En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

05.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

07.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 3 heures 37 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 5 heures 6 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 8 heures 40 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 9 heures 53 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 11 heures 35 min
pépites > International
Fulanis
Bernard-Henri Lévy alerte sur le massacre des chrétiens au Nigeria
il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Funny Girl", la comédie musicale : phénoménale Funny Girl, Christina Bianco met Paris à ses pieds…

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Social
Jeudi noir

5 décembre : la première bataille remportée, les syndicats peuvent-ils gagner la guerre ?

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Environnement
Adieu ma trotro bien-aimée

Le bobo en proie à d'indicibles tourments : des écolos (un peu plus radicaux que lui) détruisent les trottinettes électriques qui lui sont chères !

il y a 16 heures 58 min
rendez-vous > High-tech
Géopolitico-scanner
Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet
il y a 17 heures 19 min
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 4 heures 15 sec
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 45 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 9 heures 9 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 10 heures 17 min
pépites > France
Champions du monde
La France est le pays de l'OCDE avec la fiscalité la plus lourde
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Samia" de Gilbert Ponté : dernière course pour Lampedusa, haletant et poignant

il y a 13 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le sport joue avec la sphère et quand les heures se jouent sous dôme : c’est l’actualité des montres dans les tempêtes sociales
il y a 14 heures 11 min
décryptage > France
Partenariat

Sécurité : l’Etat contraint de brader le régalien ?

il y a 15 heures 44 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?
il y a 17 heures 10 min
décryptage > International
Utopie

Samjiyon, la ville socialiste idéale inaugurée par la Corée du Nord, échappera-t-elle au destin funeste de toutes celles qui l’ont précédée ailleurs dans le monde ?

il y a 17 heures 36 min
© Money SHARMA / AFP
© Money SHARMA / AFP
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

Publié le 11 novembre 2019
New Delhi, ville la plus polluée au monde, est cachée depuis plusieurs jours sous un épais brouillard de pollution. Si ce n'est pas la première fois que cela se produit dans la capitale indienne, cet épisode est particulièrement violent.
Jean-Baptiste Renard est directeur de recherches au Laboratoire de physique et chimie de l'environnement et de l'espace (LPC2E) du CNRS d'Orléans.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Renard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Renard est directeur de recherches au Laboratoire de physique et chimie de l'environnement et de l'espace (LPC2E) du CNRS d'Orléans.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
New Delhi, ville la plus polluée au monde, est cachée depuis plusieurs jours sous un épais brouillard de pollution. Si ce n'est pas la première fois que cela se produit dans la capitale indienne, cet épisode est particulièrement violent.

Atlantico : La Chine, dont le miracle économique s'est en grande partie appuyé sur des fortes production d'acier, de charbon et de ciment, était, jusqu'à il y a encore peu, un des pays où la qualité de l'air est la plus mauvaise. Mais aujourd'hui, l'Inde arrive bien avant la Chine dans les classements de pays les plus pollués au monde. 

 

Atlantico : Ces derniers jours, New Delhi était emprisonnée sous un épais brouillard de pollution atmosphérique, l'un des plus violents que la ville ait connu jusqu'à présent.

Jean-Baptiste Renard : Plusieurs facteurs sont rentrés en jeu. Premièrement, les conditions météorologiques qui ont été favorables à l'apparition de la pollution. Typiquement, à cette saison, il n'y a pas de vent, pas de pluie, donc il y a beaucoup de pollution liée à l'activité industrielle, au trafic routier, au chauffage. En été, on a plutôt une pollution gazeuse par l'action de la chaleur du soleil. En cette saison, c'est plutôt une pollution particulaire. Donc les conditions météorologiques locales sont un facteur important en Inde. De même, si cet hiver à Paris nous avions un anticyclone qui durait une semaine ou deux semaines, nous aurions un gros pic de pollution.

 Le deuxième problème en Inde, c'est qu'il y a en centre-ville une grosse activité industrielle, du chauffage, du transport, et rien n'est régulé. Donc quand il n'y a ni vent ni pluie pour disperser ou étaler toutes ces émissions, elles restent au-dessus de la ville. Par conséquent, New Delhi est un des endroits les plus pollués au monde actuellement.

D'après les classements récents diffusés par la BBC, New Delhi est l'endroit le plus pollué du monde.

Tout à fait, c'est un véritable drame actuellement. 

La Chine, qui était extrêmement polluée à une époque, a pris des mesures, ils ont pris conscience du problème pour des raisons internes et externes, c'est-à-dire pour l'image de marque du pays. Le problème de l'environnement est un problème qui est traité en Chine - tout n'est pas fait, ni bien fait, mais il y a une conscience du problème, éviter les dégâts et améliorer la qualité de l'air fait partie de la planification chinoise.

 En Inde, ce n'est pas du tout le cas. En Inde, ce qui compte c'est le développement économique, c'est de maximiser l'activité, et la population respire ce qu'elle peut respirer. De la même façon qu'on ne se préoccupait pas de la qualité de l'air en Europe au XIX siècle.

C'est donc par ces raisons qu'on peut expliquer que les taux de pollution ne cessent de s'accroître en Inde alors qu'ils s'amoindrissent en Chine ?

Oui, cela tient à la volonté politique de lutter contre la pollution.

À Pékin, depuis le plan du gouvernement de 2013, la situation s'est améliorée. Si la volonté manque, l'Inde a-t-elle du moins les moyens de mettre en place un tel plan ?

Ce qui est vraiment crucial, c'est le manque de volonté.

En Chine, c'est simple : quand une décision est prise par l'Etat elle est appliquée, par les moyens qu'on sait. Il n'y a pas d'autres voies possibles, c'est un fait. En Inde, c'est beaucoup plus difficile. S'il y avait une volonté, serait-elle facile à mettre en place ? C'est un pays plus libre, c'est une démocratie, avec certaines limites certes, mais l'Inde est plus démocratique que la Chine. Je ne fais pas l'apologie de la dictature. Mais en Inde, ce qui est clair, c'est que la pollution n'est pas à l'ordre du jour, ce n'est pas un problème pris à bras le corps.

Dans le cas chinois, quelles mesures avaient été prises ?

Réduire la circulation, supprimer l'activité industrielle des centres-villes, voir arrêter la circulation les jours de pollutions. C'était des mesures souvent très radicales. Mais de fait, si vous enlevez les industries des centres-villes, vous limitez beaucoup le problème. Brûler du charbon ou du bois en centre-ville génère une pollution très importante.

Finalement le gouvernement indien a répondu à l'épisode de pollution par une mesure de circulation alternée à New Delhi, qui ne s'applique pas forcément aux conductrices et aux deux-roues. C'est en décalage avec ce qu'il faudrait faire pour enrayer la pollution ?

C'est en décalage complet.Mais les indiens ont besoin de se chauffer, de faire la cuisine, etc. C’est un mode de vie complet auquel il faudrait repenser. 

Vous disiez que ce n’est pas une priorité. Narendra Modi ventait cette semaine la qualité de vie en Inde, ce qui parait ironique étant donné la réalité. Est-ce que le gouvernement a du moins pris conscience de la gravité de la pollution? 

Je ne peux pas répondre à leur place. Mais si on le sait, ils le savent. Il y a des centres d’études qui mesurent la pollution, il y a des études scientifiques qui se font en Inde. On en voit beaucoup plus en Chine qu’en Inde toutefois. Je suis surpris de la liberté des scientifiques chinois qui publient les chiffres de pollution dans leurs villes. On retrouve beaucoup d’articles sur la pollution chinoise dans les revues scientifiques. On en trouve beaucoup moins sur la pollution indienne. 

Le gouvernement indien connait forcément les chiffres. Peuvent-ils faire quelque chose, et veulent-ils faire quelque chose? Ce n’est plus de mon ressort de répondre.

Quelles mesures pourraient-ils mettre en oeuvre? 

Il faut attaquer les sources de pollutions, et le principal c’est l’activité industrielle en centre ville, c’est le charbon, c’est le chauffage au bois. C’est tout un ensemble de mesures. Cela ressemble à la situation que nous avions dans nos villes européennes à la fin du XIXe siècle. On avait le bois, le charbon qui brûlait en centre-ville. On avait aussi des trains à vapeur, ce qui diffère de l’Inde contemporaine. 

Il n’y a pas une seule source de pollution, elles sont multiples. Il faut en tout cas limiter tout ce qui produit des particules fines et ce qui produit des gaz polluants. Dans nos villes, à Paris par exemple, il n’y a plus d’usine en centre-ville, ni même en proche banlieue. C’est pour cela que nous avons eu une réduction des particules fines et de certains gaz.

Il faut qu’ils repensent complètement leur mode de vie. Ce n’est pas facile.

Et ce n’est peut-être pas la priorité, étant donné qu’ils sont toujours en pleine croissance économique?  

Tout à fait. 

La Chine construit aussi des villes, elle reconstruit des villes et fait des quartiers neufs: il est plus facile dès le début d’intégrer la notion de pollution. 

Si les bonnes mesures ne sont pas prises rapidement, le problème risque-t-il de s’amplifier?

Il va s’amplifier et les conséquences sanitaires seront dramatiques. Il y aura beaucoup de victimes. Déjà ,en France, la pollution causée beaucoup de dégâts, Là-bas, avec des niveaux dix fois plus élevés, au moindre pic de pollution, il y aura un nombre d’accidents cardiovasculaires et de crises cardiaques extrêmement important. Au-delà des morts brutales cela va provoquer des cancers, des maladies neurologiques. Une partie de cette pollution va aussi être exportée dans le monde. En effet si un certain type de pollution retombe près des centres d’émissions, une autre, notamment durant la période de la mousson asiatique, monte en altitude, et on peut alors la retrouver à plusieurs milliers de kilomètres. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

05.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

07.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 12/11/2019 - 03:41
Le "chef" qui "suit"
Vous avez parfaitement raison, J'accuse. Mais si vous avez raison sur le principe, le mot "inutile" me paraît une conclusion trop rapide, trop au lance-pierre. Non, ce n'est pas inutile. Cependant aujourd'hui je peux remarquer une déviance : l'élu n'est pas un "chef", mais "un porte parole". Il suit donc. Il ne dirige pas. "Il faut bien que je les suive puisque je suis leur chef", phrase célèbre. Il faut donc totalement changer le principe du vote : voter, oui, mais pas pour représenter telles ou telles revendications (soyons indulgents), mais pour un "homme", donc pas pour un "programme en 110 points". Le programme en 110 points est un esclavage, une prison, un carcan. Un homme reconnu a la liberté. Inutile de développer davantage : une illustre figure contemporaine l'a clairement démontré, pour l'aspect "liberté". Une seconde aussi, mais dans le "carcan"...
J'accuse
- 12/11/2019 - 00:05
Question intéressante
En Inde, on vote et les élus ne se préoccupent pas de la pollution qui tue le peuple; en Chine, on ne vote pas, mais les dirigeants agissent contre la pollution.
Il y a à l'évidence une profonde réflexion à mener sur ce qu'est la vraie démocratie: voter ne suffit pas en Inde, et n'est pas nécessaire en Chine.
Ni nécessaire ni suffisant... Donc inutile ?
gerint
- 11/11/2019 - 22:41
L’Inde va devoir s’adapter
Comme le font les Chinois et avec l’aide des autres pays qui devront déjà éviter de faire faire leurs tâches-dépotoirs par les Indiens