En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 17 heures 20 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 18 heures 21 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 18 heures 56 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 20 heures 46 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 21 heures 24 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 22 heures 19 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 23 heures 47 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 1 jour 22 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 18 heures 8 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 18 heures 40 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 20 heures 31 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 21 heures 7 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 23 heures 37 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 1 jour 8 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 1 jour 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 12 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 13 heures
© REUTERS/Jacky Naegelen
© REUTERS/Jacky Naegelen
Entre défiance et ambivalence

Euro-désarroi : l’Europe élargie n’apparaît plus comme une France en plus grand aux yeux des Français

Publié le 09 mai 2020
Une Europe élargie, dont la France n’en a pas la maîtrise, qui n’est pas la France en plus grand, nourrit le désarroi du peuple français à l’égard d’un projet dont ils ne partagent pas entièrement l’idéologie.
Sébastien Maillard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Maillard, Directeur de l'Institut Jacques Delors, a été journaliste à La Croix.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une Europe élargie, dont la France n’en a pas la maîtrise, qui n’est pas la France en plus grand, nourrit le désarroi du peuple français à l’égard d’un projet dont ils ne partagent pas entièrement l’idéologie.

Atlantico : Selon un rapport publié le 6 mai par l’Institut Jacques Delors, dont vous êtes le directeur, les attitudes des Français vis-à-vis de l’Europe sont marquées par une logique nationale de « projection » qui permet de rendre compte de l’ambivalence au cœur des relations entre les Français et l’« Europe » : ou bien cette dernière est alors perçue comme un « instrument » au service de la France; ou bien elle agit comme un révélateur ou un miroir déformant de la fameuse « exception française ». Que nous révèle ce rapport sur l'évolution du regard des Français sur l'Europe ? En quoi le cas Français est-il particulier aux autres pays européens ?

Sébastien Maillard : Ces dernières années, le regard des Français sur l’Europe s’est dégradé. Beaucoup ont le sentiment que le projet européen dont ils sont à l’origine leur échappe, comme des grands-parents qui ne reconnaîtraient plus leurs petits-enfants. Derrière ce sentiment il y a l'idée selon laquelle la France a définitivement perdu de sa grandeur qu'elle cherchait à retrouver à travers le projet européen. Une Europe élargie, dont la France n’en a pas la maîtrise, une Europe qui ne saurait être la France en plus grand, nourrit le désarroi à l’égard d’un projet dont les Français ne partagent pas entièrement l'idéologie libérale, ni le mode opératoire par le compromis. Ceci est plus net encore selon les territoires et les catégories sociales dans l'Hexagone.

Bien qu’il n’y ait nullement d'opinion majoritaire des Français pour quitter l’Europe, comme ce fut chez les Britanniques, le manque d’information, de lisibilité des Français sur les prises de décision européennes leur en empêche la compréhension. Ce manque d’informations est un des facteurs qui explique l’ambivalence sinon la défiance des Français à l’égard de l’Europe. Il est frappant d’observer que tant de projets, de co-financement européens, de politiques européennes et de grands débats agitant les Vingt Sept sont si rarement repris par les médias français, passent sous les radars. Cette méconnaissance installée influence évidemment l’opinion française, mieux tenue informée sur le Congrès américain que sur le Parlement européen à Strasbourg.

Quel a été l'impact de la crise sanitaire sur cette vision ?

Le rapport ne prend pas en compte la crise sanitaire. En revanche, on peut largement supposer que cela n’a pas dû améliorer le cours des choses. De cette crise, on retiendra surtout une réaction de « sauve qui peut » de la part des grands pays européens dès le début de la pandémie, sans aucune solidarité manifeste entre eux. Une solidarité que les Européens étaient en droit d’attendre. Depuis, beaucoup a été rectifié, à l’image des patients français soignés en Allemagne, au Luxembourg, l'aide au rapatriement, les achats groupés d'equipement de protection. Malheureusement, l’impression qui restera  de cette crise sera celle d’un cafouillage initial, qui sera évidemment dommageable pour l’image de l’Europe, surtout auprès des Italiens. En revanche, cette tendance pourrait être modifiée si l’Europe, par un effort de coopération, remportait la course mondiale au vaccin contre le coronavirus pour en faire un bien public mondial. Quel motif de fierté ce serait pour tous les Européens.

La vison européenne telle que nous la connaissons depuis sa fondation est-elle aujourd'hui vouée à disparaître ?

Je ne le pense pas. Ce qui fait l’essence même du projet européen, tel que Robert Schuman l’avait lancé il y a soixante dix ans, ce sont les échanges entre nous ( faire en sorte que nos produits circulent, l'acceptation qu’une nation seule ne peut être autosuffisante ) et la mise en commun de nos moyens (Airbus ou Galileo par exemple). Ces deux logiques restent tout à fait  pertinentes lorsqu’il s’agit de lutter contre le réchauffement climatique, lutter contre une pandémie, contre le terrorisme ou encore être fort face à la Chine ou aux États-Unis. Établir notre souveraineté, notre autonomie face au reste du monde sans pour autant s’en détourner, reste plus que jamais indispensable. Dans le match qui oppose les États-Unis et la Chine, l’Europe ne doit pas rester sur le banc de touche.

Est-il paradoxal que la question de la souveraineté nationale demeure au coeur du projet européen ?

Emmanuel Macron a beaucoup développé le thème de la souveraineté européenne, qui émane d'une étroite cooperation d'États organisant leur interdépendance, sans que les nations n'y soient uniformisées et fondues ensemble. Si on veut peser et avoir notre mot à dire dans l’ordre international, seule une souveraineté européenne permettra de faire poids. Une souveraineté nationale existe toujours mais elle peut devenir trompeuse, factice face à des géants, comme la Chine ou les Gafam, y compris pour l'Allemagne et la France. Si l’Europe parvient à s’unir derrière ses intérêts et ses valeurs, alors nous deviendrons beaucoup plus forts pour les faire valoir. Dans ce cas, les souveraineté nationale et européenne ne sont pas contradictoires mais alignées.

La réalisation d’un projet européen solide est-il possible sans la réalisation d’une culture européenne commune ?

Il n’y a pas de peuple européen au singulier, ni une seule culture européenne, qu'on ne saurait fabriquer. Mais il existe indéniablement une civilisation européenne, dont l'UE est indétachable. Robert Schuman y faisait souvent référence. Cette civilisation, imprégnée par l’héritage chrétien, l’héritage des Lumières, par notre histoire commune, participe à forger une identité, un mode de vie, qui nous sont propres sans qu'on ne s'en aperçoive. Nos préférences collectives, que nous souhaiterions universelles, font notre singularité aux yeux du monde. Le fait que la peine de mort soit abolie de la Finlande à la Grèce, de l’Estonie au Portugal, sans faire débat, nous différencie de la Chine ou des États-Unis, entre autres. Les filets sociaux en Europe face à l'actuelle récession nous distinguent des États-Unis, tout comme notre approche de la protection des données. Pour fonder un projet européen d’avenir, s’unir derrière des intérêts stratégiques demeure une étape importante, mais pour ancrer ce projet dans le temps, il nous faut avoir conscience que nous partageons de mêmes principes, de mêmes valeurs, certaines mêmes préférences et attachements, des traits de mémoire. C'est ce qui nous fera nous reconnaître comme Européens.

En cette journée de l'Europe, nos autres articles sur cette thématique :
Les traités européens vont-ils empêcher la reprise économique ?
L’Europe doit s’inspirer de Sun Tzu : celui qui gagne n’est pas le plus fort mais le plus habile

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 09/05/2020 - 18:16
La France rapetisse et disparaît
Plus l'UE s'élargit, moins la France est grande, par évidence. A 6 membres (dont 3 petits), on la voyait bien; à près de 30, on ne la voit plus du tout.
Et a-t-on besoin d'un parlement et d'une commission (des centaines de députés, des milliers d'assistants, des dizaines de milliers de fonctionnaires, tous grassement payés par le contribuable) pour un marché commun et des entreprises à capitaux partagés ? Poser la question, c'est y répondre.
Quand l'Allemagne reçoit des malades français, c'est l'Europe ? De qui se moque-t-on ?
"Une civilisation européenne" justifierait cette verrue technocratique bruxelloise ? Des lois voulues et écrites par des étrangers, imposées au parlement français, c'est défendre la souveraineté du peuple français ?
La Suisse, l'Islande, la Norvège, pays minuscules, se défendent mieux que l'UE dans le concert des nations et face aux super-puissances chinoises et américaines. L'UE et l'euro sont des boulets.
Ah, si le virus pouvait tuer l'UE ! Tiens, je me confinerais bien un mois de plus rien que pour ça...
spiritucorsu
- 09/05/2020 - 17:48
Souveraineté ou dilution mortifère telle est la question!
Un soit disant expert nous débite les mêmes mantras que l'on entend depuis des décennies.L'U.E. devait nous protéger,assurer notre prospérité économique,favoriser le progrès social et faire contrepoids aux bloc asiatique,américain et russe.En fait à la place de ce beau conte de Noël,nous avons eu l'U.E. de la finance et des lobbies .Le beau rêve de ses pères fondateurs,s'est envolé perverti par des banquiers avides,des politiciens véreux et des eurocrates.L'U.E.n'attire plus grand monde à part ceux qui veulent avoir accès à son tiroir caisse.Les britanniques l'ont bien compris qui veulent être maître de leur destin et non pas se diluer dans un conglomérat à 27.La France serait bien inspirée d'en suivre l'exemple si elle ne veut pas disparaître.
pitron67
- 09/05/2020 - 15:36
europe
de rêve ,l'Europe s'est transformée en cauchemars.
c'est juste un tiroir caisse pour les pays de l'EST qui en plus nous crachent dessus.
on parle a longueur d'article des industries qui se délocalisent en chine ,j'aimerais bien
qu'on fasse le bilan des industries qui se sont délocalisées en Europe de l'Est.
Nos impôts financent leurs infrastructures ,ensuite nos industries s'y installent!avec la bénédiction de l'Allemagne
Notre problème est là et pas en chine