En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 7 heures 11 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 8 heures 10 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 13 heures 31 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 18 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 17 heures 54 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 18 heures 25 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 19 heures 2 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 23 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 11 heures 25 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 14 heures 40 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 16 heures 37 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 heures 2 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 17 heures 34 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 18 heures 4 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 11 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Publié le 29 mars 2020
La pandémie de COVID-19 n’a pas été stoppée par les stratégies de santé publique et leur coordination à l’échelle mondiale.
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Hugo Coursière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugo Coursière, directeur des projets stratégiques chez Quantum Aviation Solutions, spécialisée dans les systèmes aéroportuaires. Installé à Francfort sur le Main, Hesse, Allemagne depuis plus de 18 ans.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La pandémie de COVID-19 n’a pas été stoppée par les stratégies de santé publique et leur coordination à l’échelle mondiale.

 

La pandémie de COVID-19 n’a pas été stoppée par les stratégies de santé publique et leur coordination à l’échelle mondiale

C’est le constat de cette pandémie virale au SARS-CoV-2 (Figure N°1) qui, souvent, est appelée à tort crise sanitaire (https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6). L’OMS le reconnaît et après une phase de sidération a plusieurs fois enjoint les gouvernements des états à mieux coordonner leurs actions et évaluer leurs stratégies pour rapidement réorienter les décisions vers ce qui est le plus efficace. En Europe c’est le même constat que font dans le BMJ (https://www.bmj.com/content/368/bmj.m1075) des auteurs de la London School of Economics and Political Science. Or les stratégies ont été très différentes depuis le début. Et les premiers résultats sont préoccupants car la diffusion de la pandémie s’est amplifiée à sa sortie de Chine et le nombre de morts est très différent suivant les pays. Quelles preuves avons-nous d’une causalité entre les stratégies et ces résultats? Il faut être prudent dans cette analyse car le risque de se tromper est élevé en raison de l’urgence et aussi de l’incertitude résiduelle des données. Cependant l’Europe et les USA sont sur une trajectoire bien pire que celle de la Chine et d’autres pays d’Asie. C’est aujourd’hui incontestable. Et ce alors que nous étions prévenus. D’autres auteurs demandent plus d’Europe dans le futur pour que la coordination des efforts soit plus efficace mais ils n’apportent pas de preuves à l’appui que ce soit par des modèles ou bien par une analyse de la situation actuelle (https://www.bmj.com/content/368/bmj.m400?ijkey=05608db9702fcfc1e7161da18e8243bdc4298ff8&keytype2=tf_ipsecsha).

 

Figure N°1: Nombre de cas au 26/03/2020 depuis le 31/12/2019. La question qui se pose est celle des causes de cet emballement pandémique alors que l’épidémie asiatique s’est développée au su de tous. La Chine a 1,386 Milliard et l’Europe 741,4 millions d’habitants (https://www.ecdc.europa.eu/en/geographical-distribution-2019-ncov-cases).

 

Il y a plusieurs modes de présentation des résultats enregistrés dans les différents pays. Le tableau de bord est très utile mais il faut au-delà du quantum analyser la dynamique car la pandémie a une vitesse et une accélération fortes en raison de l’extrême contagiosité du SARS-CoV-2. Les Figures N°2 et 3 démontrent cette disparité. Il reste à en déterminer les causes et ce n’est pas simple.

Figure N°2: Le nombre cumulé de morts par jour après le dixième mort suivant les pays. L’échelle de gauche est logarithmique. Il est frappant de constater que le Japon et la Corée du sud comme Taiwan, Hong Kong et Singapour (situés dans la forêt de traits près de l’origine du graphique en raison du faible nombre de décès) ont une dynamique différente et un nombre de morts très inférieur (https://www.ft.com/coronavirus-latest?fbclid=IwAR0l-ePYN8tScTRf7SVn5ZbzWb-knbAYd4CRetVDLuYmktdraIF6jIjyYF4).

Figure N°3: Le nombre cumulé de cas confirmés par jour après le centième cas suivant les pays. L’échelle de gauche est logarithmique. Le même constat peut être fait sur ce tableau.

Le nombre de morts annoncés est l’objet d’erreurs de définition et de métrologie: il pourrait être bien supérieur 

Plusieurs paramètres de l’épidémie sont à envisager.

Létalité

Le taux de létalité est la proportion de décès liés à la maladie, par rapport au nombre total de cas atteints par la maladie. C’est bien évidemment dépendant de la fiabilité des deux variables. Les décès peuvent être sous-estimés (cf infra) à cause des méthodes de déclaration mais surtout parce que les décès à domicile ont en France peu de chance d’être testés. Quant au nombre de personnes atteintes par la maladie il est sous-estimé de façon majeure en raison des patients asymptomatiques et des consignes de réserver les tests aux patients atteint de signes cliniques. Les patients qui ont des signes cliniques quels qu’ils soient représentent environ 15% des patients porteurs du virus. D’ailleurs la France vient de reconnaître le 27 mars 2020 qu’elle ne déclare que les personnes décédées en hôpital.

Mortalité

Un exemple démontre bien qu’il faut analyser avec précaution les nombres de morts. On sait que dans une épidémie les personnes fragiles sont menacées. L’âge et les comorbidités font partie de l’équation du risque de décès. Mais il y a des disparités suivant les pays. L’Italie et l’Espagne ont un taux de mortalité et un nombre de morts beaucoup plus élevé que l’Allemagne chez les plus de 70 ans (Figure N°4).

Figure N°4 Létalité par classe d’âge (morts/tous cas confirmés) (https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/RRA-seventh-update-Outbreak-of-coronavirus-disease-COVID-19.pdf).

 

 

Or la pyramide des âges est similaire entre Allemagne et Italie. De surcroît en matière d’indicateurs de santé publique l’Italie et l’Espagne ne sont pas du tout mal placés (https://worldpopulationreview.com/countries/healthiest-countries/ ). La mortalité brute recèle bien des mystères.

 

Figure N°5: Pyramide des âges en Allemagne (2019)  

 

                                                                                                              Figure N°6: Pyramide des âges en Italie (2019)

 

 

 

Cas confirmés

La notion de cas confirmés n’est pas univoque. Au début sans test spécifique il s’agissait d’un test probabiliste basé sur un faisceau d’arguments cliniques et d’imagerie scanner des poumons. Ensuite les tests RT-PCR ont permis une grande spécificité même si la sensibilité est seulement de 60-70% essentiellement pour des raisons liées au prélèvement par écouvillonnage naso-pharyngé.

Décès

L’enregistrement des décès et leur imputation au SARS-CoV-2 est très différente suivant les pays. En France, depuis 2007, il est possible de rédiger les certificats de décès en ligne grâce à l’application CertDc mais le recours à cette application est minoritaire bien que grâce à ce mode déclaratif le temps de transmission passe de plusieurs semaines à quelques secondes. 13 ans après son démarrage la transmission électronique butte sur différents obstacles et en particulier le taux de connexion des mairies au système. Si bien que l’impression du certificat rédigé électroniquement reste nécessaire dans de nombreux cas. Par exemple le nombre de morts en rapport avec la COVID-19 en France, déclaré ce jour à 1696, est manifestement sous-estimé. En Allemagne le Robert Koch Institute pilote la réponse à la pandémie et est destinataire des résultats des tests positifs. C’est en revanche les services de l'état qui enregistrent les certificats de décès. Il y a aussi en Allemagne un certain retard entre les décès réels et ceux validés car seules les déclarations électroniques sont prises en compte.

 

 

La réponse des autorités en Chine 

C’est en Chine que tout a commencé et plus précisément à Wuhan dans la province du Hubei en Décembre 2019. Les autorités ont instauré une mise en quarantaine de toute la ville de Wuhan le 23/01/2020 et organisé les modalités par exemple le ravitaillement. Ensuite ils confinèrent toute la province. Ensuite 5 millions de chinois originaires de Wuhan et ayant voyagé dans toute la Chine pour le Nouvel An vont être recherchés. “Les outils de l’Etat policier sont mis à contribution : en Chine, il faut donner son numéro de carte d’identité pour acheter un billet de train, d’avion, de car, ou s’enregistrer à l’hôtel, ou encore acheter une carte SIM. La police peut tracer la population efficacement. La psychose fait le reste : des habitants de Wuhan de retour dans leurs villages d’origine ont été enfermés dans une chambre par leur propre famille.” écrit le Monde (https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/18/coronavirus-a-wuhan-confinement-et-isolement-des-malades-ont-permis-de-vaincre-l-epidemie_6033595_3210.html), mais à l’heure du décompte des victimes cette externalité positive d’un régime policier ne sera probablement pas retenue à charge. Le 9 février alors que l’épidémie est stoppée dans les autres provinces le Hubei est encore en pleine épidémie et toute la province est mise en quarantaine. Soit dit en passant depuis fin janvier l’extrême contagiosité du virus est un fait connu de toute la planète. Comme le nom des millions (?) de passagers des vols au départ ou à destination de la Chine et du Hubei. Il n’était pas nécessaire d’avoir un état policier pour en organiser la quarantaine ou le diagnostic. C’est bien pour cette raison que Singapour interdisait de sol toute personne ayant posé un pied en Chine dès le début Février. Aujourd’hui la Chine déclare surtout des cas importés… Une statistique temporaire traduit le désastre: la létalité est de 4,6 % à Wuhan, contre 0,89 % pour le reste de la Chine. D’ores et déjà une question se pose: les sociétés européennes ont elles préféré le risque endémique à l’annonce précoce de mesures coercitives? 

