En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 35 min 28 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 1 heure 4 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 38 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 2 heures 5 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 1 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 17 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 23 heures 8 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 43 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 1 heure
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > High-tech
12 cyber-menaces

Nous avons peur que le Coronavirus fasse dérailler les prochaines élections mais personne ne soucie vraiment des cyber-menaces sur la démocratie qui sont pourtant bien plus graves

il y a 52 min 41 sec
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 31 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 18 heures 50 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 21 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 23 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 59 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 1 jour 1 heure
© ASHRAF SHAZLY / AFP
Illustrations
© ASHRAF SHAZLY / AFP
Illustrations
Une ingérence qui pèse

La privatisation de la guerre par les EAU en Libye et au Yémen ou comment Abu Dhabi recrute de jeunes soudanais pour « leurs » guerres

Publié le 29 janvier 2020
Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours devant l’ambassade des Emirats Arabes Unis à Karthoum au Soudan pour protester contre l’ingérence du pays dans leurs affaires. Le peuple soudanais se réveille contre cette politique de l’ombre.
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours devant l’ambassade des Emirats Arabes Unis à Karthoum au Soudan pour protester contre l’ingérence du pays dans leurs affaires. Le peuple soudanais se réveille contre cette politique de l’ombre.

Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours devant l’ambassade des Emirats Arabes Unis à Karthoum au Soudan pour protester contre l’ingérence du pays dans leurs affaires depuis des années et opérer désormais un véritable trafic humain au nom d’intérêts personnels. Alors que Abu Dhabi a cherché depuis des mois à imposer sa propre vision de l’avenir du pays en soutenant les militaires, il semblerait que le peuple soudanais se réveille contre cette politique de l’ombre. Mais pire encore : aujourd’hui, les Soudanais s’insurgent contre l’envoi de milliers de leurs enfants dans de nouvelles zones de guerres essentielles pour les Emirats et demandent d’y mettre fin. Car beaucoup de parents n’ont jamais revus leur enfant. Déjà à l’été 2019, les Emirats leaks révélaient l’utilisation de jeunes mercenaires venus d’Afrique et qui transitaient par le Soudan pour le compte d’Abu Dhabi pour rejoindre la Libye et le Yémen. Le 29 juillet 2019, on pouvait déjà y lire : « Al-Jazeera a publié des documents secrets et des informations révélant l’utilisation par les EAU de l’espace aérien soudanais pour le transport de centaines de mercenaires que Mohammed Hamdan Diklo, Hamidati, vice-président du Conseil militaire soudanais, a recrutés  des tribus arabes du Darfour et dans certains pays africains vers la Libye et le Yémen via l’Érythrée.

Un document délivré par l’ambassade des Emirats Arabes Unis aux autorités soudanaises en charge des affaires étrangères a révélé qu’Abou Dhabi avait demandé un permis diplomatique autorisant deux avions C130 + G17 appartenant aux forces armées émiriennes à traverser et atterrir à l’aéroport El Geneina, dans l’ouest du Soudan. »

Où l’on reparle en effet depuis quelques jours encore plus activement de la politique déstabilisatrice des Emirats-Arabes-Unis dans le monde arabo-musulman et où son dirigeant, le prince héritier Mohamed Ben Zayed, cherche par tous les moyens, depuis l’effondrement des « Printemps arabes » à réinstaller partout où il a de l’influence, une stabilité autoritaire avant tout contrôlée par les militaires. Ainsi, dans cette grande diagonale qui part de la Libye à l’Egypte en passant par le Soudan jusqu’au Yémen, il semblerait que Abu Dhabi s’essaie à surjouer de son pouvoir sur place pour déplacer des pions d’un pays à l’autre et réussir coûte que coûte la mise en place de sa stratégie de nouveau Moyen-Orient sécuritaire afin de venir à bout des rébellions mais aussi des volontés des peuples. En créant des couloirs de circulation d’effectifs et de matériels militaires, Abu Dhabi défie toutes les règles internationales du multilatéralisme. Depuis cinq ans, l’Arabie Saoudite mène une guerre terrible au Yémen, contre les rebelles houthis soutenus par l’Iran, avec son allié émirati, faisant au moins près de 100 000 morts du côté des enfants.

Côté libyen, le soutien indéfectible de Mohamed Ben Zayed, prince héritier des EAU, au Maréchal Haftar qui cherche à conquérir le pays contre le gouvernement de Fayez Al Sarraj pourtant reconnu par les Nations-Unies, nécessite l’envoi de forces vives pour combattre à ses côtés. Pour ces deux guerres, il faut beaucoup de combattants. Or, Abu Dhabi n’a pas d’effectifs. Elle délègue ou fonctionne par acteurs interposés. Ces derniers mois, on découvrait aussi l’existence de camps de torture émiratis au Yémen. Tout cela de façon déléguée une fois encore. 

Ce qui a été révélé il y a quelques jours au Soudan, où des familles ont accusé une compagnie de sécurité privée émiratie, « Black Shield Sécurity », et qui pourrait rappeler le mode de fonctionnement du parrain américain avec Black Water, de recruter des jeunes pour en faire des soldats prêts à l’emploi pour aller combattre en Libye et au Yémen, est grave. Car la privatisation de la guerre a souvent des conséquences tragiques. C’est souvent le règne de méthodes sans foi ni loi comme lors des pires guerres américaines, où les uns étaient instrumentalisés contre les autres, tout en tentant de préserver les forces américaines. 

Ici, en le cas de l’espèce, au Soudan, il s’agit non seulement d’ingérence qu’il n’y a plus à prouver depuis que les Emirats ont poussé leurs proches idéologiques en Tunisie, en Egypte, en Libye, en Syrie ou au Yémen. Mais désormais, nous sortons de tout cadre des guerres conventionnelles, qui plus est non validées ou encadrées par le droit international, mais qui font désormais appel à des individus non formés, non professionnels, et transformés en armes de guerre sans éthique ni retenue. Des jeunes déracinés qui n’ont plus rien à perdre. C’est le retour du mercenariat d’Etat. En attendant, les jeunes Soudanais embarqués dans ces conflits sans fin, font les frais d’une politique sans autorité de leur pays, et surtout d’une agressivité inédite d’un pays du Golfe pour étendre sa zone d’influence sur l’ensemble du monde arabo-musulman depuis plus de cinq ans. Ce que font les Emirats Arabes Unis pourraient être un jour passibles d’accusations graves de crimes de guerre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires