En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 30 min 39 sec
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 5 heures 16 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 6 heures 18 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 8 heures 48 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 9 heures 30 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 10 heures 5 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 20 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 1 heure 52 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 1 heure
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 1 jour 2 heures
© MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

Publié le 15 décembre 2019
La puissance militaire américaine n'a pas de rivale mais face à l'absence de réaction de Washington lors notamment de la crise liée à la destruction des infrastructures pétrolières saoudiennes, la crédibilité des Etats-Unis est remise en question sur le dossier iranien.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La puissance militaire américaine n'a pas de rivale mais face à l'absence de réaction de Washington lors notamment de la crise liée à la destruction des infrastructures pétrolières saoudiennes, la crédibilité des Etats-Unis est remise en question sur le dossier iranien.

La nature humaine est telle que face à l’absence de sanctions, l’être humain ne cesse d’explorer continuellement les limites du permis, d’où l’adage de droit : « ce qui n’est pas interdit est permis ». Ce constat s’impose également dans les relations internationales. Le cas du conflit qui oppose l’Iran et les Etats-Unis est à cet égard particulièrement révélateur. Depuis l’avènement de Trump, la rhétorique américaine face à Téhéran ne cesse de se durcir. Le retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire du 14 juillet 2015 au mois de mai 2018 fut suivi de la transposition sur l’Iran de l’ensemble de l’arsenal des sanctions américaines en ce y compris celles qui frappent les entreprises non américaines de par le jeu de l’extraterritorialité de la loi américaine. Depuis lors, la politique nouvelle de Washington à l’encontre de l’Iran s’intitule « pression maximale ». Face à cette nouvelle donne, Téhéran oppose, pour sa part, sa nouvelle politique de « résistance maximale ».

L’économie iranienne, depuis le retarit américain de l’accord nucléaire, ne cesse de contracter. En 2019 d’après le Fonds Monétaire International, l’économie iranienne se contractera de plus de 4%. Les récentes troubles que le pays a connu, durement réprimées, ne représentent que la face visible de l’iceberg. Un mélange de facteurs réunissant l’extrême corruption, des erreurs de gestion de la part du gouvernement et l’incapacité de plus en plus avérée de l’Iran de vendre son pétrole contribuent à la désolation actuelle. L’incapacité des européens à tenir tête face aux Etats-Unis, malgré leur volonté de sauver cet accord nucléaire moribond, pousse Téhéran vers des actes de provocations de plus en plus spectaculaires. Après l’attaque de tankers pétroliers, attribuée à l’Iran et demeurée impunie, Téhéran ne cesse de s’adonner à des provocations qui sont autant un signe de frustration que de provocation. L’objectif de Téhéran étant de pousser l’Europe dans ces derniers retranchements et forcer les grandes capitales européennes à prendre des mesures concrètes visant à sauver l’accord nucléaire et de la sorte apporter à l’Iran des bouffées d’oxygènes. Accord nucléaire que l’Iran a respecté à la lettre jusqu’à il y a peu, Téhéran ne voyant plus pourquoi l’Iran serait le seul des 7 signataires à en respecter les termes.

Or quitte à faire la provocation de trop, la stratégie iranienne, faute de preuves tangibles d’un soutien de l’Europe, pour l’instant hypothétique au mieux, n’est pas près de changer. Ainsi, au mois de juin dernier, les gardiens de la révolution, qui incarnent l’armée idéologique du pouvoir, ont abattu un drone d’espionnage américain au-dessus de leurs eaux territoriales par un missile sol-air. Outre l’exploit technologique, car les américains ne soupçonnaient pas que les iraniens disposaient de missiles capables de frapper leurs actifs militaires à des hauteurs pareils, c’est l’absence de réaction américaine qu’il faut retenir. Le Président américain poussant le ridicule jusqu’à remercier les iraniens de s’être abstenu de frapper un autre avion américain qui lui transportait des militaires américains. Trump ayant même surenchérit en déclarant qu’il appartenait à chaque pays de la région d’assure la protection de ses propres navires et aéronefs. Au lendemain de cet incident, les Emirats Arabes Unis se sont retirés de la coalition dirigée par les saoudiens dans le conflit meurtrier contre les Houthis au Yémen ; reconnaissant de la sorte le danger qu’il y avait à contrer l’Iran dans la région.

Moins de trois mois après cet incident avec l’aviation américaine, l’Iran a récidivé, le 14 septembre, en détruisant la principale infrastructure pétrolière saoudienne, Al-Khurair. Exploit technologique s’il en est, comiquement revendiqué par les Houthis, car les radars et Awacs américains qui assurent la sécurité de l’espace aérien saoudien n’ont su ni identifier le décollage d’une armada de drones à propulsion de jet et missiles Cruise ni d’en identifier le trajet, ces derniers volants à des vitesses différentes. L’affaire fut tellement délicate que l’aviation israélienne est en alerte depuis et sa centrale nucléaire Dimona fermée ! Malgré cela, aucune réaction américaine à part une mini attaque cyber dont l’efficacité reste à démontrer. Outre le fait que cette attaque à l’encontre des infrastructures saoudiennes met un terme à l’engagement américain dit de « Quincy » d’assurer la protection des Saoud, ce qu’il faut retenir en particulier c’est l’absence totale de réaction de la part de Washington à l’égard de l’Iran.

Ces attaques du 14 septembre contre les installations pétrolières saoudiennes ayant arrêté 5% de la production mondiale tout en mettant fin à la domination des airs par les américains et israéliens méritent d’être soulignées par l’absence de réaction crédible de la part de Washington. Trump n’ayant trouvé rien de mieux que d’envoyer une centaine de soldats en Arabie Saoudite afin d’assurer la sécurité terrestre des installations comme si les attaques venaient par la route !

Il ne fait aucun doute que la puissance militaire américaine n’a pas de rivale mais face à l’absence de réaction de Washington c’est sa crédibilité qui est remise en question. Les conservateurs à Téhéran sont convaincus maintenant que les Etats-Unis n’ont aucune envie d’en découdre et que malgré sa rhétorique belliqueuse, Washington « does not walk the talk »!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Monde2Bestfriend
- 15/12/2019 - 20:32
Quand les Américains sont crédibles, les crétins hurlent!
D'accord avec le premier commentaire. On ne peut pas dire que les iraniens aient beaucoup impressionné lors des derniers mois. C'est un Etat terroriste et il tente toujours ici et là des mauvais coups pour donner l'illusion à ses soutiens qu'ils peuvent faire face aux Américains et aux méchants sionistes. Sans les Russes, leurs troupes tout comme celles du Hezbollah auraient été laminées par l'ASL et les divers groupuscules moins fréquentables. Par ailleurs, ce sont surtout les Kurdes avec une aide occidentale manquant sans doute de constance qui ont porté les coups les plus tranchants à l'Etat Islamique puisqu'ils ont pris Raqqa et Mossoul.
Les sanctions américaines pèsent beaucoup sur l'économie iranienne mais les Mollahs avaient un bilan économique déjà catastrophique et des programmes nucléaires ou militaires qui tournaient au fiasco, au point que la propagande devait retoucher les images de tirs de missiles qui partaient de travers.
J'accuse
- 15/12/2019 - 17:42
Mauvaise géostratégie
Dans ce genre de guerre, il ne s'agit pas de savoir qui va gagner, mais quelles pertes les plus forts sont prêts à accepter.
Pour un Américain ou un Israélien, un mort est de trop; pour les mollahs, un million de morts ne sont rien.
A partir de là, et connaissant les capacités militaires de l'Iran, une guerre coûterait politiquement trop cher aux USA et à Israël pour qu'ils en prennent le risque. Envahir est hors de question, bombarder ne servirait à rien d'autres qu'augmenter les menaces.
Kim a fait peur à Trump, qui a finalement préféré en faire un pote après lui avoir promis l'anéantissement; l'Iran a bien compris le profit qu'il pouvait en tirer, et se montre tout aussi dissuasif sans arme nucléaire.
Mais quel est le véritable adversaire de l'Iran ? L'Arabie. A-t-on si envie que ça de sauver les Saoud ? Après avoir "donné" l'Irak à l'Iran, suscité Daesh et failli faire tomber la Syrie dans les bras des djihadistes (merci à Poutine pour l'avoir empêché), il serait plus que temps d'arrêter les c*nneries interventionnistes.
evgueniesokolof
- 15/12/2019 - 12:46
Je suis opposé
à toute censure mais je me demande pourquoi Atlantico offre une tribune à cet énergumène qui avec plus ou moins d'habileté passe son temps à soutenir le régime des mollahs tout en faisant semblant de condamner sa violence. Il ne cesse de faire semblant de dénoncer un croque mitaine dont il loue es exploits pitoyables: en quoi abattre un drone est il une performance technologique ? Et en quoi les américains et israéliens chient ils dans leur froc devant ces barbus moyenageux ?