En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

07.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 17 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 6 heures 33 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 8 heures 6 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 9 heures 48 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 12 heures 11 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 12 heures 32 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 55 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 13 heures 35 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 57 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 7 heures 32 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 9 heures 18 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 12 heures 21 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 12 heures 36 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 13 heures 21 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 54 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 14 heures 17 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Ligue des champions

PSG / Dortmund : un formidable coup de pied au culte

Publié le 12 mars 2020
Ils l'ont fait ! En battant Dortmund 2 à 0 avec des buts signés Neymar et Bernat, les Parisiens arrachent leur qualification pour les quarts de finale. Une première depuis 2016.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ils l'ont fait ! En battant Dortmund 2 à 0 avec des buts signés Neymar et Bernat, les Parisiens arrachent leur qualification pour les quarts de finale. Une première depuis 2016.

A force, on commençait à la voir venir de loin la malédiction. Vous avouerez tout de même... après un arbitrage borgne autorisant la remontada, après une main improbable de Kimpembe qui inaugure le VAR, après le métatarse de qui-vous-savez, après les absences récurrentes d'autres cadors lors des soirées qui comptent... oui après un enchaînement de fatalités qu'on ne rencontre guère que chez les juges pour enfants, c'était cette fois un virus qu'il n'est plus nécessaire de nommer qui privait le Paris Saint Germain de son public pour le match le plus important de la saison. 

Mais il y a une fin à tout, même aux malédictions... et si le match précédent nous était sorti par les yeux, nul doute que celui-ci, ce matin, pour de bonnes et de mauvaises raisons, sera sur toutes les lèvres. C'est officiel, le PSG version QSI verra les quarts de finale de la Ligue des Champions. Du jamais vu depuis 2016... Après les déculottées d'anthologies et les défaites historiques, le club quitte enfin la nuit pour entrevoir la lumière. C'est ce qu'on pourrait appeler un formidable coup de pied au culte. Et c'est peu dire qu'en cette période de grand trouble, cette victoire fait un bien fou à un club et à des supporters qui en avaient terriblement besoin. Ce matin donc, nous ne bouderons pas notre plaisir. D'abord en considérant que pour une fois, il ne sera pas difficile de distinguer les bons Français des mauvais Allemands... et ensuite, en soulignant qu'il toujours agréable de voir un collectif en faire une affaire personnelle. Car dans ce match ô combien important, les Parisiens auront mis beaucoup de bons ingrédients pour forcer la victoire: de l'intensité, de l'envie, de la cohésion, bref, tout ce qu'on voulait voir. Ils auront surtout affichés une belle solidarité tout au long d'un dernier quart d'heure particulièrement fébrile qui faisait craindre à tous le retour du pire. Au moment de tresser les louanges, il faut insister sur les très bons matchs de Bernat (buteur à la 45è) et de Kimpembe. Si le premier confirme sa capacité à être irréprochable lorsque l'oxygène se raréfie, le second s'est rappelé au bon souvenir de tout le monde en nettoyant tout ce qui passait à sa portée du début à la fin du match... un match, pour lui, comme un exorcisme. On pourrait aussi citer Cavani pour sa générosité ou Paredes pour la belle simplicité de son jeu. On pourrait... oui, on pourrait... Mais on devrait finalement citer tous les joueurs Parisiens pour leur engagement au coeur d'un match rendu grand par les traumatismes qui le précédaient et les circonstances qui l'entouraient. Et c'est peu dire que tout cela pesait lourd... Très lourd. Le virus, un historique handicapant, la défaite du match aller, le match joué à huis clos, l'angine d'Mbappé, les anniversaires, l'inconduite fraternelle de certains... on pourrait en citer d'autres mais c'est déjà bien suffisant... ça fait presque toutes les plaies de l'Egypte ! Alors, voir cette équipe, dans la douleur, surmonter autant ses doutes que ses adversaires est particulièrement réjouissant. Au final, ce qui est nouveau, c'est que pour une fois au PSG, la performance est beaucoup plus mentale que technique et beaucoup plus collective qu'individuelle. Et les larmes de Neymar (buteur à la 27è) donnent peut-être une juste idée de la pression qui étouffait jusqu'alors les joueurs et dont ils sont désormais libérés. Ce matin, pour le PSG, l'aventure Européenne continue et, jusqu'à nouvel ordre, tous les rêves sont permis. 

Mais si hier soir nous avons eu la joie, il nous aura manqué le partage. Car c'est bien triste un stade vide, même quand on fait un match plein. En fait, ça change tout. Le football sans public, c'est une fête sans liesse... c'est du champagne sans les bulles... c'est comme faire l'amour sans prendre de plaisir... Et ça donne une drôle d'atmosphère.

Une atmosphère rendue particulière par l'absence du public et l'omniprésence d'un virus à laquelle il va falloir s'habituer dans les semaines et, peut-être, les mois à venir. Une mise entre parenthèse obligatoire qui nous propose un nouveau type de football: le football sous vide. Consommable, certes, mais moins savoureux, évidemment. A bien y réfléchir, on s'en sort pas si mal. Parce que le vide, ce n'est pas rien et c'est même déjà quelque chose. Et c'est beaucoup mieux que le néant... C'est terrible le néant... ça défie jusqu'à l'entendement. Pourquoi ? Parce que le penser contredit déjà sa définition ! Une impasse totale. A la différence, le vide, s'il n'a pas de contenu, propose au moins un contenant. Alors nos matchs, même sans public, finalement, c'est déjà mieux que rien et, par les temps qui courent, c'est peut-être déjà beaucoup. C'est aussi l'occasion d'appréhender, en général, la place du sport dans la société et celle du football, en particulier. Et cela tombe bien car notre époque brouille souvent notre capacité à savoir lequel fait l'autre. Dans ces circonstances forcément temporaires, mais dramatiques, il reviendra à chacun de redéfinir certaines priorités... histoire, donc, de donner aux choses le sens et l'importance qu'elles méritent vraiment. Il s'agira, en somme, d'essayer de concilier des concepts a priori inconciliables: l'extrême gravité d'un virus tueur et la nécessaire légèreté de l'être. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 12/03/2020 - 13:23
oh merde
je pensais qu'ils avaient perdu...