En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 17 heures 58 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 18 heures 45 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 20 heures 12 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 22 heures 43 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 1 jour 21 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 1 jour 57 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 18 heures 10 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 19 heures 13 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 21 heures 3 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 23 heures 19 min
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 1 jour 38 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 1 jour 1 heure
Confrontation

Pour comprendre ce qui nous attend avec la Chine, faut-il relire l’histoire de la guerre froide ou remonter beaucoup plus loin dans le passé ?

Publié le 10 mai 2020
La relation entre l’Occident et la Chine est entrée dans une nouvelle ère concurrentielle, qui rappelle la confrontation entre les Etats-Unis et l'Union soviétique... Même si l'Histoire ne se répète pas forcément.
Jean-Vincent Brisset
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.Il est l...
Voir la bio
Barthélémy Courmont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barthélémy Courmont est maître de conférences à l’Université catholique de Lille, et directeur de recherche à l’IRIS, où il est en charge du programme Asie-Pacifique. Il dirige la collection Asia Focus à l’IRIS, et a publié de nombreux ouvrages, dont L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La relation entre l’Occident et la Chine est entrée dans une nouvelle ère concurrentielle, qui rappelle la confrontation entre les Etats-Unis et l'Union soviétique... Même si l'Histoire ne se répète pas forcément.

Atlantico : La relation entre l’Occident et la Chine est entrée dans une nouvelle ère concurrentielle. Pour comprendre ce qui nous attend, il faut relire l’histoire et se rappeler de la dernière confrontation majeure : la Guerre Froide. En quoi la confrontation Chine-Etats-Unis est-elle différente des conflits de la Guerre Froide ? Ont-elles des similarités ? Où devons nous regarder pour mieux comprendre les enjeux ?

Jean-Vincent Brisset : La première apparition du terme de Guerre Froide est attribuée à Georges Orwell, l’auteur incontournable de « 1984 ». C’est assez significatif, dans l’histoire d’un écrivain qui, parti d’une grande proximité avec le communisme aurait évolué au point de se faire accuser (faussement semble-t-il) d’avoir livré des listes de « crypto communistes ».

En 1945, la seconde guerre mondiale se termine en laissant en Europe un vaincu exsangue et deux vainqueurs. Un bloc occidental, totalement dominé par les Etats-Unis, et une Union Soviétique qui a payé un terrible prix humain et matériel. Entre ces deux blocs, les différences idéologiques sont énormes. Selon la vision occidentale, le premier veut reconstruire, au plus vite, une prospérité matérielle. Le second, dictatorial, chercherait à imposer une idéologie.

Il n’y a pas de « dépouilles de l’ennemi » qui pourraient constituer un butin. Les Etats Unis font accepter leur « Plan Marshall » pour s’imposer encore davantage. Dans le même temps, l’URSS grignote, pays après pays, l’Europe de l’Est et en fait un glacis de vassaux. En peu de temps se constituent deux blocs politico militaires. A l’OTAN de l’Occident répond le Pacte de Varsovie. Le premier se présente comme purement défensif. Le second est présenté comme une alliance dont le seul but est d’envahir l’Europe de l’Ouest et d’y imposer le régime « communiste » de Moscou.

Cette présentation est certes binaire, mais, dans les faits, les partis communistes inféodés à Moscou sont autorisés -et très actifs- dans les pays occidentaux. Ce sont aussi les envoyés de l’URSS qui soutiennent partout dans le monde, politiquement et matériellement, tous les mouvements -y compris armés- anti occidentaux.

La confrontation Chine-Etats-Unis (ou plus largement Chine Occident) est infiniment plus complexe. Tout d’abord, elle ne se construit pas sur une rupture après une alliance d’intérêts (l’aide des USA à la Chine contre les Japonais lors de la seconde guerre mondiale est réelle, mais reste anecdotique). Les trajectoires sont très séparées et, jusque dans les années 80, les pays européens n’étaient pas concernés. Ce n’est qu’après les événements de la place TianAnmen, hyper médiatisés en Occident et souvent au détriment des réalités factuelles, que l’Empire du Milieu apparaît comme un adversaire aux yeux de certains. Cette adversité se cantonne longtemps à des aspects économiques. La Chine, devenue l’usine du monde, est accusée de tricher et de fausser les pratiques concurrentielles. Les considérations sur les droits de l’homme, souvent brandies chez les « intellectuels » occidentaux, restent en Occident et ne sont pas vraiment évoquées lors des rencontres entre dirigeants qui préfèrent (parce que c’est ce que demandent leurs électeurs) se faire filmer en train de signer de gros contrats.

Barthélémy Courmont : L’histoire ne se répète pas nécessairement, elle n’est pas non plus pour autant revancharde. Elle s’écrit à l’encre de ceux qui la font. Ainsi, la bipolarité s’est maintenue pendant plus de quarante ans parce que ceux qui en furent les acteurs, les Etats-Unis et l’URSS, en furent aussi les bénéficiaires (du moins dans sa première partie pour Moscou) et imposèrent cet ordre mondial. Ils en acceptèrent aussi les caractéristiques, que l’on retrouve dans la célèbre formule de Raymond Aron, « paix impossible, guerre improbable ». La compétition entre la Chine et l’Occident - et plus précisément les Etats-Unis - ne saurait être comparée à la Guerre froide. D’abord parce qu’au moins un des deux compétiteurs, la Chine, refuse avec force ce paradigme qui ne lui convient pas. Ensuite parce qu’il n’y a pas de logique de blocs, élément essentiel à cette bipolarité. Si la Chine progresse en direction des sociétés en développement, elle ne dispose pas d’alliés ou de satellites, comme Moscou en son temps. Et les Etats-Unis ne peuvent plus être comparés à ce qu’ils furent au lendemain de la Seconde guerre mondiale, quand de nombreux alliés se ralliaient à eux. Au contraire, l’Occident se fissure et si l’alliance atlantique reste une réalité militaire avec l’OTAN, la communauté de valeurs transatlantique a vécu. Enfin, la mondialisation que proposaient Moscou et Washington n’était pas la même, et d’une certaine manière ils appartenaient à deux mondes distincts, et séparés hermétiquement. Aujourd’hui, Chine et Etats-Unis sont complémentaires, dépendants même. C’est une bataille de leadership, d’influence, mais à l’intérieur du même système-monde. On le constate par l’habitude qu’à prise Pékin a occuper toute place laissée vacante par les Etats-Unis, notamment dans les organisations internationales. C’est très éloigné de ce que faisaient Moscou et Washington pendant la Guerre froide. Ce n’est donc pas une Guerre froide 2.0 à laquelle nous assistons, mais à une compétition d’un nouveau type, qui se caractérise tant par une grande agressivité que par une extension à de multiples domaines (stratégique, économique, culturel...), mais qui ne se traduit pas par une conflictualité directe ou indirecte (ce qui caractérisait la Guerre froide). C’est donc une « guerre pacifique », dans laquelle l’image et l’influence pèsent infiniment plus lourd que le volume des forces armées (autre grande caractéristique de la Guerre froide, avec ses comparatifs des forces armées, du nombre d’ogives nucléaires, etc), mais pas une nouvelle Guerre froide.

La guerre froide s’est achevée par la défaite du communisme soviétique au profit de la victoire du modèle capitaliste américain. Quelle sera l'issue du choc de civilisations qui oppose Chine et les Etats Unis ? Est-ce qu’on peut s’attendre à une conclusion similaire à celle de la guerre froide ? 

Jean-Vincent Brisset : La guerre froide s’achève bien davantage sur l’effondrement d’un système, miné de l’intérieur autant que de l’extérieur, que par une « victoire » de l’un sur l’autre. Cette fois non plus, il n’y pas eu de « butin » récupéré par le « vainqueur ». Si le communisme soviétique a disparu, beaucoup de son héritage demeure, ou est regretté, comme par exemple le système de protection sociale.

On aurait pu parler de « choc des civilisations » entre la Chine et les Etats Unis à la grande époque du maoïsme. Cette image s’est largement effritée. Dans la Chine d’aujourd’hui, on constate la coexistence de deux modèles. Celui d’un pays gouverné par un Empereur autoritaire et parfois tyrannique, mais capable de montrer que les privations de liberté permettent de mieux gérer (quand le pouvoir a réussi à réunir toutes les cartes dans sa main) une crise comme celle du Covid19. Il peut aussi unir sa population derrière une vision nationaliste. L’autre modèle est celui d’une société qui après avoir réussi à sortir l’immense majorité de ses citoyens de la misère découvre qu’un certain confort matériel conduit à exiger plus de libertés. Y compris celle d’acheter des téléphones Apple et d’aller faire du tourisme en Occident.

Au contraire aussi de ce qui s’est passé au temps de la guerre froide, il existe aux Etats-Unis de profondes divergences entre ceux qui veulent « fabriquer un ennemi » comme ils l’ont fait avec l’URSS et ceux qui sont partisans d’une conflictualité minimale. Pour ces derniers, le confort de leurs affaires, et accessoirement celui de leurs citoyens, passe par une entente tacite avec l’usine du monde. On le voit en ce moment, l’Occident est tributaire de la Chine pour de nombreux biens de consommation, y compris essentiels. C’est aussi le cas pour les finances des états dont la Chine a acheté la dette. Ce n’était absolument pas le cas à l’époque de l’URSS. Si on peut imaginer un coup d’éponge sur les dettes, l’Occident ne sera pas capable de relocaliser avant longtemps ses productions industrielles. De plus, un tel mouvement entraînerait de fortes baisses, tant du pouvoir d’achat des citoyens que des profits des entreprises.

On parle même parfois de conflits armés entre la Chine et les Etats-Unis. Cette option militaire avait été fortement agitée par l’administration Obama, qui avait annoncé (on en était cependant resté au discours) un « pivot » militaire en direction de la Chine au détriment des forces en Europe. Le Président actuel, a largement été, tout comme Bloomberg ou Bill Gates, dans un discours de compétition/coopération économique. Il revient, dans un contexte où se mêlent pandémie et perspectives électorales, à un affichage plus martial.

Barthélémy Courmont : On parle aujourd’hui plus de transition de puissance pour décrire une période qui se caractérise par le déclin relatif mais réel des Etats-Unis et dans le même temps la montée en puissance de la Chine. Certains exhument même le piège de Thucydide, qui suppose une conflictualité inévitable, comme le politologue américain Graham Allison. Cependant, partir du principe que le rapport de force actuelle débouchera nécessairement sur un conflit semble très exagéré, et d’ailleurs de telles prédictions ne datent pas d’hier côté américain, ce qui au passage traduit une étonnante et inquiétante incapacité à renouveler la pensée stratégique. C’est une lecture qui peut sembler assez dépassée, et binaire.

S’agit-il d’un choc de civilisations? Pas nécessairement. La notion de grand écart me semble ici plus pertinente. Écarts culturels évidemment, mais aussi dans la gestion des dossiers, le regard porté sur le monde et la relation qui se met en place avec les sociétés en développement. Désolé lors, la conclusion s’écrira d’elle même, sans être déterminée. Plusieurs scénarios sont possibles, en plus d’un conflit qui reste possible, même si assez peu probable. Un nouvel équilibre, qualifié de grand bargain, ou grand marchandage, est évoqué dans certains cercles stratégiques américains, comme un moyen de conserver un niveau de puissance tout en acceptant l’ascension chinoise. On peut aussi imaginer une répartition des rôles, selon les capacités. C’est l’option que semble privilégier Pékin, qui cherche une multipolaire dans laquelle elle serait reconnue et acceptée. Mais le scénario de la fin de la Guerre froide, avec une URSS aux abois, paraît très peu probable dans le contexte actuel, d’autant que notre tropisme occidental nous pousserait à voir dans Pekin une nouvelle Moscou, ce qui est très anachronique.

La République populaire de Chine accélère son programme spatial et ambitionne de lancer une grande station spatiale sur le même modèle que l’ISS. Cette conquête est-elle le signe que l’espace sera à nouveau le lieu de confrontation des puissances ? 

Jean-Vincent Brisset : La concurrence entre les Etats-Unis et l’URSS sur le spatial a été féroce. Moscou avait ouvert le bal avec un premier satellite, le 4 octobre 1957. Les USA avaient répliqué 120 jours plus tard. Le Président Kennedy lance, en mai 1961, un énorme effort national pour repasser en tête. Dans les années qui suivent, les écarts sur les grandes premières (vol d’un être humain, sortie dans l’espace, robot sur la Lune) restent relativement réduits. Mais jamais l’URSS n’enverra un humain poser le pied sur la Lune.
La Chine démarre beaucoup plus tard. Le premier satellite a été très vite lancé, en 1970, mais cet « exploit » est resté isolé. Depuis, les premières « grandes premières » chinoises ont eu lieu en moyenne 40 ans après l’originale, américaine ou soviétique. A la notable exception des débuts du système de géopositionnement Beidou (23 ans après le GPS), qui a bénéficié d’une aide technique européenne.

On ne peut pas vraiment dire que la Chine « accélère » son programme spatial. Ce qui est plus certain, c’est qu’elle avance, assez vite, sur des pistes déjà largement défrichées par d’autres. La première station spatiale soviétique date quand même de 1971, 45 ans avant son homologue chinoise. Il est même étonnant de ne pas constater de rattrapage réel, alors que les deux leaders ont arrêté de faire la course en tête. De plus, certaines technologies qui étaient quasiment inaccessibles dans les années 70 et 80 sont devenues banales.
Pour Pékin l’espace demeure une opportunité de rayonnement géopolitique plus qu’un outil au service du développement national. Les deux nations précurseurs, tout comme l’Europe, ont peu ou prou abandonné cette vision, au profit d’une approche beaucoup plus « rentable ». Le fait d’être talonnée par des pays beaucoup plus discrets, mais ayant aussi montré de réelles capacités (Inde et Japon) pousse aussi à réaliser des missions ayant l’affichage pour but presque unique, comme le déploiement d’un robot sur la face cachée de la Lune. La volonté de disposer d’une station du même type que l’ISS relève largement de cette démarche. Elle permettrait à la Chine de se repositionner, comme elle l’a souvent fait depuis les années 50 dans d’autres domaines, comme le leader d’un monde refusant l’unipolarité. A condition de trouver des clients pour « monter » dans sa station.

Barthélémy Courmont : C’est surtout une question de prestige à laquelle les grandes puissances, Guerre froide ou pas, semblent succomber. Mais il y a aussi des enjeux technologiques à la clef, et la Chine pousse de plus en plus pour devenir une superpuissance technologique. C’est un terrain sur lequel elle n’était pas attendue aussi vite, l’arrogance des puissances occidentales ayant forcé le trait sur les attributs de la puissance chinoise, trop longtemps assimilée à l’usine du monde. Même il y a encore quelques années, le grand sinologue américain David Shambaugh voyait dans la Chine une puissance partielle, pour indiquer que Pékin ne peut rivaliser avec la puissance globale américaine. Les équilibres changent très vite, et les certitudes d’hier ne sont pas toujours les vérités d’aujourd’hui. Ça vaut pour les Etats-Unis, ça vaut aussi pour la Chine qui ne doit pas s’emballer et éviter de se montrer trop arrogante, au risque de voir ses efforts non récompensés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 12/05/2020 - 17:19
Parallèle avec 1914
Certes Graham Allison fait un contre-sens avec son piège de Thucydide, quand il estime que l'Allemagne a déclenché la guerre pour supplanter la Grande-Bretagne, contester sa primauté mondiale , c'était très peu pour elle.
Ce qui importait c'est que sa primauté en Europe ne soie pas contestée.
Hors en 1914 il y avait la Russie, bien plus vaste, riche en matière première, peuplée, et qui surtout avait une bien plus forte croissance démographique/agricole/industrielle/potentiel militaire, un taux de croissance qu'il semblait peu probable pour l'Allemagne de rattraper avant longtemps, d'ici là l'Allemagne serait devenue une petite puissance face à la Russie.
Inacceptable, et c'est pourquoi l'Allemagne a déclenché la guerre (et le prétexte de l'attentat de Sarajevo n'aura été que de la poudre aux yeux), pour briser l'ascension de la Russie (et notamment en lui détachant l'Ukraine).
Et là le parallèle est frappant : les Usa ne semblent pas pouvoir accepter plus l'ascension de la Chine que l'Allemagne ne le pouvait de celle de la Russie en 1914.
philippe de commynes
- 12/05/2020 - 17:16
Parallèle avec 1914 (suite)
Et en plus Trump apparaît à peu près aussi fantasque et impulsif que Guillaume II.
Certes on dit de Trump qu'il n'est quand même pas un vrai va-ten-guerre , mais il a quand même de sacrés belliqueux dans son entourage,...tout cela comme Guillaume II en 14.
Aussi les choses ne sont quand même pas les mêmes, l'Allemagne n'était pas vraiment une démocratie (sinon le choix de la guerre serait revenu aux mains des sociaux-démocrates) Trump peu ne pas avoir de 2nd mandat pour nous montrer le pire de ce qu'il est capable... et il y a l'assurance-paix suprême : la bombe atomique, il n'y a encore jamais eu de guerres entre puissances atomiques, et il est probable (et souhaitable) que cela dure.
Notre intérêt n'est surtout pas de suivre les Américains dans cette histoire, d'ailleurs à quel titre le devrions nous ?
Quand ils ont délibéremment planté la Russie dans les années 90, c'est l'Europe qu'ils visaient :éviter que l'ensemble des pays de l'Est réussissent leur transition économique comme la Chine, et que donc rien n'empêche une grande Europe de l'Atlantique à l'Oural face à laquelle ils se seraient sentis biens petits...
tatouzou
- 10/05/2020 - 18:36
Un peu sommaire (suie)
On peut donc dire que les conflits Sino Américains ont été largement aussi intenses que la guerre froide.
Ceux qui pensent que les Chinois sont convertis à un monde où les marchands auraient remplacé les soldats font une erreur stratégique majeure.
Le régime de Xi Jin Ping est idéologiquement plus proche de Mao Ze Dong que de Deng Xiao Ping.
Le portrait de Mao est à l'honneur à l'entrée de la Cité Interdite, toutes les religions sont persécutées, la marine et l'aviation chinoise montrent leurs muscles en mer de Chine.
Le parti communiste chinois a compris que L'URSS s'est effondrée parce que les dirigeants ont cessé de terroriser la population Il n'a pas l'intention de suivre cet exemple.