En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

02.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

03.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

04.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

05.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

07.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

01.

Cyber attaques : la France en danger?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 24 min 16 sec
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 18 heures 53 min
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 19 heures 30 min
pépites > Media
Critiques
Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam
il y a 20 heures 44 min
pépites > Justice
Condamnation
Scandale de la Dépakine : la justice reconnaît la responsabilité de l'Etat
il y a 21 heures 30 min
décryptage > France
Bataille de chiffres

Pourquoi les comparaisons internationales sur la mortalité du Covid-19 sont moins fiables qu’on ne le pense

il y a 23 heures 31 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 44 min 32 sec
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 1 heure 58 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 2 heures 40 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 3 heures 15 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 19 heures 8 min
pépites > Politique
Retrait stratégique
Municipales à Marseille : Martine Vassal se retire, Les Républicains vont présenter le député Guy Teissier pour la mairie
il y a 19 heures 56 min
pépites > Santé
Lourdes accusations
Covid-19 : le Conseil scientifique et la Haute autorité de santé dénoncent des propos "infamants" de Didier Raoult devant les députés
il y a 21 heures 11 min
pépite vidéo > International
Tragédie
Birmanie : un glissement de terrain provoque la mort d’une centaine de mineurs
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Politique
Formation politique

Les 4 piliers : un parti libéral souverainiste se crée et recrute des candidats pour les régionales

il y a 23 heures 45 min
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Rassemblements interdits

Mgr Bernard Ginoux : « L’Eglise ne propose ni idoles, ni petites recettes de bien-être et c’est précisément pour cela qu’elle est essentielle »

Publié le 10 mai 2020
L’évêque de Montauban ne comprend pas pourquoi la célébration publique des messes restera interdite après le 11 mai, alors que l'eucharistie est un besoin essentiel des croyants.
Mgr Bernard Ginoux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mgr Bernard Ginoux est évêque de Montauban depuis 2007.
Voir la bio
Pauline de Préval
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline de Préval est journaliste et réalisatrice. Auteure en janvier 2012 de Jeanne d’Arc, la sainteté casquée, aux éditions du Seuil, elle a publié en septembre 2015 Une saison au Thoronet, carnets spirituels.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’évêque de Montauban ne comprend pas pourquoi la célébration publique des messes restera interdite après le 11 mai, alors que l'eucharistie est un besoin essentiel des croyants.

Pauline de Préval : Le gouvernement a interdit la reprise de la célébration publique de la messe après le 11 mai. Comment avez-vous réagi à cette décision ?

Mgr Bernard Ginoux : Je n’ai pas compris, puisque tous les commerces rouvraient peu à peu. Cela me paraît un abus de pouvoir. L’Etat n’a pas se mêler de la manière dont nous vivons le culte. Il doit être garant de sa liberté. Or si on ne peut pas participer à l’eucharistie, où est cette liberté ?

Le ministre de l’Intérieur, monsieur Castaner, a déclaré que la prière n’a pas forcément besoin de lieu de rassemblement ». Après tout, en effet, est-ce que chacun ne peut pas lire l’Evangile chez lui et prier dans son for intérieur ?

Il est vrai qu’on peut prier partout. En ce sens, Monsieur Castaner a raison quand il parle de la prière, mais il oublie ou il connaît mal ce qu’est la foi catholique. Notre foi est nourrie par les sacrements et particulièrement par l’eucharistie. La messe n’est pas juste un rassemblement, une écoute de la parole de Dieu et de son commentaire, comme à la synagogue ou à la mosquée. A la messe, c’est le Christ lui-même passé le la mort à la vie qui se rend présent dans l’eucharistie pour que nous soyons nourris de sa présence et que nous la portions au monde. Le pain et le vin deviennent son corps et son sang. Le célébrant, au nom de l’église, accomplit ce que le Christ a demandé le soir du Jeudi Saint : « Faites ceci en mémoire de moi. Ceci est mon corps. Ceci est mon sang », c’est à dire la venue sur l’autel de la présence réelle du corps et du sang du Christ pour que nous le recevions : « Celui qui mange ma chair a la vie en lui ». 

L’eucharistie est donc un bien de première nécessité ?

Oui, c’est notre nourriture essentielle. Un besoin vital à la fois pour les fidèles et pour ceux qui célèbrent. Dans certains pays où la foi chrétienne est peu développée, des gens font des kilomètres pour aller communier. Beaucoup ont été martyrisés pour aller à la messe.

