En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

07.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 1 heure 18 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 2 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 3 heures 22 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 4 heures 53 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 4 heures 55 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 17 heures 5 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 19 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 1 heure 59 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 2 heures 40 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 4 heures 24 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 4 heures 53 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 17 heures 23 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 20 heures 58 min
© FAYEZ NURELDINE / AFP
© FAYEZ NURELDINE / AFP
Live Nation

Malgré la crise, l’Arabie saoudite continue à investir dans l’Art pour tenter de dissimuler ses atteintes aux droits de l’homme

Publié le 13 mai 2020
Après des décisions sur la fin de la lapidation et de la peine de mort pour les mineurs, l'Arabie saoudite multiplie les investissements. 500 millions de dollars d’actions de la société internationale de spectacles Live Nation ont ainsi été achetés par l'Arabie saoudite.
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des décisions sur la fin de la lapidation et de la peine de mort pour les mineurs, l'Arabie saoudite multiplie les investissements. 500 millions de dollars d’actions de la société internationale de spectacles Live Nation ont ainsi été achetés par l'Arabie saoudite.

Alors que l’Arabie Saoudite a contribué récemment à accentuer le chaos économique mondial depuis le début de la pandémie et provoquer la récession, voilà qu’elle entame désormais des opérations sporadiques mais symboliques d’investissement en puisant dans son fonds souverain pour s’offrir du « soft power » à un moment crucial de la crise pour nombre d’entreprises notamment culturelles sur la planète.  Pourtant, en matière de droits humains, les quelques effets d’annonce récents, comme la fin de la lapidation et de la peine de morts pour les mineurs, ne compensent pas les graves atteintes permanentes connus de tous et ne permettent toujours pas de parler d’un vent de modernisation dans le pays. Le pays joue un va-tout en profitant de la chute des cours de la bourse pour investir et redorer son blason.

La décision unilatérale de Riyad d’augmenter sa production de pétrole ces dernières semaines a provoqué la chute du cours des prix sur la planète et mis en difficulté nombre d’économies nationales. Du coup, par mesures de représailles, de grands pays se détournent d’elle pour le moment, ce qui ne sera probablement que provisoire, pour la sanctionner : à commencer par son partenaire indéfectible, Donald Trump, qui a exigé de Mohamed Ben Salmane qu’il réduise sa production en menaçant le pays d’un retrait des soldats américains ; et la Chine qui s’est rapproché un peu plus encore de la Russie pour se fournir en pétrole. Tentant de survivre, et de mener tout de front (économie-société-image), le prince héritier MBS fait désormais feu de tout bois en profitant de sa cagnotte de secours, le fonds souverain saoudien, poussant ses intérêts  dans des entreprises internationales au plus mal alors que la bourse s’est effondrée dans le même temps. C’était le cas il y a quelques semaines avec Total, et Shell, notamment, qui ont profité des capitaux du Royaume.

Mais depuis quelques mois, le pays vise un autre secteur que l’énergétique et le « hard power »: il s’intéresse aux loisirs, pourtant peu promus à l’intérieur. En janvier dernier, il accueillait le Rallye Dakar, suscitant le tollé d’un certain nombre d’organisations des droits de l’homme qui reprochaient à l’organisateur de s’être fait acheté. Mohamed Ben Salmane commença alors à tenter de redorer l’image de l’Arabie Saoudite, après le blocus contre le Qatar, la guerre au Yémen, l’affaire des purges contre ses riches coreligionnaires, l’assassinat de Khashoggi, et l’éternelle question des droits des femmes. Le pays n’a pas la féérie d’un parc Disneyland, personne n’en doutait. Mais MBS poursuit son entreprise pour essayer de montrer un pays capitaliste à visage humain. C’est ce qui s’est passé tout récemment avec l’achat pour 500 millions de dollars d’actions de la société internationale de spectacles Live Nation entertainment, en faisant de son pays le troisième actionnaire principal. Plus grosse entreprise de spectacles au monde, intégrant la billetterie, les concerts, le management et les partenariats connexes, Live Nation entertainment est une mine d’or hors période de pandémie. De 75 dollars en février à 29 dollars, la société accusait une chute de son action de près de 40%. MBS ne s’y est pas trompé : peu de temps après l’annonce de son investissement, l’action de Live Nation reprenait plus de 2%.

MBS se prend-il d’intérêt soudain pour Madonna, Craig David, Shakira, et près de 250 artistes reflets de la société occidentale sans tabous et libres ? Compte-t-il s’inspirer de la liberté de ton d’un certain nombre d’artistes de la plus grande société de spectacles au monde pour son propre pays ? Compte-t-il les faire venir au pays une fois que la tempête sera passée, même les plus récalcitrants ? Profitant maintenant de la crise pour mettre en place quelques éléments embryonnaires de sa fameuse Vision 2030 qui bat de l’aile, censée permettre un développement durable au pays par la libéralisation et la diversification, le pays place ses pions dans une entreprise frappée de plein fouet par la pandémie et l’arrêt total dans le monde de toutes ses tournées et concerts. C’est de la pure stratégie de dissimulation par l’art : dissimulation de sa politique par une promotion de la culture. Les Emirats Arabes unis font pareil depuis des années : participer à la guerre au Yémen ayant fait plus de 100 000 morts et accueillir l’exposition universelle Dubaï 2020.

Beaucoup de médias ont relayé l’information de l’achat saoudien des actions de Live Nation mais peu ont repris les derniers témoignages glaçants de femmes tunisiennes rentrées au pays fin 2019 parlant de leur condition d’esclaves à qui on avait retiré leurs papiers et leur dignité. Tout comme les Ethiopiens expulsés de force récemment pendant la pandémie, dans des conditions dramatiques et au risque de propager l’épidémie de Covid-19. Est-ce que les artistes de Live Nation oseront évoquer toutes ces situations humaines terrifiantes à leur employeur quand les concerts reprendront ? Peut-on éthiquement accepter cela lorsque l’on est un phare de la culture occidentale, tout ce qu’abhorrent les wahhabites et salafistes en général ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 13/05/2020 - 14:40
De l'art ou du cochon.
Ils n'avaient pas trop le choix, non plus.