En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 2 heures 49 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 4 heures 22 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 6 heures 38 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 10 heures 30 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 11 heures 1 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 12 heures 21 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 13 heures 20 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 13 heures 35 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 3 heures 47 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 4 heures 43 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 10 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 11 heures 38 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 12 heures 59 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 13 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

Publié le 11 décembre 2019
Une nouvelle étude publiée le 7 décembre sur VoxEU remet en question ce que nous savions du vote eurosceptique. Elle montre notamment que les déterminants majeurs de ce vote sont le déclin économique et industriel combiné à une hausse du chômage dans une zone géographique particulière.
Thibault Muzergues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault Muzergues est un politologue européen, auteur de La Quadrature des classes.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude publiée le 7 décembre sur VoxEU remet en question ce que nous savions du vote eurosceptique. Elle montre notamment que les déterminants majeurs de ce vote sont le déclin économique et industriel combiné à une hausse du chômage dans une zone géographique particulière.

Atlantico : Lorsque l'on regarde la cartographie du vote eurosceptique telle que l'établit cette étude, que remarque-t-on ? Quelles sont les principales caractéristiques des zones où l'euroscepticisme est fort ? 

Thibault Muzergues : Il faut tout d’abord faire attention au côté sensationnaliste de l’étude – ou tout du moins de son annonce. Beaucoup de ses conclusions correspondent à des travaux déjà publiés soit au niveau national – ceux de Christophe Guiluy, Hervé le Bras ou encore David Goodhart, soit au niveau européen – c’est ce que j’avais tenté de faire dans La Quadrature des classes, publiée dans une version actualisée en Anglais cette année. Il n’y a donc pas grand-chose de nouveau, si ce n’est que l’étude choisit l’angle de l’hostilité à l’Union européenne, qui est lui-même rarement un facteur décisif pour le choix du vote (mis à part au Royaume-Uni depuis 2016 bien sûr). 

Ces limites étant prises en compte, on voit bien que le vote « eurosceptique », qui est un vote « contre » et qui correspond souvent (mais pas toujours) à un vote dit populiste se concentre surtout dans des zones délaissées par les pouvoirs publics, avec des taux de chômage élevés et un état avancé de désindustrialisation. A l’inverse, les centres-villes créatifs ont largement tendance à voter pour des partis plus cosmopolites et pro-européens. On le voit de manière spectaculaire en Slovaquie (pourtant pas le pays le plus eurosceptique), où la région de Bratislava à l’extreme-ouest du pays est devenue une quasi-zone interdite pour les partis populistes de droite (SNS, L’SNS, etc.) tandis que ce derniers sont beaucoup plus populaires dans le reste du pays, et notamment les zones plus périphériques qui n’ont pas pris le train de l’européanisation.

Un des enseignements majeur de l'étude est que les déterminants individuels (richesse, âge, etc.) comptent moins que les tendances économiques des régions étudiées. Pourquoi le vote eurosceptique s'explique-t-il davantage par ces tendances que par ces déterminants plus fréquemment cités ?

Le vote populiste (tout du moins sur le continent) est souvent associé à une expérience collective : les habitants de ces régions voient dans leur vie quotidienne leur quotidien se détériorer, avec la fermeture progressive des entreprises, des services publics, du pub ou du bar PMU, etc. Dans ces zones délaissées, le vote « eurosceptique » est autant un vote contestataire qu’un appel à l’aide : les électeurs de ces zones veulent revenir à l’époque où les usines étaient encore ouvertes, où les services publics étaient présents et où leur communauté était à la fois fière et vivante.

Dans ces communautés, l’Europe est un des bouc-émissaires désignés du déclin local : n’est-ce pas l’Europe qui a ouvert les marchés à la concurrence des pays de l’Est (tout du moins en France ou en Italie), ou encore l’Europe qui a forcé des restructurations économiques qui ont socialement fait des ravages en Europe centrale en fermant des usines « socialistes » qui créaient certes des emplois mais n’étaient pas compétitives pour l’économie de marché ? Synchronicité n’est certes pas causalité, et le déclin industriel de ces zones est avant tout le fait de transformations majeures dans l’économie mondiale (la preuve, la Rust Belt nord-américaine souffre à peu près des mêmes symptômes), mais ceci n’a que peu d’importance pour les gens qui se sentent aujourd’hui délaissés, comme une minorité dans leur propre pays et doivent trouver un responsable pour leurs maux. L’union européenne, symbole d’une certaine forme de cosmopolitisme et de la victoire des centre-villes sur ces zones ouvrières et périphériques, est un coupable idéal, d’autant plus que les Créatifs qui peuplent la « bulle » bruxelloise (ou celle des capitales nationales) ne se sont quasiment pas occupés d’eux durant ces trente dernières années.

D'où viennent ces grandes divergences territoriales en termes économiques ? Comment ont-elles été perçues par les habitants de ces régions ? 

Il faut faire attention à ne pas ramener toutes les divergences du vote à la seule dimension géographique, comme le rappellent les auteurs de l’étude d’ailleurs : le vote « eurosceptique » et à la fois géographique et sociologique. Toutes les zones périphériques ne sont pas en détresse économique et sociale, et celles qui ne le sont pas ne votent pas pour des partis eurosceptiques (voir par exemple le « trou » europhile du massif central en France sur les cartes de Dijkstra, Poelman et Rodriguez-Pose).

Il faut différencier, outre les zones de tourisme bien sur, les territoires périphériques et industriels qui ont vécu un déclin marqué depuis la fin des années 1970 et qui sont très attirées par le vote dit populiste et eurosceptique, et les zones périphériques non-industrielles pour lesquelles le passage à l’ère post-moderne a finalement été sinon positif, du moins neutre au niveau des emplois et de l’atmosphère économique. Ces zones-là sont moins tentées par un vote populiste, même si elles votent souvent pour des partis conservateurs qui peuvent être eurosceptiques, comme en Grande Bretagne. On n’a donc pas un mais plusieurs types de votes eurosceptiques.

Les élections législatives britanniques se tiennent ce jeudi. Le risque que court l'Europe est-il uniquement celui d'une désintégration de l'Union ? Ou plus profondément, de la Catalogne au gilets jaunes, une grande fragmentation territoriale (et éventuellement politique) au sein même des pays européens ?

Désintégration probablement pas – rappelons-nous que le Saint-Empire Romain germanique, qui avait totalement perdu sa raison d’être après la Réforme, a pu tenir 300 ans avant de disparaitre par décret napoléonien. Mais il est clair que nous sommes actuellement dans une phase extrêmement conflictuelle entre différentes classes sociales qui sont des gagnantes ou des perdantes dans les évolutions économiques de la dernière décennie (on a souvent tendance à oublier que la crise de 2008 a servi de catalyseur à tous ces changements sociétaux – et la polarisation des électorats qui en a découlé).

Bien souvent, et du fait de la ghettoïsation croissante des populations (y compris privilégiées), ces polarisations sociales recoupent des réalités géographiques qui ont tendance à désunir les gens et à les polariser, avec un risque de fragmentation encore plus grand qui peut un jour mener à la violence. Il est donc urgent à la fois au niveau européen et au niveau national de construire des nouvelles stratégies pour redonner de la cohésion à nos sociétés, à la fois du point de vue économique, mais également du point de vue culturel. Sans cela, les scènes de violences que nous avons vu ces derniers mois à Paris ou à Barcelone ne seront qu’un avant-gout de ce qui nous attend.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 13/12/2019 - 10:46
suite ( c'est une merde cetruc)
Decathlon qui vend des godasses made in China. Ces non perdants votent pour l'oligarchie au pouvoir parce qu'elle les a protégés jusqu'à préset grâce à l'endettement. Ce qui se passe avec les retraites est emblématique car le pouvoir donne un coup de canif dans le pacte social implicite noué avec ces gens la: c'est pour cela que le combat des cégétistes ou des enseignants n'a rien à voir avec celui des gilets jaunes
Or, les métropoles ont une population beaucoup plus tertiaire que les périphéries . Voila pourquoi leur vote est moins "populiste"
evgueniesokolof
- 13/12/2019 - 10:41
Des affirmations assez étonnantes
Je connais assez bien Bratislava pour affirmer qu'elle constitue une exception. Cette ville , située à la frontière autrichienne s'étend ( non pas administrativement) mais urbanistiquement sur trois pays (le, foncier est moins cher en Autriche et Hongrie et vient au troisième rang des capitales européennes pour la richesse par habitant
Pour le reste, je persiste et signe: l'analyse de Guiluy est inexacte: il n'y a pas des gagnants et des perdants mais des gagnants (peu nombreux) qui sont l'oligarchie au pouvoir, des perdants et...des non perdants c'est à dire l'énorme masse des tertiaires vivant de fonds publics ou des importations ( l''employé de
salamander
- 11/12/2019 - 20:38
Populisme
Ce terme ne veut rien dire
IL s agit des perdants de la mondialisation mon
le vote au UK a priori Gagne par Johnson sera intéressant demain à cet egard