En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

06.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

07.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

ça vient d'être publié
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 13 min 9 sec
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 3 heures 12 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 5 heures 13 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 21 heures 54 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 1 jour 4 heures
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 1 heure 2 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 21 heures 4 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 22 heures 55 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 1 jour 2 heures
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

Publié le 12 novembre 2019
Guillaume Tabard publie "La malédiction de la droite" (éditions Perrin). Dans son ouvrage, il raconte comment la droite, majoritaire et longtemps dominante, s'est échinée à perdre le pouvoir depuis la fondation de la Ve République. Ici, il répond aux questions d'Atlantico.
Guillaume Tabard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Tabard est rédacteur en chef et éditorialiste au Figaro. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Tabard publie "La malédiction de la droite" (éditions Perrin). Dans son ouvrage, il raconte comment la droite, majoritaire et longtemps dominante, s'est échinée à perdre le pouvoir depuis la fondation de la Ve République. Ici, il répond aux questions d'Atlantico.

Atlantico : Vous parlez des dernières années de la droite comme de sa "descente aux enfers". Au-delà des guerres des chefs que vous soulignez, vous faites état d'un creux idéologique  important.  La droite est donc en mal d'unité idéologique? Comment intervient le macronisme dans ce délitement?

Guillaume Tabard : Lorsque je parle de "descente aux enfers", je voulais souligner le fait depuis 2012, la droite n'a eu de cesse de perdre son électorat et son espace. Pour ce qui est de l'idéologie, on peut aller plus loin dans le temps. Lorsque l'UMP s'est constitué en 2002, il existait encore en son sein de la place pour de nombreuses sensibilités historiques de la droite comme des libéraux ou des étatistes, mais aussi des souverainistes qui se reconnaissaient dans le programme. Progressivement, cette composante souverainiste soit est partie, soit ne se sentait plus représentée au sein de l'UMP. Lorsque le parti a été créé, il y a eu une sorte d'unification idéologique sur une ligne libérale, girondine, centrale voire centriste et européenne qui fait qu'un certain nombre d'électeurs a décidé de partir vers des partis plus souverainistes comme Debout la France ou le Front National. Il y a eu un mouvement d'exode de la droite de l'UMP, ce qui explique l'échec de Nicolas Sarkozy en 2012 par rapport à 2007 où il avait réussi à faire venir à droite des électeurs du Front National. A partir de la campagne d'Emmanuel Macron, on a assisté à un autre exode, celui de la gauche de l'UMP (puis des Républicains), de gens qui se reconnaissaient dans le discours du candidat En Marche.  

La droite a été victime d'un double mouvement de départs, sur sa droite et sur sa gauche. Les divisions personnelles sont constantes dans l'histoire de la droite française. On a vu de fortes personnalités de la droite s'affronter entre elles sur le plan idéologique comme ce fut le cas au RPR entre Jacques Chirac et Philippe Séguin, mais aussi pour accéder à un même poste avec Jacques Chirac et Edouard Balladur. Dans mon livre, le premier affrontement que je décris est le départ du gouvernement Antoine Pinay sous le Général de Gaulle, qui symbolise selon moi l'incapacité de réconcilier ou de faire travailler ensemble la droite Gaulliste et la droite non-Gaulliste. Il y a toujours eu des divisions, parfois purement épidermiques entre par exemple Georges Pompidou et Jacques Chaban-Delmas et idéologiques comme je viens de le démontrer.
C'est une des causes de l'affaiblissement de la droite certes, mais ce ne sont pas ces divisions qui l'ont fait perdre.

Votre livre souligne le rôle ambigu de Jacques Chirac dans le destin de la droite. Chirac, l'homme du rassemblement voulant à la fois incarner à lui seul tout le spectre idéologique de la droite, tout en pourfendant l'unité politique de la droite de manière politicienne. Sur le plan idéologique, Chirac a-il-été finalement le liquidateur du gaullisme au sein de la droite ?

Si l'on prend Georges Pompidou, il incarnait déjà une rupture avec le Gaullisme, tout en représentant une certaine continuité. Il était bien plus européen, libéral et centriste que le Général de Gaulle. Le cas de Jacques Chirac est plus complexe car en 1974 il fait le choix de Valéry Giscard d'Estaing contre Jacques Chaban-Delmas, donc du candidat libéral en dépit du candidat Gaulliste et une fois qu'il sera en guerre contre Valéry Giscard d'Estaing, il va puiser aux sources du Gaullisme en tentant de rassembler plutôt que diviser. Jacques Chirac n'a pas toujours eu des convictions cohérentes, basculant d'un côté à l'autre sans cesse. Lorsqu'il était Premier ministre, il a mené des actions très libérales et réformatrices, en 1987, après la mort de Malik Oussekine, il arrête tout, et une fois Président de la République, il devient très prudent sur le plan des réformes.

Ce qui fait que Jacques Chirac est un homme fort de la droite, c'est que son pragmatisme a toujours emboîté le pas à l'idéologie. Un des grands clivages entre la gauche et la droite réside dans le fait que la gauche a toujours travaillé très en profondeur sur la vision idéologique des choses, a toujours eu le goût des débats d'idées jusque dans le détail, là où la droite a toujours refusé de s'enfermer dans une idéologie au profit du pragmatisme. Si l'on prend l'exemple de l'Algérie, Charles de Gaulle revient au pouvoir pour garder l'Algérie française et finit par accorder l'indépendance à l'Algérie. Jacques Chirac a épousé tout le spectre de cette droite et à sa mort les gens n'ont eu de cesse de demander qui était le vrai Chirac : un radical socialiste ? un homme de droite ? Pour moi, il existe plusieurs Jacques Chirac. Lorsqu'il commence sa carrière, la gauche le surnomme "facho Chirac" car il se montre volontiers autoritaire et ancré à droite, en 1995 il fait la fracture sociale, en 2002, lorsqu'il pense devoir affronter Lionel Jospin, il base au premier tour sa campagne majoritairement sur la question de la sécurité mais quand il affronte au deuxième tour Jean-Marie Le Pen, il repart sur une vision de rassemblement, plus centrale.

Vous écrivez  que les barons locaux qui sont désormais sur le devant de la scène de la droite auront à 'rendre à la droite le goût d'elle-même'. Comment envisager une telle renaissance? Croyez-vous par exemple à la stratégie locale mise en avant par François Baroin ?

En ce qui concerne cet exemple de stratégie locale, c'est un constat partagé par tous ceux qui peuvent prétendre représenter la droite aux prochaines présidentielles. Tous sont marqués par un engagement local fort : Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez – s'il revient d'ici 2022 – sont Présidents de Régions, Bruno Retailleau préside le groupe au Sénat mais était avant Président de Région également, François Baroin est Président des maires de France. Tous sont liés aux territoires et le mettent en avant. Cela a par ailleurs été un point faible du début de quinquennat d'Emmanuel Macron qui s'est montré plus distant alors que la droite, au contraire, a gardé et maintenu ce lien qu'elle avait avec les territoires. C'est un point qu'elle pourra valoriser mais ce ne sera pas suffisant.

La droite ne peut pas se contenter d'un effondrement d'Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen pour récupérer leurs électeurs. C'est à elle de trouver une voie de passage. Lorsque François Mitterrand a repris le Parti socialiste, il l'a fait alors que le Gaullisme était dominant et que le Parti communiste était écrasant pour le PS. Il a recréé un PS et la droite est aujourd'hui dans la même situation. Elle essaye de trouver de nouveaux espaces comme l'écologie par exemple. Pour moi, il y a une urgence éthique que la droite doit saisir. Le défi n'est pas la préservation de la planète mais de l'humanité elle-même avec le transhumanisme, la montée du véganisme, l'antispécisme etc. En bref, tout ce qui met en péril l'humanité doit être affirmé comme un enjeu majeur pour la droite. Le système social français pourrait également être un chantier pour la droite. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 12/11/2019 - 20:46
Question existentielle!
Qui sera le François Mitterrand des Républicains? Ne serait-ce pas déjà Emmanuel Macron?
lasenorita
- 12/11/2019 - 17:22
Je vote ''contre'' la gauche!
Quand je vote, je choisis le candidat ''de droite'' le mieux placé pour ''faire barrage'' à la gauche. Ainsi j'ai voté pour le parti de du général de Gaulle,bien que je n'étais pas d'accord avec certaines idées du général,afin d'empêcher la gauche d'avoir le'' pouvoir''.. on a vu ce que cela a donné quand les gauchistes ont gouverné: la chute de l'économie française et une immigration musulmane incontrôlée….Actuellement les politiques ''de droite'' n'ont pas un programme bien net au sujet de l'immigration musulmane.. Des anciens ''gauchistes'' votent R.N. parce qu'ils en ont MARRE de ces musulmans,qui nous envahissent,puisque le R.N. est le seul parti qui dit, clairement, qu'il faut STOPPER l'immigration musulmane!