En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 22 min 3 sec
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 1 heure 53 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 3 heures 17 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 5 heures 50 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 6 heures 39 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 8 heures 35 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 19 heures 2 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 1 heure 24 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 5 heures 39 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 6 heures 19 sec
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 7 heures 22 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 8 heures 27 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 19 heures 47 min
© Eric Feferberg, JOEL SAGET, BERTRAND GUAY / AFP
© Eric Feferberg, JOEL SAGET, BERTRAND GUAY / AFP
Paysage politique

Etiquettes partisanes : le paradoxe des municipales

Publié le 24 février 2020
Les candidats n’en veulent plus, les électeurs disent ne plus s’y intéresser et pourtant un examen plus approfondi montre qu’elles comptent encore.
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les candidats n’en veulent plus, les électeurs disent ne plus s’y intéresser et pourtant un examen plus approfondi montre qu’elles comptent encore.

Atlantico.fr : Les élections municipales sont historiquement des échéances électorales au cours desquelles l'étiquette partisane n'est pas mise en avant, faute de poids. La tendance semble s'être inversée dernièrement. Pourquoi?

Chloé Morin : Je ne suis pas tout à fait d'accord avec votre constat : jusqu'ici, les municipales étaient des élections intermédiaires dans le cadre d'une forme d'automatisme de l'alternance gauche-droite au pouvoir. Donc quand la gauche se trouvait au pouvoir au niveau national, comme c'était le cas en 2014, les candidats locaux de gauche tendaient plutôt à chercher à éviter la sanction électorale en cachant leur étiquette, alors que les candidats locaux de droite et plus globalement d'opposition mettaient en avant la leur pour "nationaliser" le débat et en faire un vote sanction contre le pouvoir - un pouvoir qui, immanquablement, se trouvait impopulaire. 

Aujourd'hui, non seulement il n'y a pas d'automaticité de l'alternance gauche droite, mais on ne sait même pas qui pourrait prétendre incarner l'opposition la plus efficace au pouvoir. Second élément, les partis sont tous extraordinairement impopulaires - 35% de satisfaction vis à vis de LREM, selon un récent sondage ODOXA pour France Info, 34% pour Les Républicains, 32% pour le PS, 30% pour le RN et 28% pour La France insoumise - donc aucune "marque" ne mérite vraiment d'être mise en avant pour mobiliser les votes au delà du cercle des sympathisants. D'où la multiplication des listes "citoyennes" ou des candidats qui ne mettent pas le logo de leur parti sur leur affiche... 

Les électeurs ont-ils réellement une lecture claire du paysage politique français, après le dynamitage des partis traditionnels aux présidentielles de 2017?

Depuis 2017, on constate en effet un brouillage total des repères. Les partis qui ont exercé le pouvoir depuis des décennies sont affaiblis, le récit médiatique dominant les ayant confinés à la marginalité et ayant même décrété leur mort assurée dès juin 2017. Même si les choses sont en réalité plus compliquée, et les candidats PS et LR montrent une bonne résistance dans leurs bastions, il est très difficile pour ces deux partis d'exister dans un tel contexte. Qui plus est, leur identité a a été brouillée par l'épuisement par Emmanuel Macron de leur utilité politique apparente : il a fait campagne plutôt au centre gauche, siphonnant les électeurs du PS, avant de gouverner plutôt à droite, rendant l'offre traditionnelle de LR relativement inutile. Pour achever de brouiller les clivages, il a souligné autant que possible son opposition avec La France Insoumise d'un côté, et le Rassemblement National de l'autre, comme pour dire qu'entre lui et ces deux partis, il n'y avait désormais plus rien. Evidemment, ça ne facilite pas la tâche pour tous ceux, nombreux, qui trouvent ces partis trop "extrêmes", mais sont par ailleurs trop déçus du Président pour voter LREM...

L'actuelle maire de Paris Anne Hidalgo, qui n'a pas mis en avant la rose du Parti socialiste sur les affiches de la campagne électorale a annoncé vouloir créer des alliances avec les maires PCF de la banlieue parisienne. Comment expliquer cette stratégie?

La gauche, qui gouvernait hier encore autour de l'hégémonie du Parti socialiste, est peu à peu en train de se rendre compte d'une chose simple : sans union, elle restera très longtemps confinée à la marginalité, et donc à l'impuissance. Depuis plusieurs années, je dirais même depuis le lendemain de l'élection de François Hollande, les signaux envoyés par les élus de gauche semblaient dire que ce qui les séparait - et notamment les ambitions personnelles - était plus grand que ce qui les divisait. Aujourd'hui, il semble y avoir un semblant de prise de conscience que même lorsqu'on est EELV à 15-20%, on n'a presque aucune chance de gouverner un jour un exécutif local ou national seul. D'où ces liens qui, dans les exécutifs locaux, souvent autour du PS car il reste dominant, mais parfois autour de EELV lorsqu'il domine, commencent à se renouer. L'enjeu est clair, le patron du PS et celui des Verts l'ont tous deux exprimé à leur façon même s'ils ne semblent pas d'accord sur les modalités : constituer un troisième pôle écologique et social, entre le pôle constitué par l'électorat d'Emmanuel Macron, et celui des souverainistes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 24/02/2020 - 10:23
La 5ème république a été détournée...
Elle a été détournée au profit des partis : c'est exactement l'inverse du souhait du Général. Plus de référendum, obligation peine voilée d'afficher la couleur. Prenons donc modèle sur l'a Suisse, les States et virons les technocrates impuissants libidineux ! Mais cela n'est un rêve, car cette option priverait tant d'inutiles et de Julots-casse-croute de la gamelle fonctionnarisée ...