En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

06.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 36 min 46 sec
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 11 heures 3 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 15 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 18 heures 5 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 20 heures 30 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 20 heures 52 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 21 heures 9 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 21 heures 58 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 10 heures 19 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 11 heures 47 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 20 heures 40 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 21 heures 31 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 21 heures 53 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 22 heures 10 min
© NICOLAS TUCAT / AFP
© NICOLAS TUCAT / AFP
Menace à moyen-terme

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Publié le 22 mars 2020
Même lorsque le pic de l'épidémie sera passé, la fin du confinement entraînera un retour du coronavirus.
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Même lorsque le pic de l'épidémie sera passé, la fin du confinement entraînera un retour du coronavirus.

Atlantico : Allons nous faire face à un phénomène de résurgence du Covid-19 durant ces prochains mois ? 

Guy-André Pelouze : Il faut savoir que dans toutes les épidémies il y a des résurgences (Figure N°1). Une épidémie se développe par la circulation du micro-organisme à partir d’un foyer initial, cela peut-être une bactérie, là c’est un virus. La circulation du SARS-CoV-2 est très facile parce c'est un micro-organisme qui est logé dans des gouttelettes qui sont projetées par la parole, la toux et qui sont ensuite manuportées. Si on prend toutes les grandes épidémies depuis le Sida, Ebola, Zika, le SRAS, le MERS et maintenant le SARS-CoV-2 , il s'agit de virus qui, par des mutations, arrivent à passer du réservoir animal à l’humain. À noter que le virus SARS-CoV-2 est beaucoup plus contagieux que les autres coronavirus : il a acquis en particulier la possibilité de se lier au récepteur qui permet d'entrer dans la cellule de manière dix fois plus forte que le virus du SRAS. Mais il y a très probablement d'autres modifications que nous n’avons pas encore découvertes.

Donc nous ferons face à des résurgences comme dans les autres pays. Beaucoup de contaminés ne sont pas encore arrivés au stade de la maladie, et certains d'entre eux n'ont aucun signe parce que leur immunité naturelle leur permet de se débarrasser du virus et de faire des anticorps protecteurs.

Mais tous les résidents n’ont pas eu et n’auront pas un contact contaminant avec le virus. Nous ne savons pas, en l’absence de tests, combien de patients sont contaminants actuellement en France. Ces personnes sont potentiellement à l’origine de résurgences.

Évidemment intervient un autre facteur de transmission : l'activité humaine. Nous avons un système très performant de transmission qui s'appelle le transport. En quelques heures, ceux qui embarquent dans un avion et qui sont positifs vont se retrouver aux quatre coins du pays et du monde.

Donc inévitablement, lorsque l’on va reprendre la vie habituelle, il va y avoir des transferts, des voyages de personnes qui ont encore du virus inévitablement puisque que nous n’aurons pas testé tout le monde. Il y aura une résurgence de l'épidémie par foyers géographiques sélectifs et plutôt là où il y a eu moins de malades donc moins de contaminants. C’est la raison pour laquelle la surveillance par région et par foyer ne doit pas cesser. Elle doit même être améliorée par les techniques électroniques les plus avancées.

Pourquoi préférez vous parler de « résurgence » et non de deuxième vague ?

Je préfère parler de résurgence, parce que si l’on parle de « vague » c’est très trompeur et aussi démobilisant. La vague est un phénomène gravitationnel. Donc une force physique, cyclique, qui est par définition impossible à arrêter. Là il s’agit d’un phénomène biologique dans un groupe humain. C’est à dire que nos comportements sont déterminants dans la survenue et l’ampleur de la résurgence comme dans l’épidémie initiale.

 

Figure n°1: Résurgence épidémique dans le temps (https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)30567-5/fulltext)

Pensez-vous que le phénomène de résurgence risque d'être plus important en terme de contaminations et de décès ?

Par définition non, puisque il y a quand même une grande partie de la population qui aura été en contact avec le virus et donc beaucoup d’individus ayant des anticorps circulant de type IgG protecteurs. Mais je tiens à soulever la question de l'incertitude, tout ce que je dis là est entaché d'une incertitude liée d’une part aux connaissances spécifiques à propos du SARS-CoV-2 et aussi à la variabilité de la réponse immune en fonction des individus. Ceci n'est pas une fatalité, mais il faut essayer de la réduire. Pour limiter notre incertitude et ce phénomène de résurgence, il y a plusieurs moyens. À commencer par l’augmentation de la quantité et la qualité des informations. De ce point de vue, on a un long chemin à faire en Europe, parce que lorsque l’on voit la qualité de l'information sur la progression de l’épidémie, on se rend compte qu'on n'a pas pris la mesure réelle de ce qu'il faut faire. Par exemple, nous n'avons pas en temps réel sur une carte géographique tous les éléments, en particulier les gens qui sont en réanimation. Il faut que l'information soit complètement transparente et aujourd’hui elle ne l'est pas. Si elle était accessible en ligne, actualisée en temps réel, l'intelligence collective se développerait et la compréhension aussi. C’est maintenant qu’il faut impliquer les universités dans ce travail et pour des résultats immédiats.

Comme anticiper le phénomène de résurgence ?

Pour savoir ce qui se passe dans la circulation du virus, il faut tester. “On n'avance pas dans un incendie les yeux bandés”. C'est l’OMS qui a dit ça et j'aime bien l'image. Jamais dans l'histoire de la médecine on a recommandé de ne pas faire un diagnostic certain au lieu d’une probabilité clinique. Il faut donc tester les gens et plusieurs fois même si nécessaire. Qu’est ce que cela signifie ? Que nous devons produire les tests, les mettre à la disposition de tous les médecins généralistes et des laboratoires d'analyses médicales, au lieu de les avoir réservées à l'hôpital public ou dans un modèle totalement hospitalo-centré qui a échoué. Nous devons aussi nous préparer à redémarrer la machine économique le plus vite possible, grâce à la sécurisation des tests. Il n'y a rien de mieux pour une entreprise que de savoir si ses salariés sont négatifs. Il n'y a rien de mieux pour soigner quelqu'un que de savoir qu'il est positif puisque qu’on va pouvoir anticiper, le mettre en quarantaine et le surveiller. Si son cas s’aggrave, on va rapidement l’hospitaliser. Là, nous sommes laissé à l'appréciation d’un coup de téléphone au 15. Ce système là ne marche pas. Pour en sortir, pour avoir des informations sur la circulation du virus mais aussi pour améliorer les soins, il faut tester.

Tester sans reporting obligatoire et nominatif des test effectués et des résultats est vain. Je crains cette situation dans le chaos organisationnel français. Donc confions à un organisme indépendant comme l’Institut Pasteur ou bien une université la tâche d’établir la carte géographique et les données de référence de la circulation du virus. Il serait stupide de tester et que chacun conserve par devers soi le résultat.

Ensuite, il faut traiter correctement et prendre des mesures sur les phénomènes de résurgence. L’alerte géographique est capitale. Nous avons fait des erreurs dans la transmission géographique, puisque que lorsque le gouvernement a organisé le premier tour des élections municipales, il y a eu des migrations, des réunions. Inévitablement cela a contribué à la transmission. Quand le président de la république a annoncé des mesures de confinement indifférencié, le gouvernement a laissé ouverte une espèce de fenêtre de migration qui a été préjudiciable à la santé car les gens sont partis massivement des grandes villes pour aller dans des endroits où parfois la présence du virus était quasi nulle. Cette fenêtre a augmenté le nombre de cas parce que des personnes ne se sachant pas SARS-CoV-2 sont arrivées dans des zones qui n’étaient pas touchées par le coronavirus.

Dans les mois qui viennent, il va falloir mettre au point des stratégies extrêmement innovantes. Je pense à la géolocalisation, afin de diminuer au maximum les phénomènes de résurgence. Si vous testez quelqu’un et qu’il est positif il est légitime de lui dire : « On regarde votre puce téléphonique. Il faut que vous soyez dedans et vous ne pouvez pas bouger et si jamais vous sortez et bien vous allez être contrôlé. ». Ainsi, nous saurons rapidement sur un fichier qui est testé positif et qui doit être en quarantaine pendant trois semaines. Dans ce cas, il faut trouver un hébergement compatible de suite. Faire un test ce n’est pas gratuit en termes de contraintes après le résultat. Il faut organiser ces endroits d'isolement à l'instar de ce que l'on a fait quand on a rapatrier nos ressortissants de zones infectées c’est une mesure qui protège les citoyens et qui casse la transmission. En revanche la mesure indifférenciée qui consiste à surveiller tout le monde est fortement inefficace et inutilement liberticide. La géolocalisation est un outil très important et je maintiens que dans le cadre des opérations de l'épidémie COVID-19 il faut que la CNIL autorise cela immédiatement, à la condition que les données ne soient pas archivées. Ce qui est le cas des pays qui ont décidé une telle mesure. Si la personne n'a pas enfreint les règles, il n'y a pas de raison d'archiver les données.

Il faut aborder ce jour d’après sans tabou et en insistant sur un fait corroboré par les modèles d’études des épidémies: il n’y a pas de mesure miracle. C’est le faisceau de mesures associant le confinement différencié, la quarantaine pour les patients positifs, la sécurisation des lieux de travail et toujours les barrières des comportements intelligents qui diminue la transmission et le nombre de malades.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy-André Pelouze
- 23/03/2020 - 16:22
Les stratégies intelligentes des états régaliens sont favorables
Gerint, c'est ce qui se dégage des comparaisons et il faut attendre un peu avant de pouvoir clairement faire des corrélations avec des critères de causalité. Il y a aussi HK et taiwan, Singapour et le Japon. Et surtout en miroir tragique les pays européens du sud.
2bout
- 23/03/2020 - 13:21
Gestion de la peur, ...
gestion de l'urgence ou gestion de l'opinion ? Et pour cette gestion, il nous faudrait vivre confinés dans une forme de Loft Story à l'échelle mondiale ?
Admettre qu'un jour , la mort viendra nous chercher est une forme de sagesse qu'il me semble nécessaire pour ne pas accepter d'être géolocalisé à tout moment grâce à "une simple caméra thermique à reconnaissance faciale sur un smartphone et couplée à un service centralisé", comme par exemple il est possible de lire ce matin.
Le gorille
- 22/03/2020 - 20:16
la 2ème vague
Bis repetita pla