En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

05.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

07.

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 14 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 15 heures 37 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 16 heures 23 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 18 heures 11 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 19 heures 18 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 1 jour 11 heures
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 1 jour 11 heures
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 15 heures 1 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 1 jour 11 heures
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 14 heures
© CHARLY TRIBALLEAU / POOL / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / POOL / AFP
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

Publié le 24 mai 2020
Depuis quelques mois, un vent d’apaisement à peine perceptible semble souffler sur les relations entre les Etats-Unis et l'Iran.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques mois, un vent d’apaisement à peine perceptible semble souffler sur les relations entre les Etats-Unis et l'Iran.

Mais que se passe-t-il entre l’Iran et les Etats-Unis depuis quelques mois ? Il semblerait qu’un calme relatif soit de rigueur de part et d’autre. Bien entendu la rhétorique agressive et va-t-en guerre est toujours présente. Le contraire serait étonnant tellement ces deux pays ont habitué, depuis plus de quarante ans, la communauté internationale à leur discours belliqueux. Il n’en demeure pas moins qu’un vent d’apaisement à peine perceptible semble souffler sur les relations entre ces deux pays. C’est d’autant plus remarquable qu’au cours des douze derniers mois, ils ont failli se retrouver face à face dans un véritable conflit militaire total. Rappelons les récents incidents. Il y a d’abord eu la destruction du drone américain au-dessus des eaux territoriales iraniennes en juin 2018. Ensuite, il convient de mentionner la destruction des installations pétrolières saoudiennes par des missiles cruise vraisemblablement à l’initiative de l’Iran, même si revendiquée par les Houthis du Yémen. Et enfin l’assassinat du Général Soleimani en Iraq et les frappes iraniennes en retour sur les bases américaines. Chacun de ces incidents, et c’est un euphémisme, aurait pu déclencher une guerre totale entre les deux pays. Mais il n’en fut rien.

Toujours fidèle à leur politique de « pression maximale » les Etats-Unis continuent à peser de tout leur poids sur l’échiquier international contre l’Iran. Le 13 mai dernier, Brian Hook, l’homme chargé des questions iraniennes au département d’Etat, publiait un article dans le Wall Street Journal où il exhortait la communauté internationale à renouveler l’embargo sur les armes conventionnelles à destination de l’Iran, embargo qui dure depuis 13 ans et qui est appelé à s’achever au mois d’octobre prochain. De son coté Donald Trump persévère avec ses diatribes à l’encontre de Téhéran en menaçant de couler les bateaux iraniens qui se rapprocheraient à moins de 100 mètres des bâtiments de la marine américaine naviguant dans les eaux internationales du golfe persique. Les Iraniens, pour leur part, ne sont pas restés inertes et continuent, eux aussi, avec leur politique de « résistance maximale » et ne manquent pas une occasion de menacer l’armée américaine dans la région et de narguer Washington avec leur programme spatial qui a fait entrer le pays dans le camp très select des pays disposant d’une véritable politique spatiale. Or, aussi bien du coté iranien que de celui des Américains, on entend davantage de menaces verbales que l’on constate d’actions.

En effet, en cette période électorale à Washington, et les 40 millions de demandeurs d’emplois nouvellement inscrits sur la liste du chômage suite à la crise sanitaire du Covid-19, l’appétit n’est franchement pas à la guerre et son lot de body-bag de retour sur le tarmac des aéroports américains. Pareillement, pour les Iraniens, las des efforts massifs qu’ils ont déployés face à cette même crise du coronavirus, et ayant de surcroît les coffres vides du fait de l’impossibilité de vendre leur pétrole par le jeu des sanctions américaines et du crash des cours d’hydrocarbures, la volonté d’en découdre avec les Etats-Unis n’est franchement pas présente. Téhéran n’a pas non plus envie de faire le cadeau d’un clash militaire Iran-USA à la campagne de Donald Trump, mal en point ces temps-ci. D’où la stratégie de « patience héroïque » qu’ils déploient allègrement. L’objectif étant de faire le dos rond avec l’espoir que Joe Biden remporte les élections du mois de novembre et fasse revenir les démocrates à la maison blanche. Même si les Iraniens ne se font pas d’illusion sur un changement de politique américaine sur la question iranienne, tellement la cause d’Israël fait l’unanimité à Washington, aussi bien chez les républicains que chez les démocrates, ils espèrent quand même une baisse des hostilités avec un Biden à la tête de l’exécutif américain.

