît un succès étonnant ? Pas question de ne pas utiliser ce succès. Hors de question de s’entendre dire : « Comment vous n’utilisez pas Zoom ? Vous continuez de licencier et de rendre la justice comme dans le monde d’avant ? Mais dans quel monde vivez-vous ? ». 

Enfin, culturellement il y a ce que l’on trouve derrière le poids du Covid et qu’il ne faut pas négliger. La nature ayant horreur du vide, notre monde est comme la nature. Il a absolument besoin de pouvoir se dire qu’avec l’épidémie il n’aura pas souffert pour rien. Zoom est de ce point de vue une aubaine. Quand la décision économique, politique et judiciaire se fait par son entremise et non plus comme avant, le tour est joué. Le pouvoir économique, politique et judiciaire, qui se sert de Zoom,  peut lancer comme message que le Covid n’aura pas été inutile. La preuve : la nouvelle façon d’organiser la communication du pouvoir.  

Idéologiquement donc, la récupération de Zoom par le pouvoir politique et judiciaire est bien vue. Politiquement également. Quand un pouvoir prend une décision douloureuse il a toujours peur des réactions physiques violentes. Que de directeurs du personnel ou de patrons se sont trouvés séquestrés dans leur bureau par leurs salariés à l’annonce d’un plan de licenciement ! Avec Zoom pour annoncer un licenciement, la menace d’une réaction physique brutale est écartée. Cette annonce pouvant se faire de partout, le pouvoir est à l’abri. S’extrayant de l’espace et de la localité, il est devenu nuageux. Il appartient au cloud. 

Dans le cas de la condamnation à mort à Singapour, il en va un peu différemment. Depuis quelque temps, fasciné par les nouvelles technologies, Singapour a commencé à bâtir une société virtuelle fondée sur l’Intelligence Artificielle (IA). Par ailleurs,  réprimant le trafic de drogue de la façon la plus sévère qui soit, depuis longtemps déjà le pouvoir singapourien  s’exerce de façon absolue.  Enfin, il y a le Covid 19, la règle de distanciation sociale et l’ordre sanitaire mondial.  

Quand le pouvoir singapourien prononce une peine de mort via Zoom il sait ce qu’il fait. Astucieusement, il mêle technologie, pouvoir et ordre sanitaire mondial afin d’apparaître comme le leader mondial de la société de demain, nouvelles technologies, pouvoir politique absolu et sécurité sanitaire totale étant les trois ingrédients du rêve qui gouverne la planète.

Gilles Babinet : Cela semble assez loin de la technologie. C’est la nature des sociétés qui nous a mené à cela plus que la technologie en elle même. De la part d’Uber ce n’est pas très étonnant, c’est une société qui a fait l’affiche avec son comportement social et pour Singapour c’est un État qui est connu pour son efficacité. La technologie est le vecteur et non le facteur. Avec ces outils on peut faire des choses merveilleuses comme ils ont pu mener à des abus. 

Par le passé la société Uber a fait preuve de beaucoup de cynisme et a changé de façon de faire pour montrer une image différente. Cependant, il semble que cela n’a pas abouti. Cela dit, 3000 personnes cela représente peu par rapport au niveau de perte qu’ils annoncent. Si chaque salarié coûte 100 000 euros, cela fait 10 % de la perte prévue. Ce qui comptait pour eux dans cette affaire, c’est plus un effet d’annonce que d’avoir une réelle incidence financière sur leurs comptes. La société reste égale à elle-même, qui sur-communique et continue à avoir des pratiques contestables. C’est bien la peine de dépenser autant dans les affaires publiques et d’être constant dans ses pratiques. 

Dans le cas de Singapour, on peut se poser la question de savoir si l’objectif n’était pas de faire de la publicité. Ils prononcent assez peu de condamnation à mort mais ils essaient de se faire connaître comme un État extrêmement autoritaire, soit l’antithèse d’un État débonnaire. C’est une « démocrature » extrêmement efficace qui s’appuie sur la technologie pour fonctionner et expérimente une nouvelle forme de gouvernance depuis 50 ans. Dans le cas de la condamnation à mort, le réel drame ce n’est pas qu’elle ait pu être prononcée par Zoom mais c’est la condamnation à mort en elle-même. 

Que gagne-t-on  et que perd on en laissant le réel s’effriter au profit de l’écran ? 

Bertrand Vergely : Quand on dit « on », il faut distinguer le pouvoir politico-financier qui gouverne le monde et les citoyens que nous sommes. La virtualisation de la société et de l’humanité ? Le pouvoir politico-financier a tout à y gagner. Le virtuel étant le règne du comme si, le comme si marque le triomphe de la manipulation généralisée. 

Vous voulez vous promener dans une forêt merveilleuse. Je mets à votre disposition un petit film où des informaticiens talentueux ont réalisé une forêt de rêve. Vous êtes tellement content que vous préférez la foret de rêve produite par l’informatique à la forêt réelle.  La forêt de rêve n’est pas la forêt réelle ? Qu’importe. Elle est tellement plus belle que la forêt réelle. Certes, je vous ai trompé. La forêt merveilleuse n’est pas réelle. Ce n’est pas une forêt mais l’image d’une forêt. Mais pourquoi se plaindre ? Puisque l’effet produit est mieux que la réalité ? Vous êtes content et c’est cela qui compte Comme le dit l’adage « Qu’importe le gobelet pourvu qu’il y ait l’ivresse ». Quant au système informatique qui vous a fait vous promener dans une forêt virtuelle plus belle que toute forêt réelle, il se frotte les mains.  Vous seriez allé vous promener dans une forêt réelle, il n’aurait rien gagné. Avec son programme, il sort gagnant en vendant la forêt de rêve pour laquelle vous avez payé.  En outre, cette forêt est tellement belle que, désormais intoxiqué au virtuel vous êtes prêt à payer pour un maximum de vie virtuelle  sans rien de voir de mal au fait d’être devenu, sans vous en apercevoir, un adorateur de la  religion du virtuel, comme dans la Bible on adore le veau d’or. 

La logique qui est en train de s’emparer du monde est du même type.  Prenons les licenciements. Vous êtes un patron cynique qui, pour faire plus de profit, a choisi de délocaliser son usine. Il faut que vous débarquiez quelques centaines de salariés qui durant des années ont travaillé du mieux qu’ils ont pu. Si vous le faites dans des conditions réelles (live),  cela va mal se passer. Vous risquez fort d’avoir affaire à des salariés furieux qui vont vous poursuivre et déchirer votre chemise comme cela a été le cas pour un des dirigeants d’Air France lors de l’annonce d’un plan social. Vous voulez donc  licencier vos salariés en évitant leur colère et vous vous interrogez : comment ?  Une seule solution : Zoom. Vous licenciez à distance. Parlant de nulle part, vous annoncez à vos salariés qu’ils sont licenciés. Vous ne les voyez pas. Vous ne les entendez pas. Merveille : pour vous le choc émotionnel est nul et votre chemise est intacte. 

Le pouvoir rêve de tout voir sans être vu, explique Platon. L’essence du pouvoir est d’être inaccessible, précise Kafka. Avec Zoom, Platon et Kafka ne sont plus des fables mais une réalité. Le pouvoir voit sans être vu et il est inaccessible. 

Autre cas de figure. Vous êtes ministre de la justice et vous vous demandez comment vous allez désengorger les tribunaux qui sont surchargés de dossiers que la justice n’a ni le temps ni l’argent ni le personnel pour régler. Une solution : un traitement informatique. Quantité de dossiers peuvent être traités ainsi. 

Un cas n’est pas trop compliqué ? Il s’est passé ceci ? Selon la règle, le prix est tant ?  La machine applique la règle et on passe au dossier suivant. On assiste là à la fin du jugement et à l’avènement d’une justice qui ne juge plus ? Qu’importe. La justice est désengorgée et la machine faisant en général aussi bien que les hommes voire mieux, de quoi vous plaignez vous ? 

Le pouvoir ainsi que la logique utilitariste, matérialiste et pragmatique ont tout intérêt à ce que le virtuel triomphe. Le citoyen un peu moins. 

Nous avons tous fait l’expérience d’appeler tel ou tel organisme afin d’avoir un renseignement donné de vive voix par une personne humaine réelle et d’être promené durant des dizaines de minutes d’un  questionneur à un autre entre deux musiques de Vivaldi avant de ne pouvoir joindre personne, la communication étant brutalement interrompue. À cette occasion, nous avons tous fait l’expérience de ce que l’on appelle « un grand moment de solitude ». Découvrant que le virtuel peut être un fascisme, nous avons tous alors  maudit ce système qui aboutit à une déshumanisation et une dépersonnalisation extrême de l’humanité. S’il y a les eaux glacées du calcul égoïste, il y a les eux glacées du calcul virtuel qui en est le prolongement.

Ce fascisme du virtuel supprime l’homme en expliquant que celui-ci est le maillon faible du système organisationnel. Certes, l’homme est souvent faible. Il l’est tellement  qu’il lui arrive de penser que le virtuel vaut lieux que lui-même. Mais, il arrive aussi que l’homme soit cet être génial parce que sensible,  capable d’écouter, de regarder et parfois de pleurer. Et cette écoute, ce regard et ces larmes n’ont pas de prix parce qu’ils sont ce qui sauve de la folie de l’homme.

De tels procédés ont été mis en place durant la crise sanitaire mais la « virtualisation » de notre société sera-t-elle remise cause à la fin de la pandémie ou continuera-t-elle ? 

Bertrand Vergely : Quand on se demande si ce qui existe et que l’on redoute  va durer, prisonnier d’un regret on attend un miracle. Tant que l’on croit au miracle, il y a des marchands d’illusions pour utiliser cette attente du miracle. Le virtuel en est l’illustration. S’il existe, c’est parce qu’il sait habilement exploiter l’attente du miracle en proposant le virtuel comme miracle. 

Il n’y a pas à se demander si le virtuel va durer. Il dure déjà et comme il dure il s’amplifie de plus en plus en gagnant toutes les sphères de la société et de l’humanité.   Face à cela, le seul miracle qui existe dans ce monde est l’absence de miracle et cette absence s’appelle le réel. 

On peut tricher avec tout sauf avec une seule chose : il s’agit du réel. Ce qui vient de se passer en est la preuve. En Septembre 2019, il y a neuf mois, qui aurait pu dire à chacun d’entre nous : « Le 15 Mars 2020, Il va y avoir une épidémie mondiale. La planète entière étant sommée de rester à la maison rien de ce que tu vais prévu ne pourra se réaliser ». 

C’est cela le réel : l’imprévisible absolu. Notre monde croit à la toute puissance des nouvelles technologies, du pouvoir politique absolu et de l’ordre sanitaire. Qui sait ce que l’avenir nous réserve ? Pour protéger les hommes, vivre et être heureux,  il n’y a pas que cela. 

Gilles Babinet : Une barrière a été franchie pendant la crise, j’en suis certain. Des entreprises comme Coinbase rendent les bureaux optionnels. Si vous voulez aller au bureau vous pouvez mais le travail c’est avant tout chez soi. Cela ne veut pas dire que les personnes ne vont pas se voir mais elles vont se rencontrer dans des salles de réunion qui seront louées de façon fréquentes. Dans le monde de la Technologie, il a été prouvé qu’il est plus efficace de travailler de cette manière. Une connaissance qui fait le métier de codeur m’a confié qu’elle était arrivée à faire en deux-trois mois ce qu’elle fait en une année. Et ce n’est pas la seule. 

Un Zoom, c’est un réunion normale qui dure trois fois moins de temps. La violence de la société ce n’est pas sa virtualisation, c’est si on a accès à l’éducation, ne pas avoir une santé publique qui fonctionne, surtout dans le contexte de la crise de la Covid-19. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Phlt1
- 26/05/2020 - 17:39
D'accord avec B.Vergely
Tout ce qui est évoqué dans cet article porte un nom: l'effet de "psychological distance", celui utilisé par l'armée américaine vis-à-vis des pilotes de drones tueurs. C'est bien évidemment un réflexe naturel chez l'être humain de refuser le réel: l'idéologie socialiste n'est pas autre chose que le profond refus du réel, or cette idéologie a largement dépassé les limites de tous ses aficionados pour imprégner bien au delà dans les sphères de droite, d'où le politiquement correct. Considérer que l'homme est naturellement bon et que c'est la société qui le pervertit est exactement la même chose sur le principe que piloter des travailleurs à distance pour gagner plus d'argent. La Gauche et le néo-libéralisme (libertarien) se rejoignent en créant exactement la même chose par des chemins différents . Et ceux qui ont le courage de regarder le réel en face sont encerclés et deviennent minoritaires. Toute technologie qui accompagne le principe de refus du réel (c'est-à-dire du non effort) conduit l'être humain a sa perte, individuellement et collectivement. Il y en a aujourd'hui beaucoup puisqu'elles sont toutes construites pour ça.!. Il va falloir se lever.!.
clo-ette
- 25/05/2020 - 11:19
Qui disait
"le changement, c'est maintenant" ? ( je crois que c'était Hollande qui était juste un peu en avance) . La virtualisation de la société va-t-elle s'accélérer ? Tout porte à le croire . Est ce une violence ? Le réel est une violence, et si le virtuel est aussi une violence, pauvres de nous !