En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 20 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 58 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 38 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 43 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 17 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 36 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 20 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 35 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 50 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 41 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 45 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

Publié le 22 janvier 2020
Nicolas Sarkozy déchaînait les passions des élites mais son quinquennat n’a été marqué par aucun conflit social majeur. François Hollande ou Emmanuel Macron rassur(ai)ent les élites mais leurs quinquennats sont agités par une violence politique.
Maxime Tandonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maxime Tandonnet est historien, auteur de nombreux ouvrages dont Histoire des présidents de la République (2013) et André Tardieu, l'incompris (2019) aux éditions Perrin.
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy déchaînait les passions des élites mais son quinquennat n’a été marqué par aucun conflit social majeur. François Hollande ou Emmanuel Macron rassur(ai)ent les élites mais leurs quinquennats sont agités par une violence politique.

Atlantico.fr : Alors qu'il était au pouvoir et, plus tard lorsqu'il s'est présenté aux primaires LR, Nicolas Sarkozy a été toujours considéré comme un Président extrêmement clivant. Pourtant si certains le qualifiaient, à l'instar de François Bayrou, de "clivant, violent, injurieux", finalement ne l'était-il pas bien moins que ses prédécesseurs qui ont tous deux eu affaire à de larges mouvement protestataires ? Déplaisait-il davantage aux "intellectuels" qu'au peuple ?

Maxime Tandonnet : Oui, l’histoire du quinquennat de Nicolas Sarkozy n’a pas été marqué par de profondes secousses de la société française contrairement aux trois autres quinquennats de Chirac, Hollande et Macron. Il y a eu quelques poussées de fièvre et des mouvements sociaux durs, notamment lors de la réforme des retraites en 2010 mais qui n’ont jamais paralysé le pays et n’ont pas duré au-delà de quelques jours. Sous son mandat, il n’y a rien eu qui ressemble à l’explosion des banlieues d’octobre-novembre 2005 ou à la révolte étudiante du contrat premier emploi, un an plus tard, sous Jacques Chirac. Rien non plus qui ressemble aux rassemblements monstres de 2013 contre le « mariage pour tous » sous François Hollande. Et puis évidemment, rien de comparable à la violence chronique qui s’est emparée de la France depuis le début de la crise des gilets jaunes en novembre, au blocage de 45 jours des transports publics. Pourtant, Sarkozy a subi un matraquage haineux et quotidien du monde médiatique qui le détestait bien plus qu’il n’a détesté les autres présidents de l’histoire. Souvenons-nous des Unes « Sarko est-il fou ? », « Le voyou de la République » et de la guerre hostile que menaient contre lui les radios et la télévision. 

Edouard Husson : Nicolas Sarkozy est un homme paradoxal. Il agaçait, vu de loin, par le côté « bling bling », les formules à l’emporte-pièce, la difficulté à entrer dans la solennité de la fonction. Mais dès qu’on le voyait travailler au quotidien, on était impressionné par la force de travail, la maîtrise des dossiers, le sens politique aussi. L’anecdote est connue: lorsqu’Alain Juppé et Michel Rocard ont remis leur rapport au président Sarkozy sur les « investissements d’avenir », ce qu’on appelle communément le « Grand Emprunt », ils ont recommandé « un certain effort » pour l’enseignement supérieur et la recherche. En bons technos, ils avaient en tête 20 ou 25% de l’enveloppe. Sarkozy a décidé que l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation bénéficieraient des deux tiers de l’enveloppe. Non seulement il a permis, ainsi, à la recherche française de rester (provisoirement) dans la course mais il faisait preuve d’un sens politique aigu: la réforme des universités a vraiment pris son essor à partir du «grand emprunt » car le pays a pu créer quelques grandes universités de recherche (Sorbonne Université, Paris-Sciences et Lettres, l’Université de Paris, Saclay, Strasbourg, Grenoble). On est d’ailleurs dans l’un des paradoxes du sarkozysme: Valérie Pécresse a été un ministre de l’Enseignement Supérieur estimé des universitaires. Nicolas Sarkozy vivait entouré de personnalités du monde de la culture. Et il en est venu à négliger les trois sujets qui l’avaient fait élire: sécurité; immigration; identité nationale. 

Comment expliquer que le Président à qui on doit notamment le célèbre "on va nettoyer au Karcher la cité" et un débat pour le moins houleux sur l'identité nationale ait finalement moins divisé la population ? Est-ce une question de conjoncture plus que d'idées ? En d'autres termes, plus qu'un président ou l'autre est-ce que ce qui pousse les Français à sortir dans la rue aujourd'hui ce n'est l'accumulation de toutes les réformes et mesures passées, un "raz-le-bol" général en quelque sorte ? 

Maxime Tandonnet : En 2010, les sondages donnaient, pour Sarkozy comme aujourd’hui pour Macron, une cote de confiance d’environ 25 à 30%. Cependant, les causes de cette impopularité n’étaient pas du tout de même nature. Sarkozy subissait de plein fouet les conséquences de la crise des subprimes et de l’explosion du chômage. Sa gouaille, de ses provocations ou maladresses lui étaient vivement reprochées. Cependant, il n’était pas perçu comme distant, arrogant et méprisant envers le peuple ce qui est la tare fondamentale du quinquennat actuel. 

Elu en 2007, avec 54% des voix dans le cadre d’une élection relativement sereine, sa légitimité n’était contestée par personne. L’élection de M. Macron en 2017, à l’occasion du gigantesque séisme autour de François Fillon, puis contre Mme le Pen au second tour dont chacun savait qu’elle n’avait aucune chance, s’est déroulée dans des conditions chaotiques qui ont laissé un goût d’inachèvement démocratique. 

Mais surtout, à l’époque, la France croyait encore un peu en la démocratie. Toutes les réformes de Sarkozy donnaient lieu à un débat parlementaire approfondi. Lui-même y veillait personnellement. Il avait parfaitement conscience que si la discussion, même houleuse, n’avait pas lieu devant le Parlement entre une majorité et une opposition, elle se traduirait par la violence dans la rue. Il n’a d’ailleurs jamais eu recours aux ordonnances. Sous l’ère Macron, l’affaiblissement de la démocratie parlementaire, la disparition du débat droite-gauche ou majorité/opposition, l’anéantissement du rôle de l’Assemblée nationale, sont une cause essentielle de la généralisation de la violence politique dans la rue. 

Edouard Husson : D’abord, le président Sarkozy a pu avoir des altercations individuelles mais il n’a jamais insulté des catégories entières de Français, comme se l’est permis Emmanuel Macron. Ensuite, Nicolas Sarkozy a su s’entourer d’énarques compétents mais son exemple confirme qu’il ne faut pas confondre la haute fonction publique et la politique. Il avait un sens du réel qui fait complètement défaut à Emmanuel Macron. Rappelez-vous que Nicolas Sarkozy a fait passer une réforme des retraites: il avait chargé un homme expérimenté, rusé et rompu aux relations avec les partenaires sociaux, Raymond Soubie, pour négocier, dans une atmosphère d’estime mutuelle, avec les syndicats. Enfin, le Président Sarkozy avait les qualités de ses défauts: il centralisait certes exagérément la décision mais ensuite il se désintéressait de l’exécution. Ce qui fait que Matignon, le gouvernement, les directions centrales des ministères étaient vraiment en charge. L’Elysée ou les cabinets ministériels jouaient leur rôle: imposer le respect des délais de mise en oeuvre. Evidemment, le relatif manque de leadership de Nicolas Sarkozy (un bon chef doit se faire rendre compte à mi-parcours et en fin d’exécution) lui a coûté cher dans les domaines (insécurité, immigration) où les exécutants ont été structurellement déloyaux. Pour une grande partie de l’UMP et des membres du gouvernements, il s’était agi de slogans de campagne et il fallait « garder le président de ses démons ». Le mauvais côté du sarkozysme, c’est par exemple l’obstination de Claude Guéant à vouloir réguler de manière tatillonne les titres de séjour des étudiants étrangers, sujet facile, au lieu de lutter efficacement contre l’immigration clandestine. 

Le Président Sarkozy reste très largement populaire à droite (81% de bonnes opinions parmi les sympathisants de droite), il a semblé moins diviser que ses successeurs et pourtant il a échoué lors des primaires de 2017. Comment expliquer ce paradoxe ? 

Maxime Tandonnet : Quand on a été à la tête de l’Etat pendant cinq ans, il est sans doute difficile de revenir surtout après avoir été désavoué une première fois en 2012. Valéry Giscard d’Estaing avait connu le même sort après sa défaite de 1981 : il n’a jamais pu retrouver sa place au premier plan. En outre, le climat des « affaires » pesait sur l’image de l’ex-président.  Les électeurs ressentaient le besoin de ne pas retourner en arrière et de passer à autre chose. Peut-être en 2014-2016 a-t-il commis l’erreur de banaliser son image en redevenant chef de parti. Depuis cet échec, le président Sarkozy a pris une toute autre dimension que celle d’un chef de parti. Il a choisi de se situer au-dessus de la mêlée et de ne pas parler de politique politicienne mais des grands enjeux de civilisation. C’est sans doute à cela qu’il doit son spectaculaire regain de popularité aujourd’hui.  

Edouard Husson : Tout d’abord, la Vè République nous enseigne qu’un président non réélu ne réussit pas à revenir plus tard. Valéry Giscard d’Estaing a été objectivement un bien meilleur président que Mitterrand et Chirac. mais il ne s’est jamais remis de la défaite de 1981. Quand les sympathisants LR ont eu le choix, ils ont choisi, somme toute, celui qui n’avait pas encore été président et qui avait été un bon Premier ministre. C’est le syndrome de Pompidou. Ajoutons qu’il y avait contradiction, de la part d’un ancien président, à se soumettre au jeu des primaires. Mais le problème est plus profond. Nicolas Sarkozy avait été élu par un large rassemblement d’électeurs de l’UMP et du Front National. Il avait, dans les urnes, reconstitué la droite divisée par Chirac sur injonction mitterrandienne ! A partir du moment où il n’a pas tenu sa parole sur les sujets qui avaient attiré 50% de l’électorat FN sur son nom, sa crédibilité était atteinte, quelles que fussent ses immenses qualités: goût de la réforme, lutte contre la crise, remise en mouvement d’un Etat endormi par les années Chirac. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pharamond
- 24/01/2020 - 11:17
Libre désormais de toute
Libre désormais de toute contrainte politique, Nicolas Sarkozy a écrit deux livres: "Tout pour la France" et "Passions" ,qui ont connu un grand succès d'édition. Il est intéressant pour le grand public de comprendre ce qui a guidé les décideurs,en l'occurrence le premier d'entre eux, dans leur action politique, les obstacles qu'il a du à franchir, ceux qui l'ont paralysés (l'Etat profond?),etc. On peut regretter que dans ces ouvrages Nicolas Sarkozy n'ait abordé le problème de l'immigration et du relatif abandon de cette priorité de son agenda politique. On aurait aimé comprendre: ce problème est-il soluble? S'il ne l'est pas,pourquoi?
moneo
- 23/01/2020 - 17:48
Pelletier?
le problème c'est que tous ces gens dits de Droite ne le sont pas ,qu il n' y a pas de moyens juridiques pour faire cesser l'immigration au sens large ;que même si un gouvernement venait à vouloir annuler tout le fatras juridique ,national ,européen il y aurait encore le conseil constitutionnel pour dir e c'est illégal .Bref à part un referendum immédiat juste apres une élection présidentielle et donc une consultation populaire réussie... aucun gouvernement dit de droite républicaine ( tant pis pour les autres qui sont là juste pour justifier l'élection de n'importe qui ,même d'une ânesse du Poitou ) ne le fera .Bref faudra t il tout casser pour arrêter cette invasion permanente niée par tous les bobos et intellos qui ne prennent jamais le métro .Bref Sarko en laissant son Karcher dans son emballage ,en faisant de l'ecologie Borlooesque cad en dépensant inutilement de l'argent public ,t en empêchant l'exploitation du Gaz de schiste, en se laissant entrainer par un BHL dans des histoires de démocratie à instaurer chez les arabes , en suivant les conseils d(un ,Guaino colbertisme nationaliste a spolié son electorat donc cocu unefois mais pas 2
Papy Geon
- 22/01/2020 - 13:59
Un seul reproche, mais de taille...
Le seul reproche que je puisse lui faire, c'est d'avoir utilisé nos aviateurs pour aller bombarder "tranquillement" les libyens. La Libye de nous menaçait en aucune manière, mais il s'est fait plaisir. Il a peut-être aussi fait plaisir à quelqu'un, allez savoir ...comme l'aurait dit ma grand-mère. Et les milliers de libyens qui ont pris des bombes sur la tête, ne sont pas contents, allez comprendre cela! Nous en payons les conséquences aujourd'hui.