En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct

06.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 5 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 6 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Disparition de VGE
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez l’analyse de Jean-Sébastien Ferjou dans "Soir Info"
il y a 7 heures 40 min
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 12 heures 50 min
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 13 heures 19 min
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 16 heures 37 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 17 heures 12 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 18 heures 17 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 5 heures 54 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 6 heures 49 min
pépites > Santé
Menaces pour la course aux vaccins
IBM alerte sur des cyberattaques en série sur la chaîne logistique des vaccins contre la Covid-19
il y a 8 heures 57 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 13 heures 5 min
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 13 heures 36 min
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 15 heures 33 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 16 heures 45 min
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 17 heures 49 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 18 heures 20 min
© SAUL LOEB / AFP
© SAUL LOEB / AFP
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

Publié le 26 janvier 2020
Guillaume Debré publie "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump" aux éditions Fayard. Autoproclamé "l’Ernest Hemingway des 140 signes", ce président ne peut s’empêcher de pianoter sur son téléphone sécurisé. Guillaume Debré montre comment Donald Trump façonne, jour après jour, un nouvel art de gouverner. Extrait 2/2.
Guillaume Debré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Debré est correspondant de TF1 et LCI à Washington. Il a couvert la politique américaine pour CNN de 2000 à 2005. Il est l'auteur de "Obama, les secrets d'une victoire" (Fayard, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Debré publie "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump" aux éditions Fayard. Autoproclamé "l’Ernest Hemingway des 140 signes", ce président ne peut s’empêcher de pianoter sur son téléphone sécurisé. Guillaume Debré montre comment Donald Trump façonne, jour après jour, un nouvel art de gouverner. Extrait 2/2.

Plus qu’aucun autre homme politique, Trump a compris la ligne de fracture qui sépare Washington du reste du pays. L’isolement de la classe politique et la polarisation du système électoral sont les deux phénomènes structurants des vingt dernières années. Depuis la crise financière de 2008, Washington a perdu la confiance d’une large partie de l’électorat. Selon plusieurs études d’opinion, un Américain sur trois ne croit plus en la capacité du gouvernement à mener à bien les réformes et à défendre les intérêts du pays. 

Cette crise de confiance ne touche pas seulement Washington, mais toutes les élites du pays, de Wall Street à Hollywood en passant par les médias et les grandes universités. Elle n’est pas propre aux États‑Unis, elle traverse toutes les démocraties occidentales. Pour une grande partie de la population américaine, et certainement pour une grande partie de l’électorat de Trump, le politiquement correct est devenu l’expression de cette fracture. Il est perçu comme un outil de domination sociale, un instrument utilisé par la « classe éduquée » pour museler les voix dissonantes et censurer certaines opinions venant d’en bas. Selon une étude publiée en septembre 2018, 71 % des Américains  estiment que le politiquement correct est un problème aux États‑Unis. Dans le même temps, 74 % des personnes interrogées pensent que Trump est le président le moins politiquement correct de l’histoire. 

Voilà pourquoi Trump met un point d’honneur à exhiber sa grossièreté et sa truculence. Il cherche à se distancier de Washington pour incarner  l’Amérique des laissés‑pour‑compte, cette Amérique rustre et rurale, celle du franc‑parler et du dire‑vrai. Voilà pourquoi il veut être le président des opinions inconvenantes et du politiquement incorrect. 

Pendant la campagne de 2016, ce positionnement lui avait permis de se singulariser. Lors du premier débat de la primaire républicaine, la modératrice de Fox News s’adresse à lui d’un ton sec. Elle ne mâche pas ses mots : « Monsieur Trump, vous avez qualifié certaines femmes que vous n’aimez pas de “grosse truie”, “chienne”, “sagouine” et de “bête immonde”. Sur votre compte Twitter vous avez posté plusieurs commentaires dégradants sur le look de certaines femmes. Dans votre émission vous avez dit d’une participante que vous aimeriez la voir à quatre pattes. Votre tempérament vous semble‑t‑il être celui d’une personne que nous devrions élire comme président ? » Face à cette question embarrassante, Donald Trump ne vacille pas. Loin de faire acte de contrition, il répond par un acte de foi qui consolidera son image insurrectionnelle : « Je crois que le grand problème de ce pays est le politiquement correct (explosion d’applaudissements dans le public). J’ai été la cible de nombreuses attaques et franchement, je n’ai pas de temps à perdre avec le politiquement correct. Et pour être honnête avec vous, ce pays n’a pas non plus de temps à perdre avec ça… Ce que je dis est ce que je dis, et si ça ne vous plaît pas, vous m’en voyez désolé !… » 

Devant des dizaines de millions de téléspectateurs, il prend le contre‑pied de l’attitude policée des politiciens traditionnels et revendique haut et fort sa grivoiserie, sa rusticité et sa muflerie. Personne avant lui n’avait osé réclamer un droit à l’insulte publique. Cette phrase propulsera Donald Trump à la tête des sondages.

En vandalisant le discours public et en s’affranchissant de toutes les règles de bienséance et de civilité, Trump veut s’imposer comme le président des sans‑voix. Son objectif a été d’incarner un pouvoir qui s’oppose à Washington. À grand renfort d’insultes et de commentaires offensants, il est en train d’accomplir ce coup de force. 

Le génie politique de Donald Trump est d’avoir compris qu’une fois installé à la Maison‑Blanche il lui fallait résister à la tentation de « s’embourgeoiser » politiquement pour éviter de perdre sa base électorale. Il a tout fait pour capitaliser sur le rejet de l’establishment politique en synthétisant une offre politique abrasive, rugueuse et qui détonne avec la tiédeur idéo‑ logique de Washington. Par ses prises de position clivantes, par sa truculence aussi, il a réussi à renvoyer dos à dos l’establishment républicain et démocrate et à attirer le centre de gravité vers lui. 

Comprendre la vulgarité de Trump, c’est entendre le ras‑le‑bol de cette Amérique qui souffre et qui se sent abandonnée par Washington. Une Amérique principalement blanche, rurale et peu éduquée, qui forme le socle de l’électorat trumpien.

Extrait du livre de Guillaume Debré, "Je twitte donc je suis, l’art de gouverner selon Donald Trump", publié aux éditions Fayard 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 30/01/2020 - 19:10
Revenus et vote aux USA en 2016.
Les statistiques de vote en 2016 en fonction des revenus des ménages donnaient:
Électorat de Trump: 34% ( 25% entre 100k et 200k + 9% plus de 200k) des ménages " Trump" gagnaient plus de 100 mille dollars par an.
Électorat de Clinton : 29% gagnaient plus de 100 mille dollars.
Électorat de Sanders: 26% gagnaient plus de 100 mille dollar.
Au niveau national: 26% des ménages US gagnaient plus de 100 mille dollars par an.
ajm
- 30/01/2020 - 18:47
rectification.
" plus aisées " au féminin.
ajm
- 30/01/2020 - 18:46
Caricature.
Analyse quelque peu caricaturale. L'électorat de Trump ne se réduit pas à des pauvres blancs vieux au fin fond du Nebraska ou de l'Idaho. Beaucoup de classes moyennes votent pour lui, en moyenne plus aisés que les électeurs démocrates. Le plombier de Chicago qui n' a pas fait Harvard n'est pas moins capable de discernement, au contraire, que les Greta des campus universitaires sujettes aux " bouffées délirantes " du cannabis et des théories abracadantesques ecolo-LBT- racisees...