À propos de la Corée du Sud

La Corée du Sud fait figure de très bon élève de la classe mondiale. Après avoir compris que le flux de voyageurs avec la Chine l'exposait immédiatement à une épidémie très grave le gouvernement s’est lancé avec audace dans une stratégie associant le diagnostic massif par tests et la surveillance intelligente par des technologies électroniques de plusieurs facteurs clés de la diffusion du virus. La fermeture des frontières et le contrôle des entrants dans le territoire, le confinement différencié, la quarantaine des testés positifs et la surveillance y compris les mesures coercitives vis à vis des individus contaminants ont été effectués très vite. Ils utilisent pour cela une base de données et des systèmes intelligents contribuant de manière automatique à la surveillance mais aussi à de meilleurs soins: télémédecine pour prévenir les familles des personnes testées positivement, utilisation des dates du premier test pour convoquer le patient au terme de la quarantaine, géolocalisation pour dépister précocement de nouveaux foyers actifs ou bien des personnes non observantes. Quand on constate ce qui se passe actuellement en France pour les patients testés en dehors d’une hospitalisation il est certain que l’information est très mal utilisée faute de ces techniques électroniques ou plutôt faute de vouloir utiliser ces techniques. Au total ce pays a aujourd’hui contenu l’épidémie et son système de soins est sollicité sans tension. Les résultats actuels sont encourageants et l'autonomie du pays en matière de tests est un garant de la poursuite de cette politique de “test and track” en attendant les traitements. La Corée du sud a en effet plusieurs sociétés de biotech qui fabriquent des tests PCR et, plus récemment, des tests rapides et des tests sérologiques pour détecter les anticorps spécifiques. Enfin soulignons que rien n'est terminé et que pour les éventuelles résurgences toutes ces informations seront cruciales.

 

Figure N°7: Nombre de cas confirmés en Corée du Sud au 21/03/2020 

 

L’exception allemande

Test and Track


Dans les données allemandes il faut souligner que les tests de présence du virus (RT-PCR détectant des fragments de l’ARN viral après un écouvillonnage nasopharyngé) ont été pratiqués très tôt (dès janvier) non seulement en hôpital mais aussi par les médecins généralistes et par un réseau de plus de 400 laboratoires dans tout le pays. Le gouvernement est passé récemment de 12 000 tests par jour à 70 000 tests par jour. Le suivi (tracking) par contre est beaucoup plus difficile à préciser. Comment est organisée la mise en quarantaine des testés positifs? Comment fonctionne le confinement? Il semble que les médecins aient une grande latitude pour prendre des initiatives à cet égard. Chaque Lander à la responsabilité de la mise en place des mesures de réponse à l’épidémie. En Hesse, les patients SARS-CoV-2 positifs sont confinés chez eux, un organisme appelle au moins une fois par jour et au besoin transfère le malade à l'hôpital. Les patients testés positifs confinés sont re-testés si nécessaire après deux semaines.

Décentralisation et ouverture du marché des tests

"Nous avons une culture ici en Allemagne qui ne prend pas en charge un système de diagnostic centralisé", a déclaré le Pr. Dr. Christian Drosten, directeur de l'institut de virologie de l'hôpital Charité de Berlin, "l'Allemagne n'a pas de laboratoire de santé publique qui empêcherait d'autres laboratoires de faire les tests. Nous avions donc un marché ouvert à partir du début." En d'autres termes, à la différence du Center for Disease Control and Prevention des États-Unis ou d’autres administrations centralisées par exemple en France, le Robert Koch Institute, qui pilote la réponse en Allemagne, fait des recommandations mais ne décide pas des politiques de dépistage pour l'ensemble du pays. Les 16 Länder prennent leurs propres décisions en matière de dépistage du SARS-CoV-2 car chacun d'eux est responsable de ses propres systèmes de soins. Les Länder suivent les recommandations en général mais peuvent décider de mesures plus strictes à l’image de la Bavière qui a décidé d’un lock down. En France le système des ARS et la stratégie de confier les appels au 15 et les diagnostics par PCR aux hôpitaux est un échec flagrant. Il n’est pas trop tard pour faire demi-tour mais l’état doit faire confiance aux professionnels et c’est le changement le plus difficile.

 

 

Cinétique de l’épidémie

L’analyse doit être prudente car il est possible que l’Allemagne soit “en retard” dans l’explosion de l’épidémie sur son territoire. Une preuve: le nombre de contaminations suit une courbe exponentielle identique à celle des autres pays européens (Figure N°3). 

Les lits de réanimation et la performance du système de soins

S’agit-il d’une différence de la performance du système de soins? Ou bien d’autres causes liées à celui-ci? Il est difficile de l’affirmer aujourd’hui même si la notion de flux est importante. Il semble en effet que le nombre de patients très graves ait été extrêmement important sur un laps de temps court en Italie et en Espagne. L’hypothèse serait alors une question de nombre de lits de réanimation et non de performance du système. Cette question d’un afflux dans un temps limité renvoie cependant aux tests et au suivi des patients positifs comme aux autres mesures de prévention. En testant massivement et précocement avec des mesures de quarantaine strictes l’Allemagne a-t-elle évité ce flux? Ce d’autant que le nombre de lits spécialisés et en particulier de réanimation a été augmenté dans ce pays en remplacement de lits non spécialisés. C’est en réalité peu probable. En France l’épidémie est loin du pic des patients contaminés ou hospitalisés et les lits de réanimation non saturés à aujourd’hui alors qu’il y a depuis quatre semaines au moins une différence importante de mortalité avec l’Allemagne. Il faut se méfier des raisonnements mécaniques et de la logique de moyens ex ante. Autant de questions assez complexes car on dispose en Europe de statistiques très incomplètes sur le sujet (le nombre de respirateurs en état de marche est inconnu en France et le nombre de lits annoncé est celui du secteur public). 

 

L’épidémie en Allemagne concerne des patients plus jeunes

C’est ce que nous avons expliqué plus haut en analysant le nombre absolu de morts et en décrivant la répartition par tranche d’âges. Il semblerait que le foyer initial (probablement pluriel) soit celui de patients actifs allés passer des vacances d’hiver en Italie. Cela reste à confirmer mais cette donnée en contient une autre, les personnes âgées sont probablement les prochains contaminés avec une létalité plus élevée. Sauf si le dépistage et le confinement les protègent.

 

Il encore tôt pour tirer des conclusions définitives des résultats des politiques de prévention de la transmission. Cet effort doit être continu car nous nous installerons après le pic épidémique du nombre de malades contaminés dans une gestion de la décroissance de l’épidémie et d’éventuelles résurgences. Comme depuis le début il faut prendre très vite de bonnes décisions. Or la pandémie n’a pas été contenue en Europe. C’est une des raisons pour lesquelles l’épidémie sur notre continent se transforme en une crise humaine et économique. Le message de cette pandémie est le suivant: pour l’espèce humaine les menaces connues de la nature sont toujours là. C’est la technologie et la biologie qui, une fois de plus, vont en atténuer les conséquences humaines et économiques et possiblement détruire ce virus. Les gagnants dans cette pandémie sont faciles à identifier: le “sans contact” c’est à dire tout ce qui se fait à distance. Certains changements dans les soins, portés par l’urgence, devraient aussi se pérenniser (téléconsultation, télémédecine, biologie à domicile en autodiagnostic, autosurveillance). Partout sauf là où les systèmes de soins sont trop rigides pour s’adapter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Geon
- 30/03/2020 - 17:13
Quelle stratégie ?
Celle qui consiste à copier ce qu’ont fait les Italiens ? Notre Président s’est rendu en Italie, mais pour quoi faire, au juste ? Son staff dont nous avons hérité est gouverné par des touristes. Lui-même, seule personne d’ailleurs élue pour mener la barque France, est juste allé reconnaitre le terrain là-bas…en touriste, sans en tirer la moindre leçon.
2bout
- 30/03/2020 - 16:44
La collapsologie écologique appliquée au domaine médical.
Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes.
Nicolas Machiavel,
2bout
- 30/03/2020 - 16:36
La stratégie française efficace ?
Économiquement et socialement, on aura savamment orchestré la crise. Sanitairement, on n'aura sans doute que déplacé le risque.
L'immense majorité des responsables politiques mondiaux qui nous gouvernent ayant opté pour le confinement et la coercition, pourrait-il y avoir une autre stratégie possible que celle imposée par l'opinion et dont l'efficacité sera jugée par les médias ? De plus, s'imposer partout sur la planète les mêmes conduites liberticides permet d'éviter toute comparaison défavorable. Qu'il est difficile alors pour nos dirigeants de résister à cette pression, une pression facilement contournable pourtant si d'un point de vue scientifique, tous les moyens leur avaient été donné pour déterminer le degré de pénétration du virus dans les populations et d'en suivre l'évolution (en toute indépendance).