En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 12 heures 44 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 22 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 7 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 20 heures 50 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 23 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 20 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 20 heures 43 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 13 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 9 min
© CESAR MANSO / AFP
© CESAR MANSO / AFP
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

Publié le 18 janvier 2020
Avec un taux de fécondité bas et un vieillissement important de sa population, l'Europe fait face à des bouleversements démographiques qui auront un impact sur sa croissance et sur les finances publiques.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec un taux de fécondité bas et un vieillissement important de sa population, l'Europe fait face à des bouleversements démographiques qui auront un impact sur sa croissance et sur les finances publiques.

Atlantico : On parle d'une crise démographique européenne imminente, avec une baisse de la démographie européenne dès 2021, mais la découvre-t-on seulement maintenant ?

Laurent Chalard : Ce qui fait prendre conscience aujourd’hui aux élites dirigeantes de la crise démographique européenne qui s’annonce est que selon les projections de l’ONU, dont s’est fait récemment l’écho le Financial Times sous la plume de Valentina Romei, la population devrait diminuer sur l’ensemble du continent européen à partir de l’année prochaine et plus juste uniquement dans quelques pays, du fait d’un déficit naturel, c’est-à-dire d’un excès des décès sur les naissances, qui ne serait plus totalement compensé par l’immigration provenant d’autres continents, principalement d’Afrique et d’Asie. Pourtant, étant donné les tendances démographiques à l’œuvre en Europe depuis les années 1970, cette situation était largement anticipée par les experts, qui, d’ailleurs, pensaient que cette baisse de la population serait arrivée plus tôt, ayant sous-estimé le volume de l’immigration récente vers l’Europe, beaucoup plus élevé ces dernières années que par le passé, proche de celui constaté vers les Etats-Unis. En effet, la fécondité européenne étant constamment inférieure au seuil de remplacement des générations depuis les années 1980, cela sous-entendait qu’à long terme, le niveau des naissances finirait par devenir insuffisant pour soutenir une croissance naturelle. Mais, le temps court des politiques n’est pas le temps long de la démographie !

Qu'est ce qui a changé aujourd'hui pour qu'elle paraisse à ce point inévitable ?

Laurent Chalard : Dans les prochaines années, sauf flux migratoires massifs, la situation de déclin démographique du continent européen est inéluctable pour deux raisons, qui conduisent à la détérioration de son solde naturel. La première raison concerne la natalité, où deux facteurs jouent à la baisse. Le premier, comme nous l’avons vu précédemment, est le maintien d’une fécondité constamment inférieure au seuil de remplacement des générations (2,1 enfants par femme) depuis plusieurs décennies, avec environ 1,6 enfant par femme à l’heure actuelle, c’est-à-dire que les générations ne se renouvellent que de l’ordre des 3/4. Pour donner une idée plus parlante, chaque année, pour une moyenne de 100 individus en âge de procréer, il n’y a que 75 naissances.  Le deuxième facteur est que les générations qui arrivent aujourd’hui en âge de procréer sont les premières générations creuses des années 1990, en particulier en Europe de l’Est et du Sud, ce qui accentue le phénomène de diminution des naissances, puisque dans un premier temps l’abaissement de la fécondité concernait des générations nombreuses, celles du baby-boom. La seconde raison concerne la mortalité, où un unique facteur joue à la hausse. En effet, étant donné l’héritage du baby-boom post-seconde guerre mondiale qui a concerné l’ensemble du continent, même si son ampleur et sa durée ont été variables selon les pays, désormais commencent à arriver aux grands âges des générations très nombreuses, ce qui va conduire mécaniquement à l’augmentation du nombre de décès. A l’arrivée, cette dernière combinée à la baisse des naissances va entraîner l’accentuation du déficit naturel du continent.

La population vieillit, l'âge moyen en Europe serait actuellement de 43 ans soit 12 ans de plus que dans le reste du monde, comment expliquer cette différence ?

Laurent Chalard : La différence de vieillissement entre l’Europe et le reste du monde s’explique principalement par le fait que le continent européen a été le premier à achever sa transition démographique, c’est-à-dire le passage d’une situation de fortes natalité et mortalité à une situation de faibles natalité et mortalité. Il s’ensuit que, même si d’autres pays de la planète connaissent aujourd’hui des fécondités plus abaissées qu’en Europe, comme par exemple la Corée du Sud ou Taïwan, le caractère précurseur de la baisse de la fécondité européenne a pour l’instant un impact plus important qu’ailleurs, en gardant en tête que le reste de la planète sera aussi touché par le même processus, mais de manière décalée dans le temps.  C’est d’ailleurs le problème, l’Europe faisant fasse à une situation inédite dans l’histoire de l’humanité, elle va devoir envisager des solutions sans pouvoir s’inspirer de l’expérience de ce qui se serait éventuellement fait ailleurs. D’un certain côté, l’Europe constitue (avec le Japon à l’autre extrémité de l’Eurasie) le laboratoire mondial du vieillissement.

À quels impact économiques doit-on s’attendre ? Si cette japonisation de l’Europe paraît majoritairement négative économiquement parlant, n’y-a-t-il pas néanmoins un « silver lining » possible ?

Michel Ruimy : A priori, il est difficile de trouver des avantages au vieillissement de la population. Pourtant, nous devons changer nos mentalités pour envisager le vieillissement positivement plutôt que négativement. Si nous regardons l’Allemagne, qui est à un stade avancé de transition démographique (taux de fécondité actuel d’environ 1,4 et âge médian de 46,2 ans), certains enseignements du vieillissement de la population, pris en combinaison avec d’autres facteurs démographiques, peuvent être tirés.

Tout d’abord, une augmentation de la productivité. Alors que ce processus entraînera vraisemblablement une baisse de la population active, l’augmentation prévue dans les niveaux d’éducation des travailleurs peut, en partie, compenser cette baisse par une productivité plus élevée. On pourrait donc envisager un remplacement du personnel qualifié par des employés beaucoup mieux formés et en bonne santé.

Cette évolution pourrait ensuite être favorable à l’environnement. Le monde serait plus écologique. En effet, en raison d’une plus grande sédentarité, les changements dans la structure d’âge et la taille du déclin de la population sont associés à une consommation réduite de produits à forte intensité énergétique et à émissions de CO2. Selon certains chercheurs, le niveau d’émission recensé en 1950 pourrait même être atteint.

En termes de qualité de vie, le rapport entre travail, temps libre et travaux ménagers se modifierait progressivement pour favoriser et multiplier les temps libres. Autrement dit, le temps moyen de loisirs sera, en moyenne, plus long.

Donc, si le vieillissement global de la population mondiale est inquiétant sur bien des points, l’avenir n’est pas si sombre que l’on pense.

Quelles seraient les solutions pour parer à ces changements majeurs ?

Michel Ruimy : Pour avoir longtemps refusé certaines lectures pessimistes de l’avenir, de nombreux pays, dont la France, doivent désormais composer à la hâte avec un vieillissement démographique déterminant pour l’équilibre financier à long terme du système de protection sociale et l’évolution des rapports entre les groupes d’âges. Cette situation va nous pousser à faire des arbitrages difficiles dans les prochaines décennies. Notre contrat social doit être repensé à mesure que la solidarité intergénérationnelle trouve ses limites, au risque de creuser de nouveau la fracture sociale. Ce débat critique doit avoir lieu maintenant malgré la crainte des réponses qu’on y apportera.

Par exemple, dès lors que les personnes âgées convergent vers les centres-villes, quelle politique met-on en place pour conserver une mixité de population et un équilibre budgétaire tout en ajustant les équipements urbains au vieillissement ? Est-on certain qu’on aura assez de main-d’œuvre pour accompagner les personnes âgées dépendantes et isolées alors qu’il s’agit d’emplois difficiles, peu reconnus, mal rémunérés ? Tandis que l’âge moyen des votants ne cesse d’augmenter, le taux d’abstention progresse chez les jeunes. D’où la poussée conservatrice que l’on observe déjà dans beaucoup de pays et qui peut se traduire par la mise en place de politiques générationnelles : pour les personnes âgées par exemple, la sécurité est la première des attentes, devant l’écologie ou l’emploi. Pour les jeunes, c’est l’inverse. Certains arbitrages de société, comme notre système « 1 personne = 1 voix » est questionnable et mériterait d’être revisité à la lueur de notre pyramide des âges pour rester équitable avec toutes les générations.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pedro38
- 18/01/2020 - 23:26
Démographie
Autre remarque sur la confusion et la bêtise ambiantes : dire que le monde sera plus écologique quand on sera revenu à la consommation de 1950, soit 4 fois moins riche, donc l'écologie appelle la pauvreté !
Pedro38
- 18/01/2020 - 23:21
Démographie
L'auteur a indiqué 75 naissances par an pour 100 personnes en âge de procréer, erreur grotesque, il pourrait relire son texte ce géographe qui n'est pas démographe manifestement !
TPV
- 18/01/2020 - 19:00
@Franzi67
L'IVG, alias avortement de masse est une vache sacrée progressiste. Mais les solutions à la baisse du massacre existent comme le prouve la société russe qui l'a fait chuter de 70%.