Ainsi globalement, le temps est à l’accalmie dans les « relations bilatérales » entre ces deux pays. Le dialogue entamé, le mois dernier, entre les deux capitales sur un échange éventuel de prisonniers est une indication à cet égard. La non opposition iranienne quant au choix du Premier ministre irakien, Mustapha al-Kadhimi, pressenti par les Américains est un signe de paix venant de Téhéran. Cette attitude non belliqueuse iranienne a même été récompensée par Washington qui a accordé une dérogation à Bagdad sur l’importation du gaz et de l’électricité iranien valable 4 mois alors qu’en général de telles dérogations ne dépassent pas les six semaines. Téhéran a aussi retourné la courtoisie en réduisant à zéro les heurts quotidiens entre les milices chiites pro-iranien et les troupes américaines stationnées en Irak.

Il est permis de croire que cette paix relative des braves durera au moins jusqu’aux élections américaines de novembre prochain. Ce qui adviendra après, dépendra entre autre de qui de Trump ou de Biden l’emportera.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Iran, Etats-Unis, calme, diplomatie
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 24/05/2020 - 18:47
@evgueniesokolof
personnellement je ne vois pas ce qui est honteux dans cette affiche. On aurait peut etre pu afficher des bananes au lieu des ananas .... ca me rappelle Dieudonne... et puis les bananes de Martiniques sont tres connues
Marie Esther
- 24/05/2020 - 10:59
le calme avant la tempete (2)
3/ Une attaque informatique iranienne a visé l’infrastructure israélienne de l’eau
"C'est une attaque qui va à l'encontre de toutes les règles de la guerre", a déclaré un responsable israélien. Israël considère qu’une ligne rouge a été franchie avec cette attaque qui a ciblé une infrastructure civile.
4/ Cyber-attaque du port iranien: stratégie d’Israël sur la vulnérabilité de l’Iran
Pour Amos Yadlin, la fermeture du port iranien serait la réponse à la tentative de piratage de la compagnie des eaux israélienne, qui serait des représailles à des frappes en Syrie
C'EST TOUT SAUF CALME ... mais c'est Israel et non les USA qu'il faut suivre
Marie Esther
- 24/05/2020 - 10:54
le calme avant la tempete
1/ "Les menaces de Khamenei de mettre en œuvre 'la solution finale' contre Israël rappellent le plan nazi de 'solution finale' visant à / anéantir le peuple juif", a tweeté mercredi M. Netanyahou. "Il doit savoir que tout régime qui menace de détruire l'État d'Israël s'expose à un danger similaire", a-t-il prévenu.
L’Union européenne a condamné jeudi les menaces proférées par le guide suprême iranien contre Israël après que l’ayatollah Ali Khamenei a appelé à « l’élimination » de « l’entité sioniste ». La déclaration de jeudi contre l’Iran a fait l’objet d’un consensus à l’échelle de l’Union.
2/ Des milliers de sites Internet israéliens ont été visés, ce jeudi, par une attaque informatique de grande ampleur. Leurs pages d'accueil ont été systématiquement remplacées par des images de la métropole Tel-Aviv à feu et à sang.
Selon les médias israéliens, plus de 2000 sites de grandes entreprises, de municipalités, voire d'ONG, ont été pris pour cible, leurs pages d'accueil affichant le message en hébreu approximatif : « Le compte à rebours pour la destruction d'Israël a commencé il y a déjà bien longtemps »... attribuee a l'Iran ?