En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 6 heures 56 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 8 heures 46 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 11 heures 34 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 12 heures 12 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 6 heures 41 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 7 heures 29 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 8 heures 13 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 8 heures 35 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 10 heures 40 sec
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 11 heures 17 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 11 heures 51 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 12 heures 58 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 13 heures 48 min
© AFP/Archives
© AFP/Archives
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

Publié le 24 mai 2020
L'outil anti-covid d’Apple et Google semble enfin prêt à sortir. Mais rien ne dit que les populations accepteront de l'utiliser massivement.
Benoist Rousseau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoist Rousseau est informaticien et historien économiste diplômé de l'Université Paris Sorbonne.Il partage sur Andlil.com sa vision iconoclaste sur l'économie et les marchés financiers. Ancien professeur d'histoire, il dirige une société...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'outil anti-covid d’Apple et Google semble enfin prêt à sortir. Mais rien ne dit que les populations accepteront de l'utiliser massivement.

Atlantico : Annoncé le 10 avril 2020, l’outil anti-covid d’Apple et Google semble enfin prêt à sortir. Cette application de traçage va permettre à toutes les agences de santé publique de s’appuyer sur la technologie des deux géants de consolider leur propre interface et de la rendre plus performante. En quoi consiste cette application qui n’a de traçage que de nom ? Comment un tel outil va-t-il aider pour combattre la pandémie ? 

Benoist Rousseau : Effectivement, cette application n’a de traçage que de nom. Apple et Google ont assuré que la vie privée de chacun serait préservée. D’une part, l’application ne recueille ni n’utilise l’emplacement de l’appareil. Il est impossible de retracer le cheminement d’un individu avec ce système, chose qui est aisée à faire tout simplement avec les antennes relais.

De plus, tout le système fonctionne sur le choix personnel de l’individu : il peut décider ou non d’utiliser le système et s’il apprend qu’il a le Covid-19, c’est à lui de le signaler volontairement dans l’application de santé publique. S’il le fait, les personnes disposant de la même application recevront une notification comme quoi elles se sont trouvés à proximité d’une personne ayant le Covid-19 et qu’il leur est recommandé de faire un test. L’identité de la personne s’étend auto-signalé porteur du Covid-19 reste totalement anonyme.

Tout est donc basé sur le volontariat, l’anonymat et aucune donné n’est transmise aux États. De plus, ce type d’application responsabilise le citoyen.

Apple et Google admettent que ce dispositif représente un coup d’épée dans l’eau. De nombreux États comme la France et le Royaume-Uni émettent des réticences à son utilisation. Quelles difficultés existent pour que l’application connaissent un réel succès ? Les populations ont-elles envie d’utiliser un outil tel que celui-ci créé par Apple et Google ? 

Quelques États, avant même de connaître les modalités de l’application, s’y sont opposés presque par réflexe idéologique. Ce qui est important de percevoir c’est qu’aucun État n’a été capable de lancer rapidement une telle application alors que, techniquement, elle n’est pas d’un degré extrêmement élevé de complexité. Cela nous montre que la capacité de décision, de recherche et d’innovation est beaucoup plus rapide dans ces entreprises américaines que dans de nombreux États.

Ceux-ci s’y sont opposés dès l’annonce de cette idée car cela montre finalement leur faiblesse. Une entreprise privée de la taille d’Apple ou de Google a beaucoup plus de moyens humains, techniques, financiers et de capacité d’adaptation que les principaux Etats du monde. Même si nous le savions, cette crise sanitaire le prouve à tout le monde au grand jour. Et donc, le réflexe étatique et idéologique a été pour beaucoup de repousser tout projet venant de multinationales.

La principale difficulté pour que l’application connaisse un succès vient des Etats eux-mêmes qui tentent, dans un réflexe souverain, de développer leur propre application, souvent sans succès et qui bien entendu ne pourront pas communiquer avec l’application nationale d’un État voisin… bref d’une utilité proche du néant galactique.

Il est difficile de dire si la population aura envie d’utiliser un tel outil. Il faut bien entendu disposer d’un Smartphone récent, avoir un esprit un petit peu geek, avoir le sens du bien commun… c’est certainement un peu trop nouveau à leur actuel. D’autant plus que certains politiques, censés montrer l’exemple, s’y sont par automatisme opposés sans même toujours savoir de quoi il s’agissait. Mais dans quelques années, avec beaucoup de pédagogie, une partie majoritaire de la population pourrait l’utiliser, surtout si un prochain virus se montre plus mortel. Ce système sera alors adopté par la population, notamment les plus jeunes, qui se sentiront en danger. L’histoire économique et la psychologie humaine nous apprennent que toute innovation (l’électricité, le moteur à explosion, Internet…) est systématiquement rejeté par la majorité de la population pour finalement être adopté très largement. Comme c’est une première, il n’est pas surprenant que nous assistions à un rejet.

D’autres pays ont décidé qu’il valait mieux accepter les conditions d’Apple et Google car c’était une façon d’avoir la meilleur application possible. Est-ce que ce lancement en demi-échec promet un meilleur avenir pour cet application ? 

Ce lancement en demi-échec apporte cependant des points positifs. Pour la première fois de l’histoire deux géants de l’univers des Smartphones collaborent pour créer une application gratuite dans un but de santé publique. Il est à noter l’absence totale du géant chinois Huawei, ce qui n’est pas anecdotique.

Nous pouvons espérer que lors d’une prochaine crise, la gestion mondiale soit beaucoup plus efficace. Nous pourrions imaginer que l’Organisation Mondiale de la Santé demande directement à Apple, Google et Huawei de développer une application type en cas de nouvelle pandémie. L’OMS recommandera alors aux Etats de l’utiliser avec le logo de l’Organisation Mondiale de la Santé dessus. Ceci serait beaucoup plus acceptable pour les États-nations et ils ne perdraient pas la face.

Cette crise a pris tous les gouvernements par surprise et ils ont réagi de manière grégaire, chacun pour soi. Si nous voulons rester positifs, cette pandémie a été un test de sécurité à l’échelle mondiale. Test que nous avons raté, mais nous avons eu la chance d’avoir un virus la mortalité faible. En sera-t-il de même la prochaine fois ?

Il serait bien, une fois cette crise sanitaire passée, que les grands décideurs de notre époque, les hommes politiques et les géants du numérique s’assoient à une table. Laissant de côté leur ego, il pourrait prévoir ensemble, en cas de nouvelle pandémie dans un an, 10 ans ou 100 ans, une solution de ce type fonctionnel dès les premières heures. Nous avons juste assisté au fait qu’il n’y a strictement aucune organisation mondiale. Chacun a bricolé dans son coin une solution à la va-vite et en urgence. Le résultat est une dépense d’argent et d’énergie pour aucun résultat opérationnel. Nous avons reçu un avertissement, à nous d’en tirer les conclusions…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires