En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 29 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 45 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 10 heures 18 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 12 heures 28 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 22 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 15 heures 7 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 30 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 47 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 16 heures 8 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 44 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 30 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 33 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 48 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 32 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 16 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 29 min
© PATRICK HERTZOG / AFP
© PATRICK HERTZOG / AFP
Energie

Séisme : petite faille médiatique sur les risques énergétiques

Publié le 27 novembre 2019
Après l’incendie de l’usine Lubrizol fin septembre, les trois séismes qui ont secoué l’Ardèche et l’Est de la France les 11, 12 et 13 novembre ont réveillé l’inquiétude des Français sur les conséquences de tels événements pour les sites sensibles. Une attention médiatique particulière s’est notamment portée sur la sûreté des installations nucléaires.
Olivier Durin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Durin est journaliste et directeur de publication du Monde de l'Energie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l’incendie de l’usine Lubrizol fin septembre, les trois séismes qui ont secoué l’Ardèche et l’Est de la France les 11, 12 et 13 novembre ont réveillé l’inquiétude des Français sur les conséquences de tels événements pour les sites sensibles. Une attention médiatique particulière s’est notamment portée sur la sûreté des installations nucléaires.

Jeudi 26 septembre au matin, la France se réveillait devant les images du gigantesque incendie de l’usine Lubrizol à Rouen. Visibles plusieurs kilomètres à la ronde, ses fumées noires ont provoqué une hystérie collective, rappelant à l’opinion publique l’existence et la vulnérabilité des sites classés Seveso.

Un mois et demi plus tard, c’est un séisme de magnitude 5,4, phénomène rare dans l’Hexagone, qui a retenti au sud de Montélimar le 11 novembre peu avant midi. Le tremblement de terre a été suivi d’un deuxième modéré (3,3) à l’est de Strasbourg le 12 novembre en début d’après-midi, puis d’un troisième plus léger (2,6) le 13 novembre peu avant minuit. Un enchaînement d’épisodes qui a marqué les esprits, notamment après l’emballement médiatique autour des risques pour les sites nucléaires voisins.

En Ardèche en effet, EDF a décidé d’arrêter les trois réacteurs en service de la centrale du Cruas, à une dizaine de kilomètres de l’épicentre, le quatrième étant déjà au repos pour maintenance. Celle du Tricastin (Drôme), distante d’une trentaine de kilomètres, n’a quant à elle pas vu son activité interrompue. A Cruas, l’arrêt des réacteurs a été effectué suite au déclenchement du seuil d’alarme d’un des capteurs situés hors zone nucléaire, seuil à partir duquel sont déclenchées des investigations. « Les premiers contrôles n’ont pas mis en évidence de dégât apparent. Des vibrations ont cependant été enregistrées », affirme un communiqué du groupe. « Le seuil sismique vibratoire a déclenché une alarme sur un seul des cinq capteurs présents sur le site, précise Hugues Moutouh, préfet de la Drôme. Aucun dégât sur les bâtiments n’a été constaté, et les installations fonctionnent normalement. » Une information rapidement confirmée par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). La centrale devrait d’ailleurs redémarrer dans la première quinzaine du mois de décembre, selon une estimation de l’exploitant. Quant à Tricastin, qui regroupe une centrale nucléaire et une usine de traitement des combustibles usés, aucun seuil d’alerte n’a été mesuré.

Une opinion publique inquiète

Une communication rassurante qui n’a pas empêché la plupart des journaux français de consacrer plusieurs papiers à la sûreté des centrales face au risque de séismes et de s’interroger sur les normes en vigueur. Et de fait, le sujet est devenu un sujet de préoccupation pour une partie de l’opinion publique : dans un sondage paru sur le site web du Dauphiné Libéré, 55 % des internautes avouaient ne pas faire confiance à EDF pour garantir la sécurité des sites nucléaires.

Une inquiétude justifiée ? D’après certaines sources rapportées dans les journaux et sur le web, les normes prévues par EDF et l’ASN pourraient en effet s’avérer insuffisantes en cas de secousses plus importantes ou de plus grande proximité de l’épicentre du séisme. Le réseau « Sortir du nucléaire » a ainsi déclaré : « Le séisme survenu ce matin en vallée du Rhône était d’une magnitude de 5,4 sur l’échelle de Richter à son épicentre, donc supérieure au “séisme majoré de sécurité” de 5,2 pour lesquelles les centrales de Tricastin et Cruas ont été construites ! ». Une information reprise par une partie de la presse, mais démentie par certains médias comme la chaîne Arte, qui ont relevés que ces déclarations inquiétantes mélangeaient en fait deux échelles de valeurs : la « magnitude locale », avec laquelle a effectivement été mesurée la secousse de la semaine dernière (à 5,4 sur l’échelle de Richter) et la « magnitude d’ondes de surface », une échelle plus sensible sur laquelle est fixée le « séisme de majoré de sécurité » (fixée à 5,4 sur l’échelle de Richter à la centrale de Cruas). Et si l’on s’en tient à ce second référentiel, le séisme du 11 novembre n’était que de 4,5 en son épicentre… Il y a donc encore une marge très importante avant d’atteindre ce seuil, qui plus est pour un séisme dont l’épicentre se situerait exactement sous le site d’exploitation.

Un risque suffisamment pris en compte ?

Une analyse rassurante confirmée par Valérie Faudon, déléguée générale de la Société française d’énergie nucléaire (SFEN) : « Le risque sismique est très bien pris en compte dans la réglementation française, qui a d’ailleurs été encore renforcée depuis l’accident de la centrale japonaise de Fukushima en 2011. À partir de la cartographie des séismes pour chaque région française, une norme Seveso a ainsi été mise en place. Elle étudie tous les tremblements de terre qui se sont déroulés depuis 5 000 ans sur la zone et multiplie par un facteur de 2,2 pour définir les standards acceptables en matière de construction. [...] Pour les sites nucléaires, la norme est désormais encore plus drastique. Les nouvelles évolutions réglementaires de sûreté qui ont été définies par l’ASN font remonter l’historique des secousses sur 20 000 ans pour définir que l’on appelle le “séisme maximum historiquement vraisemblable” (SHHV). On majore ensuite son intensité de 50 % pour obtenir le “séisme majoré de sécurité”. » Et la responsable d’ajouter que les centrales du Cruas et du Tricastin peuvent supporter des accélérations du sol respectivement équivalentes à 0,26 et 0,285 G, soit plus de cinq fois supérieures à celle de 0,05 G enregistrée le 11 novembre.

« Un séisme de magnitude 5 sur l’échelle de Richter est relativement fort pour la France, mais n’a rien d’exceptionnel, précisait pour sa part dans le Monde Martin Vallée, sismologue à l’Institut de physique du globe de Paris. Des séismes de cette magnitude touchent notre pays tous les cinq ou dix ans, en moyenne. [...] Les centrales nucléaires sont très protégées face au risque de séismes. Les spécialistes évaluent à quelle magnitude et à quelle distance de la centrale peut se produire un séisme et appliquent ensuite une marge de sécurité additionnelle. Le risque est largement pris en compte, surtout depuis Fukushima, où le risque avait été sous-évalué. Une marge est toujours appliquée, et ce même face à un événement déjà improbable en lui-même. ». D’ailleurs selon Julien Collet, directeur adjoint de l’ASN interrogé au Journal télévisé de France 2, la sismologie de la région devrait être prochainement réévaluée afin d’en tirer des conséquences pour les centrales.

Le risque géothermique sous-médiatisé ?

La focalisation du risque sismique sur les centrales - et le sempiternel ballet médiatique entre les militants antinucléaires et les experts du secteur – pourrait bien avoir éclipsé certains enjeux capitaux.

En ce qui concerne les autres installations sensibles, le niveau de sûreté est officiellement similaire à celui des sites nucléaires : « Les autres infrastructures pour lesquelles les risques sismiques sont très pris en compte sont les barrages hydrauliques. Il existe un protocole à suivre en cas de séisme à proximité, notamment pour l’évacuation des habitants, précise justement Martin Vallée. Les sites Seveso ont aussi des normes largement plus restrictives que celles des maisons individuelles. On ne peut pas protéger toutes les constructions au niveau maximal. »

En ce qui concerne les centrales géothermiques, ce n’est pas leur capacité de résilience face aux tremblements de terre qui inquiète, mais plutôt leur éventuelle responsabilité dans plusieurs secousses. Selon certains sismologues, les séismes ressentis près de Strasbourg les 12 et 13 novembre derniers auraient été provoqués directement ou indirectement « par des activités humaines ». Tous les regards se tournent vers l’usine de géothermie profonde à Reichstett. « Ces tremblements s’expliquent par le mécanisme même de la géothermie, qui consiste à envoyer de l’eau froide dans le sol pour la récupérer une fois qu’elle est chaude, explique le sismologue Michel Campillo professeur d’université et membre de l’Institut des sciences de la terre. Pour ça, on fait de la fracturation : on envoie de l’eau avec suffisamment de pression pour qu’elle puisse entrer en profondeur dans le sol et ressortir par un autre puits. La conséquence est que l’eau se diffuse dans les roches avec une pression très forte et remplit donc toutes les anfractuosités. Parfois, elle rencontre une ancienne faille et va la “réveiller”. » Une responsabilité niée par l’entreprise Fonroche qui exploite le site. Pourtant, la suspicion demeure : « De grands projets ont été abandonnés ces dernières années - notamment à Bâle, en Suisse - à cause de ce type d’effet secondaire. Le séisme de Pohang, en Corée du Sud, qui a fait 70 blessés en 2017, a été provoqué par une centrale géothermique, souligne pourtant Michel Campillo. Faire de la géothermique sans tremblements de terre est un véritable enjeu, car c’est une énergie renouvelable et non polluante... Et même si ces séismes sont rarement dangereux, l’acceptabilité du public reste très faible. » Une acceptabilité sociale qui pourrait se dégrader si les secousses venaient à se multiplier dans la région.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires