En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

07.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 6 heures 52 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 8 heures 43 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 12 heures 26 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 13 heures 21 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 16 heures 58 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 18 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 19 heures 9 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 19 heures 44 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 7 heures 42 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 11 heures 45 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 13 heures 2 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 18 heures 7 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 19 heures 26 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
© Reuters
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté

Publié le 25 janvier 2020
Le syndrome du malade imaginaire. La France a peut-être besoin d’économistes sérieux mais les Français ont besoin de médecins psychanalystes. Parce que jamais, ce pays n’a dégagé autant d’épargne au profit du plus grand nombre, mais jamais les épargnants n’ont été aussi déprimés
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le syndrome du malade imaginaire. La France a peut-être besoin d’économistes sérieux mais les Français ont besoin de médecins psychanalystes. Parce que jamais, ce pays n’a dégagé autant d’épargne au profit du plus grand nombre, mais jamais les épargnants n’ont été aussi déprimés

La France se retrouve aujourd’hui dans une situation historiquement surréaliste. Parce qu’objectivement, les Français (tous les Français) sont désormais très riches s’ils se comparent à 90 % des habitants de la planète, très riches même par rapport à leurs grands-parents, alors que la majorité se considèrent déclassés et sans avenir et s’enferment dans une dépression qui provoque chez certains des poussées de fièvre et de violence ou chez d’autres un découragement qui annihile tout effort d’évolution positive.

En 1968, Pierre Vinson-Ponte avait prévenu le pouvoir que la France profonde s’ennuyait au point d’être capable de faire n’importe quoi. Aujourd’hui, les Français ne s’ennuient pas, ils se désolent et s’énervent contre leurs dirigeants.

L’indicateur qui mesure le mieux l’ampleur de ce dysfonctionnement et de cette contradiction est celui de l‘épargne des Français. L’épargne, c’est la part de l’argent disponible (donc hors impôts) qui n’est pas consommée.

Depuis un an, et particulièrement depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, la masse d’épargne liquide conservée par les Français depuis un an a considérablement grossi. Les comptes courants, les livrets d’épargne et les plans d’épargne n’ont jamais été aussi remplis. L'appétit des Français pour l'épargne est devenue gargantuesque.

Alors on savait que l’investissement dans l’immobilier était très dynamique mais c’est de l’investissement financé par le crédit. On sait que quelques fois, surtout les Français plus plus riches que la moyenne achètent des actions mais ils sont très rares. L‘immense majorité des Français s’engagent massivement dans les placements « sécurisés » (livrets d'épargne réglementée, dépôts à vue, assurance-vie avec fonds en euros). 

L'encours du livret A a progressé de 13 milliards d’euros en 2019,  à près de 300 milliards d'euros. Si on ajoute à ces 300 milliards de la caisse d’épargne, les 600 milliards sur les comptes courants, les 700 milliards sur les livrets d’épargne retraite ou d’épargne logement et les 1700 milliards d’assurance vie, on arrive à un total de 3200 milliards d’euros, qui donne l’image d’une France profonde très riche. France profonde parce que les riches, les vrais, sont investis ailleurs que dans des comptes d’épargne.

Cette masse d’argent liquide représente en moyenne 53 000 euros par Français. Alors, c’est une moyenne avec toutes les distorsions que ça représente. C’est une moyenne qui représente pour 80 % des Français l’essentiel de leur patrimoine. Mais c’est de l’argent disponible, du cash ou presque. C’est assez incroyable parce que cet argent aujourd’hui ne rapporte strictement rien, puisque les taux de rémunération sont nuls ou, presque. Et la sécurité de cet argent n’est assuré qu’en fonction de la solidité des institutions financières (dont on sait qu’elles ne sont pas immortelles) et de la garantie d’Etat confirmée au lendemain de la grande crise de 2008 après la faillite de Lehmann Brothers.

Alors l’existence de ce pactole financier pose évidemment un certain nombre de question et suggère d’ailleurs certaines évolutions ;

La première question est de savoir pourquoi tant d’épargne? Alors que les revendications déclarées et proclamées dans toutes les manifestations sociales portent principalement sur des demandes de pouvoir d’achat. Des demandes d’ailleurs qui ont été entendues partiellement puisque le gouvernement a largement ouvert les vannes pour rétablir le calme après les gilets jaunes. Le cout de ces mesures a été évalué dans un premier temps à 17 milliards d’euros, sans parler des efforts consentis par les entreprises au niveau des salaires et des primes de fin d’année. L’essentiel de ce pouvoir d’achat aurait dû normalement se retrouver en consommation et revenir dans le circuit économique. Il n’en a rien été. Le grand bénéficiaire aura été la caisse d’épargne.

Pour tous les économistes, cette épargne liquide, disponible est une épargne de précaution destinée à sécuriser le ménage. Cette épargne est donc un marqueur d’inquiétude collective.

Parce qu’ils sont inquiets de l’avenir,  les Français jouent les fourmis à un point qu’on ne pouvait pas imaginer. Alors que la situation de l’emploi s’est améliorée dans la plupart des secteurs, au point où certains souffrent de pénurie de main-d’œuvre.  Alors que le modèle social reste un des plus généreux du monde (sur le chômage, la santé, le logement et l’éducation). Alors que la réforme majeure des retraites vise plutôt à améliorer le régime général plutôt qu’à le détruire. Alors la machine administrative est lourde et les Français acceptent d’en payer le prix en impôts sans trop broncher. Il y a eu des grèves dans beaucoup de secteurs en France mais il n’y a jamais eu de grève de l’impôt.

 

La deuxième question est de savoir si la demande exprimée de pouvoir d’achat ou de sécurité sur les retraites était la principale demande. Sans doute pas, puisqu’en répondant à ces demandes-là, on n’a pas calmé l’inquiétude sociale. L‘expression de l’inquiétude a changé , mais elle n'a pas disparu. La preuve par l'épargne de précaution. Il faut d’ailleurs rappeler que la majorité des manifestants gilets jaunes n’appartenait pas aux catégories sociales les plus misérables du pays. Et ceux qui protestaient contre la réforme des retraites étaient majoritairement des personnels protégés sous statut public.

Il y a donc d’autres besoins à satisfaire que l’inquiétude matérielle. Parce qu’entre l’état général du pays, le modèle social, les systèmes de redistribution, et les assurances sociales, la couverture des risques les plus fréquents n’est globalement pas mauvaise. On est loin des risques courus par les Américains ou les Anglais où la prise en charge est minimum. 

Il y a donc d’autres inquiétudes à découvrir qui sont ressenties et mal exprimées, d’autres demandes que le système politique n’entend pas. C’est possible.

Ce qui est possible, c’est que cette masse d’épargne pourrait donner une marge de manœuvre qu’on ne soupçonne pas.

 

La troisième question qu’il faudrait se poser devrait porter sur l’usage qui pourrait être fait de cette épargne stérile. Actuellement, c’est l’Etat qui la préempte pour financer au moindre cout ses dépenses publiques et sociales. L’épargnant ne le sait pas et ne s’en rend pas compte mais son épargne de précaution sert à colmater les trous d’un état dispendieux ( par l’assurance vie ) et à payer une partie des dépenses sociales ( par le biais de la Caisse des dépôts ). L’Etat utilise l’épargne de précaution exactement comme il utilise l’impôt avec un avantage énorme, c’est que cette épargne remonte toute seule.

Sans rêver, on pourrait imaginer que l’épargnant informé puisse choisir librement ce qu’il peut faire de son épargne et notamment l’investir. Cette épargne de précaution lui sert à sécuriser l’avenir, pour beaucoup, c’est une réserve complémentaire à la retraite. Parce que l’épargnant sait que la retraite est fragile. Mais cette épargne n’est même pas capitalisée. On pourrait imaginer d’ailleurs un immense fonds d’investissement qui, avec cet argent, gèrerait des complémentaires retraite.

On peut tout imaginer, à condition que l’Etat n’en ait plus besoin pour faire ses fins de mois difficiles. Le problème est là. Pas ailleurs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 29/01/2020 - 12:15
la paranoïa ce sont les journalistes qui l'ont !
Les français se serrent la ceinture en prévision des temps troublés qui s'annoncent à cause d'une classe de politiciens d'une intelligence qui n'atteint pas celle du serin ou pire, véreux ! et qui creusent des trous plus profonds que le tonneau des danaïdes en dilapidant, gaspillant ou en mettre plein leurs poches tout en ayant des rémunérations plus que confortables ainsi que leurs sbires fonctionnaires et collatéraux.
ps ne parlons pas des revenus des journalistes (?) pour nous raconter des sornettes.
Pedro38
- 29/01/2020 - 11:23
Patrimoine
L'essentiel du patrimoine est l'immobilier, or vous dites que 80 % du patrimoine est constitué de l'épargne institutionnelle, ce n'est pas possible. Si on évalue le patrimoine immobilier détenu par les Français il est probablement au minimum le double des avoirs cités !
zelectron
- 28/01/2020 - 15:50
les regards de concupiscence des fourmis envers les cigales
et quand les fourmis seront dépouillés les cigales disparaitront