En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 9 heures 36 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 11 heures 27 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 12 heures 56 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 14 heures 14 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 9 heures 22 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 10 heures 10 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 10 heures 54 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 11 heures 16 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 13 heures 58 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 14 heures 32 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 15 heures 39 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 16 heures 29 min
© NICOLAS TUCAT / AFP
© NICOLAS TUCAT / AFP
Menace à moyen-terme

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Publié le 22 mars 2020
Même lorsque le pic de l'épidémie sera passé, la fin du confinement entraînera un retour du coronavirus.
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même lorsque le pic de l'épidémie sera passé, la fin du confinement entraînera un retour du coronavirus.

Atlantico : Allons nous faire face à un phénomène de résurgence du Covid-19 durant ces prochains mois ? 

Guy-André Pelouze : Il faut savoir que dans toutes les épidémies il y a des résurgences (Figure N°1). Une épidémie se développe par la circulation du micro-organisme à partir d’un foyer initial, cela peut-être une bactérie, là c’est un virus. La circulation du SARS-CoV-2 est très facile parce c'est un micro-organisme qui est logé dans des gouttelettes qui sont projetées par la parole, la toux et qui sont ensuite manuportées. Si on prend toutes les grandes épidémies depuis le Sida, Ebola, Zika, le SRAS, le MERS et maintenant le SARS-CoV-2 , il s'agit de virus qui, par des mutations, arrivent à passer du réservoir animal à l’humain. À noter que le virus SARS-CoV-2 est beaucoup plus contagieux que les autres coronavirus : il a acquis en particulier la possibilité de se lier au récepteur qui permet d'entrer dans la cellule de manière dix fois plus forte que le virus du SRAS. Mais il y a très probablement d'autres modifications que nous n’avons pas encore découvertes.

Donc nous ferons face à des résurgences comme dans les autres pays. Beaucoup de contaminés ne sont pas encore arrivés au stade de la maladie, et certains d'entre eux n'ont aucun signe parce que leur immunité naturelle leur permet de se débarrasser du virus et de faire des anticorps protecteurs.

Mais tous les résidents n’ont pas eu et n’auront pas un contact contaminant avec le virus. Nous ne savons pas, en l’absence de tests, combien de patients sont contaminants actuellement en France. Ces personnes sont potentiellement à l’origine de résurgences.

Évidemment intervient un autre facteur de transmission : l'activité humaine. Nous avons un système très performant de transmission qui s'appelle le transport. En quelques heures, ceux qui embarquent dans un avion et qui sont positifs vont se retrouver aux quatre coins du pays et du monde.

Donc inévitablement, lorsque l’on va reprendre la vie habituelle, il va y avoir des transferts, des voyages de personnes qui ont encore du virus inévitablement puisque que nous n’aurons pas testé tout le monde. Il y aura une résurgence de l'épidémie par foyers géographiques sélectifs et plutôt là où il y a eu moins de malades donc moins de contaminants. C’est la raison pour laquelle la surveillance par région et par foyer ne doit pas cesser. Elle doit même être améliorée par les techniques électroniques les plus avancées.

Pourquoi préférez vous parler de « résurgence » et non de deuxième vague ?

Je préfère parler de résurgence, parce que si l’on parle de « vague » c’est très trompeur et aussi démobilisant. La vague est un phénomène gravitationnel. Donc une force physique, cyclique, qui est par définition impossible à arrêter. Là il s’agit d’un phénomène biologique dans un groupe humain. C’est à dire que nos comportements sont déterminants dans la survenue et l’ampleur de la résurgence comme dans l’épidémie initiale.

 

Figure n°1: Résurgence épidémique dans le temps (https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)30567-5/fulltext)

Pensez-vous que le phénomène de résurgence risque d'être plus important en terme de contaminations et de décès ?

Par définition non, puisque il y a quand même une grande partie de la population qui aura été en contact avec le virus et donc beaucoup d’individus ayant des anticorps circulant de type IgG protecteurs. Mais je tiens à soulever la question de l'incertitude, tout ce que je dis là est entaché d'une incertitude liée d’une part aux connaissances spécifiques à propos du SARS-CoV-2 et aussi à la variabilité de la réponse immune en fonction des individus. Ceci n'est pas une fatalité, mais il faut essayer de la réduire. Pour limiter notre incertitude et ce phénomène de résurgence, il y a plusieurs moyens. À commencer par l’augmentation de la quantité et la qualité des informations. De ce point de vue, on a un long chemin à faire en Europe, parce que lorsque l’on voit la qualité de l'information sur la progression de l’épidémie, on se rend compte qu'on n'a pas pris la mesure réelle de ce qu'il faut faire. Par exemple, nous n'avons pas en temps réel sur une carte géographique tous les éléments, en particulier les gens qui sont en réanimation. Il faut que l'information soit complètement transparente et aujourd’hui elle ne l'est pas. Si elle était accessible en ligne, actualisée en temps réel, l'intelligence collective se développerait et la compréhension aussi. C’est maintenant qu’il faut impliquer les universités dans ce travail et pour des résultats immédiats.

Comme anticiper le phénomène de résurgence ?

Pour savoir ce qui se passe dans la circulation du virus, il faut tester. “On n'avance pas dans un incendie les yeux bandés”. C'est l’OMS qui a dit ça et j'aime bien l'image. Jamais dans l'histoire de la médecine on a recommandé de ne pas faire un diagnostic certain au lieu d’une probabilité clinique. Il faut donc tester les gens et plusieurs fois même si nécessaire. Qu’est ce que cela signifie ? Que nous devons produire les tests, les mettre à la disposition de tous les médecins généralistes et des laboratoires d'analyses médicales, au lieu de les avoir réservées à l'hôpital public ou dans un modèle totalement hospitalo-centré qui a échoué. Nous devons aussi nous préparer à redémarrer la machine économique le plus vite possible, grâce à la sécurisation des tests. Il n'y a rien de mieux pour une entreprise que de savoir si ses salariés sont négatifs. Il n'y a rien de mieux pour soigner quelqu'un que de savoir qu'il est positif puisque qu’on va pouvoir anticiper, le mettre en quarantaine et le surveiller. Si son cas s’aggrave, on va rapidement l’hospitaliser. Là, nous sommes laissé à l'appréciation d’un coup de téléphone au 15. Ce système là ne marche pas. Pour en sortir, pour avoir des informations sur la circulation du virus mais aussi pour améliorer les soins, il faut tester.

Tester sans reporting obligatoire et nominatif des test effectués et des résultats est vain. Je crains cette situation dans le chaos organisationnel français. Donc confions à un organisme indépendant comme l’Institut Pasteur ou bien une université la tâche d’établir la carte géographique et les données de référence de la circulation du virus. Il serait stupide de tester et que chacun conserve par devers soi le résultat.

Ensuite, il faut traiter correctement et prendre des mesures sur les phénomènes de résurgence. L’alerte géographique est capitale. Nous avons fait des erreurs dans la transmission géographique, puisque que lorsque le gouvernement a organisé le premier tour des élections municipales, il y a eu des migrations, des réunions. Inévitablement cela a contribué à la transmission. Quand le président de la république a annoncé des mesures de confinement indifférencié, le gouvernement a laissé ouverte une espèce de fenêtre de migration qui a été préjudiciable à la santé car les gens sont partis massivement des grandes villes pour aller dans des endroits où parfois la présence du virus était quasi nulle. Cette fenêtre a augmenté le nombre de cas parce que des personnes ne se sachant pas SARS-CoV-2 sont arrivées dans des zones qui n’étaient pas touchées par le coronavirus.

Dans les mois qui viennent, il va falloir mettre au point des stratégies extrêmement innovantes. Je pense à la géolocalisation, afin de diminuer au maximum les phénomènes de résurgence. Si vous testez quelqu’un et qu’il est positif il est légitime de lui dire : « On regarde votre puce téléphonique. Il faut que vous soyez dedans et vous ne pouvez pas bouger et si jamais vous sortez et bien vous allez être contrôlé. ». Ainsi, nous saurons rapidement sur un fichier qui est testé positif et qui doit être en quarantaine pendant trois semaines. Dans ce cas, il faut trouver un hébergement compatible de suite. Faire un test ce n’est pas gratuit en termes de contraintes après le résultat. Il faut organiser ces endroits d'isolement à l'instar de ce que l'on a fait quand on a rapatrier nos ressortissants de zones infectées c’est une mesure qui protège les citoyens et qui casse la transmission. En revanche la mesure indifférenciée qui consiste à surveiller tout le monde est fortement inefficace et inutilement liberticide. La géolocalisation est un outil très important et je maintiens que dans le cadre des opérations de l'épidémie COVID-19 il faut que la CNIL autorise cela immédiatement, à la condition que les données ne soient pas archivées. Ce qui est le cas des pays qui ont décidé une telle mesure. Si la personne n'a pas enfreint les règles, il n'y a pas de raison d'archiver les données.

Il faut aborder ce jour d’après sans tabou et en insistant sur un fait corroboré par les modèles d’études des épidémies: il n’y a pas de mesure miracle. C’est le faisceau de mesures associant le confinement différencié, la quarantaine pour les patients positifs, la sécurisation des lieux de travail et toujours les barrières des comportements intelligents qui diminue la transmission et le nombre de malades.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dr Guy-André Pelouze
- 23/03/2020 - 16:22
Les stratégies intelligentes des états régaliens sont favorables
Gerint, c'est ce qui se dégage des comparaisons et il faut attendre un peu avant de pouvoir clairement faire des corrélations avec des critères de causalité. Il y a aussi HK et taiwan, Singapour et le Japon. Et surtout en miroir tragique les pays européens du sud.
2bout
- 23/03/2020 - 13:21
Gestion de la peur, ...
gestion de l'urgence ou gestion de l'opinion ? Et pour cette gestion, il nous faudrait vivre confinés dans une forme de Loft Story à l'échelle mondiale ?
Admettre qu'un jour , la mort viendra nous chercher est une forme de sagesse qu'il me semble nécessaire pour ne pas accepter d'être géolocalisé à tout moment grâce à "une simple caméra thermique à reconnaissance faciale sur un smartphone et couplée à un service centralisé", comme par exemple il est possible de lire ce matin.
Le gorille
- 22/03/2020 - 20:16
la 2ème vague
Bis repetita pla