En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 12 min 26 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 2 heures 25 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 14 heures 55 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 18 heures 30 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 19 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 54 min 23 sec
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 2 heures 25 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 2 heures 27 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 14 heures 37 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 17 heures 7 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 18 heures 59 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 19 heures 34 min
© REUTERS/Jacky Naegelen
© REUTERS/Jacky Naegelen
Entre défiance et ambivalence

Euro-désarroi : l’Europe élargie n’apparaît plus comme une France en plus grand aux yeux des Français

Publié le 09 mai 2020
Une Europe élargie, dont la France n’en a pas la maîtrise, qui n’est pas la France en plus grand, nourrit le désarroi du peuple français à l’égard d’un projet dont ils ne partagent pas entièrement l’idéologie.
Sébastien Maillard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Maillard, Directeur de l'Institut Jacques Delors, a été journaliste à La Croix.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une Europe élargie, dont la France n’en a pas la maîtrise, qui n’est pas la France en plus grand, nourrit le désarroi du peuple français à l’égard d’un projet dont ils ne partagent pas entièrement l’idéologie.

Atlantico : Selon un rapport publié le 6 mai par l’Institut Jacques Delors, dont vous êtes le directeur, les attitudes des Français vis-à-vis de l’Europe sont marquées par une logique nationale de « projection » qui permet de rendre compte de l’ambivalence au cœur des relations entre les Français et l’« Europe » : ou bien cette dernière est alors perçue comme un « instrument » au service de la France; ou bien elle agit comme un révélateur ou un miroir déformant de la fameuse « exception française ». Que nous révèle ce rapport sur l'évolution du regard des Français sur l'Europe ? En quoi le cas Français est-il particulier aux autres pays européens ?

Sébastien Maillard : Ces dernières années, le regard des Français sur l’Europe s’est dégradé. Beaucoup ont le sentiment que le projet européen dont ils sont à l’origine leur échappe, comme des grands-parents qui ne reconnaîtraient plus leurs petits-enfants. Derrière ce sentiment il y a l'idée selon laquelle la France a définitivement perdu de sa grandeur qu'elle cherchait à retrouver à travers le projet européen. Une Europe élargie, dont la France n’en a pas la maîtrise, une Europe qui ne saurait être la France en plus grand, nourrit le désarroi à l’égard d’un projet dont les Français ne partagent pas entièrement l'idéologie libérale, ni le mode opératoire par le compromis. Ceci est plus net encore selon les territoires et les catégories sociales dans l'Hexagone.

Bien qu’il n’y ait nullement d'opinion majoritaire des Français pour quitter l’Europe, comme ce fut chez les Britanniques, le manque d’information, de lisibilité des Français sur les prises de décision européennes leur en empêche la compréhension. Ce manque d’informations est un des facteurs qui explique l’ambivalence sinon la défiance des Français à l’égard de l’Europe. Il est frappant d’observer que tant de projets, de co-financement européens, de politiques européennes et de grands débats agitant les Vingt Sept sont si rarement repris par les médias français, passent sous les radars. Cette méconnaissance installée influence évidemment l’opinion française, mieux tenue informée sur le Congrès américain que sur le Parlement européen à Strasbourg.

Quel a été l'impact de la crise sanitaire sur cette vision ?

Le rapport ne prend pas en compte la crise sanitaire. En revanche, on peut largement supposer que cela n’a pas dû améliorer le cours des choses. De cette crise, on retiendra surtout une réaction de « sauve qui peut » de la part des grands pays européens dès le début de la pandémie, sans aucune solidarité manifeste entre eux. Une solidarité que les Européens étaient en droit d’attendre. Depuis, beaucoup a été rectifié, à l’image des patients français soignés en Allemagne, au Luxembourg, l'aide au rapatriement, les achats groupés d'equipement de protection. Malheureusement, l’impression qui restera  de cette crise sera celle d’un cafouillage initial, qui sera évidemment dommageable pour l’image de l’Europe, surtout auprès des Italiens. En revanche, cette tendance pourrait être modifiée si l’Europe, par un effort de coopération, remportait la course mondiale au vaccin contre le coronavirus pour en faire un bien public mondial. Quel motif de fierté ce serait pour tous les Européens.

La vison européenne telle que nous la connaissons depuis sa fondation est-elle aujourd'hui vouée à disparaître ?

Je ne le pense pas. Ce qui fait l’essence même du projet européen, tel que Robert Schuman l’avait lancé il y a soixante dix ans, ce sont les échanges entre nous ( faire en sorte que nos produits circulent, l'acceptation qu’une nation seule ne peut être autosuffisante ) et la mise en commun de nos moyens (Airbus ou Galileo par exemple). Ces deux logiques restent tout à fait  pertinentes lorsqu’il s’agit de lutter contre le réchauffement climatique, lutter contre une pandémie, contre le terrorisme ou encore être fort face à la Chine ou aux États-Unis. Établir notre souveraineté, notre autonomie face au reste du monde sans pour autant s’en détourner, reste plus que jamais indispensable. Dans le match qui oppose les États-Unis et la Chine, l’Europe ne doit pas rester sur le banc de touche.

Est-il paradoxal que la question de la souveraineté nationale demeure au coeur du projet européen ?

Emmanuel Macron a beaucoup développé le thème de la souveraineté européenne, qui émane d'une étroite cooperation d'États organisant leur interdépendance, sans que les nations n'y soient uniformisées et fondues ensemble. Si on veut peser et avoir notre mot à dire dans l’ordre international, seule une souveraineté européenne permettra de faire poids. Une souveraineté nationale existe toujours mais elle peut devenir trompeuse, factice face à des géants, comme la Chine ou les Gafam, y compris pour l'Allemagne et la France. Si l’Europe parvient à s’unir derrière ses intérêts et ses valeurs, alors nous deviendrons beaucoup plus forts pour les faire valoir. Dans ce cas, les souveraineté nationale et européenne ne sont pas contradictoires mais alignées.

La réalisation d’un projet européen solide est-il possible sans la réalisation d’une culture européenne commune ?

Il n’y a pas de peuple européen au singulier, ni une seule culture européenne, qu'on ne saurait fabriquer. Mais il existe indéniablement une civilisation européenne, dont l'UE est indétachable. Robert Schuman y faisait souvent référence. Cette civilisation, imprégnée par l’héritage chrétien, l’héritage des Lumières, par notre histoire commune, participe à forger une identité, un mode de vie, qui nous sont propres sans qu'on ne s'en aperçoive. Nos préférences collectives, que nous souhaiterions universelles, font notre singularité aux yeux du monde. Le fait que la peine de mort soit abolie de la Finlande à la Grèce, de l’Estonie au Portugal, sans faire débat, nous différencie de la Chine ou des États-Unis, entre autres. Les filets sociaux en Europe face à l'actuelle récession nous distinguent des États-Unis, tout comme notre approche de la protection des données. Pour fonder un projet européen d’avenir, s’unir derrière des intérêts stratégiques demeure une étape importante, mais pour ancrer ce projet dans le temps, il nous faut avoir conscience que nous partageons de mêmes principes, de mêmes valeurs, certaines mêmes préférences et attachements, des traits de mémoire. C'est ce qui nous fera nous reconnaître comme Européens.

En cette journée de l'Europe, nos autres articles sur cette thématique :
Les traités européens vont-ils empêcher la reprise économique ?
L’Europe doit s’inspirer de Sun Tzu : celui qui gagne n’est pas le plus fort mais le plus habile

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 09/05/2020 - 18:16
La France rapetisse et disparaît
Plus l'UE s'élargit, moins la France est grande, par évidence. A 6 membres (dont 3 petits), on la voyait bien; à près de 30, on ne la voit plus du tout.
Et a-t-on besoin d'un parlement et d'une commission (des centaines de députés, des milliers d'assistants, des dizaines de milliers de fonctionnaires, tous grassement payés par le contribuable) pour un marché commun et des entreprises à capitaux partagés ? Poser la question, c'est y répondre.
Quand l'Allemagne reçoit des malades français, c'est l'Europe ? De qui se moque-t-on ?
"Une civilisation européenne" justifierait cette verrue technocratique bruxelloise ? Des lois voulues et écrites par des étrangers, imposées au parlement français, c'est défendre la souveraineté du peuple français ?
La Suisse, l'Islande, la Norvège, pays minuscules, se défendent mieux que l'UE dans le concert des nations et face aux super-puissances chinoises et américaines. L'UE et l'euro sont des boulets.
Ah, si le virus pouvait tuer l'UE ! Tiens, je me confinerais bien un mois de plus rien que pour ça...
spiritucorsu
- 09/05/2020 - 17:48
Souveraineté ou dilution mortifère telle est la question!
Un soit disant expert nous débite les mêmes mantras que l'on entend depuis des décennies.L'U.E. devait nous protéger,assurer notre prospérité économique,favoriser le progrès social et faire contrepoids aux bloc asiatique,américain et russe.En fait à la place de ce beau conte de Noël,nous avons eu l'U.E. de la finance et des lobbies .Le beau rêve de ses pères fondateurs,s'est envolé perverti par des banquiers avides,des politiciens véreux et des eurocrates.L'U.E.n'attire plus grand monde à part ceux qui veulent avoir accès à son tiroir caisse.Les britanniques l'ont bien compris qui veulent être maître de leur destin et non pas se diluer dans un conglomérat à 27.La France serait bien inspirée d'en suivre l'exemple si elle ne veut pas disparaître.
pitron67
- 09/05/2020 - 15:36
europe
de rêve ,l'Europe s'est transformée en cauchemars.
c'est juste un tiroir caisse pour les pays de l'EST qui en plus nous crachent dessus.
on parle a longueur d'article des industries qui se délocalisent en chine ,j'aimerais bien
qu'on fasse le bilan des industries qui se sont délocalisées en Europe de l'Est.
Nos impôts financent leurs infrastructures ,ensuite nos industries s'y installent!avec la bénédiction de l'Allemagne
Notre problème est là et pas en chine