En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

02.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

03.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

04.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

05.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 9 heures 27 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 10 heures 36 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 12 heures 15 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 14 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 15 heures 49 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 20 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 9 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 9 heures 51 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 10 heures 53 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 12 heures 48 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 15 heures 13 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 20 heures 9 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 9 heures
© Capture d'écran Youtube
© Capture d'écran Youtube
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

Publié le 22 février 2020
Le ministre de la Culture, membre d'un gouvernement qui promeut la "start-up nation", regrette que la chanson représentant la France à l'Eurovision ait un refrain en anglais.
Olivier Soutet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Soutet est linguiste, maître de conférences et professeur à l'université Paris-Sorbonne.
Voir la bio
Janine Gallais-Hamonno
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Janine Gallais-Hamonno est professeur des universités. Fondés sur une analyse syntaxique des textes qui en permet une compréhension « en profondeur », les trois logiciels Lidia SA permettent : respectivement d’améliorer l’efficacité de la rédaction d’un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de la Culture, membre d'un gouvernement qui promeut la "start-up nation", regrette que la chanson représentant la France à l'Eurovision ait un refrain en anglais.

Atlantico : Le ministre de la Culture a signifié sa désapprobation du choix de la chanson de Tom Leeb pour l’Eurovision en raison de son refrain chanté en anglais. Face à un gouvernement qui multiplie les anglicismes dans sa communication, comment expliquer la position du ministère de la Culture?

Olivier Soutet : Je crois qu'il faut replacer cette polémique (dont il ne faut quand même  pas majorer l'importance) dans un cadre plus général. Le Président et son  gouvernement sont, à tort  ou à raison, accusés d'être éloignés de la France profonde, de ne pas la comprendre (cris des "Gilets jaunes") et, à l'inverse, d'être totalement engagés dans la logique de la mondialisation, Or, l'anglo-américain (langue de la finance, de l'informatique et,  plus généralement, de la techno-science contemporaine) est la langue-étendard de cette mondialisation. Donc, en dénonçant la présence d'un refrain en anglais dans une chanson française, on se donne un brevet de "francité" et s'affiche comme défenseur d'une francophonie sans compromission.

Janine Gallais-Hamonno : Nos gouvernants nous offrent la perspective d'un monde où tous les êtres humains seraient d'une telle égalité, d'une telle uniformité, qu'ils en deviendraient interchangeables.

Une telle ambition pose le problème du modèle à adopter: un modèle physique (jeune, dynamique, sportif, enthousiaste), est relativement facile à définir. Il a donc précédé le choix d'un modèle culturel, qui implique un choix de civilisation donc de valeurs... et aussi de langue.

Les emprunts faits à la langue anglaise, et surtout américaine, portent notamment de nos jours sur tout ce qui exprime l'efficacité. Il faut dire que l'américain a une flexibilité qui lui permet de jouer avec la syntaxe et avec les mots, qu'il restructure à sa guise. L'essentiel est d'exprimer l'idée que l'on veut partager de la manière la plus efficace, c'est-à-dire la plus succincte et la plus imagée. Ainsi, chacun peut créer un nouveau vocabulaire à sa guise, à condition que celui-ci soit immédiatement compréhensible par ses interlocuteurs. Qui l'adopteront sur le champ s'il remplit bien son rôle.

Comme nous sommes dans un monde où foisonnent les idées nouvelles, chaque innovation offre ainsi à la langue anglo-saxonne le moyen de gagner du terrain par rapport aux autres langues.

Ceci n'est pas nouveau. Cela date très exactement du XVIIIe siècle, avec The Wealth of Nations de Adam Smith qui a été écrit en introduisant une flexibilité dans la langue qui en a fait un outil de la pensée.

Ce que, en tant que Français, nous pouvons déplorer est qu'Adam Smith ait tout simplement emprunté ses idées au grand linguiste qu'était notre Turgot. Mais Turgot avait d'autres choses à faire que de la pédagogie, alors qu'Adam Smith était Professeur de Rhétorique.

L'anglais est ainsi, au fil des découvertes, devenu la langue de la science. La science la plus abordable pour le grand public étant celle des affaires, c'est le vocabulaire anglo-saxon des cadres supérieurs qui est le plus connu et le plus emprunté, notamment par nos gouvernants qui se donnent ainsi une image progressiste.

Ce monde des affaires a peu à peu adopté non seulement une langue mais une culture, une manière d'être, qui conduisent aujourd'hui à cet objectif de mondialisation et d'uniformisation.

Le ministre de la justice a jugé le choix du refrain en anglais de Tom Leeb comme une stratégie pour gagner  « le Graal », le titre de l'Eurovision. Partagez-vous cette analyse?

Janine Gallais-Hamonno : Oui et non. Il y a bien sûr une part de stratégie. L'anglais, dans cette chanson, est employé dans une volonté d'universaliser la parole qui devient symbole de l'universalité du sentiment amoureux.

Mais je vois également un deuxième niveau de lecture des paroles de cette chanson.

À un monde qui se veut efficace, direct, « cerveau gauche », cette chanson offre à l'auditeur un monde « cerveau droit » qui n'a pas peur des répétitions, qui vont être comme une incantation.

Un monde qui, au court terme des rapports d'activité trimestriels, répond en évoquant l'éternité. Un monde qui, à la stratégie gagnante du solitaire qui l'emporte sur son concurrent, ne parle que de l'autre. A tel point que l'autre devient la « meilleure partie » de soi-même, reprenant, mais en anglais, l'expression des vieux couples amoureux. Un monde où l'autre, parce qu'il est différent, complète celui qui n'est plus seul.

Le traitement de langue, selon qu'il s'agisse d'arabe ou d'anglais, subit un traitement totalement différent de la part du gouvernement. Le premier est considéré comme un enrichissement de la langue, le second en serait un signe d'appauvrissement. Pourquoi ?

Oliver Soutet : L'anglo-américain est perçu comme une langue prédatrice, comme une des formes les plus sensibles de l'impérialisme américain et de ses relais dans les sociétés de beaucoup de pays. Il n'enrichit pas les autres langues mais les marginalise.  Aucune autre langue n'occupe actuellement une telle position. L'insertion de tel mot argotique, de tel mot créole, de tel mot arabe, de tel mot turc (ou de n'importe quelle langue du reste) n'est, du coup,  pas perçue comme dangereuse, mais comme le signe linguistique de la diversité sociale, usuellement présentée comme positive.

Janine Gallais-Hamonno : Il faut remarquer que l'anglais, ainsi utilisé dans la chanson, sert à rassembler ceux qui partagent la même aspiration. Ici à l'amour. Mot que cette chanson d'amour a la pudeur de ne pas utiliser.

A l'inverse, lorsque nos gouvernants utilisent l'anglais "des affaires" c'est pour se démarquer du commun des mortels, pour montrer à quel point, eux, "savent". L'anglais est alors clivant.

Quant aux chansons qui utilisent l'arabe, elles servent souvent, non seulement à démarquer mais à opposer,  certaines se faisant même des vecteurs de haine.

C'est, de nos jours, moins la langue utilisée qui importe que l'intention avec laquelle le choix de cette langue a été fait et l'utilisation qui en est faite.

Quelle part de la population française emploie d'avantage l'anglais en négligeant l'argot où emprunte des mots en arabe?

Oliver Soutet : Vous n'avez pas de gens qui emploient l'anglais intégralement (sauf évidemment dans certaines activités professionnelles) mais vous avez une certaine classe très touchée par les échanges mondiaux qui est familière des néologismes en anglais (économie, informatique...), qui les comprend et les utilise avec une relative facilité - ce qui ne signifie pas, d'ailleurs, qu'elle soit capable de s'exprimer avec une totale aisance en anglais ; face à elle, vous avez tous ceux pour qui ces mots et expressions restent totalement opaques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 22/02/2020 - 21:52
L'anglais ?
A l'Eurovision ? La servilité, c'est tout ! C'est être assoiffé de gloire éphémère, traître de sa culture avec le mépris en plus, et n'avoir aucun amour propre. Ce monsieur je-ne-sais-qui est à rejeter. Et puis l'Eurovision, on n'y serait pas, ce serait tellement mieux ! Je préfère m'abstenir des adjectifs qui conviennent à la qualité des chansons, du spectacle, des promoteurs et des animateurs...
Dans l'usage courant ? Ce sont des gens qui ne savent plus le français. En particulier chez les informaticiens. J'en ai piégé qui ne savaient même pas ce qu'ils disaient. ça faisait bien, c'est tout. Mais aussi dans l'électroménager. Il a fallu que je me fâche avec un vendeur. Il en était ridicule et surtout incompréhensible. Je ne sais pas s'il se comprenait lui-même.
Au gouvernement ? Ce sont des gens sans culture... c'est tout. Qui témoignent en plus de façon claire leur mépris de ceux qui ne sont pas comme eux...
Le quidam moyen ? ça fait instruit, on ne sait pas ce que ça veut dire.... et on répond "je me comprends" : le comble !
jurgio
- 22/02/2020 - 18:59
Une simple bataille de mots
Il est certain que le refrain en anglais fut ajouté comme un atout pour rivaliser à l'Eurovision. Il suffit de revenir sur les anciens succès de ce concours de chant pour s'apercevoir que le français dont la prosodie était alors si bien adaptée aux chansons mélodiques est passé de mode. Le style de l'Eurovision est passé aux rythmes électroniques et les sonorités anglo-saxonnes y ont imposé leur norme. Les échecs successifs, souvent cuisants, de nos représentants depuis des années ne sont pas étonnants. Mais est-ce alarmant ? Je ne le pense pas puisque ce ne sont que des mots et que le chant, la chanson traditionnels ont disparu de nos cultures populaires. La langue française reste en dehors de cette affre musicale et comme elle a quasi complètement disparu, sous tous ses aspects, notamment sémantique et syntaxique, elle ne risque plus rien.