En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 35 min 1 sec
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 1 heure 59 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 3 heures 16 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 7 heures 58 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 9 heures 3 min
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 57 min 16 sec
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 2 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 3 heures 52 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 7 heures 14 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 9 heures 10 min
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 19 heures 38 min
© ATTA KENARE / AFP
© ATTA KENARE / AFP
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

Publié le 23 février 2020
Les élections législatives de ce vendredi en Iran étaient cruciales pour le régime, dans un contexte de tension extrême avec les Etats-Unis.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les élections législatives de ce vendredi en Iran étaient cruciales pour le régime, dans un contexte de tension extrême avec les Etats-Unis.

Ce vendredi 21 février, les Iraniens étaient appelés aux urnes pour voter dans le cadre des élections législatives. Elections cruciales pour l'Iran dont le résultat, dans un contexte de tension extrême avec les Etats-Unis, dépasse largement ses frontières et concerne tout le Moyen-Orient. En effet, leur issue, connue désormais, conditionnera l'action du futur gouvernement, tant sa politique intérieure que sa politique étrangère pour les quatre prochaines années, et préfigurera également les élections présidentielles à venir en 2021, et donc la direction que prendra le pays.

En ce samedi matin, les résultats définitifs ne sont pas encore connus. Fait exceptionnel, pour permettre à un maximum d'Iraniens indécis d'aller voter, les bureaux de vote sont restés ouverts cinq heures de plus, jusqu'à minuit heure locale. Les premières estimations de l'agence Fars, proche des Gardiens de la Révolution, donnent sans surprise 60% des sièges du Majlis aux conservateurs, mais annoncent surtout le plus fort taux d'abstention enregistré en 40 ans. Près de 60% des Iraniens aurait refusé d'accomplir leur devoir citoyen, devenu pour le Guide Suprême Ali Khamenei un « devoir religieux ». L'ayatollah avait pourtant tenté de réactiver le puissant nationalisme des Iraniens, appelant « tous ceux qui aiment l'Iran » à aller voter, même « s'ils n'apprécient pas le Guide ». En vain.

Les résultats définitifs commenceront à être connus dimanche, tandis que ceux des grandes villes dont la capitale, Téhéran, devraient être annoncés d'ici quelques jours. Mais trois jours avant le scrutin, un sondage mené par l’université de Téhéran estimait déjà que 24% des habitants de la capitale voteraient aux législatives du 21 février, contre 50% en 2016. Il est fort possible que ce chiffre soit confirmé, ce qui représenterait un grave désaveu pour le régime. Car pour que cette élection n'apparaisse pas comme une parodie de démocratie mais bien un vote légitime, celui-ci doit se baser sur une masse critique d'au moins 50% des votants. Or, le taux d'abstention annoncé hier à 18h démontre que ses « soutiens » représentent à peine 40 % de la population iranienne.

Plusieurs leçons sont donc à tirer de ce scrutin, qui donnera sans doute à l'Iran sa législature la moins autonome depuis des décennies, totalement inféodée au Guide et à l'aile dure du régime.

L'Iran a, depuis 1997, connu une alternance systématique entre réformateurs et conservateurs au pouvoir. Mohammed Khatami de 1997 à 2005, Mahmoud Ahmadinedjad entre 2005 et 2013, enfin Hassan Rohani depuis 2013. En outre, chaque élection représente, pour le gouvernement en place, une sorte de plébiscite qui le renforce ou le fragilise. Hassan Rohani était de toute façon sous le feu des critiques depuis le retrait américain de l'accord de Vienne et les difficultés de l'économie iranienne face aux sanctions. Le cycle semble donc suivre sa logique, en laissant les conservateurs, favorisés par le contexte politique et économique, reprendre la main sur le Parlement.

Depuis le retrait unilatéral des Américains de l'accord sur le nucléaire, les difficultés économiques, l'assassinat de Qassem Soleimani et l'immense douleur populaire qui s'en est suivie, les conservateurs bénéficiaient d'un contexte relativement favorable et profitaient de l'affaiblissement de l'aile réformatrice. Ce bénéfice a cependant été nettement terni par la répression sanglante des manifestations du mois d'octobre 2019 et les mensonges initiaux du régime autour du crash de l'avion civil ukrainien, abattu par « erreur » par les Gardiens de la Révolution et entraînant la mort de 176 personnes le 8 janvier dernier.

Attendant leur heure depuis mai 2018, les conservateurs avaient donc bien l'intention de remporter ce premier scrutin d'importance, et ont oeuvré en ce sens. Le conseil des Gardiens de la Révolution, qui valide les candidatures, a ainsi disqualifié des milliers de dossiers de candidats réformateurs (de 7000 à 16 000 selon les estimations!), dont 90 représentants sortants, soutiens du président Rohani. Quelques semaines avant l'échéance, la polémique entre le président réformateur et l'aile dure du régime à ce sujet enflait d'ailleurs de jour en jour.

Cette tactique, certes efficace, est cependant à double-tranchant. Elle aura sans doute permis aux conservateurs de mettre la main sur le Parlement, certes à la voix bien faible dans le contexte actuel, mais dont la maîtrise leur permettra de faire taire une bonne partie des critiques qui les visent. Mais elle aura aussi largement contribué à éloigner une majorité d'Iraniens des urnes. Les mêmes, qui manifestaient en octobre contre l'augmentation du prix de l'essence et réclamaient des réformes ; les mêmes, peut-être, qui étaient descendus dans les rues après la mort du général Soleimani, dans un rare élan d'unité nationale sur lequel le régime n'a pas su capitaliser. Or, cette forte abstention dessert les conservateurs, qui espéraient brandir un plébiscite massif en leur faveur à la face de « l'ennemi » américain, comme une preuve de plus que la « pression maximale » échouait bien à faire plier l'Iran – et que la coercition seule ne faisait pas tenir le régime. Bien au contraire, les manipulations autour de cette élection donnent des arguments aux Etats-Unis pour souligner l'aspect anti-démocratique du régime iranien et la nécessité de le faire tomber.

La perte de confiance des électeurs iraniens dans l'establishment risque en effet de poser de réelles difficultés aux conservateurs les plus radicaux, qui souhaitent ardemment la guerre avec les Etats-Unis et qui considèrent ces élections législatives comme une première étape vers la reconquête du pouvoir en 2021. Dans l'attente, sans doute infléchiront-ils la politique iranienne, mais dans quel sens et surtout, selon quel calendrier ? Les conservateurs joueront-ils la montre jusqu'à l'élection américaine en novembre ? Si ces questions restent pour l'heure en suspens, une autre interrogation a trouvé sa réponse dans cette élection : le régime est-il capable de se réformer ou non ? L'ampleur du boycott des Iraniens apporte une réponse négative. Ceux-ci n'y croient plus. A ce titre, l'espoir des conservateurs de se voir plébiscités démontre, si cela était encore nécessaire, l'isolement dans lequel s'est enfermé la classe politique iranienne.

Le fort taux d'abstention donne la mesure de l'exaspération des Iraniens, qui n'ont trouvé que le silence pour manifester leur désapprobation envers un régime appelé à se réformer, et qui ne les entend pas. Malgré les appels désespérés d'Hassan Rohani quelques jours avant pour les inciter à exercer leur devoir civique, les Iraniens ont préféré laisser les conservateurs et leurs soutiens à travers le pays choisir pour eux. Davantage préoccupés par leur survie personnelle que celle d'un régime exsangue, désabusés par l'action politique, qui leur avait tant promis il y a quatre ans et n'a rien obtenu, nombreux sont ceux qui se sont laissés tenter par l'abstention pour la première fois de leur vie. Ce signal marque, avant tout, leur extrême lassitude et leur résignation quant à la direction que prend leur pays. Néanmoins, la capacité de mobilisation de la population n'est pas à négliger, surtout si celle-ci, acculée, finit par penser qu'entre sa survie et celle du régime, c'est bien cette dernière qu'il faut sacrifier.

Plus globalement, ces élections taillées sur mesure pour les conservateurs donnent une idée des objectifs qu'Ali Khamenei, préoccupé de sa succession et de l'avenir du régime, cherche à atteindre. Nombreux sont les analystes à rappeler, avec raison, la volonté de l'ayatollah Khomeini de fonder en 1979 une « république » basée sur la séparation des pouvoirs, et dont la légitimité nécessite l'expression du suffrage universel et de la volonté du peuple. Aujourd'hui, ces institutions semblent clairement menacées par la recherche d'une « verticale du pouvoir » de plus en plus assumée et autoritaire, voire militaire. Une seconde victoire des conservateurs en 2021 leur laisserait le champ tout à fait libre pour entamer une réforme institutionnelle et tenter de marginaliser ce socle républicain. Loin de l'évolution politique tant souhaitée, c'est bien plutôt un énième repli que l'Iran risque de connaître, qui n'entraînera ni apaisement, ni normalisation des relations internationales et de la vie des Iraniens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
philippe de commynes
- 24/02/2020 - 12:08
Retour de balancier prévisible
A chaque fois qu'il y a un espoir de réforme, de normalisation du régime, les radicaux des 2 côtés s'entendent pour le saboter, en 2002 Bush junior et son débile axe du mal dans lequel les Iraniens et les nord-coréens ont eu la surprise de se retrouver ( les pauvres, ils devaient être wahhabites sans le savoir), Trump aujourd'hui, et on voit le résultat : les plus réactionnaires peuvent lui dire merci.
Si en 2002 l'Amérique aurait eu un président intelligent, il aurait lâché du lest, pour que Khatami aie des succès économiques à mettre à son crédit, et que Khamenei ne puisse empêcher le victoire des réformateurs en 2005, les "conservateurs"ne s'en seraient pas remis.
Et si Netanyahou n'avait pas ses imbéciles qui crient mort à l'Amérique et à Israël, aurait il pu étendre autant en catimini les colonies, aurait il pu prétendre être l'indispensable homme fort pour s'opposer à la "menace Iranienne", bref aurait il pu bâtir avec tant de succès son fond de commerce et être continuellement réélu ? Non.
On a de part et d'autres les meilleurs ennemis du monde, qui ne peuvent se passer les uns des autres, et tout cela sur le dos du peuple Iranien.
Marie Esther
- 23/02/2020 - 18:29
ben justement
ils savent tres bien, donc ils ne se sont pas deplaces pour voter [pur uniquement des conservateurs puisque tous les autres ont ete refuses.
les ayatollahs se presentent et votent entre eux pour eux.
Le peuple ils s'en fichent royalement
et le peuple essaye de survivre malgre ces malfaisants
evgueniesokolof
- 23/02/2020 - 18:18
Au moins....
Les crétins qui ont élu Macron ont une excuse: "On ne savait pas"....Si après 40ans les iraniens ne savent tjs pas, c'est que Houellebecq a raison: l'Islam est une religion de cons!