En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 5 heures 32 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 9 heures 9 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 9 heures 20 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 10 heures 20 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 11 heures 27 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 13 heures 13 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 13 heures 13 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 6 heures 3 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 9 heures 12 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 9 heures 49 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 11 heures 2 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 12 heures 17 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 13 heures 13 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Déconfiné

Allergie à la critique : LREM semble avoir oublié de déconfiner sa culture démocratique

Publié le 17 mai 2020
Les critiques de l’opposition sur la gestion de la crise par le gouvernement ont été mal reçues par l'exécutif. Stanislas Guerini, délégué général d’En Marche, a notamment qualifié l’opposition de "charognards de l’information". Pourquoi ce gouvernement accepte-t-il si mal les reproches de la part de l’opposition ?
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les critiques de l’opposition sur la gestion de la crise par le gouvernement ont été mal reçues par l'exécutif. Stanislas Guerini, délégué général d’En Marche, a notamment qualifié l’opposition de "charognards de l’information". Pourquoi ce gouvernement accepte-t-il si mal les reproches de la part de l’opposition ?

Atlantico.fr : Les critiques de l’opposition quant à la façon dont le gouvernement a géré la crise ont été mal reçues par ce dernier : Stanislas Guerini, délégué général d’En Marche, a qualifié l’opposition de « charognards de l’information » ; Elisabeth Borne a qualifié de honteux les reproches de Marine Le Pen sur les « aberrations » du déconfinement. 

Pourquoi ce gouvernement accepte-t-il si mal les reproches de la part de l’opposition ? La vision de ce gouvernement de la démocratie est-elle propre aux partis centristes ?

Christophe de Voogd : Permettez-moi d’abord un réflexe d’historien : je n’ai jamais vu de parti au pouvoir, même dans les régimes démocratiques, et surtout en France, qui ait accepté aisément les reproches de l’opposition. Rappelez-vous le mot cinglant de de Gaulle sur « les politiciens au rencart » en 1968, et son Ministre de l’infirmation qui veillait au grain ; ou le « vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires » d’un dignitaire socialiste en 1981 ; ou encore les sarcasmes de Nicolas Sarkozy à l’égard de la presse d’opposition. Le fait majoritaire de la Vème République, l’élection du Président au suffrage universel, puis l’inversion du calendrier électoral depuis 2002 ont conféré aux gagnants du suffrage une sorte de « surconfiance » en soi et la certitude de détenir la vérité. Plus lointainement, cela renvoie aussi au style intolérant du débat public qui nous caractérise depuis la Révolution, voire à la vérité de droit divin de la monarchie, appuyée sur l’exclusivisme catholique. Nous sommes en cela très différents de la tradition anglaise (et plus largement celle de l’Europe du Nord), où l’opposition a un statut quasi-légal et où ses droits sont respectés dans une approche délibérative de la décision publique.

Il reste que le Pouvoir actuel tranche avec ses prédécesseurs depuis la fin du gaullisme dans ses tentatives pour réduire la liberté d’expression. On l’a vu, bien avant la crise du Covid, avec le décret d’août 2017 (passé inaperçu) sur les propos discriminatoires dans l’espace privé, jusqu’à la récente Loi Avia, en passant par la loi sur les Fake News, ou encore l’idée inouïe d’ériger une sorte d’observatoire gouvernemental de vérification des informations. Et c’est plutôt sur ce point précis que j’interprète votre question sur la « démocratie », dont les libertés publiques ne forment qu’un aspect (décisif à mes yeux, car pilier de l’Etat de droit), à côté du suffrage universel et du respect de la minorité.

Est-ce dû à son positionnement « centriste », comme vous dites ? Je dirais plutôt « central », comme le montre le fameux « en même temps » et la coalition de forces originairement de gauche et de droite dans le macronisme. Les partis centristes partout en Europe sont plutôt des gardiens farouches de la liberté d’expression, comme ils l’ont été aussi en France. J’explique donc cette tentation de contrôler l’opinion, qui « travaille » le Pouvoir actuel, par trois éléments :

1/ Précisément cette alliance de la gauche et de la droite en son sein, qui fait que la culture politique apportée par ces deux courants est globalement peu propice aux libertés : regardez la quasi-unanimité à l’Assemblée pour voter en première lecture la Loi Avia. Le fait est accentué par le déséquilibre net dans la composition du groupe LaREM qui penche clairement à gauche et vient souvent du PS : or, pour la gauche - et c’est ce qui la définit fondamentalement - l’égalité prime sur la liberté. La résistance a fini par venir de la droite, à l’Assemblée et surtout au Sénat, mais une résistance bien tardive et largement tactique.

2/ la pression des groupes du politiquement correct, pour lesquels le pouvoir, au nom du « progressisme », a montré une certaine complaisance : minorités sexuelles, religieuses ou ethniques. Plus exactement, une complaisance à l’égard des lobbies activistes qui prétendent représenter ces minorités, souvent au grand dam de ces dernières. La loi Avia, qui vise à imposer aux réseaux sociaux ce politiquement correct, en est la traduction directe. A mes yeux, le progrès dans toutes nos institutions, des médias aux universités en passant par la culture, de ces lobbies clairement liberticides est l’un des facteurs les plus décisifs et le plus dangereux pour l’avenir des libertés publiques en France. Le pouvoir va-t-il poursuivre dans cette voie ? La scission qui s’annonce au sein de la REM avec le départ d’Aurélien Taché, l’un des phares de ce politiquement correct, va être, à cet égard, très importante à suivre.   

3/le tempérament du Chef de l’Etat qui semble allergique à la critique, comme plusieurs de ses prédécesseurs. Nous retombons là sur les effets pervers de la personnalisation extrême du pouvoir sous la Vème république. L’omniprésente flatterie courtisane, héritage de la monarchie, qui règne autour de tous les présidents, fait le reste. C’est pourquoi, malgré un réel courage pour « aller au feu », courage qui le distingue, là, de nombre de ses prédécesseurs, Emmanuel Macron a vite fait de couper court aux objections et de monopoliser la parole, comme l’a vu lors du Grand débat ou des rencontres avec les Français.

En plus de l’allergie du gouvernement à la critique s’ajoute un manque de confiance à l’égard des citoyens. Le gouvernement français est-il en train de fomenter une crise au sein de la démocratie ?

La discussion cède en effet très vite la place à la volonté d’imposer, par la « pédagogie », son point de vue. Et nous trouvons là un aspect fondamental du macronisme : sa filiation saint-simonienne, dont j’ai parlé dès mai 2017, dans vos colonnes et ailleurs. Or Saint-Simon (1760-1825) était tout sauf un homme de dialogue. Pour lui les choses étaient claires : « le maintien des libertés individuelles ne peut être le but du contrat social ». C’est pourquoi je m’évertue à dire que, contrairement à ce qu’on écrit partout, le macronisme n’est pas philosophiquement un libéralisme. Au-delà de l’homme, c’est tout un milieu, lui aussi imprégné de saint-simonisme, la technostructure française, forgée à l’X et /ou à l’ENA, deux écoles dominées historiquement par la philosophie saint-simonienne. Attention : le saint-simonisme n’est pas pour autant une dictature mais il a des potentialités autoritaires incontestables, selon les circonstances.

D’où, en tout cas, une attitude très verticale de ce Pouvoir. Et l’on a pu remarquer qu’à la « défiance ascendante » des Français à l’égard de leurs gouvernants répondait, au moins aussi forte, (en fait ce sont les deux faces de la même médaille), la « défiance descendante » des gouvernants à l’égard du Peuple. Puisqu’il « savent » mieux que nous, à nous de les suivre. La Science est en effet un pilier fondamental du saint-simonisme. L’on a vu à quel point la crise sanitaire a réactivé cette inspiration, du « Conseil » au « consensus scientifique », avec la mise en avant systématique des médecins (ou du moins de certains d’entre eux). Il y a là bien plus qu’un moyen de se « couvrir ». Il y a une confiance dans les « sachants », et entre « sachants ». Car, toujours selon Saint-Simon, les dirigeants possèdent un savoir propre : celui de « l’administration des choses ».

En somme, le manque de confiance à l’égard des citoyens qui se mesure aux injonctions, interdictions et règlementations de tous ordres, et plus encore à un certain « ton du pouvoir », très condescendant, renvoie à des éléments très ancrés dans notre culture politique, que le macronisme porte à leur paroxysme :

  • Notre tradition monarchique qui fait du Chef de l’Etat « le Père de ses sujets ». D’où l’infantilisation des Français.
  • Le saint-simonisme, qui fait du leader (que les saint-simoniens nommaient aussi « le Père »), le Grand Instructeur des humbles. D’où la « pédagogie ».
  • Le tempérament politique des Français en général, plus égalitariste et conformiste que libéral, comme l’a démontré Tocqueville. D’où notre servitude volontaire.

Car, en fin de compte, ne faut-il pas aussi poser la question à l’envers ? Les Français ne sont-ils pas les premiers enclins, surtout en temps de « Grande Peur », à échanger leur liberté pour leur sécurité, réelle ou illusoire ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 18/05/2020 - 08:56
Les charognards
Leur travail est de débarrasser la nature de la pourriture. Nous y sommes.
Onc Donald
- 17/05/2020 - 20:29
Nous "les charognards"
Un article remarquable de lucidité sur ce qui, insidieusement est en train de se passer : petit à petit la peur nous est instillée et les libertés durement acquises par nos prédécesseurs rognées chaque jour un peu plus! Mazarin disait"laissons les dans l'ignorance ils n'en seront que plus faciles à gouverner" nous pourrions transposer cette phrase et entendre dire "laissons les dans leur peur, ils n'en seront que plus faciles à manipuler".
spiritucorsu
- 17/05/2020 - 20:08
La secte en marche captive de son gourou!(suite et fin)
Dans ces conditions ,on voit mal comment pourrait émerger la moindre volonté d'autocritique,la macronie,son chef et ses adeptes bien avant la crise sanitaire se sont déjà imposés une sorte de confinement permanent par rapport au vulgum pecus comme une caste qui se veut supérieure,se pensant hors d'atteinte,s'affranchissant des lois humaines,des vicissitudes et des aléas de ce monde au point de s'enfermer dans une sorte de cordon sanitaire de la pensée en décrétant des lois liberticides.Comme tous les partis politiques qui s'organise sur la base d'une imposture et de l'autoritarisme ,la secte en marche commence à connaître les ravages des hérésies mortifères avant le stade final très proche où elle sera désignée à la vindicte et à l'opprobre publiques.