En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 30 min 41 sec
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 3 heures 32 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 23 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 7 heures 40 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 1 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 11 heures 35 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 55 min 26 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 3 heures 57 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 25 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 7 heures 58 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 24 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 47 sec
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 10 heures 57 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 11 heures 53 min
© HECTOR RETAMAL / AFP
© HECTOR RETAMAL / AFP
Coronavirus

Le vertige : les vrais chiffres de la crise (ne sont pas ceux du gouvernement…)

Publié le 13 avril 2020
Même les personnes que la vie économique n'intéressent guère sont désormais dans la spirale anxiogène et ressentent un vif questionnement face aux vrais chiffres de la crise.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même les personnes que la vie économique n'intéressent guère sont désormais dans la spirale anxiogène et ressentent un vif questionnement face aux vrais chiffres de la crise.

En moins de deux mois, le Gouvernement aura proposé au Parlement de voter deux PLFR ( projet de Loi de finances rectificative ). Le premier était teinté d'irréalisme excusable car la crise était encore mal identifiée. 

Le premier PLFR : un exercice irréaliste

Le Haut Conseil des Finances Publiques ( HCFP ) a rendu son avis sur ce PLFR en date du 17 mars 2020. Il s'est bien évidemment calé sur les grandes hypothèses du Gouvernement et ne suit pas les certitudes de celui-ci. " Le HCFP note que le scénario du Gouvernement présenté dans ce projet de loi de finances rectificative ( PLFR ) repose sur deux hypothèses fortes, celles d'un confinement limité à un mois et celle d'un retour rapide à la normale de la demande française comme étrangère, qui ne sont pas acquis, si bien que la dégradation du cadre macroéconomique pourrait être plus marquée que prévu par le PLFR pour 2020. "

Un confinement d'un mois ? irréaliste !  Une reprise en " V " avec un fort redémarrage ?  irréaliste !

Dans le travail des services de Bruno Le Maire, on ne note pas de recherche appuyée quant à la crise de l'offre. Un Airbus compte plus de 500.000 composants, autant dire des milliers de sous-traitants et tous ne seront pas en mesure de reprendre le collier du jour au lendemain. Cette disruption des chaînes de valeur désormais discontinues tel un écrit en alphabet morse est un point fondamental pour le monde d'après.

Se rendant compte que ce premier PLFR ne tenait pas la route, les Pouvoirs publics se sont risqués à un deuxième exercice notamment pour donner un cadre juridique à l'aide aux PME qui passe ainsi de 45 à 100 Mds.

Le deuxième PLFR : un travail hâtif et dénué de cohérence

Le deuxième texte – datant de la semaine dernière – est frappée de lourdes irrégularités de conception.

Ses hypothèses macroéconomiques sont les suivantes : le PIB ne reculerait que de – 6% pour l'ensemble de l'année 2020 alors même que le premier trimestre 2020 a déjà acté un ressac de – 6% et que la Banque de France n'a pas encore émis de prévisions pour l'ensemble de l'année.

Le déficit public serait de 7,6% du PIB et la dette s'élèverait à 112%.

La récession sans précédent que la France va traverser exige que les vertiges des chiffres soient calés sur la vérité et non sur des quantifications cosmétiques. S'il est logique que l'exercice de la prévision soit fort complexe ( au point d'avoir rendu muets certains économistes usuellement friands des médias télévisuels… ), le rôle de l'État est de demeurer sincère.

Mendès-France plutôt que Pinocchio !

Or, le PLFR 2 ne colle pas avec les hypothèses de plusieurs analystes bancaires ou des agences de notation.

En effet, la dette va augmenter d'au moins 55 Mds tandis que le dénominateur va s'inscrire en recul d'au moins 15% soit 360 Mds.

En conséquence, le nouveau ratio sera voisin de 118% et posera clairement la question de la soutenabilité de la dette dans la mesure où l'idée d'augmenter la pression fiscale serait clairement déraisonnable au regard du besoin, assez keynésien, de soutien à la future reprise de notre économie qui ne sera pas en " V " mais graduelle et saccadée donc proche d'un " W ".

"W" d'autant plus réaliste qu'hélas la durée d'immunisation des patients ayant été atteints du Covid-19 semble réduite et réversible au point que plusieurs pays d'Asie envisagent un retour du confinement ( voir les informations récentes :      https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-wuhan-sort-du-confinement-alors-qu-une-deuxieme-vague-menace-l-asie_3906015.html  )  

La perspective d'une " deuxième vague " est fort préoccupante en termes sanitaires car les soignants et le corps social sont épuisés. Les trois pays meurtris de l'arc méditerranéen ( Espagne, France, Italie ) seraient en vive situation de vulnérabilité.

De tout cela, le ministre de l'Économie n'a cure. Il rend une copie à visée de protection juridique plus que de sincérité fondamentale de nos comptes publics. Comment ne pas voir l'ampleur du désastre quand on apprend des services du ministère du Travail que près de 8 millions de personnes ont demandé à bénéficier du chômage partiel total. C'est un tiers de la population active de la sphère marchande ! Et tout ce drame ne ferait que 6 points de recul du PIB ? 

Évidemment, tout est dans l'art de la présentation. Pour mémoire, les indemnités versées par l'Unedic vont faire exploser la dette de cet organisme ( dont le paritarisme a été largement entaillé depuis 2017 ) , ladite dette étant l'objet d'une caution de l'État via ses engagements hors-bilan.

Cette dette implicite totale ( ce hors-bilan ) s'élève déjà à 4.115 Mds d'euros et ne fait l'objet que d'un contrôle parlementaire marginal. On y trouve aussi la participation de la France au Mécanisme Européen de Stabilité ( MES ). Autant dire que l'État présidé par Emmanuel Macron va entrer dans les doctes ouvrages de Finances publiques pour ce qui ressemble à un tour de passe-passe et à un différé de notre endettement. Jamais le recours à la dette hors-bilan n'aura été aussi frontal et agressif.

Il n'est jamais bon, en matière de comptes publics, de rehausser le plongeoir tandis que le niveau du bassin olympique baisse tendanciellement.

Le niveau du bassin n'est rien d'autre que le potentiel fiscal du pays qui va être fortement amoindri par les conséquences des défaillances d'entreprises. Sébastien Bazin, président du Groupe Accor, a récemment estimé à 20% " au minimum " le nombre d'hôtels ( concurrents ) qui n'allaient pas poursuivre leurs activités pour la France entière.

Cela revient à dire que près de 20% de 19.000 exploitations hôtelières ne pourront pas survivre. Et que dire de milliers de commerce en situation périlleuse ? Le flux usuel de 60.000 défaillances d'entreprises va être pulvérisé sous les coups de butoir de la récession. Le voilà un des pans du choc d'offre à côté du maillage désormais mité du tissu productif.

De tout ceci, je retire la conviction que le PLFR 2 n'est pas adapté à la réalité déjà perceptible de notre situation économique. Notre PIB sera en recul à deux chiffres et notre dette risque fort de dépasser les 120 Mds.

Pour ma part, je suis convaincu que les citoyens de France sont en mesure d'entendre la vérité au fur et à mesure plutôt que de prendre l'addition dans la figure au bon vouloir d'un Exécutif qui s'est engagé sur un sentier où les orages de montagne peuvent être terribles. A l'ENA, on n'apprend pas que l'Histoire peut être tragique. Comme un certain Raymond Aron le reprochait déjà à Valéry Giscard d'Estaing.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 13/04/2020 - 15:03
Pas de panique!
Vous savez bien, Monsieur Archer, que dans notre Macronistan démocratique, tout cela n'est que problème de communication.
salamander
- 13/04/2020 - 11:24
l'argumentation de l'auteur tient
à une estimation personnelle de - 15% sur toute l'année 2020. (près de 400 Milliards de PIB en moins !)
Diable! d'où sort-il ce chiffre?
sur un trimestre à la rigueur, pourquoi pas mais sur 4 trimestres c du catastrophisme typique des économistes français qui en rajoutent dans l'apocalypse.
M^me si certains secteurs vont souffrir durablement c indéniable , il ne faut pas sous -estimer le rebond mécanique de la consommation auquel nous assisterons sur fond de remontée du taux d'épargne des ménages (sur le plan macro) et de la baisse des prix du pétrole.
Je viens de faire mon plein de fioul. 350 eur de baisse sur la dernière livraison !
Donc 2020 ok, entre -5 et -8% mais 2021 , mécaniquement sera une année de très forte croissance . (et donc le ratio dette s Pib sera sans doute meilleur à fin 2021 qu'à fin 2020.
Tout cela sans parler de :
1. traitement possible du covid
2. vaccin possible du covid.

TPV
- 13/04/2020 - 10:39
L'empire parisien
Ne fonctionne pas. Le centralisme n'est que l'autre nom de cet empire. L'aristocratie impériale mediatico, enarque, immobilière de Paris, ne se tirera pas une balle dans le pied toute seule. Il faudra l'aider à comprendre qu'à terme qu'elle fabrique sa propre guillotine si elle ne veut pas prendre la tête du changement.