En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

06.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

07.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 16 min 53 sec
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 1 heure 57 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 3 heures 26 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 8 heures 27 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 13 heures 18 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 1 heure
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 39 min 58 sec
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 2 heures 36 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 4 heures 16 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 7 heures 8 sec
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 1 jour 18 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 1 jour 5 heures
© Michael Kappeler / POOL / AFP
© Michael Kappeler / POOL / AFP
Solutions européennes

Angela Merkel "la patronne de l’Europe" immobile

Publié le 25 avril 2020
Un sommet virtuel du Conseil européen s'est déroulé ce jeudi 23 avril. Les dirigeants ont tenté de trouver des solutions pour sortir l'UE de la récession due à la pandémie de coronavirus. Angela Merkel semble avoir réaffirmé son statut et avoir réaffirmé la position de l'Allemagne sur la question des corona bonds.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un sommet virtuel du Conseil européen s'est déroulé ce jeudi 23 avril. Les dirigeants ont tenté de trouver des solutions pour sortir l'UE de la récession due à la pandémie de coronavirus. Angela Merkel semble avoir réaffirmé son statut et avoir réaffirmé la position de l'Allemagne sur la question des corona bonds.

Atlantico.fr : Le jeudi 23 Avril 2020 s'est déroulé le sommet européen - virtuel - au sujet des corona bonds.

Qu'avez-vous retenu de ce sommet ? Les personnalités politiques vous ont-elles convaincues ou était-ce un coup d'épée dans l'eau ? Quelles politiques pour l'après-confinement?

Christophe Bouillaud : Clairement, le Conseil européen par vidéoconférence du 23 avril 2020 s’est contenté de confirmer sur le plan des orientations financières les résultats de l’Eurogroupe, la réunion des ministres de l’économie et des finances tenue le 9 avril. Le Conseil européen demande que les mesures prévues dans ce plan d’urgence rentrent en application au 1er juin 2020. Par ailleurs, les 27 dirigeants ont approuvé Une feuille de route pour la relance. Vers une Europe plus résiliente, plus durable et plus juste, un document de cinq pages qui additionne les bonnes intentions et les ambiguïtés constructives, et, qui, je dois le dire, aurait très bien pu être écrite par n’importe quel étudiant de master 2 en études européennes. 

Les politiques pour l’après confinement annoncées dans ce document sans grande imagination ménagent à la fois les espoirs de l’ancien monde et du ceux d’un éventuel nouveau monde. On veut à la fois tout changer et ne rien changer. C’est logique : on veut sans doute par exemple chez les dirigeants européens à la fois sauver par exemple l’industrie automobile telle qu’elle était au début de cette année 2020 et ne pas abandonner l’idée d’un « Green Deal ». 

La seule chose d’un peu nouvelle, c’est que les dirigeants des 27 chargent désormais la Commission européenne de leur proposer un Fonds pour la relance et d’articuler ce dernier avec la redéfinition du Cadre financier pluriannuel (CFP) de l’Union européenne (2021-2027).  C’est l’élément intéressant de la réunion, parce que, contrairement à tous les mécanismes déjà approuvés le 9 avril et validés donc par ce Conseil, il s’agirait plutôt de discuter de transferts comme dans le budget européen classique plutôt que de prêts ou de garanties de prêts. Un prêt doit être remboursé et s’ajoute aux dettes déjà là. En effet, le gros des chiffres annoncés jusqu’ici correspond à des moyens qui permettent aux Etats membres de se financer, d’emprunter donc, à bas coût, soit à travers l’action massive de la Banque centrale européenne sur les marchés financiers, soit à travers des mécanismes de mutualisation qui permettent de limiter le coût des emprunts pour chaque pays membre, mécanismes qui laissent à chaque pays la charge du futur remboursement de cet emprunt. 

Même si les pays membres ne sont pas d’accord entre eux à ce stade, puisqu’il s’agit simplement de demander à la Commission des idées sur lesquelles discuter ensuite, on s’approche lentement d’une réflexion sur la nécessité d’aider plus certains pays à travers le budget européen, là où s’exerce la vraie solidarité européenne. Concrètement, cela revient aussi en filigrane à poser la question de l’endettement d’un pays comme l’Italie. Il était avant la pandémie à 130% d’endettement par rapport à son PIB. Avec la crise, on parle d’un endettement à 150%, voire bien plus en part de son PIB. Sa situation va donc devenir à terme ingérable dans le cadre d’une monnaie unique comme l’Euro, la moindre hausse des taux d’intérêt lui serait fatale, et les électeurs italiens refusent en plus la mise sous tutelle de leur budget national, comme en 2011-13, pour garantir aux prêteurs le remboursement de cette dette. Pour l’instant, suite à ce Conseil européen, les marchés semblent douter pourtant de la capacité collective des européens à aider vraiment l’Italie, d’où une augmentation des taux d’intérêt sur la dette italienne. 

