En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Redressement des finances publiques
La Cour des comptes exhorte le gouvernement à accélérer la baisse des dépenses
il y a 4 min 6 sec
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 5 heures 45 sec
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 5 heures 28 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 16 heures 56 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 19 heures 56 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 21 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 4 heures 39 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 5 heures 15 min
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 16 heures 1 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 19 heures 15 min
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 20 heures 28 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 23 heures 8 min
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Difficultés du monde de la "Tech"

Méfiez vous des bulles tech : 20 ans après, les rémunérations décevantes de la génération internet 1.0

Publié le 16 janvier 2020
Selon une étude réalisée par des universitaires, un écart de salaire de 7% a été constaté entre les individus travaillant dans l’industrie des nouvelles technologies françaises qui ont commencé leur carrière à la fin des années 1990 et ceux qui ont rejoint les nouvelles technologies plus tard.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude réalisée par des universitaires, un écart de salaire de 7% a été constaté entre les individus travaillant dans l’industrie des nouvelles technologies françaises qui ont commencé leur carrière à la fin des années 1990 et ceux qui ont rejoint les nouvelles technologies plus tard.

Atlantico.fr : D’après une étude réalisée par deux universitaires français et américains, on note un écart de salaire de 7% entre les individus travaillant dans l’industrie des nouvelles technologies françaises qui ont commencé leur carrière à la fin des années 1990 et ceux qui ont débuté dans d’autres secteurs et ont rejoint les nouvelles technologies plus tard.

Comment expliquer que les personnes ayant débuté leur carrière dans ce secteur soient, à présent, nettement moins payées que celles qui l’ont rejoint plus tardivement ?

Michel Ruimy : La digitalisation accrue des entreprises, avec notamment l’émergence de plus en plus rapide de nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle, le machine learning…, continue, de nos jours, à avoir un impact sur les recrutements.

Déjà, depuis quelques années, les entreprises anticipent la transformation progressive des métiers. Elles créent, de ce fait, une demande sur des profils techniques capables de les accompagner dans leur évolution. Les métiers IT (Information Technology) sont ainsi de plus en plus techniques et de plus en plus spécialisés. Du coup, les salaires reviennent au cœur des enjeux d’attractivité et de rétention des talents.

Certains profils prisés, comme les spécialistes de Progiciels de Gestion Intégré (PGI ou ERP en anglais), des données (data) et de la sécurité, tirent profit, à la fois, de ce marché du travail sous tension et d’un phénomène persistant de surenchère sur les salaires devant la pénurie des talents.Dans ce contexte, le salaire est l’instrument de la recherche des talents du numérique.

À l’avenir, si vous ne possédez pas un solide bagage technique, une vraie compréhension des enjeux « business » et une employabilité avérée, il ne vous reste qu’une seule stratégie : changer d’entreprise pour vous tourner vers les compétences qui feront de vous un « mouton à cinq pattes » sur le marché du recrutement. Car la mise à niveau sur des compétences pointues est vraisemblablement une des raisons qui expliquent la dichotomie des rémunérations à 20 ans d’écart. La complexification des langages notamment, a contraint de nombreux métiers à relever le niveau minimal d’études requis à l’embauche.

On retombe là sur la problématique des salariés : l’importance de rester employable et non d’être employé. Il convient d’être relativement agile et ouvert aux nouvelles opportunités d’autant qu’avec la numérisation, le développement continu et rapide des nouvelles technologies, les évolutions démographiques et les préoccupations écologiques transforment les métiers actuels. Ces mutations sociétales contribuent à l’apparition de nouvelles compétences portées par la « génération Y » et à la formation en devenir de métiers inédits que pratiqueront, dans la prochaine décennie, les purs « digital natives ».

Ce phénomène tient-il principalement au fait que les compétences requises aujourd’hui sont plus spécialisées et variées ou montre-t-il un certain déclin du monde de la « Tech », du moins en termes de prestige et d’attractivité des salaires ?

Pas seulement. La quasi rareté de compétences spécifiques l’explique aussi alors que les nouvelles technologies envahissent notre quotidien.

Les PME et ETI amorcent ou poursuivent leur prise de conscience sur l’importance d’avoir des directions de Technologie et Information (IT) performantes. Si la digitalisation est souvent le sujet le plus au cœur des thématiques traditionnelles, la refonte des infrastructures ou le déploiement de PGI restent au cœur des préoccupations, symbole du retard parfois accumulé sur les dernières années. De même, le Règlement General de Protection des Données (RGPD), au-delà de son impact sur les sujets sécurité et audit IT, a été l’occasion de remettre à plat des organisations IT et de les repenser. Les entreprises qui auront réussi leur travail de fond sur l’architecture technique et data seront donc les mieux dotées pour faire face à la transformation numérique. C’est pourquoi, elles sont en quête de profils, rares, experts en « Internet des objets » (Internet of Things - IoT), ou d’analyse des données… afin de porter la transformation de leur modèle économique.

En outre, la nature et la taille d’une entreprise sont déterminantes dans les critères de recrutement et d’évolution de carrières et de niveau salarial. Les grands groupes et les PME vont hésiter à embaucher un jeune sans expérience et lui préférer les « profils confirmés ou ayant fait leurs preuves », donc un niveau de rémunération élevé tandis que les startups se montrent moins frileuses et embauchent « principalement des jeunes diplômés ». Ayant peu de moyens financiers, le salaire d’embauche est bas. Toutefois, il s’agit d’un pari payant puisque qu’elles rencontrent moins de difficultés à embaucher que les PME.

Ce phénomène s’observe-t-il uniquement en France où constate-t-on un schéma similaire à l’étranger ?

Nous le retrouvons, en grande partie, chez les partenaires commerciaux de la France. 

Certaines entreprises étrangères apprécient les candidats français en raison d’une part, de la bonne réputation du système d’enseignementfrançais et d’autre part, de leurs compétences, a fortiori s’ils ont fait un stage à l’étranger.D’ailleurs, elles y mettent le prix. Il faut bien comprendre qu’une des raisons de la pénurie de développeurs en France résulte des départs des jeunes talents à l’étranger où ils sont, en moyenne, mieux payés. Aux États-Unis, le salaire moyen d’un développeur est de l’ordre de 100 000 dollars, en Allemagne, il se situe à un peu moins de 70 000 dollars alors qu’en France,il s’établit autour de 55 000 dollars.

Mais, on observe fréquemment, dans la plupart des pays de l’OCDE, que l’expérience professionnelle apparaît de plus en plus comme le critère le plus valorisé dans le processus d’embauche car elle est un indicateur du potentiel d’adaptation du candidat. Si elle est réussie, elle devient, en quelque sorte,un signal stratégique de la compétence qui devance le diplôme, tant pour les techniciens que pour les professionnels et les cadres.

D’autant qu’aujourd’hui, avec le développement rapide notamment des nouvelles technologies, de nombreuses compétences en vogue ne font l’objet pour l’instant d’aucun diplôme reconnu. Plus qu’un cursus, la capacité à démontrer certains ressortsseraun atout crucial à l’embauche dans les années à venir. En raison de cette « révolution des métiers », des compétences, à la fois techniques et comportementales, pourraient prendre le pas sur les critères d’embauche traditionnels. En d’autres termes, elles rendront, peut-être, bientôt obsolète le duo diplômes – expériences.Ayant conscience de cette situation, certains établissements d’enseignement supérieur se sont déjà engagés dans cette voie en développant des « soft skills » (résolution de problèmes complexes, intelligence émotionnelle…).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 16/01/2020 - 23:18
Black Block et Rock.
Les Black Blocks sont bien plus populaires en France que les Blackrock. Les premiers sont diplômés de sociologie de fac poubelles labellisées Bourdieu, ne produisent et ne font rien, cassent tout ce qui est visible dans la ville, entretenu à grand frais par des travailleurs " bouseux" de base, genre commerçants, serveurs et restaurateurs, les seconds diplômés de filières prestigieuses ( et coûteuses) US ou assimilées, font gagner de l'argent à leurs millions de clients directs et indirects.
evgueniesokolof
- 16/01/2020 - 17:36
Très intéressant
car d'une part à mettre en parallele avec ce qu'évoque Ph Alexandre sur la révolution numérique et sur l'inemployabilité future d'une masse de gens avec les conséquences sur la ....démocratie....Dans un monde où des gens ne servent à rien quelle est leur légitimité à voter?Non je ne rêve pas! Des ordures bien en vue au sein de l'oligarchie , des merdias et du monde des logues se demandent s'il est bien raisonnable de donner la parole à des Gilets jaunes.....Il est vrai que, charité bien ordonnée commençant par soi même ils devraient être les premiers servis: ce ne sont pas les tarés de Lyon II ou des universités pourries fabriquant des diplômes de black blocks ou de défenseurs de la planete qui doivent s'arracher sur le marché! Reste l'Etat pour les entretenir !