Pour pallier l’absence de célébration publique, certains prêtres ont pourtant célébré la messe devant une caméra. Pourquoi ne pas continuer ainsi ?

Comme vous dites, c’est un palliatif. Je le fais moi-même sur la chaîne YouTube de mon diocèse et beaucoup de gens s’en trouvent bien, mais cela ne suffit pas. Quand vous regardez un repas à la télévision, cela ne vous nourrit pas. De même, vous ne pouvez pas être nourri de l’eucharistie même si vous la suivez en direct. Nous, les prêtres, nous sommes au service non pas d’un Dieu virtuel, mais du Christ qui se rend réellement présent dans l’eucharistie. Lorsque je célèbre la messe, ce n’est pas moi qui agis, c’est le Christ. Et si je veux mettre les fidèles en communion avec lui, il faut qu’ils en vivent directement. Ma mission est de leur apporter la présence réelle. Zoom, WhatsApp, Skype, c’est bien, mais ce n’est pas la même chose que de serrer un être cher dans ses bras.

Est-ce que les prêtres n’auraient pas aussi un rôle à jouer aussi dans l’accompagnement des malades, des mourants et de leurs familles ? Alors qu’on assiste à un retour en force de la mort avec cette épidémie, jamais elle n’a été aussi escamotée, que ce soit dans les EHPAD ou lors des obsèques pratiquées en catimini …

Absolument. Personnellement, j’ai une expérience d’aumônier d’hôpital dans les années 1995-2000. J’ai donc vécu les grands moments du SIDA, la peur de malades, car on les croyait contagieux. On retrouve un peu la même chose aujourd’hui. C’est pourquoi j’ai dit aux prêtres et aux diacres de mon diocèse : allez auprès des malades. Portez-leur la communion. Donnez-leur le sacrement des malades. J’ai demandé aussi que les obsèques religieuses soient célébrées dans les églises et non pas seulement par une vague bénédiction au cimetière. Les familles avaient ainsi le réconfort d’une prière, d’un accompagnement, d’une présence de la parole de Dieu.  

Nous sommes dans une société qui a évacué la mort. Certains jeunes et même certains adultes n’ont jamais rencontré la mort, et lorsqu’ils la rencontrent, ils sont désemparés. Dans les EHPAD, on entretient les gens dans la même ignorance. Il y a trente ans déjà, les maisons de retraite ne faisaient pas connaître les morts survenues dans leurs établissements pour ne pas effrayer les autres, ce qui ne faisait en réalité que les plonger dans une anxiété plus grande. Il faut donc que nous retrouvions la mort. Il faut que nous retrouvions le sens de la vie et de la mort. D’abord, il faut que nous fassions comprendre aux gens que la vie a une fin et que cette fin, nous ne la décidons pas, contrairement à ce qu’on prétend aujourd’hui avec le suicide assisté. Mais pour nous, chrétiens, quand on annonce la mort, on annonce la résurrection. C’est pourquoi la présence des ministres de l’Eglise auprès des malades et des gens en fin de vie est essentielle. Elle est porteuse d’espérance : tout ne s’arrête pas là. La vie la continue. Ma vie sur la terre a été un passage, mais l’essentiel, c’est la vie qui vient. Cette épidémie a fait beaucoup de mal psychologiquement, car les gens ne voient plus d’avenir. Il faut leur dire que cet avenir est toujours là. Il est là ici, mais ici prépare demain, c’est à dire mon avenir éternel. C’est pourquoi, l’eucharistie est importante. Quand je vis l’eucharistie, je vis à la fois la mort du Christ et sa résurrection. Je reçois la nourriture pour la vie éternelle.

Comment expliquez-vous que ce message d’espérance soit si peu entendu ? Tout se passe comme s’il n’y avait pas d’autre choix, en cette période de crise, qu’entre le scientisme et la pensée magique, à la Greta Thunberg ou Nicolas Hulot. Au Brésil, par exemple, c’est à Greta Thunberg que certains maires d’Amazonie font appel pour les sauver de l’épidémie…

Quand il n’y a plus Dieu au cœur de la société, il reste la dynamique de la pensée scientifique où l’homme se fait Dieu. Et comme on a besoin de sens, on se crée des idoles. Greta Thunberg est une idole. Ou alors, on se trouve des petites recettes de bien-être. Et cela, l’Eglise ne peut pas le donner. Elle ne promet pas le bonheur immédiat. La difficulté qu’elle a, c’est que l’acte de foi ne peut pas rester au niveau du sentiment. Or pour beaucoup de nos contemporains, c’est le sentiment qui guide tout. 

Tout de même, est-ce que ce n’est pas un constat de faillite pour l’Eglise, incapable d’apporter des réponses fortes à notre temps ? Car si les gens adhèrent à ces idoles, comme vous dites, c’est qu’elles répondent à des besoins non comblés…

Notre témoignage est sans doute imparfait, mais il y aussi des exigences de vie, des exigences d’amour concrètes, l’exigence de passer de la parole aux actes qui paraissent décalées aujourd’hui. Nos contemporains vivent dans le virtuel. J’entends beaucoup de voix s’élever pour appeler un monde meilleur. Mon expérience d’aumônier d’hôpital m’a appris que beaucoup de gens disaient quand ils étaient malades : « Si je m’en sors, rien ne sera jamais plus comme avant. Je vais changer ma vie ». Mais à la sortie, très peu changeaient réellement. L’être humain est ainsi fait. Ce monde meilleur que certains appellent de leurs voeux ne pourra advenir que s’il y a quelque chose qui transcende nos petits égoïsmes et si nous passons de la parole aux actes. Il ne suffira pas de dire : « Il faut sauver le monde ». Quelle prétention, d’ailleurs. Pour moi, je ne connais comme sauveur que le Christ. Et il faut se lever de bonne heure pour être le Christ. Etre chrétien, ce n’est pas seulement lire la parole de Dieu et se dire c’est bien, c’est beau. C’est s’y engager. D’où l’importance pour les prêtres du témoignage. C’est ce que j’ai fait avec les gilets jaunes. Et c’est aussi sans doute ce qu’il faudra faire face à la crise économique qui s’annonce.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 11/05/2020 - 15:26
Merci
Merci à cet évêque de dire les choses simplement et directement. Sans la langue de bois habituelle des prélats . Il aura fallu le cynisme de Philippe et l'arrogance manifestée par Macron la semaine passée, lors de sa visioconférence avec les évêques, pour qu'ils comprennent enfin, semble-t-il, que le temps des accommodements raisonnables avec les progressistes nihilistes et matérialistes était révolu. On espère que l'Eglisesera aux côtés des pauvres dans la crise économique et sociale qui s'amorce. L´allusion aux gilets jaunes est signe d'espoir...
lasenorita
- 10/05/2020 - 15:31
La religion catholique.
Si des catholiques ont besoin de l'eucharistie;pourquoi l'interdire?Si ''c'est bon pour le moral''....J'ai été baptisée,j'ai fait ma communion solennelle,mais je ne suis pas pratiquante,comme beaucoup de chrétiens en France et dans le monde..Les ''catholiques'' ne m'ont pas tuée pour avoir reniée ma religion..ce n'est pas comme dans la religion musulmane où les non-croyants sont persécutés...Les musulmans ont le vol dans leurs gênes voir https://fr.yahoo.com/news/ancien-collaborateur-dolivier-véran-tenté-181912047.html..Lors de la ''conquête musulmane'',les musulmans ''obligeaient'' les habitants des pays conquis à se convertir à l'islam:ce fut le cas des Berbères,qui étaient chrétiens avant la ''colonisation arabe''..Je me souviens,à Alger,nous devions toujours nous méfier des yaouleds qui traînaient dans les rues:ils étaient aux aguets de tout ce qu'ils pouvaient voler,ainsi ma ère s'est fait voler 3 fois son porte-monnaie par ces ''jeunes'' musulmans...Maintenant les ''jeunes'' musulmans sont en France où ils arrachent les sacs des femmes et leurs bijoux,ils cambriolent nos maisons et ils n'hésitent pas à tuer pour 30 euros!..sachant que notre ''Justice'' sera très indulgente..
Ganesha
- 10/05/2020 - 14:45
Commentaires Hors-Sujet
Chacun est entièrement libre d'émettre les hypothèses les plus absurdes, extravagantes, et surtout... invérifiables !
Cependant, le devoir de la société est d'intervenir quand la personne risque de mettre sa propre vie en danger, et en encore plus, s'il se propose d'y entrainer d'autres.
Les commentateurs ci-dessous ne semblent pas avoir compris de quoi parle cet article.