En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

06.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 8 min 59 sec
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 50 min 13 sec
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 3 heures 38 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 4 heures 30 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 14 heures 57 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 21 heures 59 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 25 min 49 sec
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 1 heure 1 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 1 heure 49 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 3 heures 45 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 14 heures 13 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 15 heures 40 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 20 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 22 heures 21 min
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Enseignements du vote

Les Républicains particulièrement bousculés par le chaos politique

Publié le 17 mars 2020
Les résultats des municipales sont passés inaperçus. En raison de la pandémie, bien sûr. Il est vrai, aussi, qu’ils sont difficilement lisibles tant le scrutin est éclaté (35 000 communes, beaucoup de listes sans étiquette). Pourtant, ils ne sont pas si inintéressants que cela.
Guillaume Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Bernard est maître de conférences (HDR) à l’ICES (Institut Catholique d’Etudes Supérieures). Il a enseigné ou enseigne dans les établissements suivants : Institut Catholique de Paris, Sciences Po Paris, l’IPC, la FACO… Il a rédigé ou codirigé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les résultats des municipales sont passés inaperçus. En raison de la pandémie, bien sûr. Il est vrai, aussi, qu’ils sont difficilement lisibles tant le scrutin est éclaté (35 000 communes, beaucoup de listes sans étiquette). Pourtant, ils ne sont pas si inintéressants que cela.

D’abord, l’abstention a atteint un record pour des municipales : 55 % soit près de 20 points de plus qu’en 2014 et plus du double de ce qu’elle avait été en 1977 et 1983 il y a une quarantaine d’années. Cela fausse en partie les résultats : sans doute moins dans chacune des communes qu’au global. La difficile lisibilité des résultats est renforcée par le très grand nombre de listes sans étiquettes (« divers droite », « divers gauche »), ce qui est habituel pour ce type de scrutin, en particulier dans les petites communes. Cependant, ce phénomène a été quelque peu plus généralisé : il n’a pas été rare, d’une part, que des listes liées à un parti aient mis le logo de celui-ci de côté (pour ne pas pâtir de l’image de marque en berne de leur formation politique en particulier LR et le PS) et, d’autre part que des listes au positionnement incertain (glissant du PS ou de LR vers LREM) n’ait pas affiché un ralliement en bonne et due forme (c’est par exemple le cas à Angers ou La Roche-sur-Yon). 

Ensuite, l’habituelle prime au sortant a été renforcée quel que soit le camp politique, de droite ou de gauche, modéré ou extrême, fidèle à un parti ou transfuge. Les électeurs qui se sont déplacés ont choisi la continuité, ont préféré éviter un changement d’équipe municipale dans un temps d’incertitude dû à la crise sanitaire. Toutefois, quand une personnalité politique d’envergure nationale ne se représentait pas, la succession dans le même camp n’est pas allée de soi et les cartes ont été rebattues (c’est le cas, par exemple, à Marseille avec le retrait de Jean-Claude Gaudin ou à Bordeaux avec le départ, il y a quelques mois, d’Alain Juppé pour le Conseil constitutionnel). 

À coup de serpe, qu’est-il possible de dire de l’état des forces politiques au lendemain du premier tour des municipales ? Parce qu’elles ont un enracinement local plus fort que le parti présidentiel, les formations politiques ébranlées par l’émergence, il y a trois ans, de la grande coalition macronienne font de la résistance. Si le PS et LR devaient, un jour, s’effacer complètement, ce serait plus à l’occasion de la présidentielle (si elles n’étaient pas capables, à plusieurs reprises, de ne pas être au second tour) que des élections intermédiaires puisqu’elles disposent encore de réseaux et d’élus locaux. 

Contrairement à ce qui pouvait être envisagé (eu égard aux derniers scrutins de 2017 et de 2019), le PS semble, pour l’heure, tirer un peu mieux son épingle du jeu que LR, du moins dans les métropoles puisque ses candidats sont arrivés en tête dans des villes comme Lille ou Nantes. Cependant, et c’est là l’enseignement majeur à gauche, les Verts qui, jusqu’à présent n’obtenaient de bons résultats qu’aux élections à la proportionnelle (européennes, régionales) ont, semble-t-il, réussi leur implantation, obtiennent de bons résultats dont des pôles position (Lyon, Grenoble, Strasbourg) et taillent des croupières au PS. 

Idéologiquement favorisé par une partie de la gauche, souvent radicale, qui espère (à tort ?) récupérer l’électorat d’origine immigrée lors des scrutins nationaux, le communautarisme s’étend petit à petit : il est, désormais, constatable électoralement parlant. Ainsi, à titre d’exemple, à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise), la liste menée par Samy Debah (cofondateur du Collectif contre l’islamophobie en France) est arrivée en deuxième position, derrière l’UDI, avec près de 35 % des suffrages exprimés. 

LREM peine incontestablement à trouver des incarnations locales : le Premier ministre, Édouard Philippe, est certes arrivé en tête au Havre mais il dispose de peu de réserves de voix et le candidat communiste (!) a obtenu 35 % des suffrages exprimés. À Paris, l’ex-ministre de la santé, Agnès Buzyn, est très largement devancé (12 points) par la maire sortante, Anne Hidalgo, à la tête d’une liste d’union (de la gauche) ne portant aucune étiquette politique (en particulier pas celle du PS). 

Quant à l’autre parti finaliste de la dernière présidentielle, le RN, ses résultats sont emblématiques de ses forces et de ses faiblesses : il n’a pu présenter qu’environ 400 listes (contre 600 en 2014), mais ses maires sortants ont, globalement, été réélus dès le premier tour avec de très hauts scores comme à Hénin-Beaumont (près de 75 % des voix). Cependant, presque partout ailleurs, ses résultats sont généralement en baisse : il semblerait bien que ses électeurs (de la présidentielle et des européennes) n’aient pas trouvé bon de profiter de ce scrutin local pour envoyer un message politique national. 

Ainsi, la droite (dans son ensemble) n’a pas tiré bénéfice de ces élections, n’a pas profité de la contestation grandissante d’Emmanuel Macron. Il semble bien qu’un possible renouveau puisse venir d’en-dehors des partis. Ainsi, la liste d’unité de la droite menée par Robert Ménard à Béziers l’a, à nouveau emporté, avec plus de 68 % des suffrages exprimés. Autre exemple, à Segré en Anjou (Maine-et-Loire) : une liste d’intérêt local rassemblant des sensibilités aussi bien écologiste que conservatrice, une liste sortie de nulle part, c’est-à-dire du tissu social réel, « Danjou 2020 », a réussi le tour de force d’atteindre, en quelques semaines, près de 30 % des suffrages exprimés.  

Éclatée, la société française se cherche ; éparpillé, le spectre politique est en cours de recomposition : ce que l’on savait déjà est pleinement confirmé par le premier tour des municipales 2020. Le second tour (le 21 juin prochain ?) sera d’autant plus intéressant à suivre que le contexte (en particulier sanitaire) devrait avoir changé. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 18/03/2020 - 12:47
LR local.......résiste TB, en effet
car à la liste pour Guillaume BERNARD, ci dessous, s'ajoute : Étienne Blanc « LR » 20 % égalité avec G.DOUCET (candidat EELV), et 5 points devant Yann Cucherat « EM » choisi par Collomb!!!!! à suivre de très près car ce serait une PREMIERE.
@ AJM......attendez (avant de critiquer), la fin des vacances.......et, nous en reparlerons !!!!
ajm
- 17/03/2020 - 22:34
LR local résistant.
Les socialistes qui avaient voté Macron et LREM rejoignent leur camp maintenant, le plus souvent sous l'étiquette écologiste qui n'est qu'une des marques de la galaxie de la gauche. Les élus LR ou assimilés résistent globalement pas mal malgré un contexte national de l'appareil central LR plutôt catastrophique.
Vincennes
- 17/03/2020 - 19:15
Guillaume BERNARD "roule" pour qui ?????????
Titre de son article " LR" PARTICULIÈREMENT bousculés !!!!!!! alors que je lis, par ailleurs :
" dès le premier tour, les victoires ont été nombreuses : R.DATI la SEULE élue au PREMIER TOUR à PARIS !!!+ emblème de la génération 2014, Arnaud Robinet 66,32 % à Reims/François Baroin 66,8 % à Troyes, J.François Copé à Meaux 76,5 % et Hubert Falco 62 % à Toulon + Natacha Bouchart à Calais (50,32 %), Nicolas Darangon à Valence (59,45 %), Gilles Platret à Chalon-sur-Saône (52,9 %), Joël Bruneau à Caen (50,8%), Gil Averous à Châteauroux (70%), David Lisnard à Cannes (88%)…Dans plusieurs villes gagnées lors de la vague bleue de 2014, les maires LR confirment comme à Limoges pour Emile Roger Lombertie à Belfort pour Damien Meslot au LE TOUQUET (ville de Macron) avec FESQUELLE en tête....BIARRITZ avec Maider Osteguyen en tête etc....... mais je vais continuer à chercher car il y a aussi à Bordeaux N.FLORIAN "LR" devance celui des verts !! idem M.VASSAL 'LR" à MARSEILLE etc

A Toulouse, Jean-Luc Moudenc, qui a "fricoté" avec LREM arrive en tête mais avec seulement 35 % et sans réserve pour le second tour.