En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Quand les centristes font planer un parfum de Jasmin sur l’Assemblée…

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 6 heures 22 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 53 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 10 heures 44 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 11 heures 19 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 12 heures 5 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 13 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 15 heures 14 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 49 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 6 heures 41 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 10 heures 16 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 10 heures 57 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 12 heures 44 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 14 heures 38 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 15 heures 21 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 16 heures 2 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 17 heures 3 min
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

Publié le 04 avril 2020
Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a provoqué la polémique en déclarant que les personnes hospitalisées à cause du Covid-19 sont celles qui n'avaient pas respecté le confinement.
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a provoqué la polémique en déclarant que les personnes hospitalisées à cause du Covid-19 sont celles qui n'avaient pas respecté le confinement.

Atlantico : "Ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, ceux qu'on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l'ont pas respecté", a déclaré le préfet de police de Paris, Didier Lallement, qui a rapidement provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux et dans la classe politique. En tant qu'expert en communication, que pensez-vous de ce dérapage (étant donné qu'il n'en est pas à son premier) ? Comment se fait-il qu'à part un court communiqué de Christophe Castaner le gouvernement ne se soit pas indigné ?

Arnaud Benedetti : Les provocations verbales du Préfet Lallement sont devenues un marronnier de la République. Elles infectent la parole d’Etat, elles abîment l’image des forces de l’ordre, elles nuisent à celle de ce grand corps qu’est le corps préfectoral, et dans les circonstances actuelles elles sont, il faut le dire, insupportables car elles sont fausses factuellement, appartenant au registre d’une forme de fake-news d’Etat, elles sont enfin insultantes moralement. Nous assistons de facto depuis le début de cette crise à un recul, sous couvert d’impératif sanitaire, de l’indignation citoyenne. Celle-ci au demeurant est stigmatisée au nom de la cohésion nationale que les autorités et un certain nombre d’éditorialistes "organiques" ne cessent d’invoquer à l’épreuve de la crise. Tout se passe comme si sous le choc du confinement, en quelques jours, la sidération acculturait une partie de l’opinion à une certaine "servitude volontaire". Pour le dire simplement, nous remettons nos libertés dans les mains d’un "Léviathan" censé nous protéger. Cette atmosphère développe une sensibilité de résignation au pire, d’attentisme au mieux qui rend peu audible pour le moment les paroles de questionnement. Le Préfet par ses mots aussi stupides qu’inconvenants a laissé parler un inconscient d’Etat particulièrement préoccupant. Il s’est cru autorisé par cet arrière-fond à monter d’un cran dans l’échelle de la transgression dont il est coutumier. Ceci étant, l’expression restant libre, les réseaux sociaux aidant aussi, l’énormité de ses déclarations a provoqué un tollé salutaire. D’où le communiqué de presse de son ministre qui a fait le service minimum en matière de rappel à l’ordre. C’est très nettement insuffisant car cela apparaît comme un artifice communicant visant à couvrir un comportement indécent.

Quels sont les risques - à court terme comme à long terme - de cette parole pour le gouvernement ? Doit-il débarquer Didier Lallement afin de tenir le cap ?

L’exécutif fait le pari que le flux continue et permanent de l’actualité consommera le dérapage de ce Préfet. C’est possible à court terme. Mais c’est oublier que les opinions disposent d’une mémoire qui met en pause certes pour mieux sédimenter et conserver. C’est la réputation de la bienveillance étatique que le pouvoir souhaite mettre en scène, notamment à travers la parole toujours soignée du Premier ministre, qui est mise à mal à travers cette "sortie" du préfet. Ce dernier, par sa fonction, est le délégataire du logos de l’Etat. Il ne peut en aucun cas jouer son propre registre, sauf à contredire la partition générale, la tonalité d’ambiance de ses donneurs d’ordre. On a déjà vu dans cette période exceptionnelle ce que l’absence de maîtrise rhétorique de la porte-parole du gouvernement avait suscité comme controverses. Être un homme ou une femme publique, à fortiori en situation de responsabilité, nécessite de résister à la pression et de discipliner son expression. Le problème du Préfet de police c’est qu’il est un récidiviste, et qu’il s’arroge en outre une liberté de ton absolument rédhibitoire au regard de son devoir de neutralité. Ce professionnel de l’ordre public entretient un désordre communicant que seul son remplacement permettrait de réparer.

Didier Lallement a, vendredi dans l'après-midi, présenté ses excuses. Le gouvernement devrait-il en finir avec les paroles non contrôlées et ne pas tout accepter ? N'en sortirait-il pas renforcé ?

Ce rétropédalage n’efface en rien le fait déclencheur. Car encore une fois, Il n’en est pas à son "coup d’essai". L’un des problèmes de l’exécutif c’est que les exigences de civisme et de maîtrise qu’il sollicite des français et des oppositions en ces temps indéniablement complexes, il ne l’exige pas de ses serviteurs. Les mots d’excuse du Préfet sont le produit d’une ingénierie communicante qui s’efforce d’éteindre la polémique. Ils apparaissent pour ce qu’ils sont : un exercice de com’ insincère. Il ne suffisait pas de faire avaler sa casquette au préfet, il eut fallu la lui faire raccrocher au vestiaire. Un acte d’autorité eut été mille fois plus efficient que de molles paroles de repentance. Les Français sont entravés dans leur liberté de circuler, pour certains d’entre eux la visibilité de leur avenir est une source légitime d’angoisse ; faut-il en plus les stigmatiser pour une situation dont ils ne sont pas responsables ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 06/04/2020 - 09:47
Il y a 24 commentaires
On serait tenté de dire ...pour une fois!!!!
Impossible de lire au dela des trois premiers! un message d'erreur s'affiche! pitoyable machinerie
Papy Geon
- 05/04/2020 - 13:29
Je ne suis qu’un humain de base…
Je me contente d’exprimer ce que je ressens, en me contre-foutant de tout ce qui est politique. La gauche, la droite, cela ne m’intéresse pas. J’ai arrêté de jouer au hochet depuis des lustres, et les tristes jeux de guignols de la politique entre adultes me semblent imbéciles. La seule chose à considérer sur un plan purement humain, c’est le lent pourrissement qui nous envahit depuis plusieurs décennies, avec de bien tristes élites devant les projecteurs. Il y a quelques faire-valoir intègres, mais sans pouvoir, qui passent de temps en temps à la tribune, sans masques, et qui ne résistent pas longtemps aux émanations de la foultitude qui grouille alentours. La tribune recouvre une fosse septique remplie d’une nomenklatura d’ineptes, elle commence à déborder, et ça pue.
evgueniesokolof
- 05/04/2020 - 11:56
J'ai dit et répété que ceux
J'ai dit et répété que ceux qui s'en prennent à l'ENA sont comme le con qui regarde le doigt qui montre la lune. L'ENA produit des canailles car les canailles savent toujours trouverun chemin.Lallement est trop con pour avoir fait l'ENA : i était vague attaché territorial dans une commune du 9.3 dont le député ou le maire devait être Bambuck lequel noméministre parr Jospin je crois emmena cette ordure dans ses bagages. Avant la fin Le Schutzstaffel fut nommé sous préfet. Vaillant est il ministre qu'il revient au cabinet et en sort préfet. Il fera un passage à la DAP ( direction de l'administration pénitentiaire) où entre autres exploits, il interdit à un agent de prendre l'ascenseur avec lui car son altesse cradissime monte seul. Il fait faire des manoeuvre pas possible au chauffeur pour monter du côté du trottoir! Bref! ordurissime qui passera par la préfecture de région aquitaine ( comme Papon son modèle) avant d'être préfet de police à Paris: bref: la quintessence de l'ordure
http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/le-rat-qui-rit/201-papa-schultz-exulte.html