En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

04.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

05.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

06.

Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 10 heures 4 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 10 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 12 heures 1 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 15 heures 46 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 16 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 19 heures 7 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 22 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 23 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 10 heures 32 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 11 heures 24 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 13 heures 18 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 16 heures 18 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 23 heures 8 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 23 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 10 heures
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

Publié le 26 janvier 2020
Guillaume Debré publie "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump" aux éditions Fayard. Autoproclamé "l’Ernest Hemingway des 140 signes", ce président ne peut s’empêcher de pianoter sur son téléphone sécurisé. Guillaume Debré montre comment Donald Trump façonne, jour après jour, un nouvel art de gouverner. Extrait 2/2.
Guillaume Debré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Debré est correspondant de TF1 et LCI à Washington. Il a couvert la politique américaine pour CNN de 2000 à 2005. Il est l'auteur de "Obama, les secrets d'une victoire" (Fayard, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Debré publie "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump" aux éditions Fayard. Autoproclamé "l’Ernest Hemingway des 140 signes", ce président ne peut s’empêcher de pianoter sur son téléphone sécurisé. Guillaume Debré montre comment Donald Trump façonne, jour après jour, un nouvel art de gouverner. Extrait 2/2.

Plus qu’aucun autre homme politique, Trump a compris la ligne de fracture qui sépare Washington du reste du pays. L’isolement de la classe politique et la polarisation du système électoral sont les deux phénomènes structurants des vingt dernières années. Depuis la crise financière de 2008, Washington a perdu la confiance d’une large partie de l’électorat. Selon plusieurs études d’opinion, un Américain sur trois ne croit plus en la capacité du gouvernement à mener à bien les réformes et à défendre les intérêts du pays. 

Cette crise de confiance ne touche pas seulement Washington, mais toutes les élites du pays, de Wall Street à Hollywood en passant par les médias et les grandes universités. Elle n’est pas propre aux États‑Unis, elle traverse toutes les démocraties occidentales. Pour une grande partie de la population américaine, et certainement pour une grande partie de l’électorat de Trump, le politiquement correct est devenu l’expression de cette fracture. Il est perçu comme un outil de domination sociale, un instrument utilisé par la « classe éduquée » pour museler les voix dissonantes et censurer certaines opinions venant d’en bas. Selon une étude publiée en septembre 2018, 71 % des Américains  estiment que le politiquement correct est un problème aux États‑Unis. Dans le même temps, 74 % des personnes interrogées pensent que Trump est le président le moins politiquement correct de l’histoire. 

Voilà pourquoi Trump met un point d’honneur à exhiber sa grossièreté et sa truculence. Il cherche à se distancier de Washington pour incarner  l’Amérique des laissés‑pour‑compte, cette Amérique rustre et rurale, celle du franc‑parler et du dire‑vrai. Voilà pourquoi il veut être le président des opinions inconvenantes et du politiquement incorrect. 

Pendant la campagne de 2016, ce positionnement lui avait permis de se singulariser. Lors du premier débat de la primaire républicaine, la modératrice de Fox News s’adresse à lui d’un ton sec. Elle ne mâche pas ses mots : « Monsieur Trump, vous avez qualifié certaines femmes que vous n’aimez pas de “grosse truie”, “chienne”, “sagouine” et de “bête immonde”. Sur votre compte Twitter vous avez posté plusieurs commentaires dégradants sur le look de certaines femmes. Dans votre émission vous avez dit d’une participante que vous aimeriez la voir à quatre pattes. Votre tempérament vous semble‑t‑il être celui d’une personne que nous devrions élire comme président ? » Face à cette question embarrassante, Donald Trump ne vacille pas. Loin de faire acte de contrition, il répond par un acte de foi qui consolidera son image insurrectionnelle : « Je crois que le grand problème de ce pays est le politiquement correct (explosion d’applaudissements dans le public). J’ai été la cible de nombreuses attaques et franchement, je n’ai pas de temps à perdre avec le politiquement correct. Et pour être honnête avec vous, ce pays n’a pas non plus de temps à perdre avec ça… Ce que je dis est ce que je dis, et si ça ne vous plaît pas, vous m’en voyez désolé !… » 

Devant des dizaines de millions de téléspectateurs, il prend le contre‑pied de l’attitude policée des politiciens traditionnels et revendique haut et fort sa grivoiserie, sa rusticité et sa muflerie. Personne avant lui n’avait osé réclamer un droit à l’insulte publique. Cette phrase propulsera Donald Trump à la tête des sondages.

En vandalisant le discours public et en s’affranchissant de toutes les règles de bienséance et de civilité, Trump veut s’imposer comme le président des sans‑voix. Son objectif a été d’incarner un pouvoir qui s’oppose à Washington. À grand renfort d’insultes et de commentaires offensants, il est en train d’accomplir ce coup de force. 

Le génie politique de Donald Trump est d’avoir compris qu’une fois installé à la Maison‑Blanche il lui fallait résister à la tentation de « s’embourgeoiser » politiquement pour éviter de perdre sa base électorale. Il a tout fait pour capitaliser sur le rejet de l’establishment politique en synthétisant une offre politique abrasive, rugueuse et qui détonne avec la tiédeur idéo‑ logique de Washington. Par ses prises de position clivantes, par sa truculence aussi, il a réussi à renvoyer dos à dos l’establishment républicain et démocrate et à attirer le centre de gravité vers lui. 

Comprendre la vulgarité de Trump, c’est entendre le ras‑le‑bol de cette Amérique qui souffre et qui se sent abandonnée par Washington. Une Amérique principalement blanche, rurale et peu éduquée, qui forme le socle de l’électorat trumpien.

Extrait du livre de Guillaume Debré, "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump", publié aux éditions Fayard 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 30/01/2020 - 19:10
Revenus et vote aux USA en 2016.
Les statistiques de vote en 2016 en fonction des revenus des ménages donnaient:
Électorat de Trump: 34% ( 25% entre 100k et 200k + 9% plus de 200k) des ménages " Trump" gagnaient plus de 100 mille dollars par an.
Électorat de Clinton : 29% gagnaient plus de 100 mille dollars.
Électorat de Sanders: 26% gagnaient plus de 100 mille dollar.
Au niveau national: 26% des ménages US gagnaient plus de 100 mille dollars par an.
ajm
- 30/01/2020 - 18:47
rectification.
" plus aisées " au féminin.
ajm
- 30/01/2020 - 18:46
Caricature.
Analyse quelque peu caricaturale. L'électorat de Trump ne se réduit pas à des pauvres blancs vieux au fin fond du Nebraska ou de l'Idaho. Beaucoup de classes moyennes votent pour lui, en moyenne plus aisés que les électeurs démocrates. Le plombier de Chicago qui n' a pas fait Harvard n'est pas moins capable de discernement, au contraire, que les Greta des campus universitaires sujettes aux " bouffées délirantes " du cannabis et des théories abracadantesques ecolo-LBT- racisees...