En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 4 heures 39 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 6 heures 15 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 7 heures 46 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 9 heures 55 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 11 heures 41 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 12 heures 9 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 13 heures 43 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 22 heures 50 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 1 jour 5 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 5 heures 23 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 7 heures 3 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 8 heures 10 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 13 heures 54 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 23 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 34 min
© YONHAP / AFP
© YONHAP / AFP
Covid-19

Réponse drastique face au Coronavirus : pouvons-nous vraiment nous dispenser de la méthode asiatique ? L’exemple sud-coréen

Publié le 12 mars 2020
Alors que la Chine est parvenue à lutter efficacement contre l'épidémie de coronavirus (le nombre de contaminations par jour est plus important à l'extérieur qu'à l'intérieur du pays), la Corée du Sud poursuit la même voie. Quelles leçons devrions-nous en tirer ?
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la Chine est parvenue à lutter efficacement contre l'épidémie de coronavirus (le nombre de contaminations par jour est plus important à l'extérieur qu'à l'intérieur du pays), la Corée du Sud poursuit la même voie. Quelles leçons devrions-nous en tirer ?

Atlantico.fr : Beaucoup ont estimé que si la Chine était parvenue à maîtriser relativement rapidement l'épidémie de coronavirus c'était à cause de mesures certes efficaces mais qui ne pourraient fonctionner dans un état démocratique. Or semble bien moins exacte puisque la Corée du Sud suit le même chemin.  Les stratégie de lutte contre le virus étaient-elles similaires dans les deux pays ?  Quelles sont les différences notables ? 

Dr Guy-André Pelouze : Avant de parler politique, ou structure de l’État et de l’économie il faut reconnaître un fait incontestable : la Chine et les chinois ont été placés devant un virus nouveau et dangereux. Il leur a fallu identifier cette nouvelle épidémie au milieu des informations qui arrivaient de différents hôpitaux de Wuhan et il est toujours très difficile de se rendre compte d’un événement singulier. Force est de constater que dans ces conditions la réaction du gouvernement provincial, du gouvernement central et de la communauté scientifique chinoises ont été rapides. Il sera nécessaire d’analyser plus précisément ce point mais au vu de ce que nous voyons ailleurs dans la pandémie il est sûr que la comparaison reste favorable aux chinois.

En Corée-du-Sud au contraire l’épidémie est survenue alors que la société était en toute connaissance de la cause, y compris du génome du virus, y compris de son origine très probable à partir d’une zoonose d’animaux sauvages présents sur le marché de Wuhan. Mais surtout la Corée-du-Sud disposait du modèle établi par Imperial College dès le 17 janvier et du tableau de bord mise en place très rapidement par l’université John Hopkins. La Corée-du-Sud disposait donc d’informations cruciales pour approcher la gestion de l’épidémie. Enfin, dernier point qui n’est pas le moindre, le test PCR était disponible dès le début de la percée épidémique en Corée du Sud. Il s’agissait d’un test produit par les Coréens pour lequel ils allèguent une précision de 99 %.

Quels ont été spécifiquement les moyens employés par la Corée du Sud pour maîtriser l'épidémie ? 

Ainsi la Corée-du-Sud a pu modéliser son épidémie, tester massivement pour casser la transmission et ainsi éviter en tout cas pour l’instant un pic épidémique massif dans le temps et dans l’espace. 

1/ Les autorités de Corée du Sud ont cherché à tester toute personne susceptible d'avoir été exposée au virus, y compris de nombreux patients asymptomatiques ainsi que ceux présentant des symptômes mineurs. Plus de 210 000 tests ont été effectués et jusqu'à 10 000 nouveaux tests ont été effectués chaque jour. Le taux de mortalité est resté inférieur à 1%. Ce qui s’explique Très simplement par un dénominateur plus important que celui appliqué dans le calcul de la létalité en Chine ou en Italie par exemple.

2/ En Chine, il a fallu mettre au point un test pour le SARS-CoV-19 et le produire. Ce fut un défi immense. Les premiers tests étaient semble-t-il beaucoup moins performants que les plus récents. Ils étaient aussi en nombre réduit ce qui a conduit les autorités chinoises à ne pas tester massivement mais à réserver les tests aux patients graves. C’était une décision appropriée compte-tenu des contraintes de mise au point et de production inhérentes à un nouveau test. Ce n’est plus une décision basée sur les mêmes motivations. Aujourd’hui on peut produire des tests de façon à tester massivement.

Quelles leçons devrions-nous en tirer en Europe ? De quelles méthodes coréennes devrions-nous nous inspirer ?

Nous avons un avantage dans cette pandémie c’est que l’expérience de Wuhan et de la Chine, celle des autres pays notamment la Corée-du-Sud doivent nous inspirer. Il faut tout à la fois agir avec une très grande fermeté et une très grande rapidité mais aussi faire un benchmark permanent des expériences étrangères. Une × deux plus les médecins chinois des scientifiques chinois ont contribué par leurs publications de très grande qualité à aider les autres pays à faire face.

1/ Il faut le répéter, les mesures de confinement, l’arrêt de toutes les activités non indispensables ou existent des interactions physiques inter-individuelles, le sursaut civique auquel tous les gouvernements doivent appeler pour respecter les mesures d’hygiène et casser toute forme de transmission sont les mesures qui marchent. Plusieurs analyses y compris de cette épidémie montre que la précocité des mesures qui entravent la transmission conduisent à moins de contamination. Il y a une explication majeure c’est la contagiosité élevée de ce virus et ce par l’intermédiaire de porteurs asymptomatiques ou paucisymptomatiques non détectés.

2/ c’est pourquoi la question des tests à la recherche de ses porteurs non suffisamment malade pour être détecté est cruciale. Le gouvernement français a choisi de réserver les tests aux patients très symptomatiques. Cette décision n’a pas été à ma connaissance publiée avec suffisamment d’évidence scientifique. Il faut donc en évaluer la pertinence régulièrement et porter à la connaissance du public français les bases rationnelles de cette décision et en particulier les articles scientifiques qui la motivent. De surcroît il est important que le gouvernement français communique sur le nombre de tests effectués en toute transparence (Figure N°1).

3/ le gouvernement français a par ailleurs établi une politique de mesures de confinement et d’actions dites « barrière » qu’il qualifie de différenciées . Il faut les réévaluer. Cette évaluation doit tenir compte des modélisations les plus probables et conduire si cela est nécessaire à des mesures non différenciées pour casser la transmission de manière plus efficace. Le risque avec des mesures différencier c’est d’être dans la réaction plutôt que dans l’anticipation. Dans une épidémie aussi fulgurante ce risque s’accompagne d’une surmortalité. Ces mesures différenciées sont aussi en contradiction avec l’impératif absolu de prévenir un pic épidémique supérieur à nos capacités de réanimation dans l’espace ou dans le temps.

Il n’y a pas de réponse plus légitime que celle de mettre en œuvre tous les moyens dans cette situation d’urgence pour prévenir des décès évitables. Chacun a une responsabilité individuelle pour respecter les mesures visant à casser la transmission. Toutefois le débat autour des meilleurs choix en matière de dispositions générales et coercitives doit être ouvert. Il ne s’agit pas de savoir si nous devons rassurer les Français, leitmotiv trop souvent entendu,  il s’agit de savoir si nous serons d’une efficacité maximale compte-tenu des moyens d’un pays très développé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 12/03/2020 - 17:21
qui
a compris ?
Pas grave....si vous ne comprenez pas c'est que vous êtes immunisé