En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

03.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Confidences du chef de l'Etat
Violences en France, communautarisme, islam : Emmanuel Macron se confie aux médias après son déplacement en Israël
il y a 51 min
décryptage > Economie
Entreprises menacées par le virus ?

Wuhan, la plus connectée à la France des villes chinoises

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Politique
Revanche de la Ligue ?

Matteo Salvini, chronique d’un retour annoncé

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Politique
Echiquier politique

Mais que prépare pour 2022 le "bordel" politique sans précédent des municipales ?

il y a 4 heures 4 min
décryptage > High-tech
Intrusion malveillante et vol de données

Comment protéger votre smartphone d’un piratage à la Jeff Bezos

il y a 4 heures 41 min
pépites > Santé
Lutte planétaire
Coronavirus chinois : l’OMS indique qu’il est "trop tôt" pour déclarer une urgence internationale et qu’il n’y a aucune preuve de transmission entre humains en dehors de la Chine
il y a 15 heures 34 min
pépite vidéo > International
Mémoire
75 ans de la libération d'Auschwitz : de nombreux dirigeants de la planète se mobilisent contre l'antisémitisme
il y a 16 heures 54 min
pépites > Santé
Mesures pour lutter contre le virus
Coronavirus : la Chine confine 20 millions d’habitants autour de Wuhan, les festivités du Nouvel an chinois annulées à Pékin
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Ritals", adaptation théâtrale de Bruno Putzulu : il était une fois les immigrés italiens de Nogent-sur-Marne

il y a 19 heures 9 min
Electrocutions et incendies
L'UFC-Que Choisir alerte sur les dangers des chargeurs de smartphones
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Politique
Objectif 2022 ?

Ségolène Royal ou le retour d’un fervent désir d’avenir (personnel)

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Economie
C'est gonflé quand même…

Quand Bruno Le Maire se couche devant Trump… et affirme qu'il se tient debout…

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Economie
Revue stratégique

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

il y a 3 heures 45 min
décryptage > France
Pression

Pourquoi nous devrions nous inquiéter que l’Etat veuille pousser à une hausse des salaires (alors même que la question se pose bel et bien)

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Santé
Impact

Villes fermées et quarantaine : ce qui pourrait (ou pas) se passer en France en cas de pandémie aigüe

il y a 4 heures 56 min
light > Science
Images rares
Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes
il y a 16 heures 11 min
pépites > Politique
Nouveau calendrier
Réforme des retraites : Edouard Philippe révèle que la conférence de financement sera lancée le 30 janvier
il y a 17 heures 20 min
pépites > Justice
Soupçons de financement libyen
La justice britannique va remettre Alexandre Djouhri à la France
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Messiah" de Michael Petroni : quand le doute s’insinue et ne vous lâche pas

il y a 19 heures 22 min
light > High-tech
"C'est toi dans cette vidéo ?"
Facebook : la gendarmerie de l'Indre alerte sur une arnaque avec une vidéo qui aurait déjà fait un grand nombre de victimes
il y a 20 heures 23 min
© REUTERS / Dado Ruvic
© REUTERS / Dado Ruvic
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

Publié le 15 décembre 2019
Kader A. Abderrahim et Victor Pelpel publient "Géopolitique de l'état islamique : 40 fiches illustrées pour comprendre le monde" aux éditions Eyrolles. Comment Daech s'est-il imposé au Moyen-Orient ? Comment les Etats luttent-ils ? Cet ouvrage aide à y voir plus clair. Extrait 2/2.
Kader A. Abderrahim est maître de conférences à Sciences Po, directeur de recherche à l'IPSE et Senior Advisor au Brussels International Center (BIC). Il est également membre du Global Finder Expert des Nations unies qui vise à faire des recommandations...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Victor Pelpel est collaborateur du directeur de l'IRIS. Diplômé en Affaires internationales et développement à l'université Paris-Dauphine, il s'intéresse particulièrement aux enjeux stratégiques au Moyen-Orient et en Amérique latine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kader Abderrahim
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kader A. Abderrahim est maître de conférences à Sciences Po, directeur de recherche à l'IPSE et Senior Advisor au Brussels International Center (BIC). Il est également membre du Global Finder Expert des Nations unies qui vise à faire des recommandations...
Voir la bio
Victor Pelpel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Victor Pelpel est collaborateur du directeur de l'IRIS. Diplômé en Affaires internationales et développement à l'université Paris-Dauphine, il s'intéresse particulièrement aux enjeux stratégiques au Moyen-Orient et en Amérique latine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kader A. Abderrahim et Victor Pelpel publient "Géopolitique de l'état islamique : 40 fiches illustrées pour comprendre le monde" aux éditions Eyrolles. Comment Daech s'est-il imposé au Moyen-Orient ? Comment les Etats luttent-ils ? Cet ouvrage aide à y voir plus clair. Extrait 2/2.

QUI SONT LES TERRORISTES ÉTRANGERS ? 

Au moment où les territoires de Daech en Syrie et en Irak ont été le plus étendus, on estime qu’il y aurait eu entre 25 000 et 30 000 combattants étrangers. Recrutés pour la plupart grâce à la redoutable communication de l’organisation via les réseaux sociaux, les arrivées de combattants étrangers prennent une ampleur préoccupante à partir de la proclamation du califat en 2014. Au plus fort, les combattants étrangers sont alors jusqu’à 1 500 à arriver par mois sur la période 2014-2015, selon le Pentagone. Si le nombre d’arrivées a fortement chuté, il se maintient tout de même à près de 150 nouveaux combattants chaque mois fin 2018. 

En provenance du Golfe, d’Afrique du Nord, du Caucase ou des Balkans, ces combattants arrivent également de pays occidentaux (notamment européens). Pour ne citer que les pays ayant comptabilisé plus de 1 000 départs, on retrouve : la Tunisie (3 000 selon les autorités, plus de 6 000 selon les experts internationaux), l’Arabie saoudite (2 500), la Jordanie (2 200), le Maroc (2 000), la France (1 300-1 500), la Russie (1 500) et la Turquie (1 300). Cette donnée reste cependant sensible, et les États sont généralement frileux à communiquer sur ce phénomène. Ainsi, en 2016, l’ONU annonce que seuls cinq États reconnaissent officiellement compter plus de 1 000 combattants de Daech. 

Pour lutter contre ces départs, mettre en place des mesures de contrôle, de contre-terrorisme et de déradicalisation, plusieurs instituts, notamment européens, ont cherché à établir un profil type des candidats au départ. Cependant, la diversité des études et des profils donne des résultats variables, difficilement analysables. Les dynamiques sont propres à chaque État. Ainsi, les données récoltées sur l’Europe ne sont pas transposables aux réalités nord-africaines ou moyen-orientales. Si les questions du départ, de la contrecommunication ou la déradicalisation ont longtemps préoccupé les pays d’origine de ces combattants, il s’agit désormais d’envisager leur retour. 

LE RETOUR DES COMBATTANTS

Contrairement à certaines idées reçues, les premiers retours de djihadistes interviennent dès 2015-2016, avant les grandes défaites de Daech. 

