En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Dangereuses stations-service

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 54 min 29 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 1 heure 35 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 3 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 5 heures 47 sec
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 5 heures 29 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 7 heures 28 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 10 heures 27 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 41 min 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 2 heures 2 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 4 heures 36 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 5 heures 18 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 5 heures 48 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 8 heures 36 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 9 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 11 heures 7 min
© Flickr
© Flickr
C'est grave docteur ?

Sommeil : êtes-vous atteint d’orthosomnie ?

Publié le 03 décembre 2019
S'inquiéter de la qualité de son sommeil est certes naturel dans un monde où tout nous enjoint de bien dormir. Mais s'en inquiéter excessivement peut devenir une pathologie : l'orthosomnie. Le phénomène se développe avec la multiplication des applications permettant de surveiller son sommeil.
Bruno Comby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Comby est polytechnicien et directeur scientifique de l'Institut Bruno Comby.Il est l'auteur de l'Eloge de la sieste (TNR, 2005)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
S'inquiéter de la qualité de son sommeil est certes naturel dans un monde où tout nous enjoint de bien dormir. Mais s'en inquiéter excessivement peut devenir une pathologie : l'orthosomnie. Le phénomène se développe avec la multiplication des applications permettant de surveiller son sommeil.

Atlantico : Qu'est-ce que l'orthosomnie ? 

Bruno Comby : Le mot orthosomnie vient du grec « ortho » qui signifie « droit » ou « bien aligné » ou « correct » et du latin « somnus » le sommeil. L’orthosomnie désigne donc l’art ou la science de « bien dormir ». En soi, bien dormir ou améliorer son sommeil est bien sûr tout à fait souhaitable. Nous passons un tiers de notre vie à dormir. La qualité de notre sommeil est un point essentiel pour vivre heureux et en bonne santé.

Mais, particulièrement ces dernières années avec le développement d’applications pour smartphone telles que Fitbit ou l’Apple Watch, destinées à enregistrer certains paramètres de notre sommeil, il est apparu que certains utilisateurs de ces appareils et applications accordent une importance excessive à leur sommeil, au point que cela devient parfois une obsession ou une véritable pathologie, générant un stress permanent, un besoin presque compulsif de suivre son sommeil, qui finit par perturber le sujet jour et nuit, et finalement apporte plus de problèmes que de solutions pour mieux dormir. 

On désigne cette pathologie par le terme « orthosomnie »  qui prend alors une connotation nettement moins positive.

L’orthosomnie est donc à un bon sommeil ce que l’orthorexie est à l’alimentation saine : un excès de zèle qui devenant excessif finit par nuire à la santé de celui qui s’intéresse de trop près à son sommeil (ou à son alimentation pour l’orthorexie).

Cette obsession existait-elle avant l'ère des applications de veille du sommeil ? Comment ce phénomène s'est-il développée ? 

Les obsessions pathologiques d’une manière générale ont toujours existé. Mais la généralisation de l’usage des drogues et de médicaments ou de susbtances neuroactives ainsi que la multiplication des écrans, puis l’apparition des applications de suivi du sommeil permettant l’analyse et le décortiquage du sommeil amplifient le phénomène depuis que les smartphones existent. En ce sens, cette nouvelle pathologie est effectivement récente.

De même que l’anorexie (obsession de perdre du poids) est rendue possible par l’usage des balances pour mesurer son poids et que l’orthorexie est apparue du fait de la multiplication et de la généralisation de toutes sortes de régimes et recommandations alimentaires.

Dans notre monde moderne, le rythme de travail, la lumière artificielle depuis Edison (inventeur de l’ampoule électrique à filament), la consommation excessive de somnifères, de médicaments neuroactifs et d’excitants (caféine, théine, nicotine, coca-cola, théobromine du cacao, boissons énergisantes…), l’usage immodéré du sucre dans notre alimentation, et plus récemment l’usage nocturne des écrans contribuent à dérégler notre système nerveux en général et notre sommeil en particulier.

La reconquête d’un meilleur sommeil est donc parfaitement légitime. Il faut d’abord identifier les habitudes de vie néfastes et remettre en questions ces comportements destructeurs de sommeil qui nous ont fait perdre plus d’une heure de sommeil en un siècle. Un français sur trois souffre d’insomnie.

Nombreux sont ceux qui voudraient comprendre et restaurer leur sommeil sans forcément remettre en cause leur consommation d’excitants ou leurs habitudes de vie. Quantifier les horaires de sommeil donne un point de repère parfois utile (il n’est pas bon de veiller trop tard ce que permet facilement la lumière artificielle) mais surveiller son sommeil n’est pas la solution elle-même. Au mieux, cela aide au diagnostic. Cette surveillance peut même devenir excessive ou compulsive, comme l’usage des écrans et des smartphones d’une manière générale.

Quels sont les principaux signes d'un contrôle excessif de son sommeil ?

Comme pour toute addiction, la caractéristique principale est que l’addiction envahit votre vie, au détriment de vos activités et de votre santé. Le sujet y pense tout le temps, au détriment d’autres habitudes et de la vie elle-même.

Ce qui était au début une simple curiosité (le désir de mieux connaître son sommeil) devient une obsession. Le fait de passer son temps à consulter une application de suivi du sommeil sur son smartphone, le besoin de multiplier les consultations médicales pour en parler, sont des signes de cette pathologie (l’usage occasionnel d’une application de suivi du sommeil est normal, l’usage excessif ne l’est pas), ne plus pouvoir s’endormir ou se réveiller sans consulter ces applications, sont des signes.

C’est comme pour la sexualité : une pratique occasionnelle ou régulière, c’est normal et bienfaisant. Mais lorsque cela devient un champ de préoccupation quasi-exclusif ou permanent, au point de ne plus penser qu’à cela jour et nuit, ou de ne parler que de cela à son entourage (ou à son médecin) c’est pathologique. Ensuite le cercle vicieux se referme lorsque ce suivi devient tellement pregnant et envahissant que ce suivi lui-même vous empêche de dormir : le sujet se réveille la nuit en y pensant, ou ne parvient plus à s’endormir en y pensant trop.  Ou ne parle plus que de cela à ses amis, autant de signes et de sympômes…

Quels sont les principaux conseils à transmettre à ceux qui sont touchés par cette obsession contre-productive pour leur sommeil ?

La meilleure manière de solutionner une addiction est de s’en libérer. Totalement ! Donc si vous en étes au stade de ne plus pouvoir vous empêcher de consulter constamment votre smartphone ou une app de suivi du sommeil, effacez tout simplement l’application si elle vous empêche de bien dormir. C’est radical, mais efficace… La solution la plus simple est parfois la meilleure !

Rappelons que l’usage du smartphone est vivement déconseillée dans l’heure qui précède votre sommeil. Lorsque la technologie pourrit votre sommeil, libérez-vous de la technologie ! Vous pouvez vous aussi fixer une heure limite. Il est en effet possible de programmer son smartphone pour par exemple ne pas recevoir de notifications la nuit. En effet se réveiller plusieurs fois par nuit pour lire ses messages sur son smartphone est une bien mauvaise habitude, qu’on retrouve fréquemment chez les orthosomniaques.

L’orthosomnie est une forme particulière de dépendance, à son smartphone. Donc distancez-vous un peu de cet appareil. Les instruments modernes n’ont d’intérêt et ne sont utiles que s’ils sont à notre service, pas lorsque nous en devenons l’esclave ! Fixer des limites à leur usage est excellent : pas d’utilisation la nuit ou le soir à partir d’une certaine heure. Au niveau de la prévention, il est particulièrement important d’apprendre à nos enfants à vivre sans téléphone.

Enfin comme les addictions sont souvent multiples et tendent à s’amplifier l’une l’autre (cf l’image du geek accro à son écran et buvant café après café), il est vivement conseillé de lever le pied sur les excitants d’une manière générale, et il est préférable (surtout si on a déjà été « accro » (c’est-à-dire dépendant) de s’abstenir totalement d’en consommer (café, thé, chocolat, boissons énergisantes, etc.) Le sommeil est un élément essentiel de notre santé, un pilier du bien-être, mais aussi une condition de base pour que nos enfants travaillent bien à l’école et pour vivre heureux à l’âge adulte. S’intéresser à  la qualité de son sommeil est bien. Comme pour toutes les bonnes choses, l’excès en est nocif.

Un bon sommeil est un pilier central de l’ensemble de notre équilibre physique et psychique. Le sommeil est en quelque sorte le « meilleur ami » de notre santé. Ce n’est pas par hasard si les hormones du sommeil (sérotonine, mélatonine) sont sécrétées au centre de notre cerveau ! La National Sleep Foundation, aux Etats-Unis, a montré que le temps d’écran influe fortement non seulement sur la durée, mais aussi sur la qualité du sommeil. Donc méfiez-vous d’un usage immodéré des écrans en général et des smartphone en particulier.

C’est ainsi que chaque heure passée devant un écran diminue aussi bien la qualité que la durée du sommeil de la nuit suivante de 15 minutes (pour les enfants) et même jusqu’à 26 minutes, chez les adolescents et adultes. On comprend bien qu’il n’est pas possible de dormir une ou plusieurs heures de moins chaque jour et de conserver sa santé intacte. Comme le dit la chanson d’Henri Salvador, « le travail c’est la santé ! » mais on peut tout aussi bien dire « le sommeil, c’est la santé ».

La sieste est un moyen simple à la portée de tous pour rééquilibrer son sommeil. Vivre heureux et en bonne santé, bien manger et bien dormir, cela s’apprend ! C’est tout le sens du travail d’éducation à la santé préventive de l’IBC (institut Bruno Comby). Plutôt que de s’abêtir devant un écran, réjouissons-nous de bien dormir la nuit tombée, ainsi que de la joie et la bonne santé que nous apporte le soleil chaque jour en se levant !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DANIEL74
- 03/12/2019 - 07:45
BON SENS
pisa ? Comme toujours dans notre pays étatique c'est l'administration qui dirige et tue tout. La démocratie à la Française !! L'Ecole doit revenir entre 6 et 14 ans en ne confondant pas égalité et égalitariste. Tous les Hommes naissent et demeurent libres et égaux EN DROIT mais chaque individu est différent c'est ainsi que commence respect, dignité et responsabilité