En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

02.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

05.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

06.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

07.

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 11 heures 1 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 12 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 12 heures 52 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 14 heures 20 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 15 heures 39 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 16 heures 17 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 16 heures 52 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 10 heures 47 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 11 heures 34 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 12 heures 19 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 12 heures 41 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 15 heures 22 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 15 heures 57 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 17 heures 3 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 17 heures 54 min
© HOW HWEE YOUNG / POOL / AFP
© HOW HWEE YOUNG / POOL / AFP
Business as usual

Pourquoi la brouille entre Trump et l'Arabie saoudite affaiblit peu le lobby saoudien à Washington

Publié le 23 mai 2020
De récentes déclarations de Donald Trump ont laissé transparaître de vives tensions entre les États-Unis et l'Arabie saoudite, mais la relation entre les deux pays ne devrait pas se dégrader outre-mesure.
Pierre Conesa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De récentes déclarations de Donald Trump ont laissé transparaître de vives tensions entre les États-Unis et l'Arabie saoudite, mais la relation entre les deux pays ne devrait pas se dégrader outre-mesure.

Atlantico : Les récentes déclarations de Donald Trump ont laissé transparaître de vives tensions entre les États-Unis et l'Arabie saoudite. Quelle est la nature réelle des relations entre ces deux pays ?

Pierre Conesa : Je ne crois pas que les fâcheries actuelles préjugent d’une dégradation significative du rapport entre les deux Etats établies depuis le Pacte du Quincy (pétrole contre sécurité) acté en février 1946 par Roosevelt rentrant de la conférence de Yalta. Sans aller chercher des preuves dans l’histoire, rappelons les 15 saoudiens sur 19 terroristes du 11 septembre et Bush qui classifie Secret Défense les 28 pages du rapport du Congrès sur le rôle de l’ambassade saoudienne dans le soutien aux terroristes. Puis en janvier 2002 il désigne l’Iran, l’Irak et la Corée du Nord. Le dépeçage du journaliste Djamal Khashoggi a été couvert par Trump, amnistiant par avance Mohamed Ben Salman alors que le rapport de la CIA le désignait directement.

Deuxième variable qui rend difficile l’interprétation sérieuse de l’état actuel : Trump est un menteur invétéré qui ne décide et n’agit qu’en vertu de sa popularité et de sa réélection. Il avait vertement critiqué Hillary Clinton pour ses relations avec Riyad pendant la campagne électorale promettant une révision des rapports avec l’Arabie, or il fait son premier voyage officiel non pas en Europe ou en Asie mais à Riyad.

Enfin Mohamed Ben Salman est en difficulté : critiqué pour l‘affaire Khashoggi, fâché avec une grande partie des membres de la famille royale à qui il a extorqué 60 à 100 milliards de dollars lors de la prise d’otages du Ritz-Carlton. Obligé de fermer les Lieux Saints et interdire le petit pèlerinage à cause du Covid 19, il est critiqué en particulier par les plus radicaux contre lesquelles il réagit très brutalement. Aller chercher quelques soutiens en Russie ou en Chine fait partie du jeu diplomatique. Retirer deux à quatre batteries de défense anti-missiles (dont la presse parle depuis septembre 2018) ne prouve pas que Trump va changer de position contre l’Iran.

Comment le lobbyisme saoudien est-il structuré ?

Je publie début 2021 un livre sur le lobby saoudien en France. Mon étude commencée avant l‘affaire Khashoggi s’est poursuivie après, et bizarrement il est devenu très difficile d’obtenir des rendez-vous auprès des défenseurs de l’Arabie en France.

L’objectif paradoxal du lobby saoudien aux Etats Unis comme en France est non pas qu’on fasse obstacle à un texte de loi comme c’est le cas de lobbys organisés, mais qu’on ne parle pas de l’Arabie et de son régime sauf pour en dire du bien. Ce n’est donc pas un lobby avec organisation centrale mais un ensemble d’actions pilotées par les 5 plus grosses sociétés de relations publiques mondiales (3 américaines et 2 françaises : Publicis et Havas). Publicis est aujourd’hui le plus gros bénéficiaire de la manne saoudienne. Riyad s’est rendu compte d’abord que la diplomatie du « carnet de chèque » menée par le Qatar, n’est pas « payante » car les livres de Christian Chesnot et Georges Malbrunot ont démonté le chemin de l’argent et Doha en grande difficulté, a tout stoppé. Ensuite les autorités de Riyad se sont rendus compte qu’elles ne savaient pas faire de l’influence dans les pays avancés et qu’il valait mieux s’adresser à des professionnels. La stratégie de lobbying est axée sur 3 cibles :

  • d’abord les décideurs politiques (chacun revient avec une lettre d’intention quand il rentre d’un voyage officiel : 10 milliards de dollars promis à Valls, 110 à Trump (mais une lettre d’intention n’est pas un contrat).

  • Ensuite les hommes d’affaires à qui chaque nouveau dirigeant saoudien annonce un projet pharaonique destiné à diversifier l’économie pétrolière : MBS fait plus fort que les autres puisqu’il promet un budget de 500 milliards de dollars (la baisse continue des prix du pétrole rend improbable le projet). Il s’est également offert un « Davos du désert » auquel il vaut mieux participer.

  • Enfin les dirigeants des communautés musulmanes à l’étranger et on remarquera que par exemple jamais le CFCM n’a émis la moindre critique sur la sale guerre au Yémen. Pour ces derniers, on a fait croire que critiquer l’Arabie équivalait à critiquer l’Islam (si cela ne marche pas il reste les limitations des visas pour le pèlerinage).

Rien vers l’opinion publique dont les Saoud n’ont que faire. La différence essentielle entre le lobby aux USA et en France est son ancienneté et son importance : chaires dans les grandes universités américaines ; dons à des fondations (présidentielles de préférence) de façon à miser sur tous les présidentiables ; groupes d’amitié ; lobby pétrolier…. Ce qui est amusant c’est des parlementaires français qui allaient souvent à Doha à l’époque de la « diplomatie du carnet de chèques », ont changé de banque et vont plus volontiers à Riyad depuis.

Quel en est l'impact sur les relations qu'entretiennent les Etats Unis avec l'Arabie Saoudite ? Comment cela se répercute-t-il en France ?

« Business as usual ». La France est un fournisseur de second rang sur lequel Riyad peut jouer pour challenger Washington ou Londres. Donc Paris a observé le même mutisme que les autres dans l’affaire Khashoggi. Le marché de l’armement par exemple est réparti depuis longtemps et il est peu probable que cela change : l’aéronautique de combat est américaine ou anglo-saxonne ; le naval et une part des hélicoptères est française… Donc attendons un peu et les affaires reprendront quand l’Arabie aura à nouveau de l’argent. La position de madame Merkel décidant le gel des exportations d’armement lors de l’affaire Khashoggi, est remarquable et qu’on ne me dise pas que les exportations allemandes sont négligeables : 12 Milliards de dollars d’exports annuelles en moyenne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires