En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 3 heures 29 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 10 heures 35 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 10 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 11 heures 30 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 12 heures 2 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 14 heures 43 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 14 heures 59 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 9 heures 31 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 10 heures 46 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 11 heures 27 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 11 heures 42 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 12 heures 24 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 14 heures 53 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 15 heures 6 min
© Greg Baker / AFP
© Greg Baker / AFP
Usine du monde

Des "usines-forteresses" et des "villes-forteresses" après le Covid-19 ? Avec beaucoup moins d’emplois en Chine, et un peu plus ailleurs, mais où, et lesquels ?

Publié le 02 mars 2020
Jean-Paul Betbeze évoque les conséquences économiques du coronavirus sur les entreprises et les industries en Chine.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze évoque les conséquences économiques du coronavirus sur les entreprises et les industries en Chine.

Le COVID-19, ou Coronavirus, pourrait bientôt avoir infecté 100 000 personnes et en avoir tué 3000. C’est un drame humain chinois, devenu mondial. Mais il aura fait disparaître aussi des centaines de milliers d’emplois en Chine, et ailleurs, beaucoup plus que les patients qu’il aura infectés, sans qu’on en parle. En effet, beaucoup d’entreprises exportatrices chinoises ont fermé et vont peu à peu reprendre, les grands magasins vont rouvrir leurs portes. Mais rien ne dit, au contraire, que tous les employés d’avant l’épidémie retrouveront leurs postes. Il y aura certes des rattrapages de production dans les usines exportatrices, mais l’automatisation et les gains de productivité vont jouer à plein, les structures de production vont être optimisées. Dans les commerces, les ventes non faites ne se rattraperont pas en entier. Et les petits commerces et petites entreprises chinois qui ont fermé, privés et fragiles, devront licencier. Face à ce choc, qui affecte autant la production que la demande, le (vrai) taux de chômage ne pourra que monter en Chine, même si la puissance publique continue sa politique de soutien, par des crédits à court terme et des commandes publiques. 

On peut saluer, aussi, la décision des autorités chinoises d’interdire les ventes de certains animaux vivants dans les marchés, mais on ne peut oublier la fièvre porcine qui a sévit (et sévit) dans les campagnes chinoises. Elle a mené à des abattages massifs de porcs. Des chaînes d’alimentation plus sûres devront se mettre en place. Elles passeront par des refontes agricoles profondes, des normes vérifiées, des usines de production modernes, bref par une industrialisation de l’agriculture avec ses effets positifs sur la qualité et la sécurité, au détrimentde filières agricoles peu efficaces et peu sûres,donc avec beaucoup moins de main-d’œuvre. Il faudra des mois pour savoir ce qui se passera vraiment sur le volume et les structures de l’emploi en Chine, mais l’inévitableretentissement du PIB ne pourra pas ne pas y avoir de conséquences immédiates sur l’emploi puis d’autres, plus longues et diffuses, sur sa nature, le temps que se refassent les structures et surtout que la confiance revienne.

En même temps, hors de Chine, on voit les effets de l’épidémie sur le tourisme chinois en France et ailleurs, européen en Italie, sur les voyages ou les consommations hors domicile. Chacun « s’auto-quarantinise », en quelque sorte. La baisse du prix du pétrole, liée en grande part au ralentissement chinois aura aussi des effets sur l’Iran et le Venezuela, tout comme sur les entrées fiscales de l’Algérie ou du Nigéria, entre autres. A un degré moindre, les baisses des bourses et des taux vont rendre les ménages plus prudents et surtout pousser les entreprises à revoir temporairement à la baisse leurs programmes de dépenses jugées « superflues », voyages, réunions, publicités, mais aussi d’emploi et d’investissement.

Donc l’essentiel se passera dans le temps et hors de Chine, avec la constatation de l’extrême dépendance des pays les plus avancés, notamment dans le high-tech américain, vis-à-vis des usines de composants minuscules mais essentiels et,surtout, pas rapidement remplaçables. Il ne s’agit pas ici de métaux rares à extraire, mais d’usines de production de très haute qualité et technicité, après des milliards d’investissements (souvent allemands) et des années de mise au point. Ajoutons les interrogations qui naissent partout sur les (trop) longues chaînes de production, sources de complications, de pollution et maintenant de fragilités, avec le COVID-19 ou le Brexit.

En face, les usines compactes TESLA, en Chine ou en Allemagne, montrent l’efficacité de ces nouvelles structures très robotisées et intégrées, avec plus d’ingénieurs que d’ouvriers. L’idée de simplifier les chaînes de production et de rapatrier des activités gagne, en sachant que ce mouvement va conduire à moins d’emploi dans le pays de départ bien sûr et à peu de créations dans le pays d’arrivée. Dix emplois Chinois « rapatriés » en donneront 1 ou 2 aux États-Unis ou au Canada, où le plein emploi est atteint, mais ce ne seront pas les mêmes. La concentration de la sous-traitance est donc la variable d’ajustement massive dans un monde, où le risque sanitaire devient de plus en plus important, à côté de la montée d’autres risques : pollution, cybersécurité. Les nouvelles industries compactes vont se rapprocher des métropoles qui se voudront, elles aussi, plus sûres. Des forteresses partout. Le COVID-19 va raviver le souvenir du SRAS, en montrant que la Chine est nettement plus puissante, sans être devenue encore assez sûre. Là-bas et ici, il faudra renforcer les demandes de sécurité, d’intégration, d’économie circulaire. 

En théorie, la mondialisation permet plus de croissance partout,mais avec plus de surveillance : moins cher ne suffit pas, si c’est plus dangereux. Le prix à payer sera un ralentissement du PIB, un PIB plus sûr qu’on ne sait pas mesurer, avec moins d’emploi mais de meilleure qualité, qu’il faudra donc savoir former.Eviter les excès de peur d’accord, comprendre la leçon surtout : la mondialisation doit devenir une exigence d’efficacité, donc aussi de sécurité. Elle deviendra plus compliquée encore et surtout moins acceptée, au-delà de ses effets directs et négatifs sur l’emploi, si elle ne prend pas en compte les risques sanitaires qu’elle peut impliquer. Le PIB ne fait pas le bonheur, on le sait, mais ce serait bien s’il ne rend pas malade.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires