En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 6 heures 17 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 47 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 10 heures 39 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 11 heures 14 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 12 heures 32 sec
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 13 heures 8 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 15 heures 9 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 44 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 6 heures 36 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 10 heures 11 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 10 heures 51 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 44 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 12 heures 39 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 14 heures 33 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 15 heures 16 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 15 heures 57 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 16 heures 20 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 16 heures 58 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Bonnes feuilles

Le discours de François Fillon au Trocadéro : un des tournants majeurs de la campagne présidentielle de 2017

Publié le 29 février 2020
Jannick Alimi et Frédéric Delpech publient "Le jour où la droite se saborda" aux éditions de l’Archipel. Ils analysent la déliquescence de la droite, depuis le jour du rassemblement au Trocadéro organisé par François Fillon en mars 2017 jusqu'à aujourd'hui. Trois ans plus tard, cette journée est devenue le marqueur d'un tournant idéologique. Extrait 1/2.
Jannick Alimi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédactrice en chef adjointe au service Politique du Parisien/Aujourd'hui en France, Jannick Alimi est l'auteure de plusieurs essais dont Votre argent les intéresse. Comment banquiers et assureurs profitent de vous (Robert Laffont, 2006) et Baudelaire...
Voir la bio
Frédéric Delpech
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste et chroniqueur, Frédéric Delpech, chef du service Politique de LCI depuis 2011, est l'auteur de Sylviane et Bernadette sont en campagne (av. Liliane Delwasse, Ramsay, 2001), Quand les femmes prennent le pouvoir (av. Liliane Delwasse, Anne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jannick Alimi et Frédéric Delpech publient "Le jour où la droite se saborda" aux éditions de l’Archipel. Ils analysent la déliquescence de la droite, depuis le jour du rassemblement au Trocadéro organisé par François Fillon en mars 2017 jusqu'à aujourd'hui. Trois ans plus tard, cette journée est devenue le marqueur d'un tournant idéologique. Extrait 1/2.

Le roi est nu ! Comme dans le conte d’Andersen, Les Habits neufs de l’empereur, le monarque se présente devant son peuple, croyant être vêtu d’une étoffe aux propriétés magiques alors qu’en réalité il ne porte rien et que personne n’ose le lui dire, sauf un enfant innocent. Ce roi nu c’est François Fillon, ce dimanche 5 mars 2017, lorsqu’il se prépare pour son grand meeting populaire, place du Trocadéro. Ce rassemblement de la dernière chance pour le candidat empêtré dans une affaire politico-judiciaire inédite en pleine campagne présidentielle. Ce jour-là, il est seul, ou presque, affaibli, cabossé, abandonné par une partie des siens et incompris de l’opinion publique. 

Où sont passés les vêtements flamboyants du triomphateur des primaires de la droite et du centre, quelques mois plus tôt? Évaporés les sondages qui le donnaient grand gagnant de l’élection à venir? C’est un autre temps ce 5 mars, orageux et pluvieux, comme l’indique la météo. Le temps du coup de poker d’un candidat aux abois qui tente le tout pour le tout. «Les jeux sont faits», lui répètent pourtant nombre de ses anciens amis. Il est tenace et ne veut rien entendre. François Fillon, une tête brûlée sous l’apparence du gendre idéal bien peigné. 

Le roi est nu, il n’a plus que la volonté et la détermination de celui qui s’accroche coûte que coûte.

Un rescapé qui pense encore pouvoir faire mentir les pronostics et renvoyer dans leurs cordes ceux qui le pressent de renoncer. Inverser la tendance, se remettre en selle grâce au soutien populaire des milliers de supporters attendus et espérés place du Trocadéro, c’est un pari incroyable, une folie des grandeurs qui semble lui être passée par la tête. 