La question que pose le retour de ces combattants dans leur pays d’origine est avant tout celle de leur capacité de remobilisation. Le risque est d’abord celui de la perpétration d’attentats. Le cas d’Abdelhamid Abaaoud révèle la capacité de certains terroristes à échapper aux forces de sécurité, et à ainsi parvenir à mener des attaques. Certains pourraient également former des cellules dormantes ou réactiver des cellules existantes, ce qui constituerait un risque de plus long terme. L’expérience des vétérans d’Al-Qaïda dans les années 1990, notamment en Algérie (GIA), au Maroc (GICM) ou en Libye (GICL), laisse craindre la formation de nouveaux groupes armés, en particulier au sein de pays en proie à une instabilité politique. Les combattants qui rentrent dans leur pays jouent effectivement souvent un rôle essentiel dans la structuration des mouvements. Ils sont auréolés de leurs faits d’armes, ce qui leur donne un ascendant sur les recrues potentielles. Dans le cas de l’Europe, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne sont les pays les plus concernés, avec plus de 300 retours à ce jour. Les défaites de Daech et la perte de son assise territoriale au Levant ont changé la donne pour les pays européens. Le risque et la problématique résident moins dans le retour d’individus par voie clandestine, comme ce fut le cas entre 2014 et 2017, que dans le rapatriement ou non d’individus emprisonnés. À compter de 2018, de nombreux combattants étrangers sont tués ou faits prisonniers lors des différents assauts des forces démocratiques syriennes ou par les forces irakiennes. Face à cette menace, c’est la cacophonie au sein des exécutifs européens. Le Royaume-Uni a par exemple enclenché une procédure de déchéance de nationalité d’une de ses ressortissantes, retrouvée début 2019 dans un camp de réfugiés syriens. Le gouvernement français de son côté hésite entre rapatrier – et donc juger en France – et laisser les combattants emprisonnés en territoires syriens et irakiens, ce qui signifierait l’application des législations locales à leur encontre et donc possiblement de la peine de mort (onze ressortissants français ont ainsi été condamnés à mort par les autorités irakiennes en 2019). La France semble néanmoins faire une distinction entre les combattants, qui seraient jugés sur place, et les familles ou enfants, qui pourraient être rapatriés s’ils n’ont pas participé aux combats. Les opinions publiques sont généralement opposées à ce retour, poussant les autorités à aller dans ce sens. 

Les pays du Maghreb sont également particulièrement vulnérables à cette menace du retour des combattants. Déjà 3 000 d’entre eux seraient revenus dans la région.

FOCUS

Les enfants étrangers seraient, en 2019, 2 500 en Irak et en Syrie. Certains sont arrivés avec leurs parents et ont été embrigadés et instrumentalisés, devenant les « lionceaux du califat ». Certains ont combattu, plutôt les garçons, quand d’autres ont fait l’objet de violences et de trafics sexuels, plutôt les filles. D’autres encore, plus jeunes, sont nés sur place et sont donc plutôt apatrides, car non déclarés officiellement. Beaucoup d’enfants ont déjà été rapatriés, mais d’autres vivent toujours en prison ou dans des camps avec leur mère, notamment au sein du camp d’Al-Hol en Syrie, tenu par les forces démocratiques syriennes. Entre 70 et 80 enfants français seraient toujours présents dans la zone irako-syrienne. De nombreuses associations et des organismes militent en faveur de leur rapatriement sans condition, tandis que l’État continue de privilégier le cas par cas.

A RETENIR

D’abord confrontés au départ de nombreux combattants en direction d’Irak et de Syrie, de nombreux pays, dont certaines nations européennes et d’Afrique du Nord, sont ensuite confrontés au retour de ces combattants susceptibles de mener des attaques sur leurs territoires. La perte de l’assise territoriale de Daech entraîne l’emprisonnement de nombre d’entre eux. Les familles des combattants sont pour la plupart retenues dans des camps. Face à ce défi du retour et du rapatriement, les États européens hésitent.

Extrait du livre de Kader A. Abderrahim et Victor Pelpel, "Géopolitique de l'état islamique : 40 fiches illustrées pour comprendre le monde", publié aux éditions Eyrolles. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

02.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

03.

Coronavirus chinois : ces 3 leçons apprises depuis le SRAS pourraient tout changer (mais saurons-nous les appliquer…?)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Des chercheurs parviennent à capter pour la première fois des images d’une liaison entre deux atomes

06.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

07.

#JeSuisMila : l’effarante incapacité contemporaine à distinguer la critique adressée au groupe de celle visant les individus

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

04.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires