En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

07.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

06.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 5 heures 53 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 7 heures 43 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 11 heures 27 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 12 heures 21 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 15 heures 58 min
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 18 heures 44 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 6 heures 42 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 10 heures 46 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 12 heures 2 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Santé
Bienfaits salvateurs

Au temps du Covid, le sourire aussi est contagieux, mais pour notre plaisir !

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 17 heures 8 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 18 heures 27 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 1 jour 4 heures
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

Publié le 17 janvier 2020
D'après une nouvelle étude menée par des chercheurs américains de l'Université de Californie à San Diego, un grand nombre de médicaments que l'on utilise quotidiennement seraient plus dangereux qu'on ne le pense.
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une nouvelle étude menée par des chercheurs américains de l'Université de Californie à San Diego, un grand nombre de médicaments que l'on utilise quotidiennement seraient plus dangereux qu'on ne le pense.

Atlantico.fr : Les médicaments contre l'excès de cholestérol, les antidépresseurs ou même le paracétamol, autant de médicaments qui seraient bien plus dangereux qu'on ne le pense. Certains de ces médicaments iraient même jusqu'à altérer complètement notre personnalité.  De quels types de changements de comportement parle-t-on ?  Concrètement comment se traduisent ces altérations ?

Guy-André Pelouze : La BBC produit une série passionnante qui s'appelle BBC Future. Les sujets scientifiques y abondent et particulièrement les sujets médicaux. La devise de l'émission est: “Nous croyons à la vérité, aux faits et à la science. Nous prenons le temps de réfléchir. Et nous n'acceptons pas - nous demandons pourquoi.” Une devise exigeante.

L’article sur les modifications du comportement humain après la prise de médicaments aussi largement prescrits que les statines, le paracétamol ou les psychotropes relance le débat sur ces effets secondaires. Les médicaments quel que soit leur molécule, leur dose ou la durée de la prise ont des actions pléiotropes. Qu'est-ce à dire ? Il s'agit de comprendre que la prise par exemple orale ou l'injection d’un médicament fait que cette molécule va diffuser dans tout l'organisme. Dès lors un certain nombre d'actions sont attendues d'autres sont moins bien connues ou plus rares. L'action attendue est celle qui est l'objet de la mise sur le marché du médicament. Les autres constituent des effets secondaires. Il peut s'agir d'une action de la molécule sur certaines cellules de l'organisme qui n'était pas identifiées au départ, il peut s'agir de la conséquence de l'effet principal du médicament, par exemple la baisse du LDL cholestérol pour les statines, enfin il peut s'agir d’un effet qui est spécifique à certains individus en raison de leur génétique. Cela représente un nombre considérable d’effets qui ne peuvent être documentés dans les études initiales puisque la plupart du temps on ne mesure que certains paramètres comme par exemple la mortalité, les accidents cardio-vasculaires majeurs ou bien des constantes biologiques comme les différentes particules lipidiques du sang. Ces effets secondaires comportementaux sont rares. Néanmoins ils s’agit d’observations très concordantes car elles ont fait, pour une certain nombre, l’objet d'expériences répétées d’arrêt et de réintroduction du médicament ce qui représente une preuve de causalité.

Les effets comportementaux sont très divers, de modifications subtiles que l’individu perçoit ou bien son entourage à des changements critiques comme celui du comportement violent au volant ou bien un suicide. Leur mécanisme physiopathologique est très incertain à l'heure actuelle mais par exemple on suspecte que la diminution des particules de LDL cholestérol dans le sang, sous traitement par statine, peut influer sur le fonctionnement cérébral car le cholestérol est un constituant essentiel de toutes les membranes. Son manque pourrait interférer dans la fonction essentielle du cerveau qui est la communication entre les neurones.

Il n'y a pas que les médicaments, la prise d'hormones contraceptives, modifie le comportement du cerveau car ce dernier est très sensible aux hormones sexuelles et aux hormones synthétiques. C'est souvent parfaitement méconnu y compris des soignants et l'essentiel des constatations concerne la perception émotionnelle des événements qui est modifiée chez certaines femmes par la pilule.

L'impact de ces "effets secondaires" varient : les médicaments contre l'excès de cholestérol pourraient changer notre comportement du tout au tout, alors que les effets du paracétamol ne dureraient que quelques heures. Alors que certains médicaments rendent plus impulsifs, nous font perdre le contrôle de nous-même est-ce à dire, comme l'on fait certains criminels, qu'ils peuvent nous pousser à commettre des actes voire des crimes que l'on ne commettrai jamais en temps normal ? Comment distinguer ce qui est dû au médicament de ce qui est de la responsabilité de la personne elle-même ? 

La prise de médicament, de drogue ou d’alcool ne supprime pas la responsabilité de la personne, l’invoquer conduit à inciter les individus violents à consommer ces drogues pour justement augmenter leur potentiel criminel. En effet cette prise est volontaire. Le seul cas qui est à discuter est celui de maladies mentales graves (les psychoses par exemple) préexistantes et traitées par des médicaments psychotropes à condition qu’il soit établi que ces médicaments altèrent profondément le discernement. Il n’y a pas lieu de poser la question de la part médicamenteuse dans le comportement criminel de l’individu non atteint d’une maladie mentale grave, car tout simplement aucun expert ne peut répondre à cette question sur des bases scientifiques.

Peut-on lutter contre ces effets ? Les contrôler ?

Ces effets secondaires sont comme les autres: leur fréquence est d’abord le résultat de l’utilisation massive des médicaments dans nos sociétés. Prenons l'exemple du paracétamol il s'agit d'un médicament antalgique dans l'utilisation est devenue tellement fréquente que l'automédication est un poison. Pour n'importe quel bobo, n'importe quelle entaille, n'importe quelle céphalée le recours aux médicaments est devenu chez certains une deuxième nature sans se poser la question essentielle de savoir si le risque est supérieur au bénéfice. Selon la classe du médicament on peut estimer que dans les sociétés développées la moitié voir les trois quarts de la consommation est inutile abusive ou dangereuse. Le résultat est devant nos yeux:

“La toxicité du paracétamol est la cause la plus fréquente d'insuffisance hépatique nécessitant une transplantation hépatique en Grande-Bretagne. Aux États-Unis, la toxicité du paracétamol a remplacé l'hépatite virale comme cause la plus fréquente d'insuffisance hépatique aiguë et est la deuxième cause d'insuffisance hépatique nécessitant une transplantation. La toxicité du paracétamol est particulièrement fréquente chez les enfants, mais les adultes ont représenté la plupart des cas graves et mortels. C'était en 2009, mais en 2016 un article dressait le bilan d’une intoxication mondiale: “L'hépatotoxicité du paracétamol reste un problème mondial; aux États-Unis, en particulier, il représente plus de 50% des insuffisances hépatiques aiguës liées à un surdosage et environ 20% des cas de transplantation hépatique.” C’est autrement plus grave que des troubles comportementaux, convenons en, et pourtant les citoyens n’en sont pas conscients.

Il en est de même des psychotropes. Dans ce domaine la situation en France reste très préoccupante. Depuis la mise en garde d’Édouard Zarifian, la surprescription ou les prescriptions inappropriées notamment dans les dépressions légères reste extrêmment fréquente. Les personnes âgées paient un très lourd tribut à cette surconsommation non pas en terme de troubles comportementaux mais en terme de chute et de mortalité. Dans ce cas aussi la prévention est une réduction drastique de la consommation de psychotropes.
C'est pourquoi il est inefficace de vouloir prévenir par une “lutte” les effets secondaires des médicaments. Il s’agit de modifier nos pratiques et d’influer sur la consommation par tous les moyens et en particulier le copaiement car la gratuité est une source de demande infinie.

Pourquoi ne s'en rend-t-on compte qu'aujourd'hui ? Pourquoi continuer de prescrire ces médicaments malgré les alertes répétées des chercheurs ?

Ces données sont présentes dans la litérature depuis plusieurs années, cet article  a été publié en 2004 ! Ce qui se passe c’est que la face cachée des médicaments (celle des effets secondaires) est souvent, pour ce qui n’est pas la mortalité ou des accidents aiguës graves de toxicité, découverte dans les études post marketing. Il s’agit de creuser les phénomènes cliniques observés dans des cas cliniques épars. De surcroît les changements comportementaux sont complexes à étudier car de multiples causes concurrentes peuvent les produire. Même avec les outils de l’imagerie fonctionnelle du cerveau ces études sont difficiles et coûtent cher.

D’autre part ces médicaments il faut le rappeler rendent des services utiles lorsqu'ils sont utilisés avec parcimonie et dans des indications appropriées. Le patient qui vient de faire un accident vasculaire cérébral ou un infarctus du myocarde et qui n'a absolument pas pris la dimension des efforts d'hygiène de vie qu'il doit consentir pour prévenir la récidive bénéficie d'une statine au moins pour un certain nombre de mois ou d’années. Qu'il s'agisse de complications comme des douleurs musculaires ou des troubles comportementaux, c'est le suivi de la prescription qui doit permettre de les caractériser, de modifier cette dernière, de l'adapter ou de choisir un autre médicament.

Dans ce domaine aussi l'intelligence artificielle va modifier le rapport entre le médicament, son prescripteur et le patient. Tout d'abord le temps approche où, sur des bases rationnelles, un certain nombre de prescriptions notamment celles qui sont multiples ne seront plus délivrées. C'est en effet la cause principale de multiplication des effets secondaires. Plus le patient prend de molécules médicamenteuses plus les risques d'effets secondaires et d’interactions médicamenteuses sont élevés. Aujourd'hui cette situation désastreuse notamment chez les personnes âgées ne fait l'objet d'aucune évolution technologique pour en diminuer les conséquences souvent gravissimes. Dans le même temps l'intelligence artificielle va pouvoir, compte tenu de l'extrême complexité des données et de leur nombre difficilement accessible au cerveau humain, d’identifier rapidement les liens entre un phénomène clinique qui apparaît comme inopiné et une molécule médicamenteuse.

Le médicament est utile car il sauve des vies. Son usage de convenance ou son abus sont très dangereux car il n’y a pas de molécule neutre. Elles ont toutes des effets multiples.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 19/01/2020 - 11:38
Vauban
Où le hiatus entre le dire et le réel!
C’est un poncif, mais du coup comment traitez-vous une cardiopathie ischémique chez un diabétique, dyslipide et hypertendu?
Et s’il développe une arythmie, arrête quoi?
vauban
- 19/01/2020 - 08:38
Dixit
Pas d ici
vauban
- 19/01/2020 - 08:37
Au delà de 5 molécules prescrites
Vous ne maîtrisez plus ni ne connaissez les effets de vos 5 traitements
D’ici mon maître en cardiologie il y’a 45 ans ....
J abaisserais volontiers ce nombre à 3 au fil de mon expérience sauf cas particuliers
Tout ce qui est excessif n’est délétère et inutile