En somme, c’est un Conseil européen de crise, « classique », un round d’observation en quelque sorte. L’accentuation de la crise économique, avec éventuellement des anticipations défavorables sur les marchés financiers, devrait accélérer les choses par la suite. 

Une figure semble pourtant se détacher des autres en la personne d'Angela Merkel... A-t-elle réaffirmé son statut de "patronne de l'Europe" ? De l'Allemagne ?

Pour ce qui de son statut en Allemagne, elle bénéficie indéniablement de la très bonne gestion de la crise sanitaire outre-Rhin et de sa capacité à expliquer calmement les choses avec l’esprit de scientifique converti à la politique qui la caractérise. Sa popularité est à un niveau étonnant, plus de 80% des Allemands seraient satisfaits de son action. Cela lui laisse sans doute quelque latitude pour faire avancer les choses sur le plan européen en demandant plus de solidarité à ses électeurs.

Au niveau européen, elle semble avoir accepté l’idée de faire croître temporairement le budget de l’UE à 2% de la richesse européenne, contre 1% dans tous les budgets européens depuis les années 1990. On ne serait pas loin d’un doublement, et dans ce cadre, l’Allemagne, premier contributeur, devrait payer plus. Du point de vue macro-économique, il n’est pas sûr que ces sommes suffisent à relancer vraiment l’économie européenne, mais au moins l’idée commence à germer qu’il faut faire croître le budget européen. C’est à vrai dire la seule façon de vraiment mutualiser sur un territoire donné les dépenses des composantes de ce dernier que d’avoir un budget commun, comme dans tout Etat fédéral. En tout cas, A. Merkel a eu la prudence de ne pas clore la discussion. 

Probablement, vu qu’elle est à la tête de la Chancellerie depuis des lustres, son poids politique au sein du Conseil européen doit aussi être renforcé par cette ancienneté. 

La France - et Emmanuel Macron - ont-ils toujours un poids dans les décisions en Europe ? Comment faire pour se mettre à l'heure allemande ?

La France doit peser tout de même, parce qu’au moins la discussion sur un Fonds de relance et sur une révision du Cadre financier pluriannuel est ouverte. Tous les pays demandeurs d’une telle approche, en particulier l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Grèce, peuvent aussi se déclarer satisfaits. La porte n’est pas fermée. 

Pour mesurer l’influence réelle d’Emmanuel Macron dans ces discussions, encore faudrait-il y avoir accès. On retombe sur le problème des Conseils européens pour les chercheurs. Ils se tiennent à huis clos, et, dans la situation présente, la vidéoconférence est un huis-clos renforcé par le fait que les journalistes ne peuvent même pas recueillir des bruits de couloir comme lors d’un Conseil européen classique. 
Pour ce qui est de se mettre à l’heure allemande, je ne crois pas que l’expression soit la bienvenue. Je rappelle que cette expression correspond au fait que, pendant l’Occupation (1940-1944), la France occupée a été contrainte par l’occupant nazi d’adopter le fuseau horaire de Berlin. Elle signale donc la soumission de la France, Ce sont au contraire les autres pays européens qui s’efforcent de faire comprendre aux dirigeants des pays dits « frugaux », dont les dirigeants allemands, que l’heure n’est plus à la frugalité : pour combattre une crise économique comme celle que nous vivons, il faut pouvoir dépenser pour relancer la machine.  A vrai dire, le débat économique en Allemagne a évolué ces dernières semaines sur ce point : il y a une prise de conscience que les pays les plus touchés, en particulier l’Italie, ne pourront pas relancer sans une aide massive de ses partenaires. Ou alors cela finira mal, et l’Italie quittera le navire européen pour essayer de se sauver par elle-même. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 26/04/2020 - 05:23
Échéances Électorales
Les prochaines échéances électorales en France et en Allemagne seront décisives.
Les allemands vont avoir la possibilité de faire exploser l'Europe en maintenant Merkel au pouvoir.
En France, un homosexuel comme Macron est incapable de faire face à une femme aussi déterminée que Merkel.
Seule Marine Le Pen en est capable.
Gré
- 26/04/2020 - 00:39
l’expression "se mettre à l
l’expression "se mettre à l'heure allemande" n'est peut-être pas la bienvenue, mais elle souligne parfaitement bien l'état de tous les pays de l'UE face à l'Allemagne qui a réussi en temps de paix ce qu'elle n'avait pas réussi en deux guerres : la soumission des états européens à son profit.
ajm
- 25/04/2020 - 20:48
Fausse monnaie ou le crédit d'une nation.
Gerint: la fausse monnaie de la BCE c'est comme la fausse monnaie de la FED, de la Banque du Japon ou même la Banque d'Angleterre ( banque centrale de la City, encore une des deux grandes places financières du monde avec NY).. Tant qu'il y a derrière une banque centrale une économie ou un système financier qui compte il n'y a pas de fausse monnaie