Mais sera-t-il seulement au rendez-vous ce peuple de droite salvateur? Va-t-il débarquer d’un peu partout, de Paris et d’ailleurs, au son du canon, la fleur au fusil, pour venir au secours d’un grand blessé de campagne? Pour le porter à bout de bras, malgré tout. Ou bien les troupes vont-elles rester chez elles? Le mystère est encore entier à quelques heures de l’événement. S’ils viennent, François Fillon aura gagné un gros sursis, et peut-être même plus. S’ils désertent, c’est pour lui la fin de l’aventure présidentielle. Il se sait attendu au tournant, par des proches qui doutent de plus en plus et surtout par des ennemis qui veulent déjà se partager sa dépouille. La politique est un monde impitoyable, il faut se battre pour ne pas être dévoré. 

Le Trocadéro est un tournant majeur de cette campagne, qui a enchaîné les rebondissements. Le renoncement de François Hollande, l’élimination de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé à la primaire de la droite, pour ne parler que de ceux-là. Un rassemblement qui ressemble fort au dénouement d’une tragédie grecque dont les Français, friands de bagarres politiques et de sang sur les murs, raffolent tant. L’aboutissement d’une épopée commencée sous les meilleurs auspices et qui s’est peu à peu transformée en un long chemin de croix pour celui qui porte les couleurs de la droite. Il était pourtant fier, François Fillon, ce 27 novembre 2016 ! Un score écrasant face à Alain Juppé: 66,49 % des suffrages. Près de trois millions d’électeurs à lui accorder directement leur confiance. Une victoire nette et sans bavure. Surprenante aussi. Car au départ, François Fillon n’était pas le favori de cette compétition qui devait départager de plus grands fauves que lui. Nicolas Sarkozy espérait un tremplin pour son retour au pouvoir, fort de sa popularité inébranlable auprès des militants. Le maire de Bordeaux pensait que le tour du «meilleur d’entre nous», selon l’expression prêtée il y a si longtemps à Jacques Chirac, était enfin venu. Ils ont dû s’incliner. 

Le taiseux les a coiffés au poteau et dépassés dans la dernière ligne droite. Balayé ce président omnipotent qui lui avait mené la vie dure et l’avait relégué au rang de simple « collaborateur». Terrassé cet autre ancien Premier ministre qui, malgré ce point commun, l’a toujours regardé de très haut. Une campagne bien préparée et menée de main de maître, doublée d’une baraka stupéfiante. Les observateurs n’en sont pas revenus, eux qui n’auraient pas parié un kopeck sur François Fillon deux mois plus tôt. L’intéressé, lui, a toujours cru en sa bonne étoile. Ceux qui le connaissent bien se disent d’ailleurs frappés par son étonnante capacité à ne pas douter de lui-même et à faire preuve d’une assurance à toute épreuve. Son triomphe du 27 novembre 2016 l’a dopé. L’une des responsables de son équipe de campagne se souvient d’une allégresse inédite. «Le soir de sa désignation, il était sur un petit nuage. Il avait même les larmes aux yeux. Il est passé près de moi, il m’a pris la main et me l’a embrassée. J’étais scotchée. C’était tellement inattendu de sa part, lui qui est plutôt réservé d’habitude», raconte-t-elle. 

L’euphorie n’a duré qu’un temps. Deux mois plus tard, le 24 janvier 2017, tout bascule. Les révélations du Canard enchaîné font l’effet d’une bombe. L’épouse du candidat, dont personne ne parlait jamais, Penelope Fillon, aurait été «rémunérée comme attachée parlementaire ainsi que par la Revue des deux mondes». L’hebdomadaire satirique explique, dans un article très étayé, que l’ancien Premier ministre a employé sa femme comme assistante parlementaire entre 1998 et 2002, pour un salaire mensuel de 3 900 euros brut d’abord, puis de 4600 euros. Elle aurait ensuite été la collaboratrice du suppléant de son mari, lorsque ce dernier est devenu ministre. De quoi surprendre des Français qui n’auraient jamais imaginé ça de François Fillon! 

Si ces pratiques étaient courantes chez les parlementaires et n’avaient rien d’illégal puisque les députés peuvent employer qui ils souhaitent et disposent pour cela d’une enveloppe budgétaire non soumise à contrôle, dans le cas du couple Fillon, Le Canard enchaîné affirme ne pas avoir trouvé de preuve des activités réelles de Penelope. Elle-même avait d’ailleurs pour habitude de se présenter comme une simple mère au foyer éloignée de la vie politique. Pourrait-il alors s’agir d’un emploi fictif? C’est ce que tend à suggérer l’hebdomadaire satirique. L’épouse de François Fillon aurait également perçu 100 000  euros, entre 2012 et 2013, pour une collaboration à la Revue des deux mondes, éditée par un ami de son mari, Marc Ladreit de Lacharrière. Elle aurait été recrutée pour ce travail en qualité de « conseillère littéraire». 

Le jour de ces révélations, François Fillon vient à peine d’achever un rendez-vous avec Jean-Louis Borloo, qui s’est plutôt mal passé, le centriste lui ayant dit les yeux dans les yeux qu’il n’est pas convaincu par sa campagne. Puis le candidat coupe la galette des Rois avec ses collaborateurs, comme c’est l’usage à cette époque de l’année, et fait un bref discours sans rien dire de particulier à propos de l’affaire. Entre-temps, il a pourtant appris la mauvaise nouvelle, mais ne montre rien à son entourage et regagne son bureau rapidement. Lorsque l’information se propage au QG, tous les collaborateurs sont tétanisés et se regardent sans y croire, ni même oser en parler. Le porte-parole de la campagne, Thierry Solère, voit son smartphone crépiter: cent soixante-dix-sept textos reçus en cinq minutes. Alertés, les journalistes veulent connaître la réaction du candidat. «Où est Fillon ? demande-t-il. Il faut le voir d’urgence.» Thierry Solère se décide à monter dans le bureau du candidat, en compagnie de Sébastien  Lecornu, membre de son équipe de campagne, et du directeur de campagne lui-même, Patrick Stefanini. L’ancien Premier ministre semble plutôt calme et les laisse entrer. Il est en pleine conversation téléphonique avec Marc Ladreit de Lacharrière et se dit tout haut «stupéfait et scandalisé». Il raccroche, puis fixe ceux qui viennent d’entrer, les interrogeant du regard. «La presse appelle. Il faut absolument réagir», dit Thierry Solère pour rompre le silence. Le porte-parole, avocat de métier, propose de distinguer les deux sujets, l’emploi de Penelope à l’Assemblée et son contrat pour la Revue des deux mondes, le deuxième étant à ses yeux le plus embarrassant juridiquement parlant. «Il faut porter plainte en diffamation», suggère-t-il. «Ah non, surtout pas, rétorque le candidat, sinon il y aura la justice.» À ce moment, il croit encore sans doute que l’affaire va se dégonfler toute seule. 

Pourtant, le trouble est sérieux, jusque dans l’électorat de droite. Les révélations viennent contredire l’image de probité et de rigueur du candidat.

Extrait du livre de Jannick Alimi et Frederic Delpech, "Le jour où la droite se saborda, Du Trocadéro à aujourd'hui, les coulisses d'un naufrage", publié aux éditions de l’Archipel

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 29/02/2020 - 15:40
Et on va encore trouver...
une demi douzaine d'imbéciles pour crier au complot!
Un parallelisme avec Griveaux vient à l'esprit: evidemment le fils du notaire de Sablé ne se branle pas au téléphone ( car si le père abbé de Solesmes le voyait...!!!) mais il fait la morale . De même que Griveaux célèbre les valeurs familiales, Fillon explique aux futurs Gilets jaunes qu'l faut bosser plus, lui qui distribue l'équivalent de quatre Smics à sa faigniasse... Fourquet le rappelle dans son bouquin: ce sont les retraités qui ont désigné Fillon car , travailler plus, ben c'est bien pour les autres. D'ailleurs les sondages notaient un fléchissement avant que l'affaire n'éclate. En fait il a tout juste permis de céder la place à Macroléon comme président des riches et sa chute n'est que la réplique de celle de Hollande à gauche: c'est sur ces deux tas de fumier que s'est construite la Macronie....et la bête a un ventre fécond: les éscrolos prennent le relais à gauche soutenus par des électeurs abrutis, quant à l'électorat de droite il négocie son trou du cul auprès de Jupiter. Waterloo morne plaine....c'est notre avenir qui l'est !