En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

03.

Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

06.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

07.

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Ce que la redoutable efficacité vietnamienne face au Coronavirus pourrait nous apprendre pour faire face à une potentielle 2eme vague (et ce dont nous ne voulons surtout pas...)

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 15 heures 42 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 16 heures 44 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 17 heures 34 min
pépites > Politique
Duo
Popularité : Macron en baisse, Philippe en hausse
il y a 20 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Soifs d’amitié

il y a 22 heures 20 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique
il y a 22 heures 37 min
décryptage > International
Animal social

Les années 2020, nouvelles années folles ?

il y a 22 heures 56 min
décryptage > International
Confrontation

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

il y a 23 heures 17 min
décryptage > Economie
Proposition

500 milliards pour relancer l'Europe... Mais de nombreuses questions en suspens

il y a 23 heures 44 min
décryptage > International
White only?

"Un Noir n'est pas un Noir s'il pense voter Trump" : les nouvelles théories racialistes de Joe Biden

il y a 23 heures 44 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 17 heures 22 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Les premiers stades de la formation d'une planète observés en direct ; Le Pentagone rend public huit rapports de rencontres avec des « phénomènes aériens inexpliqués »
il y a 20 heures 18 min
pépites > International
Confrontation
Le ministre chinois des Affaires étrangères estime que son pays est "au bord d'une nouvelle Guerre froide" avec les États-Unis
il y a 21 heures 12 min
décryptage > International
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

il y a 22 heures 29 min
décryptage > High-tech
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Société
Tentation liberticide

Covid-19 : une nouvelle servitude volontaire

il y a 23 heures 9 min
décryptage > Economie
Problème culturel

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

il y a 23 heures 44 min
décryptage > France
Agriculture

Les abeilles, atout des céréaliers dans leur volonté de reconquête de l'opinion publique

il y a 23 heures 44 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Facebook se lance dans la vente en ligne pour vraiment TOUT savoir de vous

il y a 23 heures 44 min
© REUTERS / Dado Ruvic
© REUTERS / Dado Ruvic
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

Publié le 15 décembre 2019
Kader A. Abderrahim et Victor Pelpel publient "Géopolitique de l'état islamique : 40 fiches illustrées pour comprendre le monde" aux éditions Eyrolles. Comment Daech s'est-il imposé au Moyen-Orient ? Comment les Etats luttent-ils ? Cet ouvrage aide à y voir plus clair. Extrait 2/2.
Kader A. Abderrahim est maître de conférences à Sciences Po, directeur de recherche à l'IPSE et Senior Advisor au Brussels International Center (BIC). Il est également membre du Global Finder Expert des Nations unies qui vise à faire des recommandations...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Victor Pelpel est collaborateur du directeur de l'IRIS. Diplômé en Affaires internationales et développement à l'université Paris-Dauphine, il s'intéresse particulièrement aux enjeux stratégiques au Moyen-Orient et en Amérique latine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kader Abderrahim
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kader A. Abderrahim est maître de conférences à Sciences Po, directeur de recherche à l'IPSE et Senior Advisor au Brussels International Center (BIC). Il est également membre du Global Finder Expert des Nations unies qui vise à faire des recommandations...
Voir la bio
Victor Pelpel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Victor Pelpel est collaborateur du directeur de l'IRIS. Diplômé en Affaires internationales et développement à l'université Paris-Dauphine, il s'intéresse particulièrement aux enjeux stratégiques au Moyen-Orient et en Amérique latine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Kader A. Abderrahim et Victor Pelpel publient "Géopolitique de l'état islamique : 40 fiches illustrées pour comprendre le monde" aux éditions Eyrolles. Comment Daech s'est-il imposé au Moyen-Orient ? Comment les Etats luttent-ils ? Cet ouvrage aide à y voir plus clair. Extrait 2/2.

QUI SONT LES TERRORISTES ÉTRANGERS ? 

Au moment où les territoires de Daech en Syrie et en Irak ont été le plus étendus, on estime qu’il y aurait eu entre 25 000 et 30 000 combattants étrangers. Recrutés pour la plupart grâce à la redoutable communication de l’organisation via les réseaux sociaux, les arrivées de combattants étrangers prennent une ampleur préoccupante à partir de la proclamation du califat en 2014. Au plus fort, les combattants étrangers sont alors jusqu’à 1 500 à arriver par mois sur la période 2014-2015, selon le Pentagone. Si le nombre d’arrivées a fortement chuté, il se maintient tout de même à près de 150 nouveaux combattants chaque mois fin 2018. 

En provenance du Golfe, d’Afrique du Nord, du Caucase ou des Balkans, ces combattants arrivent également de pays occidentaux (notamment européens). Pour ne citer que les pays ayant comptabilisé plus de 1 000 départs, on retrouve : la Tunisie (3 000 selon les autorités, plus de 6 000 selon les experts internationaux), l’Arabie saoudite (2 500), la Jordanie (2 200), le Maroc (2 000), la France (1 300-1 500), la Russie (1 500) et la Turquie (1 300). Cette donnée reste cependant sensible, et les États sont généralement frileux à communiquer sur ce phénomène. Ainsi, en 2016, l’ONU annonce que seuls cinq États reconnaissent officiellement compter plus de 1 000 combattants de Daech. 

