En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 2 min 53 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 18 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 4 heures 22 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 5 heures 10 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 6 heures 27 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 17 heures 5 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 21 heures 16 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 40 min 12 sec
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 5 heures 19 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 6 heures 56 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 17 heures 20 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 20 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 21 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Le combat d’un père avant les attentats du 13 novembre 2015 : le jour où Azdyne Amimour a retrouvé son fils en Syrie

Publié le 12 janvier 2020
Azdyne Amimour et Georges Salines publient "Il nous reste les mots" chez Robert Laffont. Extrait 2/2.
Georges Salines a présidé l'association de victimes 13onze15 : Fraternité et Vérité et milite pour la prévention de la radicalisation. Il est l'auteur de L'Indicible de A à Z (Le Seuil, 2016).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Azdyne Amimour a exercé plusieurs métiers, dans le commerce, le sport ou le cinéma. Il est le père de Samy Amimour, l'un des trois terroristes du Bataclan.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Salines
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges Salines a présidé l'association de victimes 13onze15 : Fraternité et Vérité et milite pour la prévention de la radicalisation. Il est l'auteur de L'Indicible de A à Z (Le Seuil, 2016).
Voir la bio
Azdyne Amimour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Azdyne Amimour a exercé plusieurs métiers, dans le commerce, le sport ou le cinéma. Il est le père de Samy Amimour, l'un des trois terroristes du Bataclan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Azdyne Amimour et Georges Salines publient "Il nous reste les mots" chez Robert Laffont. Extrait 2/2.

GS : Finalement, Samy ne te mettra aucune barrière pour parvenir jusqu’à lui, c’était un sacré pari. 

AA : Oui. J’ai su par la suite qu’il était à Manbij, à trente‑huit kilomètres de Jarablus. Je suis retourné à la caserne, qui était un endroit assez inhospitalier. Il y avait la queue aux toilettes, la nourriture était infecte. Quant à l’ambiance, elle n’était guère mieux – pas de musique, bien sûr. Assis par terre, les gens se racontaient leurs aventures, les raisons de leur engagement, ce qu’ils espéraient faire en Syrie. Soit des idéalistes, soit des fous. Je me baladais d’une pièce à une autre et découvrais différents groupes de nationalité. « Malgré ton âge tu es venu quand même, bravo ! » m’a respectueusement lancé l’émir. J’ai passé une nuit infernale et rêvé que Samy avait été blessé. C’était manifeste ment prémonitoire… 

À 5 heures du matin, l’appel à la prière a retenti. Malgré la fatigue, nous nous sommes tous levés pour prier, tandis que l’émir a continué à dormir !

GS : Comment se sont passées vos retrouvailles avec Samy ? 

AA : J’ai attendu jusqu’à 10 heures pour voir Samy arriver. En tenue paramilitaire, appuyé sur des béquilles, une kalachnikov sur l’épaule, il s’est approché de moi en souriant. Visage creusé, petit bouc, le regard perçant, il était là. Il semblait comme habité, sûr de lui, viril. Il avait pris au moins cinq ans. 

Il m’a expliqué qu’il avait été touché par plusieurs balles dans la cuisse. Il était calme, froid, ce n’était pas les retrouvailles chaleureuses auxquelles je m’at‑ tendais. Nous sommes ensuite partis pour Manbij, à bord d’une jeep de toute évidence ravie à l’armée de Bachar al‑Assad. Je regardais Samy mais les mots avaient du mal à sortir. Malgré sa métamorphose physique, lui non plus n’était pas plus loquace qu’avant.

GS : Où t’emmenait‑il ? 

AA : Nous allions à l’hôpital de Manbij, l’état‑ major de ce que l’on appelle le « service attentats pour les opérations extérieures » de Daech. Là, c’était l’apocalypse : des Français blessés, gémissants, les jambes coupées. Même à l’article de la mort, certains conservaient leurs armes à la main. L’un d’entre eux portait encore une ceinture d’explosifs d’où pen‑ douillaient des fils. Certains étaient menottés à leur lit : des prisonniers de l’armée ou des Kurdes. Le médecin de l’hôpital ne faisait pas de distinctions : un blessé est un blessé. Nous avons passé là quatre jours, essentiellement pour que Samy soigne sa jambe. La seule activité consistant, cinq fois par jour, à se rendre dans une salle improvisée pour faire la prière. Samy se reposait et ne parlait pas beaucoup. Le deuxième jour, un de ses amis, un Marocain de trente ans, trépignait de joie. Je trouvais cela un peu bizarre, vu l’atmosphère de mort qu’il régnait ici. Nous étions en réalité le 28 juin 2014, la veille d’un très grand événement.

GS : La proclamation de l’État islamique le 29 juin par al‑Baghdadi, qui s’autodésigne calife ? À partir de ce moment‑là, Daech commence à devenir une organisation d’un type radicalement nouveau par rapport aux autres groupes djihadistes. 

AA : Oui, et c’est là que j’ai donné à Samy la lettre de Mouna, espérant un revirement de situation. Il s’est retiré pour lire la lettre et nous n’en avons pas reparlé, l’ambiance était lourde. 

Nous avons ensuite pris la route pour gagner l’autre bout de la ville et nous installer dans un ancien commissariat. Cette nuit‑là, j’ai dormi sur la terrasse à la belle étoile, il faisait très chaud et j’avais besoin de souffler un peu. Je me sentais oppressé. Nous nous sommes levés à 3 heures du matin pour manger et prier, avant de nous rendormir. 

Au matin, le califat a été proclamé. Vers 8 heures, j’ai entendu des coups de feu un peu partout dans la ville, j’ai cru au départ à une attaque. Cela ne semblait faire ni chaud ni froid à Samy, il regardait au loin, son arme sur l’épaule. Il avait une allure de vrai bon petit soldat, assuré mais blasé. Les hommes ont fini par se congratuler et Samy s’est plié à l’exercice en esquissant enfin un vague sourire. Je crois que nous avons échangé deux phrases en quatre jours. Alors qu’il parlait beaucoup avec sa mère et ses sœurs, avec moi, c’était le blocage. 

Plus tard, nous nous sommes rendus dans un cyber‑café et j’ai remarqué qu’il ne manquait pas une occasion de faire appliquer les préceptes de Daech. Il y a sermonné le propriétaire qui avait osé mettre de la musique.

J’ai vu comme du mépris dans le regard de ce vieux monsieur qui a fini par couper la radio, se pliant à ce qu’il devait considérer comme un caprice de jeune ignorant. 

J’avais le sentiment que rien n’avançait, on ne parlait pas avec Samy et tout cela me paraissait peine perdue. Je n’avais plus d’énergie pour essayer de le convaincre.

GS : Donc tu rebrousses chemin si vite ? Tu as l’impression que tu ne pourras pas faire revenir Samy ? 

AA : Je crois que j’ai eu besoin d’aller jusqu’en Syrie pour m’en rendre compte. Il n’y avait pas de marche arrière possible de son côté ni d’amélioration de notre relation, hélas. En Syrie, j’ai perdu mon fils une seconde fois.

GS : Comment es‑tu rentré ? Les adieux ont dû être déchirants. 

AA : Il y avait un départ le lendemain vers 9 heures pour la frontière turque. Nous nous sommes embrassés. J’aurais bien pris une photo, mais je ne voulais pas le contrarier. Dans la voiture, on s’est fait un signe rapide et je ne me suis pas retourné. J’ai pensé que c’était peut‑être la dernière fois que je le voyais. Il y avait du vent, de la poussière et des tombes sur le chemin. Devant les kilomètres qui défilaient, j’ai pensé au poème de Victor Hugo à sa fille Léopoldine : « Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, je partirai… »

J’ai imaginé le pire : s’il lui arrivait quelque chose, où pourrais‑je me recueillir ? Comment revenir avec ma femme et mes filles ? Comment faire mon deuil s’il mourait ici et qu’on ne retrouvait jamais son corps ? Nous étions le 1er juillet 2014.

Extrait du livre d’Azdyne Amimour et Georges Salines, "Il nous reste les mots", publié chez Robert Laffont

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires