En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 12 min 18 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 29 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 14 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 47 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 39 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 33 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 42 min 23 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 4 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 49 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 29 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 50 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 36 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 17 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 40 min
© FAYEZ NURELDINE / AFP
© FAYEZ NURELDINE / AFP
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

Publié le 17 novembre 2019
Malgré l'image de réformateur de Mohammed Ben Salmane, la réalité de l'Arabie Saoudite reste toujours aussi sombre.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré l'image de réformateur de Mohammed Ben Salmane, la réalité de l'Arabie Saoudite reste toujours aussi sombre.

Il n'a échappé à personne que depuis son accession au rang de Prince héritier en juin 2017, Mohammed Ben Salmane s'est donné comme immense chantier de moderniser l'Arabie Saoudite, pays dont l'ultra-conservatisme est unique au monde. La pétromonarchie était en effet l'un des derniers pays à refuser le droit de conduire aux femmes, de même que leur droit de voyager et d'étudier à l'étranger. Plus largement, en raison d'un poids religieux omniprésent, la société saoudienne est contrôlée à tous les niveaux, sa liberté d'expression entravée et ses loisirs quasiment tous interdits.

Le Prince a donc jugé nécessaire de rendre l'image de son pays plus « glamour » en entreprenant plusieurs réformes sociales symboliques, non seulement pour éloigner le spectre d'un printemps arabe à Riyad, mais aussi pour s'attirer un regard plus bienveillant de la communauté internationale, et donc des investisseurs potentiels. Il a ainsi accordé en premier lieu plusieurs droits aux femmes, celui de conduire mais aussi celui de travailler, et ouvert le pays au tourisme pour tenter de diversifier l'économie saoudienne, qui repose essentiellement sur l'exploitation des hydrocarbures. Le 18 avril 2018, l'Arabie Saoudite a ouvert ses premières salles de cinéma, interdites depuis 35 ans. Elle a aussi accueilli plusieurs concerts et a même organisé une semaine de la mode.

En cherchant à faire oublier l'image d'un pays soutenant financièrement le terrorisme islamiste, « MBS » passerait presque pour un dangereux progressiste aux yeux des défenseurs de l'islam radical. La branche d'Al-Qaïda au Yémen a ainsi vivement critiqué ses réformes, vues comme des « péchés », ou encore « une nouvelle ère qui remplace les mosquées par les cinémas, les livres des imams par des absurdités d'athéistes et séculiers de l'Est et de l'Ouest ». Le groupe terroriste cite en outre l'exemple des premiers matchs de catch qui se sont tenus à Jeddah en avril 2018, « où lutteurs étrangers et mécréants se sont montrés à moitié nus et portaient des croix devant un rassemblement de jeunes musulmans femmes et hommes ».

Mais que les islamistes se rassurent, la réalité de l'Arabie Saoudite reste toujours aussi sombre. On pourrait applaudir la démarche d'ouverture du Prince héritier si celle-ci ne s'arrêtait pas aux apparences, et ne s'accompagnait pas d'une répression sans précédent dans l'histoire du royaume saoudien. Si Mohammed Ben Salmane accorde « du pain et des jeux » à son peuple pour s'acheter la paix sociale, il ne lui garantit aucunement la liberté d'expression, ni la liberté tout court, beaucoup trop dangereuses. Pourquoi le ferait-il, lui qui cumule toutes les fonctions régaliennes, contrôle l'ensemble des forces de sécurité et de renseignement, et vise avant tout à consolider son pouvoir absolu  ? Certes, dans ce pays la liberté n'a jamais été qu'un vain mot depuis sa fondation en 1932. Pour autant, la frénésie d'exécutions et d'arrestations qui s'est emparé du pouvoir depuis 2017 a surpris jusqu'à l'étranger, tant celle-ci fut rapidement violente et impitoyable.

D'après l'ONG Human Rights Watch, les quelques réformes sociales de Mohammed Ben Salmane ont ainsi été largement ternies par l'intensification des abus de pouvoir et la mise au pas de toutes les voix dissidentes du pays. Depuis le printemps 2017, les autorités saoudiennes font du zèle contre les activistes qui réclament une société plus démocratique – les mêmes qui ont aussi milité pour les réformes précisément mises en œuvre par le Prince - et multiplient les arrestations arbitraires, sans rendre le moindre compte à quiconque. La preuve que l'Etat de droit reste encore largement une utopie dans une monarchie imprégnée depuis si longtemps par l'une des écoles de pensée les plus obscurantistes de l'islam. Une Arabie Saoudite véritablement prête à évoluer n'arrêterait pas ses militants pacifistes. Mais toute personne qui conteste l'hégémonie et l'action du Prince héritier est désormais vouée au silence, que ce silence soit rendu manifeste par l'emprisonnement ou la mort.

Dès l'été 2017, les autorités ont d'abord discrètement réorganisé le système de poursuites judiciaires et l'appareil de sécurité, les principaux outils de répression, en les plaçant directement sous la juridiction du Prince héritier. Puis les premières arrestations d'envergure ont été lancées. On se souvient entre autres de Salmane Al-Oudah, Awad al-Qarni et Ali Al-Omari, oulémas parmi les plus modérés et réformateurs du pays, accusés de « terrorisme » par Riyad et détenus depuis septembre 2017 dans l'attente de leur procès et de leur exécution. Autres exemples qui ont frappé les esprits : la détention arbitraire (et le racket) depuis novembre 2017 de nombreux princes de la famille royale au Ritz-Carlton de Riyad, transformé en prison dorée pour ces cousins du Prince héritier qui avaient osé émettre des critiques ; ou encore, l'exécution de 37 prisonniers majoritairement chiites en avril dernier. Les autorités saoudiennes n'ont pas hésité non plus à s'en prendre aux proches de certains activistes, comme dans le cas d'Omar Abdulaziz, dissident saoudien réfugié au Canada, qui affirme que deux de ses frères ont été arrêtés en avril 2018 pour le pousser à cesser tout activisme en ligne. S'il n'hésite pas à avoir recours à l'extorsion de fonds en échange de la libération des détenus, ou aux exécutions sans autre forme de procès, le pouvoir saoudien utilise également des méthodes plus pernicieuses. L'Arabie Saoudite a ainsi accru la surveillance sur les réseaux sociaux et les moyens de communication, à grands renforts de mouchards et de logiciels espions.

Pour autant, malgré les alertes des réfugiés saoudiens à l'étranger et des ONG, il a fallu attendre l'horrible assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le 2 octobre 2018, pour que la communauté internationale « découvre » la réalité de la pratique du pouvoir de Mohammed Ben Salmane. Pour avoir dénoncé les atteintes portées aux droits de l'homme en Arabie Saoudite, et surtout l'hyper-personnalisation du pouvoir de « MBS », l'éditorialiste du Washington Post a été découpé en morceaux au consulat saoudien d'Istanbul. Quelques jours avant son assassinat, s'exprimant justement sur l'arrestation et la possible exécution de Salmane Al-Oudah, Khashoggi estimait que Mohammed Ben Salmane « détruirait la dissidence par tous les moyens », en particulier la dissidence réformatrice.

« Pour que tout change, il faut que rien ne change », disait le Guépard de Lampedusa. C'est un adage que Mohammed Ben Salmane pourrait aisément faire sien. Ceux qui s'illusionnent en croyant voir en lui un réformateur devraient se rappeler qu'un Etat de droit garantit à ses citoyens ou ses sujets la préservation, a minima, de leurs droits fondamentaux. Or, en dépit du story-telling et des efforts de communication du Prince héritier, cela est loin d'être le cas en Arabie Saoudite, où rien n'a fondamentalement changé en deux ans. Un pays où la liberté d'expression n'existe que pour les autorités ne peut être compté parmi les Etats modernes soucieux du progrès social, mais bien parmi les dictatures. Au-delà des apparences, « MBS », qui commande en lieu et place d'un monarque vieillissant, prépare son accession au trône et au regard des méthodes employées, nul ne peut penser que sous son règne, l'Arabie Saoudite deviendra une démocratie, ou à tout le moins une monarchie constitutionnelle, comme le réclament de nombreux Saoudiens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 18/11/2019 - 11:19
ouais....
Personne ne doute, sauf Rauffer qui nous a dit qu'il était mort, que MBS est un des tyrans les plus sanguinaires de la zone islamique, laquelle ne compte aucune démocratie car l'islam est incompatible avec les valeurs démocratiques ( ce qui explique sans doute que le stalinien Martinez, le trotskiste Plenel et le grouchomarxiste Melenchon le défendent)
Mais on aimerait que ce soit quelqu'un d'autre que Mr Amir Aslani qui nous en parle, lui qui, dans les colonnes d'Atlantico est Radio Khamenei, chaque fois qu'il peut y poser sa plume
Ferjou devrait lui conseiller la fameuse vidéo d'un 100 mètres haie féminin où les femmes sont couvertes de carrés noirs pour lui boucler le bec! Mais peut être notre scribouillard ne connait il rien des exécutions capitales, des attentats et autres forfaits du régime des mollahs, au pouvoir parce que Giscard avait donné asile à Khomeini !
Alors pitié: que toutes les opinions s'expriment, ok, mais pas celles des complices des assassins !
gerint
- 17/11/2019 - 20:49
Forbane
D’accord avec vous. A peu près idem pour le Qatar
Forbane
- 17/11/2019 - 12:43
Droite et Gauche françaises,
Droite et Gauche françaises, indifféremment, nous obligent, nous le peuple, vis à vis de ce pays de frappés, qui soutient les terroristes qui viennent tuer nos enfants ici, chez nous.
Un référendum vite!
Je doute que les français, qu’ils soient de droite ou de gauche, cautionnent les rapports honteux de nos gouvernants avec ce pays et ses « cousins » ( Quatar, EAU, Iran...)