Pour lutter contre ces départs, mettre en place des mesures de contrôle, de contre-terrorisme et de déradicalisation, plusieurs instituts, notamment européens, ont cherché à établir un profil type des candidats au départ. Cependant, la diversité des études et des profils donne des résultats variables, difficilement analysables. Les dynamiques sont propres à chaque État. Ainsi, les données récoltées sur l’Europe ne sont pas transposables aux réalités nord-africaines ou moyen-orientales. Si les questions du départ, de la contrecommunication ou la déradicalisation ont longtemps préoccupé les pays d’origine de ces combattants, il s’agit désormais d’envisager leur retour. 

LE RETOUR DES COMBATTANTS

Contrairement à certaines idées reçues, les premiers retours de djihadistes interviennent dès 2015-2016, avant les grandes défaites de Daech. 

La question que pose le retour de ces combattants dans leur pays d’origine est avant tout celle de leur capacité de remobilisation. Le risque est d’abord celui de la perpétration d’attentats. Le cas d’Abdelhamid Abaaoud révèle la capacité de certains terroristes à échapper aux forces de sécurité, et à ainsi parvenir à mener des attaques. Certains pourraient également former des cellules dormantes ou réactiver des cellules existantes, ce qui constituerait un risque de plus long terme. L’expérience des vétérans d’Al-Qaïda dans les années 1990, notamment en Algérie (GIA), au Maroc (GICM) ou en Libye (GICL), laisse craindre la formation de nouveaux groupes armés, en particulier au sein de pays en proie à une instabilité politique. Les combattants qui rentrent dans leur pays jouent effectivement souvent un rôle essentiel dans la structuration des mouvements. Ils sont auréolés de leurs faits d’armes, ce qui leur donne un ascendant sur les recrues potentielles. Dans le cas de l’Europe, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne sont les pays les plus concernés, avec plus de 300 retours à ce jour. Les défaites de Daech et la perte de son assise territoriale au Levant ont changé la donne pour les pays européens. Le risque et la problématique résident moins dans le retour d’individus par voie clandestine, comme ce fut le cas entre 2014 et 2017, que dans le rapatriement ou non d’individus emprisonnés. À compter de 2018, de nombreux combattants étrangers sont tués ou faits prisonniers lors des différents assauts des forces démocratiques syriennes ou par les forces irakiennes. Face à cette menace, c’est la cacophonie au sein des exécutifs européens. Le Royaume-Uni a par exemple enclenché une procédure de déchéance de nationalité d’une de ses ressortissantes, retrouvée début 2019 dans un camp de réfugiés syriens. Le gouvernement français de son côté hésite entre rapatrier – et donc juger en France – et laisser les combattants emprisonnés en territoires syriens et irakiens, ce qui signifierait l’application des législations locales à leur encontre et donc possiblement de la peine de mort (onze ressortissants français ont ainsi été condamnés à mort par les autorités irakiennes en 2019). La France semble néanmoins faire une distinction entre les combattants, qui seraient jugés sur place, et les familles ou enfants, qui pourraient être rapatriés s’ils n’ont pas participé aux combats. Les opinions publiques sont généralement opposées à ce retour, poussant les autorités à aller dans ce sens. 

Les pays du Maghreb sont également particulièrement vulnérables à cette menace du retour des combattants. Déjà 3 000 d’entre eux seraient revenus dans la région.

FOCUS

Les enfants étrangers seraient, en 2019, 2 500 en Irak et en Syrie. Certains sont arrivés avec leurs parents et ont été embrigadés et instrumentalisés, devenant les « lionceaux du califat ». Certains ont combattu, plutôt les garçons, quand d’autres ont fait l’objet de violences et de trafics sexuels, plutôt les filles. D’autres encore, plus jeunes, sont nés sur place et sont donc plutôt apatrides, car non déclarés officiellement. Beaucoup d’enfants ont déjà été rapatriés, mais d’autres vivent toujours en prison ou dans des camps avec leur mère, notamment au sein du camp d’Al-Hol en Syrie, tenu par les forces démocratiques syriennes. Entre 70 et 80 enfants français seraient toujours présents dans la zone irako-syrienne. De nombreuses associations et des organismes militent en faveur de leur rapatriement sans condition, tandis que l’État continue de privilégier le cas par cas.

A RETENIR

D’abord confrontés au départ de nombreux combattants en direction d’Irak et de Syrie, de nombreux pays, dont certaines nations européennes et d’Afrique du Nord, sont ensuite confrontés au retour de ces combattants susceptibles de mener des attaques sur leurs territoires. La perte de l’assise territoriale de Daech entraîne l’emprisonnement de nombre d’entre eux. Les familles des combattants sont pour la plupart retenues dans des camps. Face à ce défi du retour et du rapatriement, les États européens hésitent.

Extrait du livre de Kader A. Abderrahim et Victor Pelpel, "Géopolitique de l'état islamique : 40 fiches illustrées pour comprendre le monde", publié aux éditions Eyrolles. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires